Avant Black Widow, le classement de tous les Marvel, du pire au meilleur (2e partie)

La Rédaction | 1 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 1 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Tous les films Marvel classés du pire au meilleur, by Ecran Large. Deuxième des trois parties du dossier.

Alors que la Saga Infinite est terminée depuis l'avènement de Avengers : Endgame puis de Spider-Man : Far from home, le MCU est obligé de faire une grosse pause en cette période de coronavirus. La franchise a dû repousser les sorties de ses prochains longs-métrages, le premier de la longue liste, Black Widowpassant ainsi de mai à novembre 2020 sur l'agenda bien rodé de Marvel et Disney.

En attendant que les choses reviennent peu à peu à la normale, c'est l'occasion de revenir sur toutes les productions du MCU (Marvel Cinematic Universe), d'Iron Man à Thor : Ragnarok en passant par Les Gardiens de la Galaxie et Captain America : Civil War, avec un classement de l'ensemble des films, en commençant par les pires jusqu'aux meilleurs.

Un classement évidemment propre à la rédaction, établi grâce aux votes de chacun, et qui en aucun cas ne devrait être pris autrement que comme notre avis collectif, bien à nous, qui ne pourra donc certainement pas s'accorder à chaque spectateur. Prière de ne pas partir en vrille, sortir les insultes et les fusils.

Retrouvez la première partie par ici.

 

 

15 - CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L'HIVER

De quoi ça parle : Après la destruction d'Avengers, Captain America essaye de s’adapter au monde moderne, mais c’est pas facile, surtout quand il apprend que son super pote Bucky n’était pas vraiment mort mais se fait manipuler par des nazis franchement balèzes en informatique qui n’étaient pas vraiment morts non plus.

Nick Fury est tué (sauf que non), et Captain America et Black Widow s'allient pour faire tomber le SHIELD, dirigé par des méchants. Il vit à fond sa bromance avec Bucky. Le SHIELD tombe, et les héros partiront désormais à la recherche des agents de l'HYDRA, qui ont récupéré Scarlett Witch et Quicksilver dans un labo secret.

Ce qui va : Si l’on oublie que la finalité de l’histoire est une fantasque histoire de taupes nazies au 21e siècle, curieusement le volet thriller/enquête est peut-être l’aspect du film qui fonctionne le mieux. Il s’en dégage une drôle de saveur politique assez bien vue par rapport à l’air du temps sur la paranoïa sécuritaire, ce qui rend la présence de Robert Redford au casting extrêmement pertinente. Le film peut également compter sur un bon duo entre Black Widow et Cap, que Chris Evans campe avec brio.

 

Photo , Captain America : Le soldat de l'hiverLe fameux soldat-ami-bro

 

Ce qui va pas : Comme d’hab avec les frères Russo, les mouvements des combats ont beau être assez classes et fluides, la réalisation et le montage hyper rigides jurent complètement avec les chorégraphies. Le nombre de plans devient parfois complètement délirant pour filmer une simple action, et on se souviendra notamment longtemps de ce combat en ascenseur, pourtant court et anecdotique mais ô combien paresseux.

La photographie est également désespérément plate, en témoigne ce combat gris sur l’autoroute grise d’une ville grise, ou le combat final dans la station filmé à grand coups de plans moyens/larges (on est bien chez les frères Russo). Et pour finir, on ne pouvait pas ne pas évoquer le "filain nazi tans l’ortinateur ach ach ach", un genre de docteur Folamour mais désespérément sérieux. Et sérieusement, absolument PERSONNE n’a reconnu Bucky depuis le début, vraiment ? Arrêtez, c’est grillé.

 

Photo Chris Evans, Scarlett JohanssonViens, on fait un film un peu sérieux Nat'

 

14 - AVENGERS : ENDGAME

Ce qui se passe : Après les évènements de Infinity War, les membres des Avengers essayent de retrouver Thanos au plus vite pour lui chiper les Pierres d'Infinité et faire revenir la population disparue. Malheureusement, lorsqu'ils le retrouvent, il les a détruites et il est trop tard pour sauver le monde, Thor coupe la tête de Thanos. Cinq ans plus tard, les Avengers entre dépression et espoir décident de monter un plan autour du voyage temporel grâce à une idée d'Ant-Man (qui était bloqué dans la dimension subatomique). Objectif : récupérer toutes les Pierres avant Thanos dans le passé.

La mission est accomplie et permet plein de clins d'oeil aux anciens films et à l'univers, mais Black Widow périt dans l'aventure. De retour dans le présent, Hulk claque des doigts pour faire revenir la moitié du monde disparue à la fin d'Infinity War. Il réussit mais manque de peau, pendant leur mission dans le temps, le Thanos du passé les a repérés et est arrivé dans le présent (2023 dans le film). Une bataille fait rage entre les Avengers vivants (accompagnés des forces disparues enfin de retour !) et l'équipage de Thanos.

Avec l'aide de Captain Marvel et toutes leurs forces, les Avengers réussissent à voler les gemmes de Thanos et Iron Man se sacrifie en claquant des doigts avec les cinq Pierres d'Infinités et faire disparaitre Thanos et son armée. Quelques jours plus tard, le monde revient à la normale, les super-héros enterrent Tony Stark et Steve Rogers (alias Captain America) part dans le passé retrouver Peggy Carter.

 

photoUn climax final totalement épique

 

Ce qui va : Le long-métrage était le moyen de tirer un trait sur de nombreux personnages et d'enfin passer le flambeau avec beauté et dramaturgie, il le fait avec une jolie sincérité avec plusieurs d'entre eux et notamment les majeurs comme Iron Man et Captain America, créant parfois des séquences très émouvantes. Le film jouit aussi de quelques moments amusants avec les trips temporels et d'une dose épique dantesque notamment grâce à son climax final dinguo qui a provoqué d'innombrables crises de priapismes chez certains fans.

Ce qui ne va pas : Globalement, le film dénote énormément avec le précédent opus des Avengers (Infinity War) et semble même, parfois, en contradiction total avec son atmosphère tragique et sombre. Ainsi, Endgame, s'il est constitué de plusieurs moments dramatiques, reste en majorité (plus de deux heures sur les 3 au compteur) une succession de situations metas et drôles loin de la noirceur attendue.

 

photoUn début en fanfare, qui va vite retomber pendant deux heures

 

En effet, si l'épique ne manque pas dans le final et que la tension règne sur le sort des personnages, la partie des voyages temporels manque de tension et d'action, l'ensemble des missions se déroulant sans accros (exception d'une). La raison découle en grande partie de l'absence de Thanos en grand méchant, qui après avoir été magnifiquement développé dans Infinity War, devient ici un simple antagoniste opportuniste qui fait son apparition dans le grand final sans le background du précédent opus puisque ce Thanos là vient de l'époque des Gardiens de la Galaxie.

Par ailleurs, le traitement des personnages est assez inégal (pauvre Black Widow) et certains particulièrement mal écrits (Thor, Hulk) quand d'autres ne sont que des figurants (Hawkeye) voire des deus ex machina (Captain Marvel, pourtant attendue au tournant depuis son film solo). Avec en plus un gros manque de rythme, plusieurs facilités scénaristiques et une mise en scène toujours aussi fade des frères Russo, on se dit qu'Endgame a quand même gâché l'occasion d'être un bon film (voire un grand) avec tous ses choix trop conciliants avec la fanbase et pas assez avec la cohérence.


photoThanos, la grosse déception de ce Endgame

 

13 - SPIDER-MAN : HOMECOMING

Ce qui se passe : Alors qu'il a fait une entrée remarquée dans l'univers des Avengers avec Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu ses pouvoirs. Dans son quartier, il se présente comme un super-héros serviable et lutte parfois contre la criminalité. Mais avec son mentor Iron Man et l'arrivée du méchant Vautour, le jeune Spide-Man va prendre une autre dimension.

Ce qui va : Ce nouvel opus des aventures de Spider-Man avec son nouvel interprète Tom Holland a plein d'atouts. Tout d'abord, le jeune comédien correspond parfaitement à l'image du Peter Parker adolescent, plus proche des comics, et se fond dans le costume de l'araignée de bien belle manière. Le choix de ne pas nous livrer une troisième origin story du super-héros sur grand écran permet au long-métrage de se lancer rapidement. En jouant sur les codes du teenage movie, Spider-Man : Homecoming offre également une légéreté attendrissante. Enfin, le film réussit à vraiment surprendre en milieu de film avec un retournement de situation très inattendu qui lui permet de redonner de l'enjeu au récit efficacement.

Ce qui ne va pas : Malgré un retournement de situation bienvenu en plein coeur du film, le scénario est très convenu et se concentre sur une structure globale trop classique. Les scènes d'actions peu nombreuses manquent soit d'originalité, le ferry rappelle bien trop le métro du Spider-Man 2 de Sam Raimi ; soit d'envergure, la séquence sur la plage est très fade visuellement et manque cruellement d'ampleur. Un manque d'impact visuel du, sans aucun doute, au style trop lisse du réalisateur Jon Watts.

 

Photo Tom Holland Spider-Man version ado 2017

 

12 - IRON MAN 2 

De quoi ça cause : Tony Stark est désormais publiquement Iron Man. Il pourrait couler des jours heureux en achetant de petites entreprises pour en licencier les ouvriers, tout en lutinant des kilomètres de collaboratrices lubriques, mais il doit faire face simultanément à un corps dont l’énergie décline et à un homme décidé à se venger du mal que lui a fait son père et fondateur de Stark Industries.

Pourquoi ça ne marche pas : C’était l’occasion pour Jon Favreau de nous montrer que lors du premier Iron Man, il ne s’était pas contenté de laisser Robert Downey Jr. improviser pour sauver un film précipité en enfer par la grève des scénaristes. Sauf que finalement, Jon Favreau a préféré prouver qu’il mettait en scène avec un style digne d’un chatbot bridé par un community manager évangéliste un lendemain de Pentecôte. Iron Man 2 n’est jamais honteux, toujours solide techniquement, et plutôt fluide, doté de thèmes pas inintéressants, mais c’est sa mollesse et son absence criante de dramaturgie qui en font un interminable machin tout mou. On peine à distinguer une scène, une image, un personnage ou un dialogue mémorable. Pas une catastrophe donc, mais un produit désincarné dénué d’intérêt.

Pourquoi ça marche : Le concept de MCU est alors aussi nouveau que passablement abstrait, et ce nouveau chapitre contribue à lui donner plus évidemment corps. Une promesse qui suffisait alors largement à faire du film un divertissement digne de curiosité.

 

Photo , Robert Downey Jr.Robert Downey Jr., l'homme derrière le chèque/la combinaison

 

11 - SPIDER-MAN : FAR FROM HOME

Ce qui se passe : Peter Parker est dévasté par la disparition de son mentor Tony Stark et part en voyage scolaire avec son lycée en Europe pour penser à autre chose. Mais son nouveau statut au sein des Avengers le rattrape en vol, et à Venise, Nick Fury lui lègue un cadeau de Stark (des lunettes équipées d'une IA) et lui confie une mission : stopper le carnage provoqué par les Elementaux qui ravage le monde.

Le boss du SHIELD lui demande de faire équipe avec le mystérieux Quentin Beck alias Mysterio. Leur duo fonctionne et ils arrivent à stopper les Elementaux à Prague (après Venise). Pensant avoir trouvé son nouveau mentor, et estimant qu'il peut être le vrai successeur de Tony Stark, Peter donne les lunettes à Mysterio... qui est en fait un imposteur.

Après avoir compris la supercherie (Beck crée les Elementaux) et échappé de peu à la mort des mains de Beck, Peter Parker prévient Nick Fury à Londres, où une (fausse)-attaque a justement lieu. Mysterio essaye de tuer MJ qui connait sa véritable identité avec Peter Parker, mais Spider-Man réussit à la sauver, ainsi que ses camarade, et à dévoiler la supercherie. Mysterio meurt. MJ et Peter s'embrassent enfin. Mysterio révèle au monde, dans une vidéo posthume, la véritable identité de Spidey et l'accuse de meurtre. Choc.

 

photo, Zendaya, Tom HollandLe véritable amour, c'est de respecter la distanciation sociale avec l'être aimé

 

Ce qui va : En premier lieu, toute la trame teen du long-métrage. Avec un Peter Parker au lycée (et un acteur, Tom Holland, crédible pour cet âge là), un ton humoristique bien géré, des personnages joliment développés (car déjà mis en place dans Homecoming) et des situations assez touchantes, le teen movie fonctionne à merveille et se révèle généreux. Au-delà, le casting fait des étincelles avec Holland donc mais aussi Zendaya (décidement future grande avec Euphoria) et Jake Gyllenhaal dans son rôle de Mysterio.

Son personnage permet au film d'aborder assez ingénieusement l'idée des fake news, de l'illusion du nouveau ou de l'héroïsme dans un monde fait de faux-semblant. La métaphore avec l'univers du cinéma est particulièrement percutante. Les idées découlant du mirage et de l'illusoire sont d'ailleurs à l'origine de l'une des séquences les plus spectaculaires et inventives du MCU (et ça, ça fait du bien).

Ce qui va pas : Globalement, tout le reste et les intentions. Le film a beau être centré sur les aventures adolescentes de Spidey et ses camarades et déployer son histoire efficacement, il n'en reste pas moins très mineur et reprend de nombreux codes scénaristiques déjà vus ailleurs. Les séquences d'action (à l'exception de celle des mirages donc) sont basiques, le déroulé des péripéties est hyper classique et les révélations autour de certains personnages (Mysterio évidemment) n'avaient trompé personne.

Après les ravages dramatiques de Infinity War et Endgame, on comprend très rapidement que Spider-Man : Far From Home est surtout une petite pastille super-héroïque simple et légère pour conclure sur une note positive et joviale la Phase 3. Rien de plus, rien de moins.

 

photo, Jake Gyllenhaal, Tom HollandEt voilà, comment on peut attraper le Covid-19

 

10 - DOCTOR STRANGE

Ce qui se passe : Le Docteur Stephen Strange (Benedict Cumberbatch) est un talentueux neurochirurgien jusqu'au jour où il est victime d'un tragique accident de voiture. Obligé de mettre son égo de côté après son accident, il apprend l'existence d'un monde caché dans une dimension alternative et en apprend les secrets. Depuis New-York, le Doctor Strange joue alors les intermédiaires entre le monde réel et ces dimensions parallèles grâce ses pouvoirs et des artefacts.

Ce qui va : Techniquement et visuellement parlant, Doctor Strange est sans aucun doute un des films du MCU les plus impressionnants. Entre ses jeux de miroirs, sa manipulation de l'espace, ses effets d'optiques... le long-métrage s'amuse à distordre les lieux, les mouvements et le cinéma dans des séquences parfois ahurissantes comme cette course-poursuite entre Strange et Kaecilius sur les buildings et bâtiment d'un New-York mouvant. De plus, l'histoire de Doctor Strange révèle qu'il est en possession d'une Pierre d'infinité, si convoitée par Thanos. Son importance cruciale dans Avengers : Infinity War est donc installée judicieusement.

Ce qui ne va pas : Si le film de super-héros impressionne visuellement, son récit s'avère en revanche d'un classicisme gênant et ennuyeux. Le déroulé de cette origin-story est des plus banals et n'arrive jamais à sortir du carcan habituel des origin story du MCU. L'écriture des personnages principaux est extrêmement poussive et l'ensemble du scénario paraît aussi artificiel que cette Tilda Swinton gymnocéphale. 

 

Photo Benedict Cumberbatch Benedict Cumberbatch alias Iron Cape

 

9 - IRON MAN 3 

Ce qui se passe : Tony Stark a un gros souci et il s’appelle le Mandarin, un terroriste qui détruit à peu près tout son univers. Livré à lui-même, il va devoir comprendre qu’un héros n’a pas besoin d’une armure pour briller.

Ce qui va : La plus grande qualité du film, c’est bel et bien son réalisateur Shane Black. N’en ayant clairement rien à faire du MCU et du grand plan de domination de Marvel, il instaure, bien avant James Gunn avec Les Gardiens de la Galaxie, le second degré virulent à l’égard même de la démarche globale. Iron Man 3 est un film qui se moque des super-héros et de ce que le MCU est en train de devenir. Tout comme il se moque de son personnage et de la figure du méchant, traité avec un je-m’en-foutisme particulièrement jouissif. Résultat : une déconstruction anthologique de la figure héroïque et un vrai buddy-movie à l’ancienne, avec des dialogues en or. Osé et très, très grand.

Ce qui va pas : Forcément, le film ne plait pas à grand monde et est régulièrement conspué. Trop bizarre, cette approche punk en forme de doigt d’honneur énerve autant qu’elle déçoit le fan du MCU, surtout face au potentiel énorme de l’histoire et les conséquences sur son héros. Trop en avance sur son temps ou résolument trop décalé par rapport à la norme, Iron Man 3 n’aura pas su convaincre les spectateurs qui avaient vu dans Avengers, la première grosse réunion du MCU, la concrétisation d’un rêve d’enfant. A revoir obligatoirement aujourd’hui avec un peu plus de recul. 

 

Robert Downey JRL'épisode de la discorde, qui divise beaucoup le public

 

8 - THOR : RAGNAROK 

Ce qui se passe : Parce qu'il est devenu le héros le plus chiant du MCU, Thor se voit offrir Ragnarök, la destruction de son royaume et son image. Il passe dans la lessiveuse eighties de la planète Sakaar, où il reprend du poil de la bête, passe chez le coiffeur, rencontre un personnage féminin enfin digne de ce nom, et gagne des pouvoirs autres que son foutu marteau. Il revient chez lui pour enterrer son royaume et Cate Blanchett en roue libre. Il perd un œil pour parfaire son look, et part avec les siens en direction de la Terre. Sauf qu'il croise le vaisseau de Thanos. Dommage.

 

Photo Chris Hemsworth, Mark RuffaloReady... fight !

 

Ce qui va : Le grand gamin Taika Waititi arrive dans l'arène Marvel et s'amuse avec un plaisir manifeste à composer cette symphonie pop-rétro parfaitement calibrée pour 2018. Après deux premiers films aussi mous que mouais, Thor 3 agit comme un antidépresseur assumé, délirant et décomplexé, qui jette un pavé arc-en-ciel dans la marre tièdasse du super-héros électricien. Un humour souvent efficace, une direction artistique souvent très séduisante, une énergie souvent fort entraînante, pour un film souvent très sympathique, régressif, et doté d'une bonne énergie.

Ce qui ne va pas : Le grand numéro ne peut cacher la vacuité d'un machin qui ne raconte à peu près rien, et sort tout l'attirail hollywoodien (une musique cool, un décor cool, une réplique cool, un ralenti cool, une actrice cool en méchante cool) pour endormir les neurones. On pourra s'en amuser et apprécier que Marvel assume son statut avec cette parenthèse légère, mais on pourra aussi trouver qu'on nous sert un bel opium un peu trop calibré pour l'ambiance nostalgique de 2018.

 

La suite et fin du classement, c'est ici.

Retrouvez la première partie du dossier par ici.

 

 

 Dossiers publiés une première fois en avril 2018, et mis à jour en avril 2020

Photo Affiche

Affiche

Affiche Benedict Cumberbatch

affiche finale

Affiche française

Affiche

affiche definitive

Affiche française

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Lebon nj
01/01/2021 à 18:47

1. Captain América : le soldat de l'hiver.
2. Thor 1
3.Thor 2
4. Docteur Strange
5.Civil war
6.Infinity war

Voilà mon classement du MCU

RobinDesBois
26/04/2020 à 03:18

Toutes les points négatifs que vous adressez à Thor 3 sont très pertinents ... pour les gardiens de la galaxie en particulier quand vous parlez de vacuité et de film ultra calibré, cela résume tout les films de James Gun. Ce Thor 3 est au contraire le plus libre de tous les Marvel, le réalisateur s'éclate et ne fait pas semblant contrairement au médiocre Gun, et en plus ça n'est pas vide, c'est un véritable hommage cohérent à la série b SF rétro (et pas un patchwork misérable et minable de toutes les conneries pop possibles façon gardiens de la galaxie) qui existe malgré tout par lui même. Taika Waititi fait tout ce que Gunn aimerait faire et n'arrivera jamais à faire parce qu'il n'a pas de sincérité, pas de créativité, pas de vision.

Un peu comme le charlatan Tarantino qui s'est pris pour PTA dans son dernier film et qui a produit du vide comme d'habitude.

Daddy Rich
25/04/2020 à 15:34

J'ai un gros problème avec ce second classement!
Sauf Captain America 2 qui est pour moi, un des meilleurs films du MCU (avec Ant-Man!).
Le reste relève du moyen voir, du mauvais!
Non mais franchement, les deux derniers Spider-Man sont des bouses pour ados en mal de sensations! Rarement vu des trucs aussi nazes!
Doctor Strange, mouai.... bof j'ai piqué du nez au bout de 20 minutes!
Iron Man 3 est pour moi un des pires naufrages de ces adaptations! (Je préfère largement le second opus qui je trouve est à sa juste place ici!).
Thor Ragnarok n'est qu'une redite des Gardiens de la Galaxie en mode too much! (sympa mais dispensable!).
Bref, un peu loupé ce second classement! ;-)

Bassline
25/04/2020 à 11:46

Je sais que ce ne sont que des opinions personnelles, mais j'ai beaucoup de mal à comprendre certains choix de ce classement. Le soldat de l'hiver et Civil war aussi loin ? Pour moi ces derniers sont absolument géniaux et sont clairement dans le top 5. A l'inverse, je pense qu'Iron man 2 est une bouse à placer dans les derniers. J'ai aussi beaucoup de mal avec Endgame à peine en 14e position. Certes le film aurait gagné à s'affranchir de quelques blagues lourdingues, à traiter avec moins de légèreté la dépression de Thor ou la fusion Banner-Hulk ou encore à rajouter un peu plus de tension comme l'a si bien fait Infinity War, mais quand même ! Le film reste monstrueux est à la hauteur des attentes, bien construit tout en s'imposant comme un hommage nostalgique à tous les films précédents. Il termine la majorité des arcs narratifs de l'Infinity Saga, c'est une conclusion authentique et puissante.

Pseudo
24/04/2020 à 23:36

Du pire au moins pire plutôt

DjFab
24/04/2020 à 21:58

Spider-man Homecoming devant Avengers Endgame : LOL !

Gregdevil
24/04/2020 à 20:58

1 : Gardien de la galaxie
2 : Infinity War
3 : Iron Man
4 : Le Soldat de l'hiver
5 : Civil War

Je suis globalement d'accord avec Marc dans son analyse.

Marc
24/04/2020 à 16:45

Marvel fait tellement parler (voir jaser), alors qu'il s'agit d'un studio comme un autre, qui a ses lots de réussites et d'échec. Ils ne font ni moins bien, ni pire au niveau des blockbsuters. Finalement la vraie question est celle de l'univers partagé.

Pour un classement, d'abord un top 5:
1)Avengers Infinity War
2) Gardiens de la Galaxie
3) Avengers I
4) captain America Winter soldier
5) iron Man I

Pour moi, c'est 5 là sont de grands films de super héros que je classe (mais dans un genre différent évidemment!), à une place analogue à celles de Logan, The Dark Knight, Xmen 2, Spiderman 2, Wonder Woman, Joker, Day Of Future past ou Watchmen. Ca fera discuter, mais j'insiste sur l'idée que ces films sont de niveau comparables, mais tous dans un registre différent.

Pour les 5 autres, je placerais:
6) thor 3
7) Avengers Endgame
8) Black Panther
9)Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2
10) Civil War (ex aequo avec Doctor Strange)

Ces films sont un cran en dessous du top 5, mais restent quant même de très bons divertissements, pour des raisons assez différentes. Ils ont tous un ou plusieurs gros défauts qui empêchent d'en faire de grands films, mais on ne peut pas les évaluer en dessous d'un niveau "bon" ou "plus que correct".

Par contre le reste des films, certains ont d'authentiques qualités (comme Spiderman Far From Home, iron Man 3 ou le premier Captain America) et méritent le respect. Mais pour le reste, ils sont au mieux des "épisodes fillers" sans intérêt, soit des films bien foirés.

Jason Taverner
24/04/2020 à 16:45

Limiter Thor Ragnarok a quelque chose qui ne raconte rien et qui ressemble à une pastille nostalgique me semble assez discutable. Au delà du côté flashy et année 80 assez présent, le film est intéressant dans son questionnement des artifices et des personnages, leur apparence et leur corps. Il y a tout un travail sur le faux que je trouve bien intéressant.
Et ce qui fait de lui l'un des meilleurs Marvel aux côtés d'Iron Man 3 et les Gardiens Volume 2.
Après personnellement j'aime assez Ant-Man et La Guêpe, un film assez modeste et qui le sait, qui réduit ses enjeux a quelque chose de plus humain avec pas vraiment de méchant ni de menace importante, et c'est surement sa plus grande force avec Paul Rudd.

maxleresistant
24/04/2020 à 16:14

Le soldat de l'hiver est trop loin pour moi ^^

Impossible de faire un classement qui mettra tout le monde d'accord mais ça fait débattre.

Plus
votre commentaire