Avengers, X-Men, Hellboy... les pires déceptions parmi les films de 2019 jusqu'à aujourd'hui

La Rédaction | 15 août 2019 - MAJ : 20/08/2019 11:21
La Rédaction | 15 août 2019 - MAJ : 20/08/2019 11:21

La rédaction partage sa liste des grosses déceptions parmi les films de 2019, sur les sept premiers mois de l'année.

Non, 2019 n'est pas encore terminée, loin de là. Oui, Ecran Large a déjà l'envie (et le temps) de dresser un top et un flop des films de l'année, et profiter de l'été pour un bilan à mi-parcours.

Christophe, Prescilia, Simon, Geoffrey, Deborah et Alexandre ont donc survécu à une discussion collective intense, pour arriver à un classement démocratique de leur plus grandes déceptions parmi les films sortis entre janvier et juillet.

 

photo, Chris EvansAvengers : Assemble contre ceux qui osent ne pas aimer

 

AVENGERS : ENDGAME

Après plus de dix années consécutives à bombarder les salles de cinéma de 22 films, de mise en place de l’un des plus grands méchants de l’univers Marvel depuis Avengers en 2012, l’attente autour d’Avengers : Endgame était à son paroxysme. Et c’est peut-être ici notre plus grand défaut.

Alors que le grand Titan Fou, perle de création de Jim Starlin dans son run de comics de Thanos Quest, avait été annoncé depuis 2012, on ne cessait de rêver en grand face à ce colosse mauve. Le long-métrage des Gardiens de la Galaxie nous avait montré un très bel exemple de l'antagoniste et il nous tardait de le retrouver dans Avengers : Infinity War. Encore une fois, le jeu de ces années d’attente en valait la chandelle.

Dès lors, comment se dire qu’Avengers : Endgame aurait pu se rater sur autant de points ? Même dans ses 14 millions de possibilités, Doctor Strange n’a pas pu (ou su) entrevoir une telle probabilité de déception. Entre un film bâclé pour plaire à un fan service, un super-méchant pourtant charismatique recalé au second rang comme un vulgaire bad guy que l’on jette, des apparitions contractuelles de super-héros qui ne servent à rien à part combler l’espace ou encore bon nombre de facilités scénaristiques, Avengers : Endgame est paradoxalement long et manque terriblement de matière. Bien que le film ait bien marché au box-office (la preuve en est ici), cela ne veut pas forcément dire que la réalisation est sans défaut.

Le dernier film des frères Russo aura au moins l’avantage de faire une chose : celle de faire mourir un personnage principal et nous mettre le second à la retraite pour nous laisser entrevoir un nouvel avenir plus cosmique au sein du MCU avec une nouvelle génération de super-héros. Nous verrons bien lors des prochaines sorties des films Marvel.

Retrouvez notre critique par ici.

 

photo, Robert Downey Jr.

 

HELLBOY

Sur le papier, Neil Marshall était le metteur en scène idéal pour un projet de ce type : rompu à la représentation de la violence, l'iconisation des personnages, fort d'une expérience sur Game of Thrones qui lui a donné l'expérience de tournages à la fois ambitieux et menés tambour battant. Enfin (et c'est l'unique réussite du film), il demeure un amoureux inconditionnel de pulp et de serials, oeuvres tombées dans l'oubli et déconsidérées, auxquelles il offrit un vibrant hommage avec Doomsday. Bref, on avait beau ne pas être ravi de voir Guillermo del Toro évacué de la franchise, ce bon Neil était loin d'être un mauvais choix.

Encore eût-il fallu que la production s'inspire plus des comics de Mike Mignola que de Deadpool, ne salope pas constamment le film à coups d'effets spéciaux honteux, ne nous jette pas au visage quelques-uns des plus atroces maquillages vus sur un écran depuis L'Incroyable Hulk et laisse le réalisateur s'exprimer, plutôt que de tenter de reprendre le contrôle de son film en cours de tournage. Le résultat est un salmigondis honteux et techniquement à la ramasse, qui a probablement éloigné le fils des enfers du grand écran pour un bon bout de temps.

Retrouvez notre critique par ici.

 

photo, David Harbour

 

X-MEN : DARK PHOENIX

Le film de Simon Kinberg n'est pas seulement un des plus gros flops de l'année, qui termine la saga X-Men de la Fox d'une bien triste manière, et plombe d'emblée le bilan de Disney qui a récupéré tout ça. C'est aussi l'un des pires épisodes de la franchise, une nouvelle adaptation ratée du Phénix noir, arc majeur et fabuleux des comics, et un blockbuster bien pâle dans le paysage de 2019.

Fruit d'une production très compliquée, avec notamment un troisième acte entièrement réécrit et retourné, X-Men : Dark Phoenix est surtout un projet bancal à bien des niveaux. Les nombreuses libertés prises par rapport à l'intrigue cosmique des comics ont considérablement réduit le champ dramatique autour de Jean Grey, et le côté adolescent des héros n'aide pas. La création d'une antagoniste générique (incarnée par Jessica Chastain) est une manœuvre bien risible pour donner vie au conflit interne de Jean, réduit à peau de chagrin. L'héroïne a bien trop peu de place pour que sa transformation soit crédible, prenante, émouvante. La mort censée être centrale d'un autre X-Men est expédiée, tout comme le reste des événements. L'émotion n'est jamais là.

Côté spectacle, c'est encore pire. La scène finale du train est certes moins tarte que le reste, mais légèrement ridicule et artificielle (tout devait se passer dans l'espace à la fin pour rappel). Et avant ça, il y aura eu un blockbuster si avare en action (un hélicoptère sur du gazon, une baston dans une pauvre rue, une Jean qui s'envole), que l'aventure semble désespérément plate et oubliable.

Retrouvez notre critique par ici.

 

photo, Sophie TurnerLarmes de colère

 

CONVOI EXCEPTIONNEL 

Voilà déjà neuf ans que Bertrand Blier n'était pas revenu aux commandes d'un long-métrage avec Le Bruit des glaçons, ce Convoi exceptionnel était donc plus qu'attendu.

Sur le papier, le long-métrage était plus que prometteur notamment avec la présence de Christian Clavier (qui prouve ici qu'il peut être excellent quand il sort des comédies françaises lourdingues dont il est devenu la figure ces dernières années) et Gérard Depardieu, incontournable du cinéma de Blier. De plus, le pitch totalement ahurissant où les personnages doivent suivre un scénario qu'ils détiennent dans leur main (celui de leur vie et donc de leur mort) annonçait un délire meta jubilatoire et absurde, d'autant plus avec le verbe de Blier.

Malheureusement, très vite, l'oeuvre s'écroule sur elle même. D'abord parce qu'elle manque de rythme (ou n'en a tout simplement pas) et que le verbiage si plaisant de Bertrand Blier y est totalement absent (ou perdu). Finalement, le pitch accrocheur ne tient pas la route sur l'ensemble et Convoi exceptionnel se transforme en une fable d'une mollesse abyssale habitée par quelques moments lyriques réussis, mais trop rares pour le sauver de sa fadeur artistique.

Très vite, les personnages ne savent plus quoi faire (perdant le fil de leur scénario, manquant de pages) et le spectateur est totalement paumé au milieu de cette grande mascarade dont il n'a qu'une envie : sortir.

Retrouvez notre critique par ici.

 

photo, Gérard Depardieu, Christian Clavier"On cherche Astérix et Obelix, vous ne les auriez pas vus ?"

 

ANNA 

Pour se refaire, Luc Besson est revenu à ses premières amours, les contes meurtriers fantasmagoriques mettant en scène des simili-top-modèles peu économes de leurs charmes, ni des munitions qu'elles trimballent en quantité pour dessouder de gros balèzes. Un genre qu'il a quasiment inventé, et dont il compensait la misogynie crasse ainsi que la navrante stupidité par un sens du cadre et une maîtrise technique sans pareils en France. Malheureusement, le cinéaste désireux de faire jeu égal avec ses confrères américains semble avoir disparu.

En l'état, Anna est à peine digne d'être projeté, tant son montage et sa mise en scène s'avèrent indignes d'une production de cinéma solide. Scènes d'action chorégraphiées n'importe comment, cascades absurdes, construction inutilement complexe... Le film est un grand cadavre à la renverse, un énième remake foireux de Nikita complètement dévitalisé, ainsi qu'un vibrant spot de sensibilisation aux ravages de la mort cérébrale.

Retrouvez notre critique par ici.

 

photo, Sasha Luss

 

Ils ont failli y être : Captive StateMen in Black : InternationalCaptain MarvelSpider-Man : Far From HomeAll InclusiveGodzilla II : Roi des MonstresLe Roi Lion...

 

photo, Chris Hemsworth

commentaires

Thatha
20/08/2019 à 00:01

5 news par jour sur l'un des pires films de l'année. Vous l'avez pas facile quand même.

Marc
17/08/2019 à 22:12

L'année 2019 est loin d'être terminé mais les pire films AQUAMAN et Sale temps à l'hôtel El Royale et le film le plus décevant MEN IN BLACK 4

Gizmoket
17/08/2019 à 17:13

@manontherun: pourtant avec le film convoit exceptionnel, c ce qui esr fait. Mais je ne l'ai pas vu.

Je pense que la qualité d'un film ne dépend pas de son budget. Le cinéma est universel, et un fiilm mauvais aussi.
La ce sont souvent des déceptions ou des films très moyen ou oubliables. Yao, cold blood legacy, ce sont des films nazes, wans intérêt, et après lesquelles on a eu l' impresssion d'avoir perdu son temps

Clint
17/08/2019 à 14:36

J'ai jamais vue un classement aussi pourrie que celui là ! Le plus gros films de ces 5 dernières années classer dans les pires films qu'elle blagues ! Ce film a des défauts certes mais c'est l'un des meilleurs films de toute la saga. Il faut arrêter de rester bloquer sur les petits défauts qu'il a et de consacrer à l'histoire et l'émotion elle même. En tout cas vous m'avez bien fais rire

Bhl14
17/08/2019 à 12:36

Il est vrai de toute façon que le film du millénaire reste les ch’tis ! Il y’a de l’émotion, Danny Boon est juste sensationnel... son jeu d’acteur n’est d’égale a personne! Une très bonne diction et surtout on ressent l’accent du nord ! Je recommande fortement de ressortir ce film en salle pour qu’il dépasse au moins avatar au box office

Blackpanther972
17/08/2019 à 08:35

Dites ce que vous voulez mais je n irai jamais au cinéma pour voir un film francais....j ai vu les 22 films marvel et j irai tant qu il y en aura des Marvel .Apres tous ce sont eux qui remplissent les salles ...seul film francais qui sont bon ce sont ceux de Luc Besson ou il peut rivaliser avec le cine américains...prochain Marvel Black Widow et j irais le voir .......ecran large ne connais pas grand chose au 7eme art

Manontherun33
17/08/2019 à 08:26

@Gizmoket
On ne peut pas comparer Avengers et ses 350 millions de budget (sans budget marketing) et les films que tu viens de citer et qui n'ont couté que quelques millions. Tu ne peux pas demander à une fiat panda d'avoir la tenue de route ou l'accélération d'une Porsche. Avengers est mauvais parce qu'avec un tel budget, il y a avait de quoi faire un film qui resterait une référence et pas uniquement par son chiffre au box office

Gizmoket
17/08/2019 à 03:57

Le problème d'écran large sur ces classements, c'est que vous confondez souvent déception et mauvais film.
Avengers n'est pas un mauvais film.
Anna est a la limite, c'est vrai.
Xmen n'est pas terrible. et pour hellboy, je vous avais trouvé très sévère.

Des films mauvais c'est yao, cold blood legacy, royal corgi...

Ca ce sont des vrais navets. Lol

Jj
17/08/2019 à 03:03

Très franchement respect pour analyser pour ça j ai à rien à dire cia bonne rentré en septembre que dieu sois avec vous et votre famille respectif privé écran large ciao

Marcel
16/08/2019 à 22:06

Félicitations pour votre analyse d' Avengers endgame, enfin des critiques qui osent décrire la réalité ! Grande déception avec un scénario tiré par les cheveux, on espéraient une fin mieux travaillé, Nous sommes nombreux à penser la même chose n'en déplaise aux fans inconditionnels, franchement Thor alcoolique et dépressif???? etc. Ça prouve que le nombre d'entré d'un film n'est pas un gage de qualité !

Plus

votre commentaire