Avengers : Endgame - critique sans spoilers

Geoffrey Crété | 23 avril 2019 - MAJ : 31/07/2019 18:08
Geoffrey Crété | 23 avril 2019 - MAJ : 31/07/2019 18:08

Après 22 films plus ou moins réussis et 10 ans, Iron ManCaptain AmericaThorBlack Widow, Hulk, Hawkeye et leurs collègues arrivent à un moment charnière. Après les événements d'Avengers : Infinity War, où Thanos a exécuté son terrible plan, le MCU (Marvel Cinematic Universe) a beaucoup de questions à affronter, entre le futur des héros actuels et celui des nouveaux visages, comme Captain Marvel. Avengers : Endgame est-il à la hauteur de cette mission impossible ?

THE LEFTOVERS

Après le temps du chaos, celui des réparations. La défaite contre Thanos a laissé les Avengers survivants dans un puits de désespoir, sous le choc de la disparition de bon nombre de leurs camarades, et la moitié de la vie à l'échelle de la galaxie. Avengers : Endgame insiste sur ça dès la scène d'introduction, comme pour remuer le couteau dans la plaie laissée par Infinity War dans le coeur des fans. L'enjeu est alors simple et clair : sauver les disparus, et sauver le MCU. 

Le film des frères Russo a environ 3 heures pour y parvenir, et si elle reprend peu de temps après la fin d'Infinity War, l'aventure redouble d'efforts pour offrir une conclusion épique et digne de ce nom à la bataille contre Thanos, en avançant très loin. Iron ManCaptain AmericaThorBlack Widow, Ant-Man, Hawkeye, Hulk et quelques autres vont ainsi lancer un plan de la dernière chance pour sortir de ce cauchemar, quitte à aller plus loin que quiconque avant dans le MCU.

Difficile d'en dire plus sans dévoiler ces éléments savamment gardés par Marvel Studios dans la promo du film. Reste une seule question : Endgame est-il à la hauteur des attentes faramineuses sur cette apothéose de 10 ans et 22 films ? Le spectacle a beau être parfois au rendez-vous, avec une grosse dose d'humour et images spectaculaires pour satisfaire le public, sans parler d'une fin qui fera beaucoup parler, la réponse est plus que mitigée.

 

photo, Robert Downey Jr.Iron Man face à sa défaite contre le Titan fou

 

LA LIGUE DU DEMI-LOL

Si Infinity War était une attraction palpitante et presque ininterrompue de 2h30, à la structure très claire et parfaitement adaptée à cet affrontement dantesque, Endgame choisit une autre voie. Au-delà du facteur humain nécessairement traité vu la situation, le film s'éparpille, avance par à-coups, et peine à trouver son rythme de croisière jusqu'au grand final inévitable.

C'est particulièrement évident dans la première heure. Après un sacré choix narratif qui risque d'en calmer plus d'un, le film s'embourbe dans une longue et poussive peinture des lamentations des héros, entre grosses larmes et vilains traits d'humour. L'émotion serait belle, si elle était réellement traitée et assumée. La légèreté serait possible, si elle était maîtrisée et équilibrée.

Une "nouveauté" liée à l'un des héros est si lourdingue qu'elle est traînée jusqu'au climax, occupe le premier plan de beaucoup de scènes (gênantes) pour finalement être quasiment zappée dans l'action. Après le beau et nécessaire parfum de tragédie d'Infinity War, Endgame se pavane trop souvent dans une légèreté à la fois bête et hors de propos, qui n'a aucune place dans l'intrigue de cet univers désespéré. Comme pour gagner du temps, ou calmer le jeu après la conclusion morbide du précédent film, alors que l'intérêt est ailleurs.

 

photo, Mark RuffaloNon

 

INFINITY BLAME

Ce problème de rythme vient également du principal moteur du film, que beaucoup de spectateurs et fans ont deviné depuis longtemps, mais dont on ne dira rien ici. Censé ouvrir la porte à une aventure inédite et excitante, il donne lieu à une suite de scènes parallèles et déconnectées, traitées beaucoup trop vite et sans réel obstacle pour réellement créer du suspense. Ce dernier espoir pour sauver l'univers prend alors des airs de petit jeu pas bien grave, constamment ramené à terre par l'humour sous sa pire forme.

Il y a bien des images, clins d'oeil et éclats de fan service calibrés pour satisfaire le public, mais cette partie ne décolle jamais, n'a pas de profondeur, et ressemble finalement à un enchaînement de petits sketches. C'est potentiellement drôle pour le fan averti, mais désespérement facile et sans conséquence dans la plupart des cas. En plus de soulever quelques questions de cohérence, qui s'ajoutent à de nombreuses grossières facilités d'écriture (l'explication totalement bêtasse du retour d'Ant-Man, l'éclat de génie parfaitement insolite de Tony Stark pour lancer le fameux plan au cœur de l'intrigue).

 

photo, Robert Downey Jr., Chris Evans, Chris HemsworthLa plus très sainte-trinité

 

Thanos, lui, est rétrogadé au rang de vulgaire bad guy. Antagoniste mélancolique et étonnamment charismatique dans Infinity War (qui était son film), il devient un ennemi nettement plus générique et grandiloquent ici.

Pire : l'un des rares beaux moments dramatiques, majeur pour le MCU, n'est qu'une pâle copie d'une autre scène vue dans l'univers étendu. Mise en scène, musique, enjeu... ce lointain écho abîme considérablement l'impact de la séquence, surtout comparé aux beaux moments tragiques d'Avengers : Infinity War.

 

photoThanos est abîmé lui aussi

 

MCU : ENDGAME

La manière dont quantité de personnages sont traités dans l'histoire, et sortis au moment opportun comme des jokers ou des obligations presque contractuelles, témoigne d'un problème de gestion parfois énorme. Pour beaucoup, c'est de la figuration de luxe à peine satisfaisante. L'harmonie d'Infinity War, qui permettait à presque tous les héros d'avoir un moment de gloire ou au moins de caractérisation, est bien loin. C'est particulièrement grotesque et minable pour un des personnages de premier plan, dont la présence-absence après l'intro restera un problème.

Ce Endgame appartient à une poignée d'Avengers, ce qui est à la fois inévitable et problématique vu les enjeux. Le film donne l'impression d'exister principalement pour sa dernière demi-heure, qui affronte des questions et obligations impossibles à éluder à ce stade. En ça, ce 22ème épisode de la saga MCU évite les pièges redoutés, en tournant véritablement une lourde page sans s'offrir d'alternative facile.

 

photo En route vers l'infini, et l'au-delà

 

Le spectacle est assuré dans la deuxième moitié, avec notamment un bouquet final d'une générosité certaine qui offre une poignée d'images spectaculaires et iconiques (dont une réplique exaltante). Et si la direction artistique est moins variée et riche que dans Infinity War, et que les CGI restent l'outil principal de l'action, l'affrontement final souffre moins que bien d'autres films du MCU de cette overdose. Le travail sur les arrières-plans, les couleurs et les décors est plus maîtrisé, et nuance cette impression de gros tas de virtuel mal assemblé.

Mais passé ce shoot d'adrénaline attendu, c'est bien cette conclusion à plusieurs vitesses qui donne sa valeur au film. Thanos aura eu de lourdes conséquences sur le MCU, et plus rien ne sera comme avant après Endgame. C'était la promesse de Marvel, et elle a été tenue.

Après Infinity WarAvengers : Endgame confirme donc que le MCU est arrivé à un tel niveau de popularité et succès que rebattre les cartes est possible. Et c'est peut-être ça qui comptera le plus à ce niveau de production industrielle. Pas que le film manque de vision, semble effrayé par la richesse de son univers, incapable de donner de la place à tous ces fantastiques héros, ou même assumer dignement sa face obscure ; mais qu'il puisse promettre des aventures souvent très familières et parfois un peu inattendues, à consommer pendant encore des années.

 

affiche definitive

Résumé

Moins épique et solide qu'Infinity WarAvengers : Endgame retombe dans les travers du MCU, entre grosses facilités et batailles spectaculaires. Une apothéose pas entièrement satisfaisante donc, mais un chapitre officiellement, définitivement et violemment clos pour Marvel.

Autre avis Simon Riaux
D'une laideur miraculeuse et d'une bêtise hilarante, ce gros pudding émaillé de vannes minables essaie de défaire tout ce que le précédent opus avait accompli. Il y parvient.
Autre avis Alexandre Janowiak
Avec sa propension à l'humour si démesurée, la "sombre" fin du monde de Avengers : Endgame ressemble à une kermesse balourde interminable. Le bazar narratif n'aide pas l'ensemble qui s'enlise dans le fan service facile et les incohérences, loin de la tragédie poignante espérée. Une immense déception.

commentaires

Fils
16/08/2019 à 05:09

A mon avis, on n'a pas regardé le même film!!!
A moins que vous n'êtes pas un grand fan de comics, auquel cas je ne vois pas a quoi sert de faire une critique sur un sujet que vous ne connaissez pas ^^

Gws
16/08/2019 à 02:13

La ou j'avoue que capitaine Marvel était casi inutile ou on pensait franchement qu'elle va faire la différence dans la bataille! On va pas dire non plus que le film est mauvais... Les critiques sont toujours comme les supporteurs de foot ... Toujours a gueulé dans les gradin alors qu'il ne sont pas sur le terrain!

David caron
22/07/2019 à 17:56

Les deux premiers avenger pas mal infinity bien comme il faut mais endgame ça vaut le coup de l achete j'ai l'impression c'est pas fous fous dommage je c'est je doit me faire mon propre avis vive ecran large, les années laser et les pro de l'écrit bravo tout le monde

Pitrey
02/07/2019 à 18:02

Woouuaaa, vous êtes allez voir la version chinoise du film ou quoi ? Le film c'est the best Movie ever ! Si le rythme du début alterne entre précipitation et ralenti c'est parce qu'ont suis les humeur des personnages. La scène girl power, bordel mais c'est pas pour faire taire les féministe, de la testostérone ont en bouffe dans tout les film, avoir une scène comme ça est très rafraîchisant. Et les deux sacrifice... La deuxième resteras graver sur ma rétine. Pour smart-hulk je vous l'accord il sert pas à grand chose.
Je trouve vraiment dommage que vous soyez pas réceptif à la beauté de ce film qui magnifie parfaitement Infinity-war.

tom's
13/05/2019 à 00:53

Vu enfin hier, je vais tenter de faire bref le film s'étire inutilement sur 3h,aller retour incéssant entre terre & ce vaisseau spatiale filmé d'une maniere et le soucis est la encore une fois trop de gros plans,dans l'action qui souvent n'est qu'une sucession de déja vu,peu inspiré peu cinégique,je pense que kevin feige n'as pas de culture ciné et les Russo's des arnaqueurs,sans idées de mise en scène, je suis athéré par le manque d'audace visuel systématique des films a ressembler a l'autre pour pouvoir les mixers me gave j'ai lu ca toute mon enfance et c'est autre chose varié créatifs ect la c'est ennuyant;

Geoffrey Crété - Rédaction
11/05/2019 à 17:48

@Dutch Schaefer

C'est l'un des points qu'on développe dans cet article plus détaillé et avec spoilers :

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1083757-avengers-endgame-conclusion-a-la-hauteur-ou-grosse-deception-pour-marvel

Dutch Schaefer
11/05/2019 à 16:37

@Naude:
Je vais reprendre ton idée, sur Cptain Marvel!
Elle arrive! On y crois! Puis... de baffes et puis s'en va!
Tout ça pour nous filer Iron Man (et surtout Downey Jr!) qui va se sacrifier pour sauver l'humanité...
Non mais les mecs, vous êtes sérieux?
Captain Marvel qui dégage au bout de 2 pichenettes de Thanos et l'autre Millardaire qui arrive pour sauver le monde!
C'est quoi cette histoire?
Voilà ou est ma déception dans ce film (et je suis pas le seul...)
J'étais entré dans la salle en pensant voir Captain Marvel prendre les commandes, et quoi...? Je vois un film sur l'égo d'un acteur!
BEURK!

Dutch Schaefer
11/05/2019 à 16:10

Bon visiblement ma critique n'est pas passé! Donc vu que je m'étais cassé le cul à la taper...
Je vais résumer la chose:
1/ j'aimais plus les Marvel au ciné!
2/ J'ai aimé INFINITY WAR!
3/ Captain Marvel... (je suis pas objectif!) donc on passe!
4/ Ce Endgame, j'ai passé un bon moment, malgré quelques petits trucs gênants. (Captain Marvel, qui est presque inexistante! Downey Jr qui impose sa patte et son statut jusqu'à la fin! Et la scène "Girls Power, qui m'a bien gonflé, dans le style "balance ton porc et autres Me Too"
Sinon, 3h qui passent vite et relativement sympa, pour ce qui reste de la Bande Dessinée à la sauce Mickey!
(N'est pas IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE qui veut!) ;-)

Kimhari
10/05/2019 à 23:59

Il vient de battre le record de Titanic parait-il...n'y a-t-il que les naufrages qui fassent recette? Non mais franchement, après un Infinity War qui décape, on nous sort un sous produit aux relents pseudo psycho-dramatiques façon Kustirica. Les héros sont fatigués (et je ne parle pas que de Thor), on sent qu'ils n'attendent qu'une chose: le clap de fin. Plus aucun enthousiasme, juste le sentiment de se dire "j'y etais" pour certains perso à réplique parfois unique. Bref, on sait où est passé largent de la production: dans le cachet des acteurs. Euh....c'est pas Captaun Marvel qui devait tout dechirer? Non elle a pas le temps....sauf au moment où tout semble partir en quenouille alors un petit tour et puis s'en va. Je n'ose même pas commenter d'ailleurs la dernière image d'elle, sa position "solitaire" sur les marches à l'enterrement de Stark, ridicule... Certains diront que la bataille finale en jette, moi je dis que ce n'est qu'un mauvais mix de celle de New York dans Avengers et de Infinity peu digeste. On a même le droit au moment "Balance ton porc" avec une réunion de donzelles qui sauvent le monde; grosse ficelle tournée rappelons-le peu de temps après l'affaire Wenstein, histoire de calmer les féministes. Ya des hauts, ya des bas....bref, cette bataille est allégorie de la vie histoire de rester dans le thème!
La première heure est....euh non en fait c'est les 2 premières heures....oh et puis finalement c'est 90% du film qui est à jeter. Illustration parfaite de l'ensemble du film, l'intervention de Groot avec son fameux "Je s'appelle Groot" que tout bon fan attend. Bah on l'a eu et....puis c'est tout! Les réals n'ont fait que ça durant tout le film: donner aux fans juste le minimum syndical pour que le film ne soit qualifier de nanar. Je conclurai par un petit néologisme pour qualifier ce film: ce n'était pas le MCU mais le DéCU en ce qui me concerne...

Gemini
08/05/2019 à 18:19

Cameron a claqué ses records sur des films originaux. Là il en a fallu 22 pour en arriver là. Qu'on passe à autre chose à Hollywood, il est temps.

Plus

votre commentaire