Justice League : le Snyder Cut (et la trilogie abandonnée) était donc bien une adaptation de ces comics

Arnold Petit | 18 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:27
Arnold Petit | 18 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:27

Le Snyder Cut permet enfin de voir la version que Zack Snyder voulait et le réalisateur s'est assurément inspiré de certains comics pour sa vision.

Concernant Justice League, on a déjà parlé en long, en large et en travers de toutes les idées que Zack Snyder avait imaginé pour la réunion de Superman (Henry Cavill), Batman (Ben Affleck), Wonder Woman (Gal Gadot), Aquaman (Jason Momoa) Flash (Ezra Miller) et Cyborg (Ray Fisher) à la place de la version de Joss Whedon sortie en 2017, mais assez rarement des différentes influences du réalisateur.

Et maintenant que le Snyder Cut est disponible (et notre critique aussi), on a pu constater que le scénario de sa fresque super-héroïque ressemble presque à une adaptation du comics Justice League : Aux Origines de Geoff Johns et Jim Lee, qui avait lancé la période de l'univers de DC connue sous le nom de New 52 (ou DC Renaissance en France).

 

photoÀ l'assauuuuuut !


Poursuivi par la police de Gotham, Batman y suit la trace d'un Paradémon et rencontre Green Lantern pour la première fois. Les deux héros suivent la créature jusque dans les égouts, où ils découvrent un mystérieux appareil : une Boîte Mère. L'objet étant d'origine extraterrestre, ils se rendent à Métropolis pour interroger cet alien appelé Superman, mais le Kryptonien les prend pour d'autres Paradémons et les attaquent dès qu'ils les voient. Green Lantern appelle Flash à l'aide et les quatre héros comprennent assez rapidement qu'ils poursuivent en fait le même but.

 

photoPremier contact

 

Pendant ce temps, Victor Stone s'illustre lors d'un match de football, mais ne remarque que l'absence de son père, trop occupé à étudier une des Boîtes Mères au labo de STAR Labs. Les Boîtes Mères s'éveillent et causent une énorme explosion, emportant la moitié du corps de Victor qui se disputait encore une fois avec son père. Silas Stone utilise alors l'énergie des artefacts cosmiques pour le soigner et après avoir eu une vision de Darkseid, d'Apokolips et de la fin du monde, Victor devient Cyborg.

 

photoUne scène reprise quasiment à l'identique dans le film

 

Wonder Woman apprend aussi l'existence des Paradémons et croise Superman, Batman, Flash et Green Lantern, qui sont ensuite rejoints par Aquaman après que le souverain d'Atlantis ait découvert des Paradémons sous la mer, puis par Cyborg. Alors que Victor a de nouvelles visions, Darkseid sort d'un Tunnel Boom et s'en prend aux héros, puis emmène Superman sur Apokolips.

Chacun tente de l'attaquer, mais le Néo-Dieu n'a aucun mal à se débarrasser d'eux. Batman choisit alors d'aller chercher Superman tandis que les autres se chargent de retenir Darkseid et après le retour du Kryptonien, ils réussissent finalement à renvoyer Darkseid sur Apokolips grâce à un Tunnel Boom ouvert par Cyborg.

 

photoToujours soigner ses entrées

 

Quelques changements ont été effectués entre les comics et le Snyder Cut, comme la disparition pure et simple du personnage de Green Lantern dans la Justice League ou en ayant remplacé Darkseid par son oncle Steppenwolf, mais globalement, le scénario et la trame narrative restent quasiment les mêmes.

Le film reprend de nombreux éléments du récit de Geoff Johns : le match de football américain de Victor Stone et sa relation avec son père ; Batman enquête pour savoir ce qui se passe et s'impose naturellement comme le leader de l'équipe ; Wonder Woman qui sauve les citoyens de son côté avant de se mêler aux autres, Aquaman qui vient les aider, ou le fait de relier les origines de la Justice League avec l'invasion de Darkseid.

 

photoVoir le bout du Tunnel Boom

 

De manière encore plus globale, même s'il a puisé son inspiration dans d'autres œuvres et d'autres arcs narratifs comme Batman : Un deuil dans la famille ou La Mort de Superman, le DCEU pourrait presque être considéré comme une transposition de l'univers du New 52 à l'écran. Hormis pour le Batman de Ben Affleck, qui ressemble plus au Chevalier Noir vieux et sombre de The Dark Knight Returns de Frank Miller qu'à celui des comics de Scott Snyder et Greg Capullo.

Wonder Woman est une combattante féroce qui découpe des têtes et ne fuit jamais devant une bataille, comme la version de Brian Azzarello et Cliff Chiang, qui renoue avec ses racines guerrières et la mythologie antique. Dans Justice League : Le Trône d'Atlantide, Diana tente de venir en aide à Cheetah afin qu'elle redevienne Barbara Minerva, puis Arthur Curry doit défendre son trône face à son demi-frère, Orm alias Ocean Master, qui relâche les créatures de la Fosse, comme dans Wonder Woman 1984 et Aquaman, et le comics Flashpoint, qui constitue le point de départ du New 52, devrait servir d'inspiration pour le scénario de The Flash.

 

photoL'armée des profondeurs

 

Cette ressemblance entre les comics Justice League de Geoff Johns et le SnyderVerse n'est certainement pas anodine. D'abord, la période du New 52 est considérée comme une des versions les plus sombres de l'histoire de l'univers de DC et c'est exactement l'ambiance que Zack Snyder voulait instaurer dans ses films. En 2016, Warner Bros. avait nommé Geoff Johns à la tête de DC films comme architecte du DCEU et le scénariste de comics avait ensuite travaillé en tant que producteur sur Justice League, tandis que Jim Lee avait réalisé des story-boards pour le film et sa suite (quand elle était encore en préparation).

Zack Snyder et le scénariste Chris Terrio avaient également puisé leur inspiration dans le New 52 pour Justice League 2, avec un Superman contrôlé par Darkseid, comme celui de Terre-2 dans les comics Earth-2 ou avec la formation d'un groupe de super-vilains, comme dans Justice League : La Ligue d'Injustice.

La Grande Guerre que mentionne Martian Manhunter (Harry Lennix) à la toute fin du Snyder Cut correspond bien sûr à l'immense bataille finale devant réunir l'ensemble de l'univers de DC face aux armées du despote d'Apokolips et rappelle évidemment l'arc narratif dans Justice League : La guerre de Darkseid qui a conclu les comics de Geoff Johns et mis fin à l'ère du New 52.

 

photoÇa va faire mal

 

Même si le Snyder Cut se termine sur une fin ouverte et prouve qu'il ne faut jamais dire jamais, Warner Bros. a répété plusieurs fois que le film n'aurait pas de suite. Zack Snyder a annoncé en avoir terminé avec l'univers de DC et même le soulèvement des fans ne semble pas pouvoir y changer quoi que ce soit. Ceux qui veulent peuvent toujours se consoler avec Justice League Dark: Apokolips War (et notre critique).

Tout savoir sur Zack Snyder's Justice League

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Flo
19/03/2021 à 13:32

Les séquences dans le futur font aussi référence à l'arc Rock of Ages de Grant Morrison (et aussi à son Final Crisis).
Et ironiquement, dans Justice League : La guerre de Darkseid Superman (soutenu en voix off par Wonder Woman) fini par conclure qu'ils ne sont Pas des dieux. Au contraire de ce que traite Snyder dans son Cut. Vous avez même mis l'image où il dit ça. :-D

Gloss
19/03/2021 à 06:47

Cette version de la formation de la ligue dans les débuts du new52 est la pire que j'ai jamais vu. Sûrement trop habitué à penser que Batman et Superman se connaissent bien avant la formation dans les autres versions plus à succès.
Sinon, la bataille contre Darkseid a été l'un des meilleures de DC comics. L'épique est bien présente : Flash lui crève l'oeil, puis un coup de poing de Superman + WonderWoman pour éxpulser le seigneur d'Apokolips dans le tunnel boom ouvert par Cyborg et Shazam.

RobinDesBois
18/03/2021 à 20:44

Ca correspond donc à l'animé "La Ligue des justiciers : Guerre" qui est très sympa. Mais du coup c'est comme si on avait déjà vu l'arc Cyborg dans son intégralité dans l'animé sans la présence de Shazam.

yellow submarine
18/03/2021 à 18:06

rappel: warner n'avait jusqu'a fin 2019 jamais prévu de sortir le snyder cut donc concernant la suite tout est possible surtout que je les vois mal dépenser autant pour rien au vu du succès mondial de cette ressortie.

votre commentaire