Cyberpunk 2077 : nouveaux détails sur le désastre, le studio réagit encore

Prescilia Correnti | 18 janvier 2021 - MAJ : 18/01/2021 16:34
Prescilia Correnti | 18 janvier 2021 - MAJ : 18/01/2021 16:34

Depuis son lancement en novembre 2020, Cyberpunk 2077 n’arrête pas de faire parler de lui. Malheureusement pour CD Projekt, ce n’est pas pour en dire du bien, bien au contraire. 

Impossible de passer à côté. Cyberpunk par-ci, Cyberpunk par-là : le dernier opus vidéoludique de CD Projekt est absolument partout sur la toile. Alors que la dernière création des studios polonais aurait dû leur apporter gloire et triomphe, Night City est à présent devenu leur fardeau. Accablé par les bugs à foison et autres problèmes techniques, les mauvaises notes, les avis négatifs et les différends avec les studios, CD Projekt n’a eu de cesse de se confondre en excuses depuis le lancement de son jeu le 19 novembre dernier. Mais voilà, le mal était fait.

Entre lettres d’excuses communiquées sur Twitter et vidéo postée par le co-directeur même des studios, Marcin Iwinski, CD Projekt donne actuellement tout ce qu’il peut pour se racheter une conduite auprès des joueurs. Malheureusement pour eux, la dégringolade ne semble que commencer.

Quelques heures après la publication du post de Marcin Iwinski, une autre bombe est apparue. Un journaliste américain du nom de Jason Schreier a recueilli de nombreux témoignages de développeurs ayant travaillé sur Cyberpunk 2077. Dans les colonnes de Bloomberg, le journaliste dresse ainsi le constat d’un développement chaotique, vécu dans la douleur, la difficulté et le manque de transparence.

 

photoLa tension est palpable 

 

AUX ORIGINES

Tout commence en 2012. Le studio polonais derrière la saga The Witcher prend la parole et annonce la création d’un tout nouveau RPG dans un monde dystopique. Son nom : Cyberpunk 2077. Pour en entendre à nouveau parler, il faudra attendre l’E3 2018 et la « première démo » du jeu. Si The Witcher 3 : Wild Hunt est sorti entre-temps, faisant exploser la renommée du studio, près de six années se sont écoulées sans que personne n’ait eu aucune nouvelle du jeu.

Un temps un peu trop long selon le journaliste, qui s’est rendu compte au cours de son enquête que le développement du jeu n’aurait commencé à proprement parler qu’en 2016.

CD Projekt aurait apporté de nombreuses modifications au plan initial, notamment la vue à la troisième personne, et d'autres caractéristiques qui ont été coupées lorsque le chef de studio Adam Badowski a pris en charge le projet, en tant que nouveau directeur. L'article de Bloomberg explique que les principaux collaborateurs ayant travaillé sur The Witcher 3 : Wild Hunt avaient des opinions bien arrêtées sur la façon dont Cyberpunk devait être réalisé, ce qui a provoqué un conflit avec Badowski, et le départ de plusieurs cadres. Le début de la galère en somme.

 

photoAdam Badowski, maîtrisant sa colère interne face aux révélations

 

Un peu plus loin dans son rapport, le journaliste revient sur cette démonstration tristement célèbre de l'E3 2018. Il affirme ainsi que "la démo était presque entièrement fausse. CD Projekt n’avait pas finalisé ni codé les systèmes de jeu. C’est pour cela que de nombreuses fonctionnalités, comme les embuscades en voiture n'apparaissent pas dans le jeu final. Les développeurs ont dit qu’ils avaient senti que la démo était une perte de temps de plusieurs mois."

Un temps qui aurait pu être utilisé à bon escient donc. C’est également ce qu'a confirmé Adrian Jakubiak, ancien programmeur audio de CD Projekt et unique développeur à témoigner de façon non-anonyme. Ce dernier fait lui aussi l’écho d’un développement lent et douloureux :

"Je savais que ça n’allait pas bien se passer. Mais je ne savais pas à quel point cela serait désastreux".

Il explique même qu’entre eux, les développeurs se lançaient quelques fois des paris sur le temps de retard du jeu pendant que la direction, elle, s’efforçait de garder le cap. Des délais qui, au fil du temps, devenaient de plus en plus serrés et impossibles à respecter pour des développeurs à bout de nerfs et à cran, multipliant sans cesse les heures supplémentaires.

 

photoCyberpunk pris en otage

 

LE DÉBUT DU CRUNCH

Justement, si Marcin Iwinski assurait à l’époque que les heures supplémentaires ne seraient "pas obligatoires" pendant le développement de Cyberpunk 2077 (une promesse par ailleurs retirée lors de son communiquée en vidéo), plus d’une douzaine d’employés ont déclaré qu’ils se sentaient obligés d’enchaîner les heures de travail par égard à leurs supérieurs ou pour les collègues.

Adrian Jakubiak vient également confirmer ces propos : 

"Il y a eu des semaines où je faisais jusqu'à 13 heures par jour - sans doute mon record - à raison de cinq jours comme ça par semaine. J’ai vu des amis qui ont perdu leur famille à cause de ce genre de combines."

Un développement qui n’a donc pas réussi à concilier ambitions et réalité de production. Alors que le jeu se rapprochait lentement de sa date de sortie officielle, le journaliste recueille des témoignages confirmant que de nombreux bugs ont été découverts avant la sortie sans qu’ils aient pu avoir le temps de les corriger. Schreier a élaboré :

"Tout le monde au sein du studio savait que le jeu était en mauvais état et avait besoin de plus de temps. Des bugs majeurs étaient encore apparents lorsque la direction a annoncé en octobre que le jeu passait gold."

Une affirmation qui vient totalement fausser les dires des dirigeants de CD Projekt. Rappelez-vous, ces derniers avaient affirmé lors d'un long communiqué avoir "pris le temps de tester les versions sur old-gen", avant de finalement revenir sur leurs paroles quelques semaines plus tard. 

 

photoUne pression pas du tout exercée sur les employés

 

Bien évidemment, cette fin de développement sur fond de pandémie n’a pas facilité le travail des équipes. Dans les communiqués publiés par CD Projekt, Marcin Iwinski a également évoqué les problèmes de communication relatifs au cadre du télétravail. Il déplorait ainsi que la dynamique interne des équipes se perde dans les appels vidéos et/ou les échanges de mails.

Sans accès immédiat aux kits de développement, la majorité des développeurs ont dû se référer aux versions de jeu sur PC, sans pouvoir véritablement s’appuyer sur des versions solides pour les sorties PS4 et Xbox One.

Du côté des développeurs, même son de cloche. Avec le doublement des effectifs à la suite de la réussite de The Witcher 3, certains ont expliqué se sentir "cloisonnés et désorganisés, avec des processus de fabrication qui ont parfois fait doublon, et des consignes d'échanges tout en anglais qui n'ont pas toujours été suivies dans les faits". Combiné à la crise et aux bas salaires, cela a conduit un certain nombre d'employés à démissionner.

 

photoCD Projekt en 2021

 

LE GLAMOUR AVANT LE RESTE

De l’autre côté, Adam Badowski a tenté de défendre l’honneur du studio en répondant aux accusations du journaliste. Entre autres, l'accusation de la démo faussée de l’E3 2018 est selon lui érodée. Selon ses dires, une démonstration en salon peut difficilement être autre chose qu'une vision ou une maquette du jeu, deux ans avant sa sortie programmée. "Cela ne veut pas dire qu'elle est faussée" a-t-il expliqué avant de continuer : 

"Ce que les gens ne savent pas, c'est que les jeux ne sont pas fabriqués de manière linéaire et ne commencent à ressembler au produit final que quelques mois avant le lancement. Si l'on regarde la démo maintenant, oui c'est différent, mais c'est à cela que sert le filigrane 'work in progress'". 

Un peu plus bas, Adam Badowski prend également le temps de revenir sur la triste affaire des versions bâclées sur PS4 et Xbox One : 

"Quant aux consoles anciennes, oui, c'est un autre cas. Mais nous nous en sommes rendu compte et nous travaillons très dur pour éliminer les bugs (sur PC aussi - nous savons que ce n'est pas une version parfaite non plus) et nous sommes fiers de Cyberpunk 2077 en tant que jeu et vison artistique. Tout cela n'est pas ce que j'appellerais un désastre."

 

photoCyberpunk qui attend ses joueurs

 

Quant à la question de ces témoignages et des conditions de travail des salariées, il a tweeté : 

"Vous avez parlé avec 20 personnes, dont certains anciens employés, et seulement un qui n'est pas resté anonyme. Je n'appellerais pas cela 'la plupart' de plus de 500 employés qui auraient ouvertement dit ce que vous prétendez. Tout le monde ici parle anglais pendant les réunions, chaque e-mail et annonce à l'échelle de l'entreprise est en anglais - tout cela est obligatoire.(...) Nous travaillons dans un environnement multiculturel. Si la question est de savoir s'il est difficile de changer de pays, parfois de culture, de travailler et d'y vivre, alors la réponse est oui. Mais c'est universel pour toutes les entreprises du monde entier, et nous faisons ce que nous pouvons pour faciliter cette transition." 

 

photoKeanu Reeves qui préfère retourner sur le tournage de John Wick

 

En résumé : ces difficultés, CD Projekt a visiblement préféré les cacher sous le tapis, pour s’attarder sur le plan marketing histoire d’en mettre plein la vue durant les salons. Le studio polonais cherchait logiquement à créer l'attente (surtout avec un budget énorme de 300 millions de dollars), et c’est exactement ce qu’ils ont réussi à faire. L’E3 2018 a été un tournant majeur et l’apparition de Keanu Reeves aura eu raison de la méfiance de la plupart des joueurs qui ont sauté sur les précommandes.

Cette attente aura bel et bien permis à CD Projekt d’écouler huit millions d’exemplaires en précommande, et de vendre son jeu à plus de 13 millions de copies lors de ses dix premiers jours de commercialisation.

Pour son avenir, Cyberpunk 2077 aura intérêt à bien se rattraper. Les développeurs vont à présent devoir s’atteler à la mise en production des nombreux patchs et correctifs. La première grosse mise à jour devrait d’ailleurs sortir d’ici peu. Quant à la version PlayStation 5 et Xbox Series X/S, il faudra patienter jusqu’au second semestre 2021. 

Tout savoir sur Cyberpunk 2077

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Alexx
19/01/2021 à 14:23

Sur PC, une fois le patch installé ça tourne bien sur un gros PC de 5 ans, certes il y a des bugs mais rien de gênant, plutôt amusant même, après je n'avais aucune attente sur le jeu ....

LeConcombreMoisi
19/01/2021 à 08:02

Le jeu est très bon. Loin d’être révolutionnaire mais très bon.
Les expressions faciales, les passages écrits, la ville sont magnifiques.
Stop l’acharnement. Ils ont menti sur les versions fat, on a compris, y’a des procédures en cours, c’est bon. Ils vont payer pour leur mensonge.
Pas besoin de s’acharner avec un article par jour.

Gemini
18/01/2021 à 17:44

Le jeu est très bon sur PS4 Pro. Aucun soucis. Dommage d'avoir foiré les versions FAT.

votre commentaire