Films

Justice League Dark: Apokolips War – critique de la fin des temps

Par arnold-petit
18 mai 2020
MAJ : 19 mars 2021
23 commentaires

L’univers des films d’animation DC (ou DC Animated Movie Universe) n’est plus. Après 14 films plus ou moins réussis en quasiment 7 ans, Warner et DC ont décidé avec Justice League Dark: Apokolips War de mettre fin à la continuité mise en place depuis La Ligue des Justiciers : Le Paradoxe Flashpoint, en réunissant tous leurs héros dans une immense bataille finale contre Darkseid. Et autant dire qu’ils n’ont pas fait les choses à moitié.

photo

LAST STAND

Alors que Darkseid s’apprête à envahir la Terre pour tenter de la conquérir (encore), Superman est déterminé à en finir et a décidé de réunir La Ligue des Justiciers, la Teen Titans et tous les autres héros afin de mener un raid sur Apokolips et de lui régler son compte une bonne fois pour toutes. Après cette scène d’introduction, le film nous emmène deux ans plus tard, au milieu d’une planète Terre ravagée et d’un Londres en ruines, tandis que la plupart des héros sont morts ou ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes.

Les premières minutes suffisent à donner le ton. Justice League Dark : Apokolips War sera sombre, violent et promet d’être une conclusion épique et digne de ce nom à cette continuité qui a démarré en 2013 avec La Ligue des Justiciers : Le Paradoxe Flashpoint (et de manière définitive avec La Ligue des Justiciers : Guerre). Une histoire qui se concentre sur John Constantine, accompagné de Superman, Robin et Raven dans son épopée, chacun représentant un segment de l’univers des films d’animation DC.

Le scénario d’Ernie Altbacker et Mairghread Scott puise d’abord son inspiration de La Guerre de Darkseid, l’arc narratif qui a conclu les comics La Ligue des Justiciers avant que DC n’opére un reboot de sa continuité. Mais, contre toute attente, le récit s’écarte ensuite brutalement des comics de Geoff Johns et de Jason Fabok et prend alors une tout autre tournure, avec une intrigue plus proche de celle de DCeased de Tom Taylor, dans laquelle les héros sont réduits en charpie les uns après les autres et doivent finalement s’allier à leurs ennemis d’antan pour tenter de sauver ce qu’il reste de leur monde.

 

photoMême Etrigan y met du sien

 

CRISIS ON APOKOLIPS

Justice League Dark : Apokolips War déborde d’ambition et de générosité et s’illustre notamment grâce à son scénario surprenant et sa liberté de ton.

Étant le dernier de sa continuité, le film se permet d’aller plus loin qu’auparavant et assume son ambiance sombre et tragique en enchaînant les scènes d’action et les affrontements dans une violence décomplexée. Une bonne partie des héros disparaissent de manière brutale dès les premiers instants, en se faisant écarteler ou déchiqueter par les hordes de Paradémons, ou se retrouvent privés de leur identité, réduits à l’état d’esclave par Darkseid.

Plutôt que de s’intéresser à Batman, Wonder Woman, et aux autres figures emblématiques de DC, Justice League Dark : Apokolips War se focalise sur John Constantine. L’histoire se permet même de les relayer dans un rôle presque secondaire et va jusqu’à déconstruire leur mythe ainsi que celui de Superman, qui a perdu ses pouvoirs et doit mettre le sort de l’humanité entre les mains du magicien. Alors que l’Homme d’Acier n’est désormais plus que Clark Kent, Constantine n’a pas d’autre choix que de devenir le héros qu’il a toujours refusé d’être.

 

photoDarkseid

 

Même si quasiment tous les personnages apparus auparavant sont présents, certains comme Nightwing ou Starfire ne sont là que pour le geste et auraient sans doute mérité un peu plus d’attention, mais Ernie Altbacker et Mairghread Scott permettent quand même à presque tous les héros d’avoir leur petit moment de gloire sans forcer le trait et se rattachent aux précédentes oeuvres de l’univers des films d’animation DC afin que Justice League Dark : Apokolips War en soit vraiment le point culminant.

Que ce soit avec la relation entre Batman et son fils, les sentiments de Raven pour Robin, les précédents affrontements entre Superman et Darkseid ou même les événements de Flashpoint, les références sont nombreuses et le film tente d’englober les différents éléments de son univers afin d’y apporter un conclusion satisfaisante.

 

photoUn personnage plus complexe qu’il n’y parait

 

REBIRTH

L’animation reste la même que celle des autres films d’animation de Warner et DC, avec les défauts qu’on lui connaît désormais, notamment un manque de fluidité lors de certaines scènes et un style quasiment obsolète, mais Justice League Dark : Apokolips War tente de combler ses tares en alignant les combats spectaculaires et les séquences épiques. Le film est à la hauteur de l’événement et la réalisation de Matt Peters et Christina Sotta est capable de proposer des images vraiment marquantes, comme lors de la découverte de Cyborg, cloué sur sa croix de circuit imprimé, ou avec la mort de certains personnages.

 

photoEt tu tapes, tapes, tapes, c’est ta façon d’aimer

 

À la fois brutal et touchant, comme une lettre d’adieu à celles et ceux qui ont suivi ces héros pendant toutes ces années, Justice League Dark : Apokolips War met fin à l’univers des films d’animation DC en remplissant son rôle à merveille, avec une incroyable dernière séquence. La guerre contre Darkseid a profondément impacté nos héros et rien ne sera plus jamais comme avant désormais. Au vu de la fin du film, Warner et DC sont prêts à repartir sur de nouvelles bases. Est-ce que le nouvel univers des films d’animation DC va prendre exemple sur les comics, comme lorsque DC avait relancé sa continuité du New 52 en DC Rebirth ?

Pour l’instant, seul Superman: Man of Tomorrow est prévu (à une date encore inconnue) et le studio n’a pas pu compter sur la San Diego Comic-Con pour faire ses traditionnelles annonces. Dans tous les cas, avec Justice League Dark : Apokolips War, Warner et DC ont prouvé leurs bonnes intentions.

 

Affiche officielle

Rédacteurs :
Résumé

Même s'il souffre de la même animation dépassée, caractéristique à Warner et DC, Justice League Dark : Apokolips War est une réussite. Une conclusion solide et généreuse, aussi tragique que violente, qui signe vraiment la fin d'une ère pour l'univers des films d'animation DC et ses fans.

Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Opale

Oh pétard, ça donne envie ça tiens!

Jojo

Le film est plutôt cool, j’aimerais voir autant d’audace dans des films DC avec de vrais acteurs et actrices !

Delya

J’ai adoré !!!!

Roukesh

J’ai vu que Flashpoint dans cette continuité, c’est gênant?

Numberz

Eh beh, j y croyais plus. J’étais vraiment déçu des dernières parutions, le règne des superman et Hush en tête. Content qu’il réussisse un beau baroud d’honneur. Vivement mon steelbook.