Avengers, X-Men, Men in Black, Godzilla... et si 2019 était l'une des pires années récentes côté blockbuster ?

Geoffrey Crété | 17 juin 2019 - MAJ : 17/06/2019 15:06
Geoffrey Crété | 17 juin 2019 - MAJ : 17/06/2019 15:06

D'Avengers : Endgame à Men in Black International, la cuvée hollywoodienne 2019 a du mal à convaincre et emballer.

Il y a encore Spider-Man : Far from Home, Fast & Furious : Hobbs & ShawDora et la Cité perdueGemini ManAd AstraJokerTerminator : Dark Fate, Maléfique 2 : Le Pouvoir du Mal, Charlie's AngelsJumanji : Bienvenue dans la jungle 2 et l'inévitable Star Wars : L'ascension de Skywalker. Mais jusque là, 2019 aura été une triste année côté blockbuster.

Alita : Battle Angel, Captain Marvel, Shazam!, Avengers : Endgame, Godzilla II : Roi des Monstres, X-Men : Dark Phoenix, et Men in Black : International... Déculottées au box-office, accueil mitigé côté fans, presse assassine, ou les trois à la fois : petit bilan d'une année 2019 qui commence mal pour les blockbusters (et les spectateurs).

 

photo, Chris HemsworthMétaphore d'un studio qui ne sait pas comment utiliser ses armes

 

BLOCKBUSTER VS BUSINESS

Premier critère dans le monde des blockbusters : le public, et donc le box-office. 2019 est à ce niveau une petite douche froide après seulement six mois. Certes, Avengers : Endgame a explosé beaucoup de records (même si dépasser Avatar semble difficile à ce stade) et Captain Marvel a franchi le milliard, prouvant encore une fois la puissance de la marque MCU, dont le succès est quasi garanti. C'est super, mais ça n'a rien de remarquable à ce stade.

En revanche, les autres ont eu des miettes en comparaison. Alita : Battle Angel a beau être défendu avec passion par une partie du public, il s'est contenté de 400 millions au box-office mondial dont plus de 133 grâce à la Chine, après un four côté américain (à peine 86 millions). Pour un budget officiel d'environ 170 millions sans compter le marketing, et avec des espoirs évidents de franchise, le bilan est moyen.

Shazam! a coûté une centaine de millions, loin des autres budgets du DCEU, et est donc dans le vert avec plus de 362 millions récoltés dans le monde. Mais c'est loin d'être un petit phénomène cool à la Deadpool qui avait encaissé plus de 780 millions, et avait coûté quasiment deux fois moins. C'est loin d'être un flop, mais c'est une opération un peu tiède pour la Warner, au sein d'un univers super-héroïque. À titre de comparaison, Ant-Man, un autre super-héros comique et méconnu, avec un budget un peu plus gros, avait amassé près de 520 millions en salles.

 

photo, Rosa SalazarElle était prête à se battre

 

Les compteurs tournent encore pour Godzilla II : Roi des Monstres et X-Men : Dark Phoenix, mais les premiers signaux sont inquiétants. La deuxième aventure du colosse a nettement moins bien démarré que Godzilla et Kong : Skull Island côté domestique, et même le box-office étranger (notamment chinois, le film étant en partie financé et soutenu par Huaba Media) s'annonce inférieur. Tout laisse penser qu'il fera moins bien que les précédents opus. La sortie de Godzilla vs. Kong a depuis été décalée de quelques mois, laissant imaginer que la Warner recalibre ce Monsterverse ambitieux.

Du côté des mutants, c'est pire encore. Le dernier film de l'ère Fox des X-Men (récupérés depuis par Disney) a signé le pire démarrage de la saga aux États-Unis, est massivement rejeté par le public, et le prix de ce flop est déjà estimé à 100 millions minimum par Deadline. Car X-Men : Dark Phoenix aurait coûté dans les 350 millions, entre son budget officiel, ses reshoots significatifs et le marketing.

 

photo, Sophie TurnerElle était prête à tout brûler

 

Men in Black : International a encaissé seulement 28,5 millions pour son démarrage au box-office domestique, signant le pire démarrage de la franchise. Le film a certes coûté moins que les autres (dans les 110 millions), et se reposera sur les territoires étrangers (où il a déjà encaissé plus de 70 millions), mais l'enjeu à ce stade sera de limiter la casse, et sauver l'honneur. La renaissance de la franchise semble compromise.

Enfin, si l'étiquette de blockbuster ne lui sied pas entièrement, Hellboy est un autre désastre financier. Le reboot à 50 millions devait être une opération plus prudente, mais avec environ 46 millions récoltés au box-office, c'est un bide absolu. 2019 a donc déjà fait des victimes en seulement six mois.

 

photo HellboyIl était prêt à tout casser

 

BLOCKBUSTER VS FANS

Que même les sacro-saints Marvel soient dans le viseur d'une (grande) partie du public, indique que la lassitude guette, et que la consommation de blockbuster peut potentiellement jouer contre eux.

Ciblé par de bêtes attaques sexistes, Captain Marvel a surtout payé cher son succès. Le milliard pour un film au mieux très scolaire, et sans étincelles ? C'est l'assurance d'une colère qui gronde, même parmi certains fans du MCU. La popularité du personnage, teasé comme important dans Endgame (rires) et vendu comme central dans le futur de l'univers étendu, reste à mesurer dans les prochaines années, mais le blockbuster porté par Brie Larson a beaucoup énervé, et souvent pour des raisons recevables.

Le succès d'Avengers : Endgame était inévitable vu les attentes, mais là encore, il est possible de sentir une déception. Difficile d'y échapper avec cette conclusion d'une vingtaine de films, grande réunion ultime. Le lancement de pétitions pour changer la fin a-t-il une valeur ? Probablement pas. Mais bien plus qu'Avengers : Infinity War, il a nourri de vifs débats. Encore une fois, ça reste en marge sur une machine de guerre comme Marvel, mais c'est significatif.

 

photoLa bataille finale, et l'ultime frontière ?

 

Si Shazam! et surtout Alita : Battle Angel ont été épargnés par la foudre des fans, et même bien accueillis, difficile d'en dire autant d'un Godzilla II : Roi des Monstres. Le Godzilla de 2014 avait partagé, notamment à cause d'un monstre trop absent et relégué hors champ. Mais la suite semble avoir encore plus agacé et après un démarrage tiède, ce manque d'enthousiasme devrait vite freiner sa carrière en salles.

X-Men : Dark Phoenix, lui, conjugue tous les problèmes contemporains du blockbuster. Redite d'un film récent (X-Men : L'Affrontement final a adapté le même arc, en 2006), reshoots plus lourds qu'annoncés, date de sortie repoussée, rachat par Disney en cours de production, multiples déclarations et détails révélés par l'équipe depuis la sortie... C'est presque le symbole malgré lui d'une industrie qui se mord la queue. Simon Kinberg lui-même reconnaît et assume l'échec.

Le film se retrouve ainsi pris entre deux feux, entre la gestion pour le moins étrange de la Fox (deux films Dark Phoenix étaient apparemment prévus à l'origine), et la défiance vis-à-vis de Disney. Défendu par principe face à un Mickey désigné coupable idéal, attaqué par amour pour le MCU qui va accueillir les mutants, X-Men : Dark Phoenix est perdant à tous les coups. Et si la violence générale de la presse lui attire naturellement un peu de sympathie, ce sera vraisemblablement trop peu pour lui permettre de briller dans le bilan compta. D'autant que pour un amoureux des comics, les choix d'adaptation restent pour le moins décevants, voire grotesques.

 

photoGodzilla taper, Godzilla vouloir être aimé

 

BLOCKBUSTER VS CRITIQUE

C'est une donnée moins importante, la valeur de la critique n'étant pas spécialement énorme dans l'absolu, et encore moins au rayon blockbuster. Mais cette première fournée de superproductions 2019 a touché le fond.

Aux États-Unis, réputés pour être trop bienveillants envers Marvel, Avengers : Endgame a été très bien reçu, devenant sur Rotten Tomatoes le meilleur film du MCU derrière Black Panther et devant Thor : Ragnarok. Pourquoi pas, même si c'est loin d'être une opinion partagée (notre critique détaillée ici).

Mais malgré cette soi-disant dictature féministe qui le protège, Captain Marvel est bien plus bas : 17e position, devant Thor, Avengers : L'Ère d'Ultron, Iron Man 2, L'Incroyable Hulk, et Thor : Le Monde des ténèbres - en somme, les Marvel les moins aimés. Sur Metacritic, avec un score de 64, c'est là aussi l'un des moins bons. Le milliard oui, mais l'amour de la presse d'ordinaire considérée comme une alliée : non. 

En France, c'est moins clair. Endgame et Captain Marvel sont dans la moyenne, ou la moyenne basse. Plus que Black Panther... mais moins qu'Ant-Man et la Guêpe. C'est dire.

 

photo, Brie LarsonCaptain pas très Marvel

 

Alita : Battle Angel, Godzilla II : Roi des Monstres, X-Men : Dark Phoenix et Men in Black : International ont tous été plus ou moins descendus en flèche. Mais plus que la critique assassine, c'est la perplexité qui étonne et étouffe. Le film avec Chris Hemsworth et Tessa Thompson a moins énervé que déconcerté, la plupart des critiques étant perplexes devant un film si transparent et simplet. Même pas de colère face à un produit si moyen, d'où rien ne dépasse, qui ne prend aucun risque, n'affiche aucun point de vue, et ne peut donc passionner à peu près personne, dans un sens comme dans l'autre.

Au mieux, la défense repose sur le divertissement plus ou moins bien tenu, la sympathie de l'ensemble, les acteurs charmants, et le fameux "ça va, pour poser son cerveau y'a pire". Le public ne mérite-t-il pas mieux ?

 

photo, Tessa ThompsonOh, démasqué derrière la mignonnerie !

 

2019 VS CES DERNIÈRES ANNÉES

2018, c'était Mission : Impossible - Fallout, Jurassic World : Fallen Kingdom, Avengers : Infinity War, Ready Player One, Mortal Engines, ou encore Aquaman.

2017, c'était La Planète des singes : Suprématie, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2Wonder Woman, Star Wars : Les Derniers Jedi, Justice League, La Tour sombre, Valerian et la Cité des mille planètes, Dunkerque, Spider-Man : Homecoming, La Momie.

2016 : Rogue One : A Star Wars Story, Batman v Superman : L’Aube de la justice, Les Animaux Fantastiques, Doctor Strange, X-Men : Apocalypse, Tarzan, Suicide Squad, Le BGG : Le Bon Gros Géant, Warcraft, le commencement, Le Livre de la Jungle, Le Chasseur et la Reine des glaces.

2015 : Mad Max : Fury Road, Spectre, Hunger Games : La Révolte - 2e partie, Star Wars : Le Réveil de la Force, Seul sur Mars, Pan, Mission : Impossible - Rogue Nation, Les 4 Fantastiques, Ant-Man, Terminator Genisys, Jurassic World.

2014 : Exodus : Gods and Kings, Le Hobbit : La bataille des cinq arméesEdge of TomorrowX-Men : Days of Future Past, GodzillaLes Gardiens de la GalaxieExpendables 3La Planète des singes : L'affrontementTransformers 4 : L'âge de l'extinctionInterstellarCaptain America : Le soldat de l'hiver.

Chaque année a ses hauts et ses bas, et chacun y piochera ses coups de cœur et ses scandales. Mais 2019 a, à mi-parcours, offert très peu de sensations, de films qui soulèvent des débats cinéphiles passionnés, qui marquent la rétine ou proposent quelque chose.

 

PhotoLa clé du succès, tu chercheras en vain

 

Hormis un Alita : Battle Angel qui a excité pas mal d'esprits, notamment techniquement, 2019 est jusque là un encéphalogramme plat côté blockbuster et grand spectacle. Que retenir de Captain Marvel, Shazam!, Avengers : Endgame, Godzilla II : Roi des Monstres, X-Men : Dark Phoenix, et Men in Black : International ? Y a-t-il eu une seule grande scène d'action restée en tête ? Une belle idée de mise en scène ? Une image sensationnelle ?

Les fonds verts défilent les uns après les autres, les postproductions sont hâtées, tandis que la mise en scène impersonnelle devient le moteur normal des spectacles. Le réalisateur de Fast & Furious 8 dirige les Men in Black, les gros budgets sont confiés à des cinéastes inexpérimentés. Il n'y a qu'à voir l'évolution de la saga Mission : Impossible pour sentir l'uniformisation : superbe page blanche à l'origine, offerte à des artistes divers et variés comme le fût Alien à une époque, la franchise est maintenant accrochée à Christopher McQuarrie, et va enchaîner deux épisodes d'un coup pour 2021 et 2022.

Que Chris Hemsworth et Tessa Thompson reforment un duo dans Men in Black : International, après Thor : Ragnarok et Avengers : Endgame, renforce encore plus cette sensation de boucle infinie.

 

Photo Chris Hemsworth, Tessa ThompsonWe'll be back, si besoin

 

L'année n'est pas finie, et personne n'est à l'abri d'une bonne surprise. L'idée n'est pas non plus de s'attaquer aux blockbusters pour les ranger dans un grand sac noué au mépris, au contraire - aucune hiérarchie des genres ici. Mais à mesure que les budgets marketing explosent (celui de Jurassic World : Fallen Kingdom aurait été plus élevé que le coût du film lui-même), et que le calendrier des sorties se remplit au point de voir ces mastodontes se bouffer entre eux, la peur voire la sensation d'une overdose est là. Elle plane sur le business, sur la tête des cinéphiles ou au-dessus des paquets de popcorn.

Et cette première partie de 2019 laisse jusque là un amer goût : celui du vide, poli et lisse.

Ne reste plus qu'à espérer un éclair de cinéma et de vie, qui pourrait traverser le ciel d'octobre puisque Gemini ManAd AstraJoker, et Doctor Sleep vont s'enchaîner.

 

photo, Tom HollandL'éventuel... "sauveur"... de l'été ?

 

commentaires

nike air max
26/07/2019 à 13:47

Thank you for all of the hard work on this web page. Ellie take interest in setting aside time for investigation and it is simple to grasp why. We all learn all about the compelling medium you give useful strategies via the blog and as well cause contribution from some other people about this situation so our own girl has been learning a lot of things. Take advantage of the remaining portion of the year. You have been performing a stunning job.
nike air max http://www.nikeairmax2019.us.com

lampoule
16/07/2019 à 10:48

a part alita (et encore uniquement car ca été le 1er manga que j'ai lu) j'ai vu acun de ces truc ... Et honnêtement ca ne me manque pas !

hellohola
14/07/2019 à 22:04

Y a quoi de nouveau dans votre liste ?
alita. Point barre.
Tout le reste c'est des suites de suites, des reboot de suites, et des suites de reboot, et tous quasiement dans le meme style:films de super heros (meme star wars est devenu une serie de super heros ...)
Tout est dit. Les gens sont gavés, c'est tout.

Geoffrey Crété - Rédaction
21/06/2019 à 16:16

@Greg77

Ce n'est pas vraiment un blockbuster, c'est donc pour ça qu'il n'est pas cité (comme beaucoup d'autres ;)

Greg77
21/06/2019 à 15:54

N'oublions pas Rambo : last blood

Chris11
19/06/2019 à 12:15

Quand Hollywood aura compris que la notion de blockbuster n'exclut pas une construction narrative avec des personnages et des dialogues intéressants...

Karev
18/06/2019 à 18:55

Depuis 10 ans, en blockbuster j'adore surtout :

- la trilogie Hobbit. Des défauts ? Oui. Mais elle reste ambitieuse, fun et sacrément épique.
- Lone Ranger, western XXL terriblement sous-estimé.
- John Carter, le véritable Star Wars de Disney.
- Watchmen, le meilleur film de super-héros des 10 dernières années.

Après il y a eu des bons comme Wonder Woman, Avatar, Mortal Engines, TDKR, Oz de Raimi, plusieurs Ridley Scott, mais depuis 10 ans, c'est surtout ceux que je cite plus haut que je regarde régulièrement sans déplaisir.

Opale
18/06/2019 à 11:59

Dernière claque en date (et finalement depuis un petit bout de temps!) n'est pas passée au ciné mais sur Netflix: Love, Death and robots! La créativité, l'invention un certain sens du risque ne se trouvent plus dans les salles obscures désormais...

Migo
18/06/2019 à 07:15

Un scénario pour ces films serait pas mal.

Joetheshow
18/06/2019 à 06:48

Fan du manga "gunm", je trouve l'adaptation vraiment bien (c'est suffisamment rare pour le souligner) et... Personne ne parle de John wick 3?

Plus

votre commentaire