Millenium : une expérience pas très agréable qui a servi de leçon au réalisateur

La Rédaction | 30 avril 2020 - MAJ : 30/04/2020 10:44
La Rédaction | 30 avril 2020 - MAJ : 30/04/2020 10:44

Fede Alvarez a reparlé de l'expérience Millenium : Ce qui ne me tue pas, et dit qu'il évitera les films de studios désormais.

Dans un autre monde, l'excellent et fascinant Millenium - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes de David Fincher aurait eu un succès plus clair en salles (environ 232 millions au box-office pour un budget officiel proche des 100 millions), et surtout, Sony aurait réuni l'équipe pour une suite, comme envisagé à l'époque. Rooney Mara et le réalisateur étaient plus que partants, et le scénariste Andrew Kevin Walker avait repris le scénario de Steven Zaillian, preuve que de l'argent était déjà dépensé pour un deuxième film.

Mais le business en a décidé autrement. L'univers noir et neigeux de Stieg Larsson a donc eu droit à une suite-reboot en 2018, avec une toute nouvelle équipe, et Claire Foy en Lisbeth Salander, pour directement adapter le quatrième opus littéraire, écrit cette fois par David Lagercrantz. Une idée farfelue, vu que La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette et La Reine dans le palais des courants d'air sont plus connus et attendus, mais qui permettait théoriquement au studio de relancer la saga.

Echec : malgré un budget largement réduit (43 millions), le très moyen Millenium : Ce qui ne me tue pas (notre critique par ici) a été un flop, avec environ 35 millions au box-office. Autant dire qu'une suite est hautement improbable. Et le réalisateur Fede Alvarez a reparlé de cette expérience apparemment pas totalement agréable.

 

photo, Claire FoyDans le désert gelé du "on s'en fout de ton film Sony"

 

Au podcast de Bloody Disgusting’s Boo Crew, le réalisateur du Evil Dead de 2013 et Don't Breathe - La Maison des ténèbres a poliment expliqué comment l'expérience lui a été utile :

"Mon dernier film, Millenium, c'était moi qui allait faire un film de studio pour la première fois, de l'intérieur. Il y a des choses que j'ai aimées et des choses que je n'ai pas aimées. J'ai depuis décidé que j'allais uniquement faire des films qui comptent pour moi."

Difficile de ne pas imaginer là un cas très banal de film tenu par les producteurs, qui ont été pêcher un jeune réalisateur pour son style avant de le forcer dans un chemin bien carré, quitte à gommer son identité. Face au film, certes léché mais terriblement plat et sans âme, ça saute aux yeux. Et ça n'a malheureusement rien d'inédit, comme l'avait prouvé le RoboCop de 2014, que le réalisateur Jose Padilha avait lui aussi mal vécu.

 

photo Fede AlvarezFede Alvarez dans le noir

 

Autre conséquence indirecte : Fede Alvarez a depuis abandonné la suite de Labyrinthe, classique de Jim Henson, qui aurait pu trouver une raison nouvelle d'exister vu le retour flamboyant de Dark Crystal : le Temps de la résistance sur Netflix. Annoncée en 2016, la suite a avancé en 2017 avec l'arrivée du cinéaste, un temps emballé, et silencieux depuis.

Il explique qu'il a depuis quitté le projet pour là encore se concentrer sur d'autres choses :

"C'est tellement difficile de décider ce qui mérite de vous occuper tellement longtemps. Et ce qui mérite l'attention du public. Labyrinthe c'était quelque chose que je devais faire à un moment, puis je me suis retiré. J'ai juste eu l'impression que... quand les gens ont une idée préconçue de ce que quelque chose doit être, c'est très dur d'y arriver. De les surprendre. Ils attendent juste la même chose. Donc j'ai décidé qu'en tant que réalisateur, je ne voulais pas faire des choses que les gens connaissaient déjà. Ou dont ils avaient une idée préconçue, de ce à quoi ça devait ressembler à l'écran. Labyrinthe était quelque chose qui allait être jugé ainsi, donc j'ai décidé de ne pas y aller."

 

photo, Claire FoyThe pink Crown

 

Difficile ici de ne pas lire entre les lignes et repenser à Millenium, puisque son film a bien évidemment été comparé aux précédentes adaptations, avec Noomi Rapace et les réalisateurs Niels Arden Oplev et Daniel Alfredson, ou avec Rooney Mara et David Fincher.

De quoi expliquer aussi pourquoi il n'a pas eu envie de réaliser la suite de Don't Breathe, et simplement en être producteur. Il devrait aussi avoir ce poste sur un reboot de Massacre à la tronçonneuse, annoncé récemment, et qui sera réalisé par Ryan et Andy Tohill. Alverez devrait néanmoins revenir derrière la caméra pour le film de zombie 16 States.

 

photo labyrinthLabyrinthe 2 en attente d'un nouveau papa

Tout savoir sur Millenium : Ce qui ne me tue pas

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Olivier637
03/05/2020 à 22:56

Rien à voir avec le Fincher on est d’accord. Mais le film a une certaine gueule, beaucoup d’action peut-être trop. Et esthétiquement vraiment beau. Pour un petit budget et un casting de nobody c’est clairement le haut du panier.

bof
30/04/2020 à 21:47

"Face au film, certes léché mais terriblement plat et sans âme, ça saute aux yeux."

C'est exactement ça: esthétiquement réussi et parfois magnifique, mais aucune émotion et aucune empathie pour les personnages.

Pistolero
30/04/2020 à 19:31

« Donc j'ai décidé qu'en tant que réalisateur, je ne voulais pas faire des choses que les gens connaissaient déjà ».
Comme, je sais pas, evil dead ?

zanta
30/04/2020 à 18:49

Si Sony pouvait faire un plan de sauvetage comme avec Ghostbusters et revenir aux sources... Utiliser le scénario déjà écrit de Zaillian et Walker et rappeler Mara.
Punaise, la nana est nommée à l'Oscar et ils la remplacent.
Mais quelles andouilles...

Sanchez
30/04/2020 à 11:01

Ce millenium était un étonnant nanar. Le réal y est pour quelque chose , mais il ne pouvait pas faire des merveilles avec un scénario d’une telle nullité

votre commentaire