Justice League a t-il vraiment été un désastre au box-office ?

Geoffrey Crété | 20 mars 2018
Geoffrey Crété | 20 mars 2018

Petit bilan box-office et business de Justice League.

Sorti en novembre en salles, Justice League de Zack Snyder (et Joss Whedon) était une importante étape programmée pour l'univers étendu de DC. Après Man of Steel en 2013, Batman v Superman : L'Aube de la justice et Suicide Squad en 2016, et Wonder Woman en 2017, la grande réunion des super-héros Batman, Superman et Wonder Woman, avec notamment l'arrivée d'Aquaman avant son film solo, ne pouvait être qu'un rendez-vous incontournable.

Sauf que le blockbuster s'est très vite transformé en entreprise problématique, de sa construction influencée par l'accueil compliqué de Batman v Superman aux fans qui réclament la version longue de Zack Snyder, en passant par une post-production publiquement désastreuse et aux propos tenus par les acteurs en promo.

La sortie de Justice League en DVD et Blu-ray (en France le 21 mars) est l'occasion de faire un bilan de la carrière du film. 

 

 

LE BUDGET

La Warner n'a pas officiellement donné de budget pour Justice League. Selon The Wall Street Journal et Variety, il se situe entre 250 et 300 millions : un chiffre plausible, vu que Batman v Superman : L'Aube de la justice a coûté environ 250 millions minimum, là où Avengers était dans les 220 et Avengers : l'Ère d'Ultron dans les 250.

Il faut ajouter à ce chiffre deux données : les frais marketing indispensables à ce niveau de superproduction, et des reshoots importants, réalisés par Joss Whedon lorsque Zack Snyder a quitté la production pour des raisons personnelles.

Si les dépenses côté marketing restent une donnée protégée par les studios, les analystes et experts s'accordent à dire que pour un blockbuster, le coût s'élève à un chiffre entre 50% et 100% du budget officiel du film. Dans le cas de Justice League, ce serait donc une large fourchette, entre 125/150 et 250/300 millions. Une somme spectaculaire, qui couvre diverses facettes de la promotion - tournée promo des acteurs dans le monde, publicités sur la télévision américaine à des créneaux prisés et donc hors de prix, création de sites web, affiches et bandes-annonces.

 

Photo Gal Gadot Gal Gadot en Wonder Woman

 

La question des reshoots est encore plus délicate. Si les jours de tournage additionnel sont devenus monnaie courante dans l'industrie, intégrés par principe à la production et donc loin d'indiquer une catastrophe, ceux de Justice League ont alimentés d'innombrables débats et rumeurs. Variety a affirmé en juillet que la Warner a déboursé 25 millions pour environ deux mois de reshoots à Londres, loin des 6-10 millions pour une semaine ou deux habituellement décidés. Les nombreuses images de promo absentes du film, les acteurs coupés au montage et les éléments révélés depuis (le costume noir de Superman a été filmé), laissent bien croire que les reshoots ont été très importants, et donc chers.

Justice League, ce serait donc dans la fourchette basse un budget d'environ 400 millions. Et probablement plus, vu que la promotion a débuté en amont (une première bande-annonce a été montrée au Comic Con en juillet 2016, alors que le tournage était en cours), et que la post-production a vraisemblablement été très compliquée, avec un coût réel que la Warner n'aurait aucun intérêt à révéler.

 

Photo Gal GadotL'équipe de winners

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

Avec environ 656 millions au box-office mondial, Justice League est le plus petit score du DCEU, loin derrière les 873 de Batman v Superman : L'Aube de la justice, les 821 de Wonder Woman, les 746 de Suicide Squad, ou encore les 668 de Man of Steel

A titre de comparaison, c'est très loin du premier Avengers, première réunion du MCU, qui a engrangé 1,5 milliard en 2012. C'est même moins bien que quelques aventures solo des super-héros Marvel dès la phase 2, comme Captain America : Le soldat de l'hiver (714 millions), Iron Man 3 (1,2 milliard), Les Gardiens de la Galaxie (773 millions), ou encore Thor : Ragnarok (852 millions).

 

Photo Ben Affleck, Gal Gadot, Ezra Miller Image promo d'une époque plus lumineuse

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE

Justice League a récolté environ 228,1 millions au box-office domestique. C'est à peine 35% de son score dans le monde.

C'est là encore le plus petit score de DC : moins que Man of Steel (291 millions), Batman v Superman : L'Aube de la justice (330 millions), Suicide Squad (325 millions), et Wonder Woman (412 millions).

La comparaison avec Marvel est elle aussi terrible puisque le premier Iron Man avait amassé 318 millions au box-office domestique en 2008, alors que l'univers étendu n'en était qu'à ses balbutiements. 

 

EquipeSuper-héros et super-figurines alignées sur un rayon de magasin ? 

 

LE BOX-OFFICE INTERNATIONAL

A l'étranger, Justice League a encaissé près de 428 millions, soit plus de 65% de ses chiffres. Le film marque des points de ce côté : c'est mieux que Man of Steel (377 millions), Suicide Squad (421 millions), et Wonder Woman (409 millions). Seul Batman v Superman : L'Aube de la justice a fait mieux (543 millions), 

Le film a surtout été un succès en Chine (106 millions), au Brésil (41 millions), au Mexique (24 millions), au Royaume-Uni (24 millions), en Australie (15 millions), ou encore en France (14 millions).

En Chine, c'est d'ailleurs le meilleur score des films DC au cinéma : 63 millions pour Man of Steel, 95 pour Batman v Superman, et 90 pour Wonder Woman (Suicide Squad n'y est pas sorti).

 

Photo Gal Gadot, Zack Snyder, Ben AffleckZack Snyder sur le tournage de Justice League

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS

1,7 million de spectateurs se sont déplacés en France. C'est moins que Man of Steel (2,3 millions), Batman v Superman : L'Aube de la justice (2,5 millions), Suicide Squad (2,2 millions), et Wonder Woman (2,1 millions).

C'est très loin des 4,5 millions du premier Avengers, ou du premier Iron Man avec 2 millions. Le premier X-Men avait rassemblé plus de 1,8 million en 2000. C'est aussi très loin des sommets comme Spider-Man, qui a attiré 6,4 millions dès sa première aventure en 2002.

Toutefois, c'est mieux que Batman Begins (1,5 millions en 2005), Batman Forever (1,6 millions en 1995), ou encore Batman, le défi (1,2 million en 1992).

 

Photo Ezra MillerEzra Miller en Flash

 

LES RAISONS

La première explication : l'univers DC au cinéma a payé avec Justice League une identité confuse, étirée entre un Batman v Superman : L'Aube de la justice perçu comme sombre et torturé, un Suicide Squad survendu comme un spectacle léger et décomplexé, et un Wonder Woman sous forme de flower power super-héroïque.

Face à la machine de guerre Marvel qui passionne le public avec une construction carrée, DC semble se chercher. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. En plus de multiplier les risques d'avoir un spectateur charmé par un film mais perplexe face à un autre, la méthode n'a visiblement pas permis de créer une véritable attente face à une réunion de héros qui, au fond, semblent avoir été assemblés plus par obligation contractuelle que par logique interne.

 

Photo Ben AffleckBatman dans Batman v Superman

 

Autre raison : le bad buzz. Si l'idée d'une ligue de fans et médias unis pour tuer l'univers DC est plus drôle qu'autre chose (Iron Man 2 a été aussi détesté que Wonder Woman adulé, et Zack Snyder a plus d'admirateurs que la plupart des réalisateurs du MCU), Justice League a plus passionné au cours de sa production chaotique qu'à sa sortie. Que la moustache de Henry Cavill soit devenue une "affaire" illustre ce cirque : rappelé pour les reshoots alors qu'il tournait Mission Impossible : Fallout, l'acteur a vu une partie poilue de son visage retouchée en post-production pour des questions de raccord. Une opération exécutée dans des délais absurdes, qui a donc donné un résultat peu flatteur à l'écran.

Gal Gadot qui admet que l'arc de Wonder Woman a été rectifié en cours de routeBen Affleck qui laisse planer le doute sur son avenir au sein de DC, sans parler des producteurs qui reconnaissent avant la sortie que le public devrait être indulgent : la promo du film a été un interminable tunnel ponctué de rumeurs, de déclarations et éléments contradictoires. Le studio ayant choisi de ne pas contrôler la parole comme certains concurrents, Justice League a été tiraillé dans tous les sens.

 

Photo Jason MomoaJason Momoa / Aquaman

 

La dernière raison, naturelle : le film n'a pas convaincu. La critique a sans nul doute un impact mais celui-ci reste finalement mineur. Exemple : descendu par la critique, Batman v Superman a mieux démarré au box-office américain que Wonder Woman, porté par une presse dithyrambique. Preuve que les spectateurs écoutent avant tout leurs envies, surtout dans le domaine du blockbuster où la critique sera plus encore considérée comme inutile (car intello, car anti-superproduction). Que Wonder Woman ait en revanche bénéficié d'un excellent bouche-à-oreille pour mener une carrière solide sur la durée, là où Batman v Superman a vite chuté, prouve que le public dicte la loi, et n'a besoin de personne pour choisir ou bouder un film. La super-héroïne a finalement engrangé près de 80 millions de plus que Batman et Superman aux USA.

Indicateur absolu de l'intérêt du public et du potentiel commercial d'un film, le premier week-end américain de Justice League a été problématique, puisqu'inférieur à ceux de tous les précédents films DC (à peine 94 millions, loin des 166 de BvS ou des 103 de WW).

Que de nombreux spectateurs réclament depuis une version director's cut de Zack Snyder (notamment avec une pétition) et s'en soient pris à Joss Whedon, confirme bien que le film vu en salles n'a pas été à la hauteur des attentes et des enjeux. La Warner est à blâmer, plus que Snyder, Whedon, le public, les fans, ou les médias. Et l'affaire des bonus financiers, qui auraient poussé les producteurs à ne pas repousser la sortie contre tout bon sens, ne fera que confirmer leur responsabilité.

 

Photo Gal Gadot La seule à en sortir blanche comme neige ?

 

LES CONSÉQUENCES

En l'état, avec les données disponibles, Justice League est loin d'être un bon coup. S'il n'a pas le privilège des flops purs et simples, comme un Roi Arthur : La Légende d'Excalibur, il a l'étiquette d'une déception sévère, qui n'aura pas surfer sur la marque mise en avant et être à la hauteur des enjeux. 

Le blockbuster aura probablement pu limiter la casse, mais il est clair que la part de bénéfices réels (après la part aux distributeurs, salles et divers partenaires, différente selon le territoire : environ la moitié revient au studio pour les Etats-Unis, et moins de 40% pour le reste du monde) est très mince. Et beaucoup trop faible pour un film conçu comme l'apothéose du DCEU.

Forbes estimait même il y a quelques mois qu'avec un score final de cet ordre et en fin de compte, le studio se retrouverait à perdre quelques dizaines de millions, et ce en comptant l'exploitation vidéo. Comparé à un Wonder Woman qui aurait finalement fait gagner dans les 300 millions à la Warner, pas de doute : Justice League est une opération catastrophique qui, même si elle finissait par rentrer dans ses frais, reviendrait à un pauvre équilibre embarrassant vu les ambitions.

 

Photo

 

Impossible pour le studio de continuer après Justice League sans changer les plans ou les têtes pensantes. L'évolution a été confirmée par l'arrivée de Walter Hamada, pour assister ou remplacer Jon Berg et Geoff Johns, et diriger la chose.

Annoncée pour une sortie en 2019, la suite de Justice League (prévue à l'origine comme un film en deux parties, réalisées par Snyder) a été mise de côté. Le futur de DC s'écrira dans l'immédiat avec Aquaman en décembre prochain, Shazam en avril 2019 et Wonder Woman 2 en décembre 2019, mais la liste des projets est ridicule.

Le film Cyborg un temps prévu pour avril 2020, un Green Lantern Corps en juillet 2020, un film Batgirl de Joss Whedon, un film sur Batman de Matt Reeves, un Suicide Squad 2 réalisé par Gavin O'Connor, un Flashpoint encore flou, un Gotham City Sirens normalement réalisé par David Ayer, ainsi que des films sur le Joker et Harley Quinn, Deadshot, Black Adam, Lobo par Brad PeytonNightwing par Chris McKaysur Deathstroke par Gareth Evans, un Justice League Dark (abandonné par Guillermo Del Toro) et une suite de Man of Steel : difficile de savoir ce qui relève des annoncées précipitées, des projets abandonnés ou encore en vie.

Inutile de préciser que si les super-héros DC devaient être à nouveau réunis, bien des choses auront changé d'ici là.

 

Affiche

commentaires

Come de romanet
02/05/2018 à 14:39

Au final je pense que warner devence de loin Disney et son Marvel, car si on regarde le box office des deux studios a long termes Disney n'arrive pas aux chevilles de Warner qui détient d'énormes succès telles que "au temps en emporté le vent", "le seigneur des anneaux",ect...

Nomoreheroes
21/03/2018 à 22:28

@Finnigan Comme je te comprend.
Les types se cassent le cu à sortir des dossiers rassemblant l'ensemble de leurs avis sur tous les Marvel & DC, et les abrutis continuent avec leurs "mé vou ete Pro Marveleeee"

Finnigan
21/03/2018 à 15:04

@Vincent

Lire l'article peut aider sinon : 250/300 de budget + 100-125 de promo + 25 de reshoots = proche des 400.
Et les comparaison ne sont pas qu'avec des films solo.
De rien.

Sinon, pour ceux qui comme toi digèrent tellement mal la tournure des films DC qu'ils accusent (voire insultent) à tout va les médias, les fans ou je ne sais quoi, va falloir prendre une grande inspiration. Dire que Justice League n'est pas un ratage plus ou moins énorme, c'est "manquer d'objectivité", pour reprendre cette formule tellement bête et creuse.

Ah, et puisque tu t'en "fiches" de leurs chiffres sortis d'un chapeau qui est le chapeau le plus officiel possible (les sites les plus sérieux et respectés aux USA par ex : ou alors, un complot serait-il contre DC et Warner ?), permets-nous de te dire qu'on s'en tape aussi de ta petite colère à base de "j'ai lu une ligne sur deux, et j'ai décidé dès le début de penser que cet article était encore un méchant article".
Vous commencez à nous péter les burnes avec vos jérémiades, à défendre une major aussi énorme que Warner/DC et antagoniser la moindre donnée négative qui relève plus du fait que de l'avis (parce qu'en plus, quand on parler avis, mon dieu ça vire au carnage à base de "vous êtes pro Marvel gnagnagna", digne d'une cour d'école en terme d'argument et échange un minimum intéressant...)

Et oui, ce commentaire est teinté d'agressivité et colère, car croiser cette même brutalité SYSTEMATIQUEMENT dès qu'on mentionne un film de super-héros, c'est lassant pour les neurones. Et puisque l'espace est utilisé par quelques personnes pour chouiner, autant rendre la pareille et étaler ma petite personne sans pudeur dans ce bordel

Rois-vegeta
21/03/2018 à 12:12

C'est grâve d'être d'aussi mauvaise fois reste avec votre marvel film pour enfants arette de venire nous faire chier

Question à boubou49
21/03/2018 à 07:45

Tu as des infos sur le "box office" des DVD/BR ? ça m'intéresserait...

Vincent
20/03/2018 à 23:33

Au fil de la lecture, on se rend compte du manque d'objectivité de cet article et c'est terrible. Le film aurait coûté 250 millions, vous ajoutez 25 millions de reshoot puis d'un coup ça passe à 400 millions... Ça n'a aucun sens vraiment. En tout cas conclusion, le film a rapporté plus de 650 millions, et des bénéfices de plus de 200 millions (d'après vos pseudos prévisions sorties du chapeau) ça reste toujours rentable. Vous comparez le film avec des super productions de films "solos", mais on s'en fiche, on parle ici de rentabilité. Seul le budget investi compte. Ce journalisme est malsain vraiment.

boubou49
20/03/2018 à 23:21

L' incompétence des dirigeants de la branche DC chez Warner m'impressionnera toujours Après avoir coupé 30 minutes de Batman v Superman dans sa version cinéma , fait monter Suicide Squad par une boîte.de production de trailers, , on a eu droit à une version "Frankenstein" de Justice League entre Snyder et Whedon. Les reshoots sont tellement apparent que j'ai plusieurs fois grincé des dents au cinema. J'ai beau apprécier Whedon , il a fait un boulot de gougnafier. Le changement de ton entre les films est ridicule et personne ne s'y retrouve. ils ont réussi à se mettre à dos tout le monde , le grand publique , les fans dc et les fans de la vision de snyder et au vu des ventes dvd/blu-ray/vod de men of steel et BVS , Warner ferait mieux de livrer la version de Snyder et ensuite ce concentrer sur les films solos de chaque grand personnage et trouver le bon ton et style pour éviter de singer Marvel

Dr Malobo
20/03/2018 à 21:10

Purge League....

Enzo
20/03/2018 à 21:09

Ecran large un site pro marvel qui aime bien descendre les film dc, jai plus passé de temps sur les commentaires que sur l'article telment il y a de: comparé a marvel...
Vous vous defendez en disant on a adoré wonder wouman et détesté iron man 2, difficile d avoir un avis contraire telment l un est un bon film et le second une pure daube

Pseudo
20/03/2018 à 18:41

Un long article pour au final du vent?
Pourquoi ne pas commencer par: "on ne sait pas combien a rapporté fait perdre justice league parce que.) blablabla?"

Plus

votre commentaire