Vincenzo Natali commente notre classement des meilleurs films d'horreur

Laurent Pécha | 1 novembre 2009
Laurent Pécha | 1 novembre 2009

Pour accompagner la publication de notre classement des meilleurs films d'horreur du monde, nous avons tenté de recueillir les commentaires de réalisateurs ayant œuvré dans le genre. Si certains ont décliné l'invitation pour cause de travail excessif (Friedkin) ou n'ont pu rendre leur copie dans les temps (Joe Dante), d'autres se sont prêtés au jeu comme les espagnols, Balagueró et Amenábar. Mais le plus cool et enthousiaste de tous, c'est assurément Vincenzo Natali. Vous lui envoyez un mail pour expliquer votre démarche et 24 heures plus tard, vous vous retrouvez avec un document word de plusieurs pages où le bonhomme commente avec passion les films cités. Un vrai bonheur à lire. On espère que vous apprécierez à sa juste valeur les impressions de l'auteur de Cube et du très attendu Splice (dont vous retrouvez la critique enthousiaste de Patrick en cliquant ici). 

 

 

1) Psychose

Hitchcock l'a fait parce qu'il voulait surpasser Les Diaboliques d'Henri George Clouzot. Et il l'a fait avec brio. Personne ne peut remettre en cause l'intelligence du film. Il se réapproprie toutes les conventions du genre, à commencer par le meurtre de la fausse héroïne Janet Leigh durant le premier tiers du film ( j'ai essayé de reprendre cette idée pour Cube). Et puis il y a cette incroyable capacité à nous faire apprécier le psychopathe Norman Bates. Jamais aucun film n'a était source d'inspiration à ce point. Personnellement, je pense avoir était influencé par Psychose plus inconsciemment que par volonté et je ne peux m'empêcher de penser à ce qu'on dut ressentir les spectateurs lors des premières projections. Cela a dut être incroyablement choquant.

 

Il s'agit d'un film parfait qui devrait obtenir, pour moi, la première place du top. Il possède l'une des meilleures directions artistiques et la plus belle esthétique de tous les temps. C'est le premier film de monstre à innover autant en proposant de décrire une créature réaliste, biologiquement j'entends. C'est un métrage qui reste profondément dérangent, complètement Freudien et délicieusement repoussant. Je suis obsédé par ce film depuis que j'ai dix ans. Il m'avait été impossible de le voir (au Canada il fallait avoir dix-huit ans) donc je lisais et collectionnais tout ce qui tournait autour. Quand finalement j'ai réussi à le voir, je connaissais l'histoire dans ces moindres détails...  et pourtant ça m'a quant même terrifié!

 

 

 

Les deux versions de The Thing sont incroyables mais celui de John Carpenter est l'un des rare cas de remake qui dépasse largement l'original. C'est en partie parce qu'il est retourné à l'essence même de la nouvelle de John Campbell, Who goes there?. Et puis il incorpore brillamment une certaine paranoïa grâce à la créature la plus monstrueuse de tous les temps. J'ai découvert le film avec un ami ( comme Alien, il avait  été interdit au moins de 18 ans au Canada) et il a littéralement vomi durant la scène du chenil.

 

4) Les Dents de la mer

En fait, j'étais trop jeune pour le voir quand il est sorti. Mais j'ai quand même vu la suite au cinéma. Et bien que le film ai été incroyablement mauvais, je n'ai plus pu aller me baigner à la mer durant des années. Je n'ai pu apprécier le film de Spielberg que bien plus tard. Et finalement je l'ai plus considérer comme un film d'aventure maritime que comme un réel film d'horreur. C ‘est exceptionnel: il incarne à lui tout seul l'efficacité  ... On peut remercier Dieu d'avoir empêcher le requin en caoutchouc de fonctionner car si ça avait été le cas le film n'aurait pas été aussi bon.

 

 

5) Shining

Esthétiquement ce film m'influence beaucoup, que ce soit les plans symétriques de Kubrick, l'utilisation de l'espace ou les trompe-l'œil de labyrinthe dans les tapis. Je me retrouve dans tout ça. Je ne le considère pas comme un film parfait car j'ai toujours pensé que le personnage de Jack Nicholson démarrait déjà trop fou. Mais bon, je l'adore quand même. Ça ne m'a jamais ennuyé de redécouvrir Shining et il m'arrive même parfois de le laisser en fond sonore lorsque je fais autre chose. En fait c'est moins un film qu'un endroit que j'aime visiter: un peu comme Jack, je me sens un invité de l'hôtel Overlook.

  

6) L'Exorciste

Encore un que je n'ai pu voir que plusieurs années après sa sortie. En fait, je l'ai découvert pour la première fois à la télévision et ça m'a complètement anéanti: j'ai trouvé ça incroyablement ennuyeux! Mais en fait c'est un film qui a besoin d'être apprécié dans une salle de cinéma et surtout d'une traitre sans publicité. Dans ce contexte il devient sans doute le film le plus effrayant qu'on ait fait. Parce que depuis, je l'ai revu dans ces conditions et c'est maintenant certain que je ne pourrais jamais plus le revoir tout seul. J ‘ai l'impression que le démon est à mes côtés car L'exorciste est certainement le seul à avoir su capter l'essence même du mal.

 

7) La Nuit des morts-vivants

J'adore La nuit des morts vivants mais j'ai toujours préféré Zombie. Le concept même d'établir une aventure incroyablement gore dans un environnement aussi anodin et stérilisé qu'un centre commerciale est du pur génie. Personne n'a jamais fait plus ironique, amusant et n'a eu un point de vue aussi juste sur la société de consommation américaine depuis.

  

8) Halloween

Je n'ai jamais aimé les slashers mais j'ai toujours adoré La Nuit Des Masques parce qu'il transcende le genre. Très certainement parce que The Shape est plus une incarnation du mal qu'un homme. La scène d'ouverture est absolument brillante. C'est appréciable de voir qu'il y a deux films de John Carpenter dans cette liste car il est un réalisateur sous estimé aux Etats-Unis. 

 

 

9) La Maison du diable

Je ne l'ai vu qu'assez récemment et je pense que c'est la base de ce à quoi devrait ressembler un film de maison hantée.

  

10) Massacre à la tronçonneuse

C'est une pierre angulaire du genre et un très grand film d'horreur cependant je dois avouer ne jamais avoir vraiment accroché. Je l'ai seulement vu en VHS mais je devrais me procurer le DVD.

 

11) Les innocents

C'est assez honteux mais je ne l'ai jamais vu.

  

12)  Nosferatu

87 ans plus tard Nosferatu est toujours aussi terrifiant, surtout si on considère que la rumeur qui dit que Max Schreck était un vampire est vrai.

 

13) Rosemary's baby

Personnellement je l'aurais mis un peu plus haut dans la liste: c'est un film parfait qui est le seul à être parvenu à capturer une sensation viscérale de paranoïa pure. Tout là-dedans est génial: aussi bien le jeu des acteurs que le scénario, la réalisation est incroyable. En plus c'est un film qui ne prend pas une ride.

 

 

14) La mouche

Encore un exemple de remake plus réussi que l'original. Et dans ce cas là, c'est évident. La Mouche correspond au meilleur de la carrière de Cronenberg et s'apparente comme le Chant du cygne du cinéma de la chair (j'aurais bien mis Vidéodrome dans la liste en plus). C'est aussi l'une des plus bouleversantes tragédies romantiques et horrifiques que l'on ait faites. Jeff Goldblum et Geena Davis possèdent un charme fou et l'horreur est plus déchirante que terrifiante (et c'est pas plus mal). C'est un film véritablement émouvant, possédant une réelle profondeur, lorgnant plus vers La Métamorphose de Kafka que La Mouche Noire. Un authentique chef d'œuvre.

 

15) Les Yeux sans visage

Je l'ai revu il y a quelques années dans une magnifique copie restaurée. Ce film est habité d'une sensationnelle et magnifique poésie.

  

16) Evil dead

La séquence du viol par l'arbre est définitivement l'une des scènes les plus choquantes du genre.  Evil Dead et sa première suite (mon volet préféré de la saga) sont une symphonie dédiée à l'horreur et aux atrocités. Je suis même allé assister à l'adaptation musicale de Broadway.

  

17) La fiancée de Frankenstein

J'adore ce film. Il sonne pour moi comme du Mozart. Ça fait palpiter mon cœur. Le film de Whale est délicieusement gothique, empli d'un humour sournois mais tellement triste. Et c'est toujours aussi grandiose plusieurs décennies plus tard.

 

 

18) Suspiria

Il s'agit évidement de l'un des films les plus brillants de tous les temps. C'est mon préféré dans l'œuvre d'Argento, avec Opéra bien entendu. L'utilisation de la couleur est magistrale, audacieuse, et l'ensemble s'apparente à un cauchemar. Je continue de prier Dieu pour qu'il n'y ait pas de remake.

 

19) Le cauchemar de Dracula

C'est pas mal mais ce n'est pas mon film de la Hammer préféré. Je pense que ce serait plutôt Terreur dans le Shangaï Express.

  

20) Les griffes de la nuit

Une des meilleurs idée de film d'horreur. Le soucis étant que j'ai vu le film que bien après sa sortie. En fait, le premier Freddy que j'ai vu aura été Freddy Sors de La Nuit. J'ai trouvé le concept effrayant et malin et nul doute que Wes Craven s'en sera servi pour la saga des Scream.

 

21) La Féline

Une véritable leçon de cinéma qui prouve la supériorité de la suggestion sur le gore: il faudrait plus de films comme celui-ci en ce moment.

 

  

22) Carrie

J'adore les films sur la télékinésie et celui-ci est le meilleur, bien au-dessus de Scanners. C'est aussi la première et la plus réussie des adaptations d'un roman de Stephen King. Le film entretient l'horrible esthétique de l'aseptisé et du conformisme. D'ailleurs la garde robe est presque la chose la plus terrifiante là dedans. La séquence du split screen est délirante mais ce qui fonctionne vraiment le mieux c'est la relation entre la mère et la fille. Sissy Spacek et Piper Laurie sont sublimes. Carrie est habité par un mélange de culture sudiste et de gothique traditionnel... Mais ça fonctionne à merveille.

 

23) Le loup garou de Londres

Qu'on se le dise, c'est le meilleur film de loup garou qu'il n'y ait jamais eu. Et qu'il n'y aura jamais. C'est ce film qui m'a donné envie de devenir maquilleur (j‘ai abandonné ce rêve après avoir été hospitalisé suite à un accident pendant que je tentais de faire un moule de mon crâne). John Landis était un réalisateur génial qui savait mélanger la comédie et l'horreur mieux que personne, tout comme James Whale. C'est un film à la fois gothique, moderne et complètement crédible. Les gens continuent à essayer de faire des films comme Le loup garou de Londres et continuent à se planter !

 

24) Ring

J'étais au Japon durant sa sortie et quelques jours plus tars les producteurs m'ont demandé si je voulais en faire le remake, chose que j'ai refusé bien entendu. Même si j'avais eu besoin d'argent je ne l'aurais pas fait. Ring représente la quintessence de l'horreur à la japonaise: c'est d'une originalité rare et génialement maitrisé.

 

 

25) Re-animator

Je l'ai vu il ya très longtemps et je dois avouer que je ne m'en souviens pas.

 

26) Candyman

C'est un peu la même chose pour Candyman. En fait si je devais voter pour un film de Bernard Rose je choisirai sans doute Paperhouse, une œuvre incroyablement originale et extrêmement bien réalisée.

 

27) Le masque du démon

C'est loin d'être mon préféré de Bava: il a tendance à m'endormir. Je lui préfère largement La Baie sanglante, La planète des vampires ou Les trois visages de la peur (celui-ci contient l'un des meilleurs court-métrage de tous les temps, La goutte d'eau).  Des décors exceptionnels, une lumière incroyable: Bava est terriblement sous estimé mais il est assurément un maître.

 

28) Hellraiser

Le look des Cénobites est dingue. Vous vous souvenez de cette époque où  l'on craignait que Clive Barker s'empare du monde ? C'est entre autre à cause de Hellraiser.

 

 

Il y a une séquence dans The Descent qui m'a fait sauter de mon siège. Rien que pour ça le film mérite toutes les éloges.

 

  

 

Je l'ai découvert lors de sa première projection lors du festival de Sundance et je n'avais aucune idée de ce que ça allait être: ca m'a complètement effrayé. Nombreux sont ceux qui disent que Le Projet Blair Witch ne leur a pas fait peur mais c'est tout simplement parce qu'ils en savaient déjà trop sur le film. Il s'agit d'une œuvre totalement originale et audacieuse.

 

 

Joe Dante fait partie, tout comme Carpenter, de ces réalisateurs qui n'ont pas la reconnaissance qu'il mérite aux Etats-Unis. Hurlements fait partie de ces films qui s'améliore à chaque vision.

 

PS: Pour finir je voudrais évoquer l'absence dans cette liste de L'invasion des profanateurs de sépultures (Siegel) et de L'invasion des profanateurs (Kaufman). Il devraient y être, aucun film ne m'a autant fait peur que celui avec Donal Sutherland. J'avais neuf ans et je n'ai pas pu dormir pendant de nombreuses nuits de peur de devenir un pod person.

 

Traduction et retranscription Florent Kretz et Pauline Lauras

 

 

Tout savoir sur Vincenzo Natali

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire