Thor : Ragnarok - critique fulguro-flashy

Simon Riaux | 19 octobre 2017 - MAJ : 06/10/2019 14:13
Simon Riaux | 19 octobre 2017 - MAJ : 06/10/2019 14:13

Après deux films avec Chris Hemsworth qui n’étaient pas parvenus à s’emparer du concept d’un héros mythologique, fort d’une iconographie épique, Thor : Ragnarok nous avait passablement agacés avec une promo terriblement opportuniste, qui tentait de faire du pied aux fans de Gardiens de la Galaxie ainsi qu’aux nostalgiques d’années 80 vitrifiées, ré-imaginées pour séduire ceux qui ne les ont jamais connues. Pourtant, le film de Taika Waititi vaut bien mieux que le gloubi-boulga fluo que nous a vanté Disney.

 

DE VIEUX POTS…

Pourtant, sur le papier, le film aligne la plupart des tares des productions Marvel. On y retrouve le je-m’en-foutisme technique propre au studio et à la fabrication précipitée de ses produits, tant certaines scènes évoquent plus un DTV luxembourgeois qu’un blockbuster au budget confortable (en témoignent les retrouvailles avec Odin, dotées d’un fond vert indigne d’une publicité pour un cabinet d’assurance en liquidation judiciaire). Quant aux enjeux émotionnels, ils sont proches du néant, ce que confirme la diction comateuse d’Anthony Hopkins, manifestement pressé d’en finir avec une franchise qui lui aura au moins permis de refaire deux fois le crépit de sa piscine.

 

Photo Jeff GoldblumJeff Goldblum, parfait en dictateur amateur de fondues fluo

 

Pour le respect du matériau original, il faudra également se faire une raison. On avait compris dès les trailers flashys que le film se fichait comme d’une guigne de son sous-titre et n’avait pas sérieusement l’intention d’adapter Ragnarok, un des arcs narratifs les plus riches et graves de Thor. Plus embêtant : alors qu’on attendait de pied ferme la rencontre entre le héros Asgardien et Hulk, ce dernier pâti d’une écriture aussi grossière que paresseuse. Le géant vert se voit ici réduit au rang de débile léger à la synapse contrariée, perdant toute sa superbe, mais aussi de son impact narratif, au sein d’un récit qui n’avait pas besoin d’en faire l’économie.

 

Photo Chris Hemsworth, Tessa ThompsonWalkyrie qui rit qui rit (désolé)

 

MAIS UNE SACREE BONNE SOUPE

Et pourtant, Thor : Ragnarok s’avère une des plus belles surprises concoctées par Marvel de récente mémoire. N’y allons pas par quatre chemins, c’est en grande partie le fait de son réalisateur, Taika Waititi. Venu de la comédie indépendante avec Vampires en toute intimité et Hunt for the Wilderpeople, l’homme sait mêler la sensibilité des caractères qu’il croque avec un véritable sens du tempo. Aidé par l’ADN du projet, qui assume de livrer une authentique comédie, plutôt qu’un film d’aventure aux nœuds dramatiques désamorcés à coups de blagounettes, il peut se livrer à de pures moments de folie zygomatiques.

 

Photo Tessa ThompsonWalkyrie qui rira le dernier (désolé 2)

 

Il rappelle ainsi qu’il est un technicien du rire discret mais diablement efficace, lorsqu’il livre en une séquence une parodie totale de Doctor Strange, usant uniquement d’une astuce de montage qui propulse le film dans le slapstick et le comique de situation. Diablement créatif dès qu’il s’agit d’amuser, Waititi aborde également ses scènes d’action avec une grande intelligence.

Sans doute conscient qu’il n’est pas un spécialiste de la question, il opte pour des séquences musclées éminemment lisibles, qu’il émaille d’hommages formidablement iconiques. Le cinéaste se montre ainsi capable de passer en un plan de Flash Gordon  à Doom, pour mieux nous surprendre à coup de climax tout droit sorti d’Albator. Des citations qui ne réinventent pas la poudre mais dopent parfaitement ce récit très calibré et laissent espérer que l'artiste soit peut-être un candidat bien plus solide qu'on ne le pensait pour prendre à bras el corps le défi Akira.

 

Photo Mark RuffaloUn Hulk un peu fatigué...

 

Enfin, et pour la première fois (exception faite des Gardiens de la Galaxie Vol. 2) le casting se livre ici à une loufoquerie absolue. Tessa Thompson confirme la plasticité de son jeu, alors qu’elle incarne avec gourmandise une Walkyrie poivrote et sensuelle, tandis que Tom Hiddleston a enfin quelque chose à jouer en Loki. Mais c’est Chris Hemsworth qui impressionne le plus, parfait de bout en bout en héros positif échappé de l’Âge d’Or hollywoodien, vecteur idéal de la déconstruction de la recette Marvel que propose avec autant de discrétion que de ténacité Taika Waititi.

 

Photo Affiche

 

Résumé

Plutôt que de révolutionner la recette Marvel, Taika Waititi choisit de la pirater discrètement pour faire de Thor le héros d'un Flash Gordon aux airs de buddy movie spatial, aussi superficiel qu'instantanément charmant.

Autre avis Geoffrey Crété
Il y a du style et de l'énergie, ce qui propulse Thor : Ragnarok au-dessus de bien d'autres morceaux fades et incolores du MCU. Mais ça n'en reste pas moins très anecdotique et fonctionnel derrière cette belle vitrine.

Lecteurs

(3.4)

Votre note ?

commentaires

Flo
01/02/2020 à 14:25

Ah oui, c’est Thor… Cherches pas, t’as tort.

Alors bon, si on regarde ce que ça a donné sur grand écran jusque là, on comprend un peu le « problème » si on se rend compte que c’est d’abord un personnage de Jack Kirby, plus que de Stan Lee. OK, il avait lui aussi son handicap « humain » au début (directement inspiré de celui du héros Fawcett Comics Captain Marvel Junior)… jusqu’à ce qu’on révèle que son avatar Donald Blake n’existait pas vraiment.
Comment alors rendre un tel personnage plus sympathique et fédérateur, plus proche de l’identité Marvelienne (pour ne pas le confondre avec d’autres types de héros, comme ceux de DC) alors que son coté arrogant et « over the top » peut le rendre encore plus insupportable qu’un Tony Stark ? Perte de pouvoir, second degré, un peu de caractère chevaleresque, et ça passe.
Et là où ça cale un petit peu, plus qu’avec le film "Dr Strange", c’est qu’en étant un peu plus terre-à-terre on s’éloigne justement de la vision d’un Kirby, à base de folies visuelles incroyables, de mélanges de concepts forts… Si bien que jusque là, chaque film Thor solo ne représente qu’une part congru de cet univers bien particulier, jamais complètement poussée jusqu’au bout pour ne pas trop entamer l’homogénéité de cet Univers, l’empêcher d’être un membre crédible des Vengeurs. Voilà, pas assez de Kirby, ou même de Walt Simonson.

Avec honneur au super héros dans le 1, qui avait l’avantage de ressusciter un héroïsme grandiose;

Une touche d’Héroic Fantasy dans le 2, simple épisode sympathique aux retards de productions visibles…

Et donc le 3ème ?
Un peu des deux. Toujours un coté précipité, annihilant ainsi toute gravité; toujours de beaux designs, moins que pour les précédents, mais qui passent trop vite à l’écran…
Et surtout un second degré encore plus fou, signe de Marvel Comics depuis longtemps (ici, plus des comics modernes). À savoir: une tendance à ne jamais se prendre trop au sérieux, comprendre par rapport aux héros DC. Et à chaque moments héroïques vite prévisibles, y répondre en nous la jouant à l’envers à chaque fois… Jusqu’à être presque prévisible dans ces gags, justement.
Mais là, héros « show-off » oblige, on serait plus proche de l’esprit d’un "Iron Man 3", voir d’un "GotG" 1 ou 2 (le côté « ce sont des aliens, donc ils font n’importe quoi »). Une volonté kamikaze de ruer dans les brancards dans l’univers du héros, de le détourner en disant que tout n’y est que foutaises, que tout son courage est bâti sur du bullshit qui le verra réduit à un guignolo… Mais sans sacrifier au rythme d’une comédie d’action surélevée par des gros CGI (sans que ce soit du Dawn of Justice, c’est sûr). Un peu plus du cinéma que du comic book, carrément.
Le tout, comme "IM3", ayant même l’avantage de porter la patte de l’auteur qui s’y est incrusté, quelques personnages des films de Taika Waititi étant de bons fanfarons à qui il faut mettre du plomb dans la tête. Et comme toujours, le tout Marvel n’est que de l’habillage pour lui: chaque réals ne fait que « porter les vêtements de l’univers », sans changer de personnalité pour autant.

Alors on expédie y très vite certaines situations, avec un entrain trop visiblement commercial ici:
Boum, Un Surtur et un Dr Strange très 1er degré (plus proche des comics finalement) ! Hop, Adios Jane Foster, Dame Sif, Odin, le Trio Palatin – de manière cruelle - scènes coupées !
Allez, "Immigrant Song" deux fois, parce que vous l’avez bien aimé dans le trailer (et que Waititi avait pourtant juré qu’il n’y aurait pas de chansons… mais pas juste une?) !
Des trucs de montages pas géniaux, avec des reshoots pas toujours très biens faits – quelques incrustations avec Odin, qui devait être vu en SDF au départ:
C’est l’un des points noirs évident de ce film, par ailleurs à la limite de l’anecdotique.

Heureusement il y a Lui: Chris Hemsworth en Thor, ici recyclé en aventurier goguenard en attente de promotion royale. C’est l’acteur lui-même, et ses propres attentes fun et énergiques, qui ressortent de sa performance de star acrobatique… et qualifié dans AoU (la vision avec Heimdall) de Destructeur. On y est là, mais avec un petit coté désabusé se battant contre une certaine naïveté, à l’image du film (voir plus bas de l’analyse). Et même un petit air du film Logan, rasage de cheveux et complicité avec le réalisateur oblige… Sauf que Hemsworth n’a pas 17 ans de Thor derrière lui, donc on ne va surement pas aller vers du héros tragique dans un ambiance « R Rated » plus sèche. Pas encore…(?)
En attendant, très préoccupé par l’idée de ne pas devenir un Musclor de cinéma trop coincé, il fait le show à lui tout seul. Bien qu’il soit entouré d’un redoutable gang de voleurs de scène – en roue libre eux aussi.

Pas autant Mark Ruffalo/Lou Ferrigno en Bruce Banner/Hulk, le premier personnage en intello paniqué (mais perdu loin de chez lui tout de même). Et pour le(s) deuxi(ème), il est enfin très prolixe, bien que basique… mais dans une relation de « copain rival bourrin » digne de la série animée "Avengers Assemble". Et pas du tout dans une vraie adaptation de "Planet Hulk" avec toute sa profondeur (et on n’y voit l’arène qu’UNE fois). Affaire à suivre;
Pas plus Tom Hiddleston en Loki moins salopard et un peu plus emprunté… En pilote automatique du lâche collabo, et faisant quasiment la paix avec Thor juste parce que celui-ci le démystifie dans leur relation, émaillée à jamais de traitrises continues;
Ni Anthony Hopkins en Odin très naturellement empli de sagesse… et de fatigue. Mais si brèves sont ses interventions…

Donc ce sont alors – plusieurs d’entre eux jouant surtout une variation d’un personnage plutôt qu’une adaptation:
Cate Blanchett en Hela, se prenant pour une très vilaine reine de conte de fée (comme dans son film Cendrillon, amère et jalouse?). Surpuissante, pas si reconnaissable – j’ai entendu quelqu’un qui n’a compris que c’était elle qu’au générique de fin). Et fusionnée plus ou moins avec la « vraie » soeur des comics… Ang(H)ela. On peut même penser au Loki femme (dans le corps de Sif). Mais ainsi, elle n’est que fun et dangereuse;
Idris Elba en Heimdall, n’ayant du temps de présence que parce que l’acteur a du charisme, bon…
Jeff Goldblum en En Dwi Gast le Grand Maître, ou plutôt, dixit lui-même, une version d’un autre age puisque le temps sur la planète Sakaar passe différemment (donc un ado attardé, pas encore bleu?) En tout cas, un génial showman, tout est toujours bon à prendre chez un Goldblum, quel que soit le film.
Tessa Thompson en Valkyrie n’est pas LA Valkyrie, càd Brunhilde (sauf erreur elle, on la voit mourir dans le flashback). Et donc un personnage totalement inédit de bagarreuse alcoolo sardonique que Jason Aaron aurait bien pu écrire dans ses propres aventures de Thor… ou Waititi dans son propre cinéma, ça tombe bien. Elle représente un peu plus de constance dans le récit, et c’est tant mieux;
Karl Urban en Skurge l’Exécuteur fait le sbire guerrier un peu abruti, mais in extremis, se révélant moins esclave de son égo. Mineur, mais heureusement fidèle.
Taika Waititi himself en Korg y est plus un mix entre le « vrai » Korg, et l’ami fragile qu’était le « vrai » Miek. Sympa sans plus… Mais le plus important, il sort une phrase qui cristalise aussi le fragile équilibre du film, se balançant au dessus d’un abyme de cynisme (pire, commercial) sans y tomber dedans, de justesse: c’est lorsqu’il dit « Miek est mort, j’ai marché dessus par accident… ah non, il est vivant, tout va bien ! » L’honneur est presque sauf.

Mais l’émotion ? Pas beaucoup, c’est l’autre gros point noir. Et à tout prendre, on peut plutôt conseiller le film "Erik le Viking" de (feu) Terry Jones…
Si l’enjeu est limité dans ce film, que le spectacle de Grand Huit doit être respecté le plus au point d’y ressembler enfin vraiment à du "Flash Gordon" (le film de Mike Hodges hein?) et que le film est conscient de sa propre absurdité cinématographique… et bien ça se fait au détriment du reste.
C’est cool de se lâcher sur le visuel, mais un peu moins quand ça sonne comme des trucs 80’s (c’est pas le seul film en ce moment).
C’est pas mal de ridiculiser la toute puissance des héros, d’Asgard… Mais se limiter à une pièce de théâtre qui ressemble plus à un sketch du SNL (où Matt Damon passerait ici carrément pour un saboteur à la solde d’Affleck ???? ), ou à une Hela montrant la vérité derrière Asgard, ou à une énucléation pas très choquante à voir… Ça va pas bien loin, ça ne supporte pas tout le film. Des critiques des tous puissants, on en a déjà eu des tas dans les précédents Marvel, rien de nouveau.

Alors ne reste que ce divertissement de vacance rigolo, qui met un peu la patate, bien que les trailers cassaient plus la baraque que le film… qui casse des briques surtout. Bien rythmé OK, quelques fulgurance visuelles bien fichues, belles musiques de Mark Mothersbaugh, qui reprend aussi celles de "Thor" 1, 2 et de "Avengers".

Ce qu’on sent derrière tout, c’est moins ce cliché ultra rebattu de « Marvel tient trop la brides de réalisateurs esclaves blablabla », ce qui devient idiot à force (y a un cadre, ils sont choisi par rapport au style qu’ils ont choisi, c’est tout). Non, on devine presque derrière une méthode proche de ce que font Warner avec leurs films DC: au delà de la concurrence, ne les concevoir qu’en fonction de ce que font les autres réals au sein du studio. Donc en gros, pas de "Ant-Man" trash et délirant parce que déjà par Gunn dans les les "GotG"; pas de grande vilaine impitoyable dans "GotGv2" parce que déjà Hela dans le présent "Thor"…
et donc ici, des Revengers au lieu des "Defenders", parce que la série tv Netflix; pas de Roi noble et digne parce que ensuite dans "Black Panther"; et pas de Fin de Tout hyper dramatique, parce que déjà prévue pour "Avengers: Infinity War".

Alors un navet de l’espace (il y a déjà une couv de Howard le canard existante) ?
Pas vraiment, car si on est bien disposé – d’où les vacances d'Automne – on a la banane en regardant ce film un peu fou, car ça n’essaie jamais de se prendre affreusement au sérieux, cqfd.

Ce qu’il faudrait écrire à chaque fois, en plus de « n’allez pas voir et n’en parlez pas si vous en avez marre des super héros! » (il n’y en a pas tant par an, le public sait qu’il y a d’autres films dans la vie hein !?!)… ????
Ce qu’il faudrait souligner donc, c’est qu’avec tant de films se suivant comme des épisodes d’une grande série tv, la « Marvel Universe Saga »…
Et bien comme le lecteur et fan lambda de comics, on est forcément blasé. On connait tout, on ne peut qu’attendre que ça soit fidèle à l’esprit général de Marvel (donc du jovial Stan Lee) et on enchaîne en enviant les nouveaux spectateurs qui eux, découvrent ça pour la première fois.
Alors bon, s’il vaut un peu moins individuellement que ajouté au deux premiers volets (et aux Vengeurs pour les plus sceptiques)… un petit Thor en passant qui casse un peu la routine… à tout prendre, rendons hommage à cette rigolade qui adapte librement certains « codes » du Ragnarok. Comme l’était par exemple une ancienne saga (plus sérieuse) par Roy Thomas et John Buscema. Ou une autre, un peu plus récente, par Michael Avon Oeming et Andrea Di Vito.

Au final donc, tout n’est pas si grave, car le public n’a pas été trahi en ayant le fun que Marvel promet à chaque fois, et juste un chouia en rab. Même si pas grand chose n’y restera en mémoire pour beaucoup, à moins peut-être de le revoir ? S’il y a ici des courageux…
Et aussi… car le "Ragnarok" peut être également considéré comme un symbole de Renouveau.

Next: TO THE WAR !

Nice
18/09/2019 à 16:36

Qu'est ce que c'était mauvais comme film, pour moi c'est l'un des pires de l'univers Marvel. Et ils ont gardé le même réalisateur pour le prochain Thor, ce sera sans moi.

Ghob_
28/04/2018 à 19:54

Pour ma part très bonne surprise.
J'avais apprécié l'approche dramatique de Brannagh sur le premier, même si le quota d'action était assez chiche. Le 2e, quant à lui, peinait franchement à séduire à cause de son scénario frôlant les abysses du vide et un antagoniste tout aussi inepte, mais en revanche la direction artistique (surtout les scènes se déroulant sur Asgard) le sauvait de la médiocrité. Ici, tous les éléments sont plutôt bien équilibrés et si on peut reprocher un aspect humoristique débordant un peu trop sur le reste, on est quand même face à un spectacle sympa et fun, sans prise de tête. Le côté flashy, coloré et psychédélique renvoie aux créations de Jack Kirby et cette planète perdue au milieu de nulle part permet de déconnecter avec le reste de la mythologie Thor, dans ce qui pourrait presque être un épisode "spin-off". Et perso j'aime cette approche et la prise de risque qu'elle implique.
Changement de look pour notre héros, changement de ton, second degré et kitsch parfaitement assumé ; ce qui n'empêche pas quelques plans sacrément classes et bastons bien foutues (notamment celles où le dieu du tonnerre est environné d'arc éléctriques et donne libre cours à son pouvoir). On dit le réal. pas si doué que ça pour les scènes de tape, mais je trouve la toute première par exemple (face à Zorthor et ses sbires) très inventives dans la mise en scène, avec ses plans "fps" vues par le marteau, tout comme certains passages du climax, franchement pétées de classe (même si les sfx sont pas forcément toujours au top). Bref, de ce côté-là j'ai pas été déçu.
Alors certes, on change de ton et les fans du Thor "basique" auront peut-être du mal à s'y retrouver au début, mais en ce qui me concerne j'ai passé un très bon moment - et notamment apprécié le fait de sortir de mes habitudes. Et si l'humour est omni-présent, il est plutôt bien amené, du coup ça m'a pas dérangé outre mesure (là où le 2e se prenait beaucoup plus au sérieux en comparaison... mais sans rien raconter ! ).

Je reste donc sur ma très bonne impression et ça me donne envie d'encourager la démarche chez Marvel, de chercher ce genre de réal. qui peuvent ramener de la fraîcheur dans une recette qui commence à tourner en rond depuis une décennie maintenant. Je valide, donc !

Roichris
26/11/2017 à 12:51

Parce que les gardiens de la galaxie ont fonctionné avec un humour décalé qui sied bien à cette équipe improbable, Marvel se croit obligé d'appliquer la recette à tous ces films. Malheureusement et comme pour spiderman homecomming, la recette ne fonctionne pas ici. Le Ragnarök et une dramaturgie et traiter le sujet avec humour génère un sentiment intercompréhension qui décrédibilise le film et les héros. Thor apparait plus que jamais comme un parfait crétin et il entraine dans son sillage le brillant Banner, un comble ! L'exemple le plus emblématique de mon propos et la scène avec Docteur Strange. Où l'on voit notre pauvre dieu Thor totalement ridiculisé comme s'il découvrait la magie pour la première fois ! Oserai-je rappeler que Thor est un dieu asgardien ? Que leur pouvoir repose avant tout sur la magie ? Et que c'est donc un domaine qu'ils sont censé connaitre ? Loki si ma mémoire est bonne et un dieu magicien certainement bien supérieur à Dr strange ! Le voir ainsi ridiculisé montre le niveau d'inculture comics du réalisateur. ça fait de la peine ! Peut être est_ce fait exprès au non de l'universalité des blockbusters qui doivent plaire au plus grand nombre au mépris de la création originale. Le pire c'est que Stan Lee cautionne. Quand le chèque est gros, on accepte tout, même renier ces propres créations.
Mais le plus navrant dans tout ça au delà du traitement comique du film c'est que ce n'est même pas drôle ! l'humour lourdingue est du niveau d'école primaire et c'est tellement pathétique qu'on se pince pour y croire ? S'ils continuent sur ce chemin, les films Marvel n'en ont plus pour longtemps...

Roichris
26/11/2017 à 12:21

Parce que les gardiens de la galaxie ont fonctionné avec un humour décalé qui sied bien à cette équipe improbable, Marvel se croit obligé d'appliquer la recette à tous ces films. Malheureusement et comme pour spiderman homecomming, la recette ne fonctionne pas ici. Le Ragnarök et une dramaturgie et traiter le sujet avec humour génère un sentiment intercompréhension qui décrédibilise le film et les héros. Thor apparait plus que jamais comme un parfait crétin et il entraine dans son sillage le brillant Banner, un comble ! ma

Charly McIntosh
19/11/2017 à 07:04

Alors que la BA m'avait bien plu avec cette esthétique rétro tout droit venue de GOTG2, autant le film ne m'a pas vraiment convaincu. Sur le plan esthétique ça fonctionne moyennement, on dirait qu'elle n'est pas complètement assumée. On passe en permanence du rose fluo aux dorures d'Asgard sans vraiment de cohérence. Soit on pousse le concept jusqu'au bout, comme GOTG2, soit on ne le fait pas. Et puis il y a la comique des scènes communes à tous les Marvel mais dans ce film c'est beaucoup trop, on finit par ne plus voir l'intérêt de l'action et les super-héros n'en sortent pas grandis. D'autant plus que certains gags sont tellement prévisibles qu'ils n'ont pas l'impact souhaité (cf. la chute de Hulk sur le pont). Enfin, Hela, déesse de la MORT, n'est pas du tout à la hauteur du personnage qu'elle représente. C'est une Loki bis avec moins de charisme.
Thor : Ragnarok, un bon film mais pas de quoi révolutionner le genre.

yellow submarine
26/10/2017 à 13:58

Vu. Quel pied ce film. Je suis vraiment très étonné de la liberté dont à semble t'il bénéficié le réalisateur.
ça ne ressemble en rien aux productions Marvel habituelle GOTG excepté.
La mise en scène, la direction artistique, la bande original, tout est parfait.
Un réel bonheur avec un esprit 80's vraiment bienvenue.
Si c'est ça l'avenir de Marvel je signe tout de suite

StarLord
25/10/2017 à 10:35

Vu hier soir et j'ai adoré! C'est fun, drôle, visuellement superbe. La mise en scène est excellente!
Je l'ai vu en IMAX 3D et c'est le meilleur film 3D que j'ai vu à ce jour.
Énormément d'effets de projections, des débordements vraiment impressionnants. J'en ai pris plein les yeux!

Je n'avais pas du tout aimé les 2 volets précédent et celui ci m'a reconcilié avec Thor

dunadan
25/10/2017 à 10:08

ötant de nationalité luxembourgeoise, j'ai mal pris la comparaison...

Manontherun33
22/10/2017 à 15:47

Film nul qui s'ajoute a une longue liste cette année. Les super héros ont la vie dure après le navet Wonder woman

Plus

votre commentaire