Marvel : sexisme, potiche... Black Widow, pire symptôme des problèmes d'Hollywood ?

Geoffrey Crété | 3 juillet 2021
Geoffrey Crété | 3 juillet 2021

D'Iron Man 2 à Avengers : Endgame, la Black Widow incarnée par Scarlett Johansson a illustré pas mal de problèmes hollywoodiens.

C'est l'une des Avengers originelles, qui a épaulé Iron Man, Captain America, Thor et Hulk dans leurs aventures. C'est la première héroïne du MCU, bien avant Gamora, la Guêpe, Captain Marvel et compagnie. C'est aussi celle qui a permis de sauver l'univers en se sacrifiant en silence dans Avengers : Endgame. Et c'est elle qui a son film solo en dernier, avec tellement de retard qu'elle a eu besoin de mourir pour avoir cet honneur.

Plus de dix ans après sa première apparition dans Iron Man 2, Scarlett Johansson alias Natasha Romanoff alias Black Widow a droit à son aventure solo, réalisée par Cate Shortland. Et ce film très décevant (notre critique de Black Widow par ici) marque la fin (supposée) d'une ère pour cette super-héroïne et éternelle figure de l'ombre.

Car en une grosse décennie, Black Widow aura, malgré elle, illustré pas mal de problématiques de l'industrie : hyper-sexualisée, personnage faire-valoir, victime du sexisme ordinaire du business... la Veuve noire a une trajectoire chargée de sens.

 

 

BANDE DE MECS

Quand Scarlett Johansson signe pour le rôle de Black Widow en mars 2009 (remplaçant Emily Blunt, contractuellement forcée par la Fox à partir sur Les Voyages de Gulliver), ce n'est pas uniquement pour apparaître en poupée-espionne aux côtés de Robert Downey Jr. dans Iron Man 2 : l'objectif Avengers est déjà là, et elle avait une place à y tenir. L'idée d'une héroïne d'action dans l'équation est donc arrivée très vite, probablement plus pour pouvoir mettre en avant un corps féminin sur l'affiche qu'autre chose. Mais peu importe.

L'actrice signe directement pour plusieurs films, et à l'époque, Deadline parlait d'un contrat misérable : "Contrairement au salaire de Mickey Rourke, le deal avec elle est à l'opposé, c'est un terrible deal fait par son agence. C'est l'un des plus mauvais dont j'ai entendu parler. C'est un salaire au rabais. Et ça l'engage sur un nombre infini de films, notamment ce film de groupe Avengers, ce qui rend ces contrats très brutaux pour plein d'acteurs". Une époque qui semble bien loin.

Black Widow débarque par la petite porte du MCU dès le troisième film, après les rôles de potiches classiques de Gwyneth Paltrow dans Iron Man et Liv Tyler dans L'Incroyable Hulk. C'est elle la première qui distribue des baffes et démontre des capacités physiques autres que courir en talons et pleurer en restant belle, juste avant Jaimie Alexander en Sif dans Thor. Dans Avengers, elle tient son rôle, démontrant dès sa première scène qu'elle est bien plus qu'une poupée, mais qu'elle sait en jouer pour piéger les hommes - tout sous-entendu avec le public masculin et le marketing est-il fortuit ?

 

: Scarlett Johansson Black Widow, Black WidowIntérieur cuir

 

Mais si Black Widow a eu droit à une entrée en scène moins minable que Hawkeye (figurant dans Thor, zombie aux yeux azur dans la moitié d'Avengers), elle est restée durant des années le seul élément féminin de la bande de copains. Ce n'est qu'après cinq ans et onze films que Natasha croise une autre femme, dans Avengers : L'Ère d'Ultron : Wanda, d'abord dans le camp des ennemis. Et jusqu'à son sacrifice dans Endgame, elle aura échangé seulement quelques mots avec les rares autres héroïnes, comme Carol Danvers ou Okoye. Le fameux plan girl power de la bataille finale face à Thanos met d'ailleurs tristement en lumière ce manque d'interactions entre ces personnages dispersés dans le MCU, et unies pour une rapide photo de famille.

Black Widow a donc été enfermée dans une case, malgré quelques tentatives avortées pour rectifier ça - Captain Marvel devait apparaître dès la fin d'Avengers 2 par exemple. L'argument des comics va évidemment arriver, et ce n'est qu'à moitié vrai. D'un côté, Black Widow, créée par Stan Lee, Don Rico et Don Heck, est née en 1964 ; soit un an après Iron Man, et deux ans après Thor et Hulk. Le personnage a donc autant de kilomètres au compteur que ses collègues. De l'autre, son développement est resté relativement convenu, entre son aura de femme fatale et ses nombreux flirts.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Natasha a eu droit à des intrigues plus humaines depuis les années 2000, avec la création de sa sœur-ennemie Yelena Belova en 1999, ou sa relation avec Sally Anne Carter, une enfant qu'elle sauve et protège. Comme si les scénaristes, dans les comics comme dans les films, n'avaient jamais vraiment su quoi faire de cette super-espionne, à part rejouer les mêmes intrigues et la jeter dans les bras de divers héros.

 

photo, Chris Evans, Scarlett Johansson, Jeremy Renner Captain America et ses James Bond girls

 

FEMME FATALEMENT SEXY

Scarlett Johansson est la première à le reconnaître, et le regretter avec le recul : le personnage est entré dans le MCU par la porte du sexy à l'état pur dans Iron Man 2. Pour sa première apparition, la super-espionne montait sur le ring sous les yeux d'un Tony sans voix. Pepper le prévenait vite qu'il devrait éviter un procès pour harcèlement sexuel, mais il était déjà occupé sur Google à chercher des photos sexy - comme un ado ou un directeur de casting de studio, a priori. Entre l'agent sous couverture et le dérivé de la secrétaire de mauvais porno, il y avait un petit pas, évidemment pas accidentel.

Bien sûr, c'est pour rire. Et bien sûr, Natasha utilise habilement la faiblesse des hommes pour évoluer en toute discrétion dans le bain des bonhommes. D'autant plus que ça ne sort pas de nulle part : c'est dans l'ADN du personnage dans les comics. Dès sa première apparition, elle est décrite comme une "beauté à couper le souffle" sur la couverture, et elle utilise précisément ses charmes pour piéger Tony Stark.

Néanmoins, cette présentation n'est pas anodine. Avant d'être une espionne experte en arts martiaux et en voltige, c'est une femme sexy, et tout va dans ce sens - les costumes, la chevelure, la mise en scène qui met en valeur ses postures, et le jeu de Scarlett Johansson. C'est un trait majeur de la personnalité de Natasha, et sa première apparition dans Avengers le rappelle, avec un interrogatoire inversé et un grand décolleté.

 

photoEntrée en scène de Black Widow (en vert oui)

 

Le MCU a beau rester hétérosexuellement prude (beaucoup de petites copines à sauver et protéger des méchants), Black Widow a également l'honneur d'avoir flirté avec la moitié de l'équipe des Vengeurs. Sans compter Iron Man 2, où elle utilise le côté beauf de Tony Stark pour remplir sa mission, elle a été plus ou moins proche de Hawkeye, Captain America et Hulk.

Avengers installe une relation discrète, mais solide entre Clint Barton et elle, remise en avant dans Infinity War puis Endgame. Dans Avengers : L'Ere d'Ultron, c'est avec Bruce Banner qu'elle a une histoire d'amour explicite. Elle est la seule capable de calmer la bête, et les deux fantasmaient même l'idée de s'enfuir ensemble, avant que leurs chemins ne les séparent. L'héroïne a également une complicité très forte avec Steve Rogers, certes fraternelle, mais qui a donné lieu à quelques scènes jouant évidemment de la possibilité de plus, notamment dans Captain America : Le Soldat de l'hiver.

 

Photo Mark Ruffalo, Scarlett JohanssonMa main sur ton Hulk

 

Tout ça reste bien sûr platonique, mais ce n'est pas un hasard : la séduction a été omniprésente chez ce personnage, et pas uniquement du côté pro de Black Widow. Natasha, la femme derrière la super-héroïne, a en grande partie été construite dans son rapport aux hommes de la bande. Là encore, c'est directement hérité des comics, où la Veuve noire a été en couple avec quantité de super-héros (de Captain America à Daredevil), et les films ont exploité le même filon.

Autres preuves à conviction, plus superficielles, mais significatives : l'aspect visuel du personnage de Black Widow n'a cessé d'être remanié, remis en avant et réutilisé sous tous les angles. Natasha a changé de coiffure à chaque apparition (un honneur plus rare pour les héros, qui ont gagné cheveux longs, barbes voire bide à bière dans les moments de détresse) donnant l'impression qu'elle évoluait mieux comme égérie L'Oreal qu'en tant que personnage. À la clé : une foule de moments absurdes (même dans le film Black Widow) où elle ressemble plus à une poupée Barbie qu'à une espionne avec ses cheveux lâchés et son eyeliner parfait, même pour une mission commando. Et sur les affiches, elle a parfois brillé par des positions légèrement comiques, notamment pour Captain America 2, digne de Lara Croft avec Angelina Jolie.

 

Photo Scarlett JohanssonPosition classique de télétravail

 

TRAITEMENT DE DÉFAVEUR

Il y a au moins deux moments gênants pour toute personne convaincue que le sexisme dans l'industrie hollywoodienne est aussi réel que les farfadets des prairies bretonnes, et les deux ont eu lieu autour de la sortie du deuxième Avengers. Le premier : l'absence notable du personnage dans les jouets, étape majeure du merchandising qui pesait près de 55 milliards en 2018. Centrale dans le film et la promo, Black Widow faisait pâle figure dans les rayons, avec 10 fois moins de babioles en plastique que ses copains, selon Vanity Fair à l'époque.

C'était d'autant plus drôle que Vision et Hawkeye, moins importants qu'elle dans le film, avaient plus d'honneur dans les supermarchés. Et que Captain America prenait même sa place sur sa moto, pour les jouets tirés d'une scène centrée sur l'espionne. Mark Ruffalo avait lui-même appelé Marvel à rectifier ce tir raté, sachant que ce n'était pas nouveau pour Disney : le studio avait tardé à lancer des jouets Leia chez Star Wars, et Gamora avait subi le même traitement dans le merchandising des Gardiens de la galaxie.

 

Photo"Où est ma Funko Pop ?"

 

La raison est apparemment simple : les jouets "féminins" se vendraient moins bien. Shane Black a confirmé que le scénario d'Iron Man 3 avait été changé pour cette raison : le personnage de Maya Hansen (Rebecca Hall) était à l'origine la grande méchante, mais le studio n'en voulait pas, car les hauts penseurs avaient décidé que c'était un trop gros risque pour le merchandising. Difficile de savoir à quel point c'est une réalité... et à quel point ce genre de décision pèse justement dans la balance, pour maintenir les babioles masculines en tête des ventes.

Le deuxième moment intervient à la sortie DVD et Blu-ray d'Avengers : L'Ére d'Ultron. Au Royaume-Uni, Black Widow se retrouve tout simplement éjectée des visuels. Mais vu que Hawkeye était lui aussi absent, serait-ce un fantasme de sexisme ? Non. Kevin Feige lui-même a poliment confirmé que c'était en partie une décision en haut lieu chez Disney, à l'époque où Ike Perlmutter supervisait Marvel Studios. Bob Iger, ex-PDG de Disney, a lui aussi confirmé que le même groupe de dirigeants avait longtemps freiné les projets Captain Marvel et Black Panther, avant que Feige n'ait les pleins pouvoirs pour avancer.

Seule consolation pour Scarlett Johansson : elle a touché un pactole, comme ses collègues. Payée 400 000 dollars pour Iron Man 2, elle a touché dans les 5 millions pour le premier Avengers, soit plus que Chris Evans par exemple. Et pour Black Widow, l'actrice aurait touché un salaire égal à ses copains (c'est-à-dire 15 millions, aux dernières nouvelles).

 

photo, Chris Evans, Scarlett Johansson, Jeremy Renner, Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Robert Downey Jr.Tous pour un, et un salaire pour tous

 

ÉTERNELLE SIDEKICK

Est-ce un hasard si Natasha est la seule Avenger qui n'est pas présente dans la bataille finale contre Thanos dans Endgame, qui réunit pourtant tous les figurants du MCU ? Elle s'est bien sûr sacrifiée pour l'univers, mais son absence est parfaite : c'est le clou dans son cercueil d'éternelle second couteau, qui sera resté le +1 des héros jusqu'à ses derniers instants.

Dans Iron Man 2, Black Widow était en mission avec Nick Fury, pour servir ses plans avec Tony Stark. Dans Avengers, elle était d'abord chargée de ramener Hulk, et restait le bras droit de Fury. Dans Captain America 2, elle épaulait Steve Rogers avec ses perruques et gadgets CGI. Et dans tous les films suivants, de L'Ere d'Ultron à Endgame en passant par Civil War (dont elle s'extrait en cours de route), elle reste dans l'ombre des héros. Natasha a ses moments de gloire, ses scènes héroïques, et sauve parfois ses collègues, mais elle n'est jamais le véritable centre des films. Soit un exploit pour un personnage vu dans sept films, dont trois non-Avengers, avec au total environ une heure de scènes à proprement parler.

 

Photo Chris Evans, Scarlett JohanssonJamais sans un de mes Captain

 

Pour masquer ce gros surplace, et donner à Scarlett Johansson autre chose à jouer que ses nouvelles coupes de cheveux, les scénaristes ont grillé toutes les cartouches classiques. Natasha a donc eu droit aux romances, au passé ténébreux qui la hante, à une duplicité inscrite dans ses gènes qui a compliqué ses relations, et bien sûr une solitude comblée par la famille des Avengers. Mais rien qui n'occupe l'écran au-delà de quelques répliques, ou au mieux toute une scène.

Ses drames restent en arrière-plan, derrière ceux d'Iron Man et Captain America, les deux mastodontes des trois premières phases du MCU, qu'elle a justement suivis de près. Possible d'ailleurs que le vrai beau moment de Natasha dans le MCU soit cet échange tout simple et calme avec Steve dans Endgame, entre une réunion Zoom et un sandwich.

Les pouvoirs de Black Widow ont forcément joué dans sa place, de plus en plus difficile à tenir. Les pirouettes de la super-espionne, capable d'envoyer valser ses adversaires entre ses cuisses ou de les électrocuter avec ses bracelets magiques, avaient certainement du sens au démarrage. Face à Thanos, c'est une autre paire de manches, et la voir brandir ses plus beaux bâtons de combat sur les affiches d'Infinity War devenait un peu comique. Dès Avengers 2, Joss Whedon avait d'ailleurs buté contre cette limite, et avait choisi d'amener Scarlet Witch pour avoir des pouvoirs plus visuels. Natasha avait-elle une date de péremption dans le MCU ? Possible.

 

photo, Scarlett JohanssonTremble, Thanos, voici mon meilleur pistolet

 

UN DERNIER SOLO POUR LA ROUTE

Black Widow est donc un film-remède. Après une dizaine d'années à se poster fièrement à côté des héros, l'héroïne a droit à son aventure, dans un monde cette fois réarrangé pour elle - un univers quasiment débarrassé de super-pouvoirs, où elle peut briller avec ses aptitudes physiques, l'accent étant mis sur son corps quasi indestructible.

Mais l'existence de ce film rappelle surtout la bataille qui aura duré près de 20 ans pour y parvenir. Une lutte qui avait commencé avant la naissance du MCU puisqu'en 2004, Lionsgate planchait déjà sur un film Black Widow, avec David Hayter (co-scénariste de X-Men, X-Men 2 et Watchmen) comme réalisateur et scénariste.

En 2006, Marvel Studios a récupéré les droits, et le projet a vite été abandonné, au grand dam de Hayter, qui détaillait ses ambitions à FemPop :

"Je voulais qu'en toile de fond, on ait la chute de l'Empire soviétique - une sorte d'asile psychiatrique sans loi, avec des centaines de missiles nucléaires. Tout était question d'ogives nucléaires, et je trouvais ça très pertinent et cool. Malheureusement, quand j'ai terminé le scénario, un paquet de films d'action féminins sont sortis. Tomb Raider et Kill Bill faisaient partie de ceux qui ont marché, mais après on a eu BloodRayne, Ultraviolet et Aeon Flux. Aeon Flux a très mal démarré et trois jours après, le studio m'a appelé pour me dire qu'on ne faisait pas mon film."

 

photo, Scarlett JohanssonBlack Widow en 2010

 

Marvel Studios ayant mis la main sur le personnage, l'idée d'un film solo est vite arrivée. En 2010, à la sortie d'Iron Man 2, Kevin Feige évoquait déjà le projet Black Widow avec SuperHeroHype : "On a commencé à parler avec Scarlett d'une idée de film solo, et on a commencé à assembler des concepts, mais Avengers viendra en premier."

Depuis, ce film solo a été constamment remis sur la table, à chaque nouvelle apparition du personnage. En 2015, autour de la sortie du deuxième Avengers, Scarlett Johansson expliquait même à Collider que son contrat avait beaucoup évolué face à la popularité du personnage : "Il y a de la place pour un film solo. (...) J'en ai parlé avec Kevin, et bien sûr, on a déjà eu cette conversation, et je pense qu'il aimerait faire ce film solo. (...) On partage une même vision de ce que pourrait être ce film." La scénariste Nicole Perlman (co-scénariste des Gardiens de la Galaxie) expliquait en parallèle avoir écrit un traitement détaillé.

En 2017, la machine était doucement lancée, avec l'arrivée de la scénariste Jac Schaeffer pour écrire Black Widow (finalement juste créditée pour l'histoire, mais pas venue pour rien puisqu'elle a chapeauté la série WandaVision). En 2018, le studio partait en quête d'une réalisatrice, parmi lesquelles Chloé Zhao (pas venue pour rien non plus, puisqu'elle a été embauchée pour Les Éternels). Cate Shortland était choisie, en grande partie grâce à Scarlett Johansson, très impliquée dans le choix de la réalisatrice.

Parfaite petite soldate jusqu'au bout, l'actrice expliquait à Screen Rant : "Ce film aurait été tellement différent il y a 10 ans. Plein de gens m'ont demandé pourquoi ça avait pris tant de temps, et je suis sûr qu'il y a plein de raisons à ça. Mais d'une certaine manière, je suis finalement contente que ça n'arrive que maintenant. (...) Le film arrive tard, mais ça va. Mieux vaut tard que jamais."

 

photo, Scarlett JohanssonBlack Widow en 2021

 

MIEUX VAUT TROP TARD QUE JAMAIS

Une longue attente qui aurait presque des airs de sabotage, tant Black Widow a perdu quasiment toute sa fraîcheur en arrivant en début de Phase 4. Après le gros morceau de la Saga de l'Infini (le nom donné aux 23 premiers films du MCU) et avant Les Éternels en novembre 2021, cette aventure semble irrémédiablement à côté de la plaque. La pandémie n'a pas arrangé l'affaire, puisque le film a été repoussé de plus d'un an, dans une organisation chamboulée - à l'origine, Black Widow devait lancer la Phase 4, suivie de Falcon et le Soldat de l'Hiver et WandaVision, avant que tout ne sorte dans l'autre sens et soit même rejoint par les voyages temporels de Loki.

L'arrivée de Black Widow est d'autant plus tristounette que Captain Marvel est passée avant elle, décrochant l'honneur d'un film solo comme toute première apparition dans le MCU - là où Black Panther avait par exemple débarqué dans Civil War en premier lieu. La Guêpe incarnée par Evangeline Lilly a eu droit à une mention dans Ant-Man et la Guêpe. Wanda a brillé dans une série étonnante, entièrement dédiée à ses pouvoirs immenses et ses troubles émotionnels. La Veuve Noire a pavé la voie à ces héroïnes, et finalement, elle passe en dernière, au pire moment possible.

 

photo, Gwyneth Paltrow, Brie Larson, Pom Klementieff, Letitia WrightSpice Girls de l'espace

 

Mais le chemin est-il véritablement ouvert pour les super-héroïnes Marvel ? À l'horizon des Phases 4 et 5, il y a Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux, Spider-Man : No Way Home, ou encore Black Panther : Wakanda Forever. Dans Les Eternels, il y a aura plusieurs héroïnes dans le groupe. Dans Doctor Strange in the Multiverse of Madness, Wanda aura un rôle majeur, mais dans l'ombre du magicien. Idem pour Jane Foster dans Thor : Love and Thunder (qui adapte l'arc où elle gagne de super-pouvoirs), et la Guêpe dans Ant-Man and the Wasp : Quantumania. Captain Marvel 2 alias The Marvels fera donc office de shoot de féminin, en réunissant trois héroïnes : Carol Danvers, Monica Rambeau et Kamala Khan alias Ms. Marvel.

Côté série, c'est plus net. Après Ms. Marvel, Hawkeye passera le relais à Kate Bishop, She-Hulk viendra tout casser, et Ironheart suivra une adolescente en armure inspirée par Iron Man. Tout ça venant des comics, encore une fois.

Au-delà, où serait l'héritage de Black Widow ? Parmi les nouveautés prévues, il n'y a que la Femme invisible des 4 Fantastiques qui se prépare, aux côtés de Blade et Captain America 4. Il faudra sûrement attendre l'arrivée des X-Men pour ouvrir pour de bon un boulevard aux super-héroïnes, avec un paquet de personnages passionnants et puissants, que Marvel se devra d'inviter très vite à la grande fête du MCU. Face à Jean Grey, Tornade, X-23, Rogue, Magik ou encore Emma Frost, le souvenir de Black Widow semblera alors bien loin.

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Marv
05/07/2021 à 09:28

Moi à partir du moment où il n'y a plus cap, Iron man, black widow Scarlett, et que la plupart des autres perso vont être changé par des alter-ego Femme ( Hawkeye, Hulk, Thor, black panther, Iron Man), je n'en ai plus Rien à faire du mcu.

Pi
04/07/2021 à 23:23

Ce film "posthume" est absurde. Tans dans le timing que dans la forme. La Veuve noir étant un membre récurrent des Vengeus, elle aurait dû avoir son film origine à l'introduction du personnage dans le MCU. Mais elle a été conçue comme un faire-valoir dés le départ et un side-kick ensuite. Comme Œil de faucon a été conçu comme un à peine plus qu'un figurant. Pourtant ce sont des héros à part entière dans les comics. On peut se demander l'intérêt de la Veuve et d'Œil de faucon dans des affrontements comme ceux relatés dans les films Avengers.
Puisque la Veuve est dans le MCU un soldat du Shield et non une super-héroïne, en sa qualité de super espionne elle aurait pu avoir ce rôle justement, espionner. Mais ça aurait demandé à Marvel Studios de sortir de sa logique de films pour petits garçons à base de pims pams poums et de héros aux muscles hypertrophiés et de scenarii décérébrés et simplistes.

Le film Black widow est un film générique visuellement daté où d'un côté on nous relate les origines d'un personnage humain et où de l'autre on lui fait faire sur fonds verts et grâce au cgi des choses qu'un humain ne peut pas faire. Le tout est anti-spectaculaire comme tous les films Marvel Studios. C'est plat, mal découpé, mal mis-en-scène, les dialogues sont à pleurer et d'autant plus que le casting est capable de bien d'autres choses que d'habiter mollement des personnages écrits comme des coquilles vides.

Mon sentiment est que Marvel Studios faire preuve d'un très grand cynisme vis-à-vis des spectateurs. Maintenir ce film en sortie ciné alors qu'il méritait tout juste le streaming, uniquement en comptant sur les fanboys pour remplir les caisses de Disney après une année de sevrage forcé, en leur servant toujours la même soupe en saupoudrant par-ci par-là des eastereggs et une scène post générique qui va alimenter en théories inombrables les forums et les réseaux sociaux pour geeks, c'est du cynisme.

RobinDesBois
04/07/2021 à 22:58

Encore un commentaire supprimé. Vous devriez supprimer la section commentaires si vous n’acceptez pas la contradiction ça serait plus simple.

Momo
04/07/2021 à 21:48

@Arnaud (le vrai)

J'ai trouvé très pertinent qd il a demandé à Ecran Large d'arrêter de s'en prendre au MCU et de suivre la masse en donnant un avis positif.. Ca fallait le faire !

RobinDesBois
04/07/2021 à 19:00

Encore un commentaire supprimé. Vous devriez supprimer la section commentaires si vous n’acceptez pas la contradiction ça serait plus simple.

Arnaud (le vrai)
04/07/2021 à 16:28

@Momo
A-t-on déjà vu Rayan mettre un commentaire pertinent ou intelligent sur ce site ? :p

Momo
04/07/2021 à 10:36

@Arnaud(le vrai )

La ou RobindesBois c'était pertinent je suis pas sur que ce soit le bot pour Rayan ^^"

Arnaud (le vrai)
04/07/2021 à 09:31

@De Passage

Le premier commentaire était de Rayan et il a aussi disparu par « magie » …
Comme tu dis, sûrement le « bot »

De Passage
04/07/2021 à 04:34

Ah, le message de RobinDesBois est effacé, encore le coup du "bot" ou un souci technique du site pour changer?

Titans spécial strange
03/07/2021 à 23:54

Disney c est une cash machine….donc rentabilité, profit…ils ne font pas du cinéma d art et d essai


Par contre Marvel….punaise Marvel c est 20 30 ans d avance ce sur les questions égalitaires et sur la diversité …en version papier La guêpe fut la boss des avengers, miss hulk fut une vraie détective dans sa serie, idem pour spider woman, Wanda dans les années 90 dans les vengeurs c est aussi une des boss.


Et question X Men la on est au sommet Ororo Munroe chef des x men, Danielle moonstar chef des nouveaux x men…Malicia , le phenix ce n est pas rien…



Alors ici on parle ciné mais la veuve noire en version papier pour moi elle ne représente pas grand chose…en plus d avoir zero pouvoir….donc je trouve qu ils lui ont donné une consistance et une légitimité….à l inverse au cinoche Wanda elle est insipide

Dans les avengers il manque des femmes c est certain….

Moi ce qui m’impressionne sur Stan lee c est le pouvoir donné aux femmes très tôt sans être des faites valoir…ce sont des vraies héroines . dc comics est loin loin derrière…même le film wonder woman…si la c est pas un peu trop sexualisé.

Juste pour rajouter que l’on encense la Bd Franco belge….mais où est la place de la femme dedans? Tintin, lucky luke, Astérix….loin loin derrière.

Voilà c est pas un coup de gueule mais je trouve qu on ne met pas assez cela en lumière.

Plus
votre commentaire