Black Panther : critique blackout

Créé : 6 février 2018 - Geoffrey Crété

Avant Avengers : Infinity War, il y a Black Panther de Ryan Coogler, première aventure solo du super-héros incarné par Chadwick Boseman. Après son apparition dans Captain America : Civil War, T'Challa de Wakanda débarque donc dans un film très attendu, notamment pour le symbole qu'il sera dans le contexte social et politique de 2018 aux Etats-Unis. Et le rendez-vous semble plus que manqué.

Affiche
524 réactions

MÉTAL NOIR

DC a marqué un point avec Wonder Woman, leur premier film de super-héroïne, réalisé par une femme, dont le succès phénoménal en salles résonne encore aujourd'hui. En face, Marvel a enfin décidé de dégaîner Captain Marvel (prévu pour 2019), mais a orchestré un autre coup : Black Panther, premier super-héros noir du MCU, avec un réalisateur noir (Ryan Coogler) et un casting dans le même sens. Comme Wonder Woman, la panthère noire vit d'ailleurs derrière un champ d'invisibilité, qui sert autant à protéger son monde qu'à disparaître aux yeux des autres.

Apparu pour la première fois dans Captain America : Civil War, le prince T'Challa incarné par Chadwick Boseman a donc droit à son tour à une origin story, qui lève le voile sur le mystérieux royaume du Wakanda, gardé secret depuis des siècles en Afrique grâce au fameux vibranium (le métal utilisé pour créer le bouclier de Captain America), qui a permis à son peuple de créer toutes sortes de technologiques incroyables.

Black Panther serait donc un événement sur le papier, une date dans l'histoire moderne du super-héros, et la dernière étape avant la sortie d'Avengers : Infinity War en avril prochain. Mais c'est surtout l'un des films les plus ratés de l'univers Marvel.

 

Photo Chadwick Boseman

 

LA PANTHÈRE RONFLE

Black Panther donne la désagréable impression d'un produit vieillot et vide, particulièrement laid et mou, et d'une ringardise navrante. Après les trips spatiaux des Gardiens de la Galaxie Vol. 2 et Thor : Ragnarok, la renaissance teen movie de Spider-Man : Homecoming et les dimensions magiques de Doctor Strange, le film de Ryan Coogler renvoie aux heures les plus sombres du MCU. A une époque où, par excès de confiance ou pur cynisme même pas camouflé derrière un bel emballage, des Iron Man 2 ou Thor : Le monde des ténèbres arrivaient.

La première aventure de la panthère noire est l'un des Marvel les plus soporifiques, et la pire origin story d'un univers de plus en plus grand. Ici, il n'y a même pas le second degré d'un Thor ou d'un Ant-Man, ou l'ambition visuelle d'un Doctor Strange, pour masquer les limites d'un scénario calibré à l'extrême, qui ressemble à un interminable (2h30) couloir de dialogues et péripéties téléphonés. Il n'y a qu'une vilaine entreprise très fragile, qui ne trouve à aucun moment son identité entre le pseudo-discours politique, l'univers coloré et magique, l'aspect guerrier, et la naissance d'un super-héros voué à devenir une pièce importante des Avengers.

 

Photo Chadwick BosemanChadwick Boseman, maillon faible du MCU ?

 

Il y a en revanche une poignée de scènes d'action aussi laides que peu inventives, avec des images de synthèse très mal gérées, des chorégraphies trop classiques et un manque d'imagination désolant vu que le Wakanda est doté d'une technologie de pure science-fiction. Il y a des personnages désincarnés, du T'Challa monolithique aux figures parentales grotesques, en passant par des seconds rôles sous-écrits au point d'être régulièrement rangés au niveau des figurants. Il y a des acteurs embarrassants (Chadwick Boseman, Forest Whitaker) ou embarrassés, peu servis par une écriture d'une platitude affolante.

Même l'humour, pièce maîtresse de la formule Marvel et éternelle bouée de sauvetage des films, est un échec spectaculaire. En abaissant ce curseur pour laisser la place au super-héros politisé, puisque noir, le film se retrouve à ouvrir les vannes lors de courtes parenthèses parfaitement artificielles, notamment avec la pauvre Letitia Wright qui incarne la version Wakanda du M de James Bond. Au détour d'un gros plan sur des orteils, d'un gag en pleine bataille ou d'une réplique censée humaniser le héros, la gêne est réelle.

 

Photo Lupita Nyong'o, Danai GuriraDanai Gurira (à gauche) tire son épingle du jeu

 

LES GRIFFES DE L'ENNUI 

Autre problème : le discours qui se veut sérieux de Black Panther. S'il est évident que l'intrigue tente de mettre en scène de manière simplette une double vision du monde tendance Martin Luther King et Malcolm X, le point de vue est à la fois grossier et étrangement confus. Killmonger est présenté comme un homme blessé, rejété par sa communauté après que son père ait été tué par son oncle, et qui souhaite partager la richesse du Wakanda avec le reste du monde. Parce qu'il a grandi aux Etats-Unis après avoir été délaissé dans un quartier défavorisé, il a développé une soif de justice et un désir d'aider les plus démunis avec la puissance de son pays - lequel est parfaitement replié sur lui-même.

La gentille (et finalement insignifiante) Nakia (Lupita Nyong'o), celle que T'Challa aime, tient le même discours noble au début du film. Il faudra donc que Killmonger, incarné par Michael B. Jordan, vire au méchant destructeur en deux scènes excessives, avec l'habituel plan de domination du monde, pour rentrer dans les clous. Ou comment transformer un discours intéressant sur la lutte des classes et l'interventionnisme, en programme de blockbuster ordinaire. 

 

Photo Chadwick Boseman, Michael B. JordanChadwick Boseman vs Michael B. Jordan 

 

D'autant que le spectacle est si peu assuré que le spectateur aura tout le loisir de somnoler ou s'interroger sur ce machin sans saveur. Black Panther a beau avoir un arsenal technologiquement fou, il n'y aura qu'une version high-tech du pilotage à distance ou quelques secousses supersoniques pour agrémenter les poursuites. Présenté comme un lieu extraordinaire, le Wakanda se résumera à quelques plans très larges sur les immeubles de la ville, un rail de métro moderne, des fleurs fluorescentes ou quelques rhinocéros sortis de l'esprit de Guy Ritchie.

Le climax du film, sur une grande pelouse décorée d'un morceau de béton et trois rochers, est à ce titre parmi les plus mous du MCU. Malgré la magie et la technologie omniprésentes, l'univers de Black Panther n'est pas palpable et manque cruellement d'imagination.

Sur cette triste et monotone scène de théâtre, seuls Andy Serkis et Danai Gurira parviennent à exister. Le maître de la performance capture incarne avec un plaisir régressif et communicatif ce grand méchant de comics, qui apporte sans mal quelques couleurs aux scènes. Et en générale de la garde royale, l'actrice de The Walking Dead tire son épingle du jeu grâce à un beau charisme, qui apporte notamment à ses scènes d'action une dimension plus bestiale et guerrière bienvenue. En quelques scènes, côté action ou humour (lors de l'amusante scène du casino), elle brille. De très maigres éléments qui ne peuvent sauver Black Panther de son statut à peu près instantané de joli ratage industriel.

 

Affiche

Résumé

Ennuyeux, plombé par un manque d'imagination, une intrigue molle et de vilaines images de synthèse, Black Panther est probablement l'un des pires Marvel depuis belle lurette.

commentaires

Jeanne 19/02/2018 à 20:17

Comme quoi, à chacun ses goûts... Je viens de voir le film, que j'ai beaucoup aimé (quelques problèmes, mais très sympa quand même), alors que je me gentiment emmerdée devant Guardians of the Galaxy et très sérieusement emmerdée devant Guardians 2, qu'EcranLarge avait adorés. Chacun son truc :)

emi 19/02/2018 à 16:48

Mon gamin de 9 ans et demi a trouvé le film "bof" alors que le simple fait d'aller au cinéma le porte au nirvana, c'est dire que ça doit être vraiment nul !

Hank Hulé 19/02/2018 à 11:09

J'ai adoré : manque juste un tube de Yannick Noah !

Rarara 19/02/2018 à 09:26

On est quand même plus proche du nanar que du chef d'oeuvre on va pas ce mentir, y'a tellement de points négatifs que ça en fait un film plus que moyen... Effet spéciaux à vomir scène d'action mal filmé personnage énervant et surjoué, scénario écrit avec les pieds... Y'a un personnage qui déclenche une rébellion y'a plein de mort puis il stop sa rébellion car il veut pas s'embrouiller avec sa meuf mdrrr ridicule , seul les costumes son cool dans le film...

yellow submarine 19/02/2018 à 06:46

Bon après avoir vu le film je sais ce qui m'a et qui restera comme l'élément le plus violent de votre critique, définir ce film de "joli ratage industriel" franchement votre violence laisse pantois.

Le film est bon, pas révolutionnaire, pas émoustillant de bout en bout, mais il reste bon.

La seule chose que je reprocherai vraiment est le combat final entre les deux antagonistes en cgi je n'ai pas du tout accroché. Leur précédent combat sur la chute d'eau était bien plus spectaculaire. L'abus de sfx m'a complètement fait décroché.

Mais ça reste un grief mineur, l'ensemble du film est bon.
La direction artistique que vous décriez m'a franchement enthousiasmé.
Je ne remets pas en questions vos goûts mais vu l'influence de toute la culture tribale africaine et culture tout court sur ce film c'est assez gonflé de votre part de critiquer cela voir très très limite mais je ne prendrais pas les raccourci que d'autre ont fait plus bas et vous tacler d'une chose absurde et surtout tellement facile.

Kean 18/02/2018 à 18:35

@Simon le ça caille la-bas
Ben alors mon pepere..
La plupart dea critiques sont bonnes dc : "Enfin on dirait plutôt que vous avez un problème personnel avec ce film (Quasiment la seul critique négative que j 'ai pu voir) , peut être bien que certaine vérité vous dérange , a bon entendeur.

Ce que tu fais la s’appelle du poujadisme de tres bas etage et vu revu et revu et devient fatiguant..
As tu lu les nombreux commentaires, dont je fais partie, qui vont ds le sens d’EL?
Sommes nous tous des conspirationnistes qui ne veulent absolument pas voir la seule verité, celle que Black panther est un succes total?
As tu fait le meme procès pour WW?
As tu lu le commentaire juuuuuuuste en dessous du tien de STATUS?
Etant lui meme africain et n’etant pas fan du film, a juste titre (hehe..), qu’est ce que ça fait de lui a tes yeux?
Un traitre?
Tu vas vite t’enfermer ds 2,3 stereotypes a ce rythme la mon garçon.
Allons, allons..
Bisous et Wakanda for ever..?

Simon Normandie 18/02/2018 à 17:38

On dirais bien que Ecran Large n'a absolument rien compris au sens du film black panther que ce sois au niveau politique et social ainsi qu'a la représentation de la communauté noire dans le monde et de l'Afrique.... si vous vous étonnez de ne pas voir de scènes a effet spéciaux trop énorme c est parce que c'étais le but rechercher par le réalisateur et par marvel le film ce devait d'être plus sérieux et parfois meme sombre pour faire la transition avec le prochaine Avengers mais aussi pour les message de vérité sur la culture africaine et leur descendant tant actuel que passé (colonisation), tout en restant dynamique drôle et beau.
Enfin on dirait plutôt que vous avez un problème personnel avec ce film (Quasiment la seul critique négative que j 'ai pu voir) , peut être bien que certaine vérité vous dérange , a bon entendeur.

STATUS 18/02/2018 à 16:45

Oui je suis africain et un grand fan de Black Panther et lu toute BD marvel dans lequel il apparaissait.. la Critique de ECRANLARGE est severe... mais je peux la comprendre..C est parcequ il connait et aime le personnage.. Au vu de ce que je connais aussi du personnage, de sa dimension de combattant hors paire si c n'est a l image de Captaine america dans le SOLDAT D HIVER.ou Dardevil et au vu de toute la publicité autour du film.. J ai été decu... niveau costume rien a dire.. mais pourquoi ses images de synthèse qui ont pourri le film? De vrai décors et de vrais combats a l image de ce que font les chinois auraient plutot été adapté au personnage. Et les pleurs de la PANTHER NOIR sont de trop selon moi.. un fois OK mais plus c est trop... Que T challa ai un bon coeur, suis d accord. Mais c est pas un pleureur...

iPodz 18/02/2018 à 15:06

Putain ! Eh ! Sympa le remake du Roi Lion, non ??? :D

Rorov94 18/02/2018 à 14:14

Et merde!j'aurai adoré aimer ce «seigneur des afro»,ce film d'«afro fantasy»...
Hélas,et ça fait chier de l'admettre,EL a entièrement raison.
Cette critique dit exactement ce que je pense,à la virgule près!
En plus c'est un de mes super héro préféré...
Et merde!

Plus

votre commentaire