David Fincher : Mission Impossible 3, Spider-Man, Black Hole... ses projets abandonnés

La Rédaction | 3 décembre 2020
La Rédaction | 3 décembre 2020

20 000 lieues sous les mers, Black Hole, Millénium 2... David Fincher a failli faire beaucoup plus. Retour sur ses projets abandonnés ou annulés.

Il est le réalisateur culte par excellence, qui a retourné bien des têtes avec Alien 3, Seven, The Game, Fight Club, Panic Room, Zodiac, L'étrange histoire de Benjamin Button, The Social NetworkMillenium - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, Gone Girl, sans oublier les séries House of Cards et Mindhunter. Et il est de retour sur Netflix avec Mank, disponible dès le 4 décembre.

Mais David Fincher a au moins autant voire plus de projets abandonnés, annulés, oubliés. Des films qui auraient pu être fantastiques, mais qui ont été stoppés pour diverses raisons. Retour sur ces rendez-vous ratés.

 

Photo"J'étais à ça de le faire" (Fincher, tous les deux ans)

 

Spider-Man

Si les Spider-Man de Sam Raimi ont indubitablement repensé le genre super-héroïque au cinéma, ainsi que les effets spéciaux numériques, on est forcément curieux de savoir ce que David Fincher en aurait fait. Et là encore, le bonhomme a été en lice face au réalisateur d’Evil Dead en 1999. Et une décennie plus tard, alors que Raimi a quitté la barque après un Spider-Man 3 douloureux (on est d'ailleurs revenu dessus dans un dossier), Sony s'est vu contraint d’envisager un reboot, et le nom de Fincher est de nouveau apparu. Mais le réalisateur, percevant les contraintes qui avaient gangréné ce type de blockbusters, a gentiment décliné l’offre.  

À vrai dire, il paraît aujourd’hui évident que Fincher n’aurait pas été l’homme idéal pour un projet de cette trempe. En 2011, pour la sortie de Millenium, le cinéaste s’est confié sur ces géniales (mais improbables) idées, aux antipodes des souhaits des studios en la matière pour io9 Gizmodo : 

“Mon sentiment sur ce que Spider-Man pourrait être est très différent de ce que Sam [Raimi] a fait ou voulait faire. Je pense qu’il a réalisé ce film parce qu’il voulait retranscrire les comics Marvel. Je n’ai jamais été intéressé dans sa genèse. Je ne pouvais pas me voir faire l’histoire d’un type qui se fait mordre par une araignée rouge et bleue. C’était le problème… C’était quelque chose que je ne voulais pas faire directement. Je voulais commencer par Gwen Stacy et le Bouffon Vert, et je voulais tuer Gwen Stacy. » 

 

PhotoBon, il n'empêche que CE Spider-Man reste incroyable !

 

Fincher aurait donc voulu mettre en avant la mort traumatique de la petite amie de Peter Parker, qui a marqué tant de lecteurs de comics (et a été piètrement adaptée dans The Amazing Spider-Man 2). Mais plus fou encore, le réalisateur a raconté ses plans pour revenir tout de même sur la base mythologique du héros :  

“La séquence d’introduction que j’allais faire devait durer 10 minutes — en gros, une vidéo musicale, un opéra, qui devait vous emmener à travers l’histoire de Peter Parker. La morsure par une araignée radioactive, la mort de l’Oncle Ben, la perte de Mary Jane, puis le film aurait débuté sur la rencontre entre Peter et Gwen Stacy. C’était très différent. Ce n’était pas une histoire d'adolescents. C’était beaucoup plus l’histoire d'un type qui a accepté qu’il est un monstre.” 

Autant dire qu’au vu du passé de clippeur virtuose de Fincher, on aurait aimé voir ça, même si on a trouvé un exemple équivalent avec le générique du Watchmen de Zack Snyder.  

 

Photo Andrew GarfieldIci gît Gwen Stacy

 

RENDEZ-VOUS AVEC RAMA

David Fincher, Arthur C. Clarke, Morgan Freeman : l'équation de Rama était magnifique. Au début des années 2000, une adaptation du superbe roman de l'auteur de 2001 : l'odyssée de l'espace était annoncée, avec le réalisateur et l'acteur de Seven. Morgan Freeman est un fan invétéré du roman, et rêve de l'adapter depuis longtemps. Il mettra même sa boîte de production sur le coup.

Rendez-vous avec Rama est une histoire passionnante, mais elle n'a rien de hollywoodien. Le livre tourne autour d'un monumental objet apparu dans le système solaire, d'une nature tellement étrange que l'origine est forcément extraterrestre. Un groupe d'astronautes est envoyé pour l'explorer, et découvre un immense cylindre, avec des traces d'une civilisation inimaginable. C'est beau, fascinant et étonnant, mais ce n'est ni un film d'horreur ni un film d'action.

Si vous n'en avez jamais entendu parler, c'est normal : le projet n'ira jamais beaucoup plus loin, revenant régulièrement sur le tapis, sans avancer. En 2008, Fincher disait que Rama semblait enterré. En 2010, il en reparlait :

"Rendez-vous avec Rama est une super histoire, avec un rôle fantastique pour Morgan Freeman, qui est un acteur fantastique. La question était d'avoir un scénario digne de Morgan, un scénario digne d'Arthur Clarke, et de faire tout ça avec une enveloppe à la hauteur. Parce qu'on veut faire un film où en sortant, les enfants n'auront pas envie d'acheter une figurine, mais un télescope. C'était l'espoir : espérons que les gens soient intéressés par le film. Donc on a eu des gens intéressés par l'idée, et on n'a jamais réussi à avoir un scénario."

La santé de Morgan Freeman aurait également posé problème. En 2012, l'acteur expliquait en interview avec Neil DeGrasse Tyson que le rôle du commandant Nortan restait un rêve, qu'ils cherchaient toujours le scénario parfait, et qu'il croyait toujours arriver à faire ce film.

 

photo, Morgan FreemanMorgan attend le décollage

 

20 000 LIEUES SOUS LES MERS

En 2010, David Fincher est annoncé à la tête d'une adaptation du classique de Jules Verne pour Disney, avec un scénario de Scott Z. Burns (La Vengeance dans la peau, Contagion). 20.000 lieues sous les mers de 1955 avait été un gros succès, et le projet d'une nouvelle version rame depuis quelques années, McG et Will Smith ayant jeté l'éponge.

Fincher rêve d'un blockbuster steampunk au XIXe siècle, avec Star Wars : Épisode V - L'Empire contre-attaque en référence. Il cite Avatar et Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne comme inspirations, et parle d'une sorte de cartoon très riche, en performance capture, avec 70% de CGI. Il met son scénariste de Seven, Andrew Kevin Walker, sur une réécriture.

En 2012, Disney met le projet en pause pour quelques mois, afin de faire le point. 20.000 lieues sous les mers tombe mal, puisqu'à la même époque le studio a sur les bras John Carter et Lone Ranger, deux poids lourds devenus ingérables. En parallèle, Fincher veut Brad Pitt pour incarner Nemo, mais l'acteur est moyennement disponible et/ou intéressé, et choisit à la place Fury.

En 2013, le projet semble toutefois avancer, avec un tournage prévu en Australie, grâce à des réductions de taxe (une économie de 22 millions apparemment, soit un record). En réalité, le sous-marin prend l'eau depuis un moment pour diverses raisons. Disney tardait à officiellement valider le film, Fincher peinait à trouver un acteur pour porter le budget (Daniel Craig et Matt Damon auraient refusé). Lorsque le studio refuse Channing Tatum et propose Chris Hemsworth, le cinéaste s'en va.

 

photo vingt Mille Lieues sous les mersVingt Mille Lieues sous les mers, version Méliès

 

Interviewé par Little White Lies en 2014, David Fincher expliquait les complications inhérentes à un budget de 200 millions : « Toutes les sociétés de production ont une culture et des angoisses d'entreprise. Une fois qu'on est passé sur la liste des gens qu'on pourrait caster, une fois qu'on est passé sur un ou deux noms qui les rassuraient, faire un film à ce prix est devenu cette étrange tentative de trouver quels étaient les trois acteurs qu'on pouvait rassembler pour gagner. (...) C'est devenu très dur d'apaiser les inquiétudes de la culture d'entreprise de Disney avec une liste de noms qui permettait à tout le monde de dormir la nuit. »

Il explique aussi qu'un boss de studio lui a un jour demandé pourquoi les acteurs se rangeaient toujours de son côté alors que c'est eux qui les payent : « Parce que je pense qu'ils ont conscience que mon allégeance va seulement au film ».

 

photo, James Mason, Paul Lukas20 000 lieues dans les années 50

 

Dans Playboy, la même année, il expliquait avec enthousiasme quelles étaient ses intentions : « C'était un divertissement intelligent et fou, avec l'équipage du Nautilus qui se battait contre tout plein de trucs gigantesques à la Ray Harryhausen. Mais c'était aussi à contre-courant. On faisait Osama bin Nemo, un prince du Moyen-Orient issu d'une famille riche qui a décidé que l'impérialisme blanc est diabolique et doit être combattu. L'idée était de placer les enfants dans une situation où ils se diraient qu'ils étaient d'accord avec tout ce qu'il pense, qu'ils le comprennent. Je voulais vraiment le faire, mais je n'avais pas les reins pour assurer. Beaucoup de gens à Hollywood réussissent parce qu'ils marchent à la peur. J'ai du mal avec ça, car je pense que notre responsabilité est de donner au public quelque chose qu'il n'a pas déjà vu. »

L'aide financière d'Australie ira finalement à Pirates des Caraïbes 5 : La Vengeance de Salazar, une autre production Disney. Le projet, qui avait failli en 2009 se faire avec McG et Will Smith puis Sam Worthington, a longtemps traîné. Christophe Gans et James Mangold ont eux aussi essayé, et Bryan Singer a sérieusement failli s'y lancer avec le studio Fox.

 

Affiche officielle

 

MISSION : IMPOSSIBLE 3

Après Panic Room, Fincher était bel et bien parti pour remettre les pieds dans une franchise, qui est plus un troisième opus, malgré le traumatisme d'Alien 3. En quête de réalisateurs prestigieux après Brian De Palma et John Woo, Tom Cruise jette son dévolu sur lui en 2002. Fincher parle alors d'une idée forte et violente, avec le meilleur pitch du monde : "Si Paramount me laisse faire ne serait-ce que la moitié de ce que je veux, ça devrait en faire un film intéressant".

Le studio voulait visiblement encore moins que la moitié, puisqu'au bout de quelques mois, Fincher s'en va. Ce sera le début d'une valse compliquée pour Mission : Impossible 3, Joe Carnahan ayant lui aussi failli le réaliser avant que Tom Cruise aille chercher J.J. Abrams.

Depuis, Fincher a un peu détaillé ce qui s'est passé dans une interview à MTV, en 2008 :

"Je pense que le problème avec les troisièmes épisodes, c'est que les gens qui les financent sont des experts, qui savent comment ça devrait être fait et ce que ça devrait être. À ce moment, quand on possède une franchise comme ça, on veut juste se débarrasser de toutes les opinions différentes. Je ne suis pas le genre de personne à dire, 'Regardons les deux précédents, OK je vois ce que vous voulez'. Vous ne m'entendrez jamais dire, 'D'accord, ce qui est le plus simple pour vous.'".

Une étape dans la trajectoire chaotique de ce Mission : Impossible 3.

 

photo, Tom CruiseVersion J.J. Abrams sur le pont de True Lies

 

MILLENIUM 2

Lorsqu'il s'est lancé dans l'adaptation américaine du livre de Stieg Larsson, David Fincher avait déjà l'envie de réaliser la trilogie. La sortie de Millenium - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes change un peu les choses : avec environ 232 millions au box-office, pour un budget d'une bonne centaine, le premier film n'est pas le succès escompté. La durée, la date de sortie, la nature violente du film, les choix du réalisateur et ses méthodes... Le studio Sony cherche sans nul doute les raisons.

Mais Fincher s'accroche. En 2014, il expliquait qu'Andrew Kevin Walker, scénariste notamment de Seven, a réécrit le scénario de la suite, et déclarait que l'espoir était là : « Je pense que puisque Sony a déjà dépensé des millions de dollars pour les droits et le scénario, ça va donner quelque chose. Le scénario qu'on a maintenant a un énorme potentiel. Je peux vous dire qu'il est extrêmement différent du livre. »

En parallèle, Rooney Mara, révélée dans le film qui lui a valu sa première nomination aux Oscars, répètait qu'elle adorait le rôle, adorait Fincher, et adorerait tourner une suite. Au fil des mois, son enthousiasme est devenu plus poli, et a laissé place à la résignation.

Mais en 2015, la rumeur d'un nouveau film avec de nouveaux acteurs, adapté du quatrième livre écrit par David Lagercrantz, indique le contraire. The Girl in the Spider's Web sera lancé à la place, dans une triste tentative de relancer la franchise avec une nouvelle équipe, notamment Claire Foy dans le rôle de Lisbeth. Ce sera un joli flop en salles.

 

photo, Rooney MaraAlerte Google : la saga continue sans toi

 

LE DAHLIA NOIR

Un des grands rêves de David Fincher était d'adapter au cinéma le célèbre roman de James Ellroy, Le Dahlia noir. Sorti de Panic Room, il recommence à s'intéresser une nouvelle fois aux tueurs détraqués, dont il a déjà filmé un spécimen dans Seven. Il imagine alors une adaptation totalement folle : une mini-série de 5 heures, en noir et blanc, avec un budget de 80 millions et des acteurs de premier plan. Les noms de Tom Cruise, Julianna Margulies et Jennifer Connelly étaient alors évoqués.

Universal, qui a acheté les droits avec l'envie de surfer sur le succès de L.A. Confidential, tremble. Fincher comprend vite que ce sera impossible de concrétiser sa vision, et s'en va. Brian De Palma sera engagé dans la foulée, pour diriger une adaptation plus carrée, avec Josh Hartnett, Aaron Eckhart, Scarlett Johansson et Hilary Swank.

Fincher, lui, plongera dans la tête d'un autre fou avec Zodiac. Le tueur du Zodiaque est lié à son imaginaire d'enfant puisqu'il a grandi dans les années 70, dans une Californie hantée par ces crimes. Il racontera notamment ce souvenir que son bus scolaire était surveillé par les policiers, suite aux menaces du soi-disant Zodiaque de massacrer des enfants. "C'était l'ultime Boogeyman pour moi", dira le cinéaste. Avec un film de 2h36, le cinéaste pourra en tout cas aller au bout de ses ambitions.

À noter que David Fincher a néanmoins réglé son histoire avec le Dahlia noir et James Ellroy, dans une adaptation en comics du roman. Sortie en 2013, cette adaptation graphique a été faite en collaboration avec le dessinateur Miles Hyman et l'écrivain français Matz. Extrêmement fidèle, elle a comblé pas mal de fans.

 

Photo Scarlett Johansson, Josh HartnettPar De Palma

 

CLÉOPÂTRE

Quel est le point commun entre David Fincher, James CameronPaul GreengrassAng Lee et Denis Villeneuve ? Tous ont été liés de près ou de loin à un film sur la reine égyptienne, avec Angelina Jolie, adapté de Cléopatra : À Life de Stacy Schiff - qui offre une perspective plus politique et guerrière sur cette icône notamment incarnée par Elizabeth Taylor.

En 2011, alors que le projet visiblement cher à l'actrice n'avance pas, le nom de Fincher est brandi. Il retrouverait ainsi le studio Sony et le producteur Scott Rudin après Millenium - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, qu'il prépare alors. Sans parler de la proximité naturelle entre Angelina Jolie et le réalisateur, ami proche de son mari de l'époque Brad Pitt.

Entre des problèmes d'emploi du temps et une relation certainement tendue avec le studio suite à l'expérience du polar enneigé, l'affaire a vite été close. Depuis, le film est revenu régulièrement avec quelques rumeurs, comme Denis Villeneuve. Finalement, Angelina Jolie a définitivement lâché l'affaire, mais Cléopâtre reviendra : Patty Jenkins et Gal Gadot, le duo de Wonder Woman, lui redonneront vie.

 

Photo Angelina JolieAngelina Jolie dans Alexandre

 

UTOPIA + HBO

Alors qu'il a déjà trouvé sa place sur le petit écran avec Netflix et House of Cards, David Fincher se lance en février 2014 de nouveaux objectifs télévisuels avec HBO. Un an après l'arrivée de la série britannique Utopia (géniale au passage) sur Channel 4, HBO souhaite faire un remake avec David Fincher à la réalisation et Gillian Flynn (Gone Girl) au scénario.

Cependant les affaires tournent mal. HBO n'est pas Netflix et les désaccords financiers entre Fincher et la chaîne sont irréconciliables. Résultat : le 8 août 2015, alors que le casting impressionnant - Rooney MaraColm FeoreEric McCormackDallas Roberts, Jason RitterBrandon Scott et Agyness Deyn - est en pleine répétition depuis un mois, le remake est purement et simplement annulé.

Dans une interview avec Indiewire, David Fincher avait détaillé les raisons de cet abandon notamment le refus de lui offrir 100 millions de budget :

"Utopia était quelque chose que je voulais désespérément faire pour HBO et je pensais que nous avions de très, très bons scripts et une excellente distribution et nous nous préparions à le faire et vous savez que cela s'est joué à 9 millions de dollars. En fin de compte, quand vous avez en fait tout expliqué, 9 millions de dollars dans le schéma des choses ne ressemblent pas à un énorme écart entre ce que nous voulions faire et ce qu'ils voulaient payer.

 

Photo Neil Maskell, Fiona O'ShaughnessyUtopia version UK

 

Mais lorsque vous coupez 9 millions de dollars sur 100 millions de dollars... en fait 10%, ce n'est pas 10% dans le cinéma. En termes de cinéma, vous aurez le même nombre de chauffeurs, le même nombre de comptables, le même nombre de costumiers, le même nombre de cascadeurs. Le seul domaine qui devra être réduit de 10% est le temps que vous passez avec les acteurs sur le tournage. [...]

C'était drôle parce qu'écoutez, la série avait déjà été faite pour beaucoup moins de 10 millions de dollars, je pense, mais avec notre version, nous essayions de faire quelque chose qui permettrait à HBO de lancer un show en plein été pendant la période des blockbusters élasthane [référence aux films de super-héros, ndlr], et je voulais faire un spectacle qui rivaliserait en quelque sorte avec ses films de franchises, peut-être pas en termes de CGI ou à quel point l'univers allait exploser, mais en termes de rebondissements."

Alors forcément, avec un budget un peu moindre et des exigences pareilles, HBO et Fincher n'ont pas réussi à se réconcilier. Et finalement si la version de Fincher n'a jamais vu le jour, Gillian Flynn a réussi à faire le remake US via Amazon Prime Video, dont le budget est encore inconnu. Le remake US s'est révélé captivant et en plein dans l'air du temps, toutefois il a finalement été annulé après une seule saison. Maudit jusqu'au bout, même sans Fincher.

 

Photo Jessica RotheUtopia version US Amazon

 

Retour en 2015, puisqu'après l'abandon de Utopia, ce sont finalement toutes les collaborations entre Fincher et la chaîne qui ont été abandonnées deux jours plus tard. En effet, à ce moment-là, David Fincher bossait sur deux autres séries avec HBO : Vidéosyncrazy et Shakedown.

La première devait s'intéresser à l'industrie musicale des années 80 et suivre l'histoire de Bobby, un jeune garçon diplômé embauché dans une compagnie spécialisée dans la confection de clips vidéo. Selon Variety, quatre à cinq épisodes avaient déjà été tournés lors de l'arrêt de la production. De son côté, Shakedown était une série basée sur les aventures d'un détective privé dans les années 1950 à Los Angeles, écrite par James Ellroy et portée par Charlize Theron (que Fincher a finalement retrouvé sur Mindhunter).

 

Photo Mindhunter, Jonathan Groff, Holt McCallanyFincher essayant de persuader HBO, en vain

 

RED SPARROW

En juin 2014, David Fincher est en pleine tournée promotionnelle de Gone Girl. Tout le monde lui parle de Millenium 2, mais l'un des projets qui fait surface à cette époque est Red Sparrow, un thriller d'espionnage dans la Russie post-soviétique.

La Fox aurait approché le scénariste Eric Warren Singer (American Bluff) pour s'occuper du scénario rapidement, avec l'ambition d'attirer Fincher pour le réaliser. Les rumeurs vont bon train, et le site explique même que Rooney Mara pourrait interpréter le rôle principal : une ancienne ballerine enrôlée par les services secrets russes.

Puis, le silence... jusqu'à septembre 2015, sans les noms de David Fincher et Rooney Mara, mais avec le duo derrière Hunger Games, Francis Lawrence et Jennifer Lawrence. Petite douche froide. Red Sparrow sortira finalement en 2018.

 

Photo Jennifer LawrenceLe Red Sparrow qu'on a eu

 

BLACK HOLE

David Fincher et Brad Pitt avaient prévu de travailler une nouvelle fois ensemble avec Black Hole. Adapté du roman graphique éponyme de Charles Burns sorti en 1995, Black Hole devait se situer dans le Seattle des années 70 et suivre un groupe d'adolescents victimes de la "crève", une mystérieuse maladie provoquant des mutations physiques.

À l'origine, c'est le réalisateur français Alexandre Aja qui était sur le coup, dès 2005, avec les scénaristes Neil Gaiman et Roger Avary à ses côtés. Une formule qui n'a visiblement pas pris puisqu'en 2007, Paramount se place sur le projet et annonce une autre équipe : David Fincher, qui doit alors repartir de zéro.

En 2010, ce rêve s'envole, et le cinéaste se retire du projet, pour aller sur Millenium... du moins jusqu'à 2013, où son nom est remis sur la table. Car Brad Pitt, via sa boîte de production Plan B, a mis la main sur Black Hole. Depuis, rien.

En 2018, Black Hole ressort du néant et Rick Famuyiwa est annoncé pour le réaliser. C'est là qu'on redit encore une fois que depuis, zéro nouvelle ?

 

Image illustration Veuillez patienter

 

L'INCONNU DU NORD EXPRESS

Improbable, mais presque vrai : un remake d'un Hitchcock par Fincher. En janvier 2015, alors que Gone Girl est un triomphe, la Warner veut sa part du gâteau. Le studio annonce donc son intention de mettre en chantier un remake de L'Inconnu du Nord-Express, classique d'Alfred Hitchcock sorti en 1952, avec David Fincher, Ben Affleck et Gillian Flynn, scénariste et auteur de Gone Girl.

Que Ben Affleck soit censé y incarner non plus un joueur de tennis, mais un acteur en pleine compagne pour les Oscars, qui profite d'un voyage en train pour planifier le meurtre de sa femme, ne rend l'annonce que plus curieuse. À l'époque, Gone Girl est un candidat sérieux pour la saison des prix, et Rosamund Pike décrochera une nomination.

L'acteur est alors censé tourner ce remake intitulé Strangers entre Live by Night et Justice League. Autant dire que le projet resté silencieux depuis est mort et enterré.

 

photoNe pas jouer avec le feu

 

WORLD WAR Z 2

Un cas d'école : une production compliquée, voire catastrophique, avec notamment un troisième acte entièrement retourné en sept semaines de reshoots, mais un succès énorme en salles, avec plus de 540 millions de dollars (le budget estimé à environ 200 millions reste obscur). Une suite était donc inévitable pour Brad Pitt, ses jolis cheveux et les zombies.

Un deuxième film est officialisé en juin 2013. Dans la foulée, Juan Antonio Bayona (The ImpossibleQuelques minutes après minuit) est choisi pour le réaliser, avec une date de sortie en juin 2017. Sauf que Bayona quitte le navire en janvier 2016 pour filmer Jurassic World 2. Très vite, la production reprend le chemin des complications, et la date de sortie est indéfiniment repoussée.

 

photo, Brad PittPrêt à accueillir le prochain réalisateur

 

Producteur et superstar, Brad Pitt cherche activement un nouveau réalisateur, et se tourne vers son ami David Fincher. La rumeur provoque de gros fous rires, vite ravalés puisqu'en juin 2017, le nouveau boss de Paramount Jim Gianopulos annonce que le cinéaste prestigieux a signé.

Fincher a déclaré par la suite à Empire qu'il travaillait sur le scénario depuis un an avec Dennis Kelly, le scénariste avec lequel il devait faire Utopia, précisant qu'il cherchait une histoire digne de ce nom, qui justifie une suite au-delà de l'intérêt purement commercial. 

"Surprise" : en février 2019, le studio Paramount décide de stopper la production. Le budget trop élevé serait la principale raison. Personne ne sera réellement étonné par la nouvelle, bien plus logique que celle d'un World War Z 2 à 190 millions réalisé par David Fincher.

Tout savoir sur David Fincher

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

darkpopsoundz
04/12/2020 à 10:38

Woh pinaise David Fincher adaptant James Ellroy: un pur fantasme personnel! Lui seul aurait le talent et le culot pour réussir ça.

beyond
03/12/2020 à 21:56

" On veut faire un film où en sortant, les enfants n'auront pas envie d'acheter une figurine, mais un télescope. "
Le cinéma a perdu son âme en renonçant à ce type d'ambition.

Rico
03/12/2020 à 15:08

Il avait un contrat pay or play pour Millenium 2...20 millions de dollars dans sa poche que le film se fasse ou non. C'est un grand cinéaste et un excellent businessman.

Raptor
03/12/2020 à 14:20

"Lorsque le studio refuse Channing Tatum et propose Chris Hemsworth, le cinéaste s'en va."

Euh... C'est pas plutôt l'inverse ? Parce Kamoulox sinon.

Zen
03/12/2020 à 14:13

Il me semble que David Fincher était prévu sur le film "The Lords of Dogtown". Est-ce que quelqu'un sait pourquoi ça ne s'est pas fait ?
Merci d'avance.
Un fan de Fincher et des Seigneurs de Dogtown.

slypower
07/02/2019 à 23:03

Je crois aussi qu'il avait été annoncé sur une adaptation de Rendez-vous avec Rama, le célèbre roman SF d'Arthur C.Clarke...dommage

Mais euh !
07/02/2019 à 18:34

Le truc qui resort à chaque fois dans les projets avortés de David Fincher c'est le conflit avec le studio sur l'aspect financier. C'est devenu un récurrence.

J'adore toute sa filmo, je comprend qu'il veuille s'attaquer à toujours plus gros et plus fort et avoir les moyens de ses ambitions mais j'aimerais le voir réaliser des projets plus "petits", où il ne serait pas en conflit constant avec les exécutifs (ce qui c'est produit sur tous ses films, aboutis ou non depuis Alien 3) et où il ne resentirait pas le besoin de faire 100 prises et de retoucher chaque plan en post production.

Polar, SF, Horreur,... peu importe, mais un truc produit dans le circuit indépendant où il aurait carte blanche sur le fond et la forme.

Parce que là ça faisait déjà 5 ans depuis son dernier film, et ça va prendre surement autant avant qu'un nouveau projet voit le jour.

menemen
07/02/2019 à 16:52

grosse déception

Star Wars 7. Pas confiant envers disney.

captp
07/02/2019 à 15:54

une chose que je n'ai jamais compris concernant la frilosité des studios.
ce genre de phrase : "La sortie de Millenium change un peu les choses :232 millions au box-office, pour un budget d'une bonne centaine" je l'ai lu et relu et vu une énorme quantité de projets avortés a cause du "peu" de profit.
Mais en quoi le studio tremble des genoux si au final ils sont sur de au moins ne pas perdre de thune ? un truc m’échappe car au contraire je penserai que même si ça rapporte pas énormément ça fait bien sur le cv d'avoir des grands cinéastes .

Stridy
07/02/2019 à 14:38

Ma plus grosse déception c'est qu'il ait abandonné les suites de Millenium.

Le casting était absolument parfait.

Plus

votre commentaire