X-Men : Dark Phoenix - critique cosmicocrash

Geoffrey Crété | 5 juin 2019 - MAJ : 12/06/2019 09:50
Geoffrey Crété | 5 juin 2019 - MAJ : 12/06/2019 09:50

Coincé entre remake de X-Men : L'Affrontement final sorti en 2006, et fin forcée de cette saga avec le rachat de la licence par DisneyX-Men : Dark Phoenix tient une position difficile. Premier film de Simon Kinberg qui officie sur la franchise comme scénariste et producteur depuis le troisième opus, il a la lourde tâche d'adapter un arc majeur et riche des comics, tout en refermant au mieux l'histoire globale des six films (notre classement de la saga, du pire au meilleur, par ici). Mission absolument pas accomplie tant ce Dark Phoenix marque les heures sombres de la saga.

X-MEN : LA FIN DU COMMENCEMENT FINAL

Un coup d'œil sur la franchise X-Men depuis ses débuts en 2000 permet de voir la gestion bizarroïde de la franchise, entre rétropédalage, prequel et réécriture. Si bien que malgré des dizaines d'arcs majeurs à tirer des comics, ce X-Men : Dark Phoenix se pose en remake de X-Men : L'Affrontement final sorti en 2006, preuve ultime d'une lutte contre soi-même. Que le rachat de la licence par Disney soit arrivé avant la sortie n'aide pas, tout comme les ressemblances avec un autre film de super-héros qui ont incité à retourner entièrement la fin du film.

Mais ce Dark Phoenix n'a pas besoin de ça pour être médiocre. A tous les niveaux, ce blockbuster à 200 millions de dollars est un ratage, terriblement insipide, fade, plat et en pilotage automatique. Tout est accéléré, emballé à la hâte et traité en quatrième vitesse, avec une incapacité absolument effarante à créer la moindre émotion. X-Men : Dark Phoenix a le même panache dans les scènes d'action que dans la tragédie de Jean Grey, c'est à dire aucun. Pourtant pétri de défauts, X-Men : Apocalypse ressemble à un vrai film à côté de cet épisode sans queue ni tête, aussi ringard que creux.

 

photo, Sophie TurnerSophie Turner, le trône d'enfer

 

JEAN BRÊLE

L'ascension de Jean Grey vers le Dark Phoenix était annoncée dans X-Men : Apocalypse, où la jeune femme incarnée par Sophie Turner se laissait finalement submerger par ses pouvoirs pour sauver la situation, sous les yeux d'un gros Apocalypse légèrement ravi d'apercevoir ce futur désastre. Tout comme dans X-Men : L'Affrontement final, les libertés prises ici avec le matériau d'origine sont énormes, mais logiques : l'arc dans les comics est riche, mettant en jeu beaucoup de personnages et de facettes cosmiques de l'univers. Il nécessite une construction type Avengers mais le problème n'est pas là.

Il est dans la facilité avec laquelle Simon Kinberg, réalisateur et scénariste (il avait aussi écrit Days of Future Past et Apocalypse), simplifie grossièrement les enjeux. Jean vrille beaucoup trop vite, et son basculement est traité comme la crise d'une adulescente qui pleure sous la pluie comme dans un mauvais clip des années 90. Centrale dans les comics, son histoire d'amour avec Scott subit le même traitement et encore une fois, le super-héros si charismatique dans les comics est un faire-valoir sans profondeur. L'évolution de Jean semble trop artificielle, jamais bien ancrée.

 

photo, Sophie TurnerScène d'exposition grossière #3

 

La saga a toujours eu du mal à servir tous les personnages, et en aura maltraité dans chaque épisode en arrière-plan. Dans Dark Phoenix, c'est pire. Il n'y a qu'à voir comment Quicksilver est éjecté du récit après être devenu un X-Men à la fin d'Apocalypse pour comprendre que le film est un bulldozer qui avance sans réflexion. Magneto est bloqué dans une boucle ridicule à ce stade, et sa présence dans l'intrigue (il est absent dans ces comics) n'a aucun autre sens que celui d'avoir Michael Fassbender. Même chose pour Mystique, présente pour les mauvaises raisons, et utilisée de manière honteuse : en plus d'avoir été lâchée dans la promo, sa grande scène est tristement ratée. 

Seuls Charles Xavier et Hank McCoy ont quelque chose à jouer, mais l'arc du professeur étant un écho à Days of Future Past (avec Jean à la place de Mystique), le sentiment de surplace est tenace.

 

photoQuand tu fais la queue pour dire tes 3 répliques médiocres

 

DARK FAINÉANTS

Du côté de la pseudo-antagoniste incarnée par Jessica Chastain, c'est encore pire. La présence d'une telle actrice dans ce foutoir est le plus gros enjeu du film, tant cette ennemie est un machin générique, vulgaire outil de scénariste pour expliciter et extérioriser les conflits. Transformée en espèce de Die Antwoord version en talons aiguilles, servie par quelques pages de dialogues type fond de tiroir de blockbuster, remplacée par une doublure numérique pour quelques maigres cascades, Jessica Chastain est la vraie alien de cette production.

Si la première apparition de cette menace lorgne vers l'horreur, le reste sera tristement vain. Les X-Men vont donc affronter une armée de banquiers et VRP bien habillés, qui sautent comme des yamakazis, résistent à toutes les balles sauf les grosses, et forment une nuée impersonnelle et bête.

C'est particulièrement grotesque dans le climax, passé lors des reshoots d'un décor spatial à un pauvre train lancé dans la nuit vers une destination inconnue, avant que Jean ne pète tout pour occuper le terrain préféré des superproductions récentes : le terrain vague semi-urbain, avec option piliers en béton pour donner un peu de vie. 

Jean, de son côté, est lancée à toute vitesse vers la ligne d'arrivée, sans passer par la case psychologie - alors que c'est pourtant tout l'enjeu de l'histoire. Difficile d'être entraîné ou touché donc, et trop facile de blâmer Sophie Turner : elle n'a peut-être pas la force de Famke Janssen, mais elle est surtout desservie par des dialogues, des situations et des costumes souvent ridicules.

 

photo, Jessica Chastain, Sophie Turner"JPP Sophie"

 

X-TRÊME VIDE

Savoir que X-Men : Dark Phoenix a coûté dans les 200 millions (fourchette haute du budget des films de super-héros) est l'autre gros mystère, tant le film est d'une mollesse exceptionnelle. Le démarrage est pourtant solide, et l'intro jusqu'à l'événement cosmique est même simple, sobre, découpée avec un certain savoir-faire et sans perte d'énergie - peut-être parce que c'est l'un des seuls gros morceaux absolument pas reshootés ? Par ailleurs, la musique de Hans Zimmer est belle et prenante.

Mais plus le film avance, et pire c'est. Les scènes d'action se comptent sur les doigts d'une seule main, et donnent envie de se péter une phallange à chaque fois. En plus de rappeler X-Men : L'Affrontement final vu le décor, la première confrontation tragique est théâtrale de la pire des manières, et réussit l'exploit de rater le grand moment de l'intrigue - que ce soit dans l'écriture, le découpage ou le montage. Un grand affrontement dans une rue révèle une incapacité monumentale à filmer les pouvoirs et actions des mutants, offrant ainsi l'une des pires scènes de toute la saga qui ferait passer le premier X-Men pour Mad max :Fury Road

 

photo, Sophie TurnerFoutre le feu et partir

 

Inutile de s'attarder sur le climax, digne d'un mauvais jeu vidéo, où des ennemis générés par ordinateur attaquent par vague quelques héros, qui ont une rare occasion d'utiliser leurs pouvoirs pour créer virtuellement de l'excitation. Du principe même de cette virée en train au moment où un anti-Jean Grey passe subitement de son côté, jusqu'à un déferlement de CGI dans les airs qui n'a aucun autre but que celui de déplacer le décor et capter le regard avec des explosions, rien ne va dans ce troisième acte.

X-Men : L'Affrontement final avait beau être truffé de problèmes, et souffrir lui aussi de problèmes de production (elle avait été lancée à la hâte pour tenir une date de sortie), il avait au moins la décence d'offrir un semblant d'émotion, entre Jean et Wolverine, et également du côté de Charles Xavier. Dark Phoenix échoue lamentablement à ce niveau comme à tous les autres, et occupe l'écran avec de bons acteurs et du mauvais cinéma hollywoodien pendant moins de deux heures. L'ultime image, d'une candeur tellement ridicule qu'elle donne envie de rire, achève l'entreprise comme un triste point final à l'ère X-Men chez la Fox.

 

Affiche

Résumé

Au mieux, X-Men : Dark Phoenix est un blockbuster pâle de seconde zone, sans aucune force ni émotion, qui manque cruellement d'ampleur et d'idée. Au pire, c'est une petite catastrophe industrielle, hâchée en post-production, vidée de toute substance. Dans tous les cas, c'est l'un des plus mauvais films X-Men.

Autre avis Christophe Foltzer
Intrigue en carton, gros manques de rythme et d'enjeux, décisions de production faites en dépit du bon sens, acteurs en état de mort cérébrale, ce Dark Phoenix n'atteint aucun de ses objectifs. De quoi ne pas trop pleurer le rachat de la Fox par Disney finalement.
Autre avis Simon Riaux
Doté d'un excellent casting et de thématiques passionnantes, ce phénix demeure à l'état de cendres tant il carbonise précipitamment toutes les pistes et possibilités qu'il se ménage. La grande saga chorale rejoint ainsi la moyenne basse des productions Marvel.
Autre avis Lino Cassinat
Un épisode particulièrement neuneu ou fumiste dramatiquement, et dont le soupçon de souffle épique s'effondre au bout de 30 minutes. La suite est une espèce de machin visqueux sans aucun rythme ni aucune tenue. On en regrette presque le punch du super-cut promotionnel présenté à la presse. À ranger quelque part entre X-Men 3 et Apocalypse.

commentaires

beyond
19/09/2019 à 11:38

Enfin vu et déjà oublié. Je serai moins clément que vous envers Sophie Turner dont le jeu se limite à une expression et qui n'a pas le charisme escompté pour assumer un tel rôle .

Tétragrammaton
14/09/2019 à 09:20

Et bien et bien . Rassurée de savoir que cela ne venait pas de moi . A savoir que j'ai trouvé ce film plat. Même la présence de Michael Fassbender n'arrive pas à cacher l'ennui que provoque ce film. Dialogues creux et vides. Scènes gâchées. Personnages absents.
Acteurs et actrices (tous sans exeptions) ennuyeux. Même Jessica Chastain qui est capable du meilleur à l'air de s'emmerder honorant son contrat point barre. La mort de Raven est bâclée. En résumé ce film est un ratage complet. Moi qui suis fan de la saga je déplore qu'elle se finisse comme ça.

Jean Grey
09/09/2019 à 08:55

Ce qui ne me donne pas envie de revoir le film est la mort de Jean, j'aurai vraiment aimé qu'elle reste en vie, qu'elle est une fin différente.

X-Me
05/07/2019 à 16:56

Je ne m'adressais pas à vous/EL concernant l'acharnement envers les prods non-Disney/Marvel. C'est plutôt un constat d'ordre général. J'ai pris le temps de lire vos critiques sur les autres les films du MCU ;) Après, je ne reste pas bloqué dans ce clivage Fox vs Disney (j'ai apprécié des films des 2 écuries), mais étant gros lecteur de comics j'ai vite déchanté avec les Disney et leur approche tout public. Les deux studios ont pris de grande libertés par rapport à leurs adaptations et certaines de ces libertés sont impardonnables. Si j'ai toujours gardé un avis mitigé par rapports à la saga X-Men by la Fox, ces dernières ont ce petit truc en plus qui font pencher la balance. J'enrage juste dans mon coin quand je vois les badauds courir dans les ciné dès qu'un nouveau Marvel/Disney sort et dénigrer allègrement les Marvel/Fox, et autres adaptations de comics qui ont autant de qualités (et parfois de défauts). Le problème est que ce comportement déteint sur le grand public, et dissuade beaucoup de personnes de se faire leurs propres idées. Dark Phoenix est loin d'être un mauvais film, et reste une libre adaptation du chef d'oeuvre de Claremont/Byrne. Le film isolé reste agréable à suivre et a son lot de scène épique.

Geoffrey Crété - Rédaction
05/07/2019 à 14:50

@X-Me

On critique des films, pas des studios, donc aucun acharnement "sur une prod non-Marvel". On a été aussi sévères avec Black Panther, Avengers 2 ou Civil War d'ailleurs. Ou Suicide Squad ;)

X-Me
05/07/2019 à 14:38

Très bon film, très bon X-men... Nous fait oublier le petit ratage d'Apocalypse ;) Traitement sombre, qui aurait mérité certainement un second volet ou une bonne demi heure supplémentaire. Ca fait du bien :D Marre de l'humour pipi-caca des Disney/Marvel. Une page se tourne... les prochains X-men seront des parodies ou des teen movies : déprimant :(. Pourquoi s'acharner sur les prod non-Marvel ? La saga X-Men, si elle est non fidèle au comics, loin d'être parfaite et comporte quelques incohérences, a le mérite de proposer des oeuvres plus matures et réfléchies avec un fond et une forme soignés (merci Brian Singer). Pour ma part les Marvel/Fox trônent tous sur mon étagère. Je suis loin d'être fan, et il y a eu des ratages mais ce sont des films que j'aime me refaire de temps en temps , contrairement aux Marvel/Disney (à part Les Gardiens de la Galaxie Vol.1 ,) qui sont pour la plupart des navets sans consistance ni saveurs surcôtés pour la plupart et totalement oubliables. Quand on voit le traitement réserver à certain persos et les erreurs de casting (Captain Marvel, Nick Fury, Hulk...) il y a de quoi rager. Disney a fait bien plus de tort au comics que la Fox. Je préfère de loin les premières adaptation Marvel à l'écran avant l'arrivé de Disney (Blade, Spider/Remi, Hulk/Lee...) Pour en revenir à Dark Phoenix, hâte de me récupérer le blu-ray pour compléter ma collec et le revoir.

Baneath88
30/06/2019 à 00:09

Personnellement, je ne serai pas aussi dur envers le film.
Le film a de gros défauts, incontestablement. Une écriture qui confine parfois au risible avec des personnages qui se contredisent fréquemment. Ou une histoire sans grand intérêt.
Néanmoins, je loue cette volonté de recentrer sur les personnages. Et Kinberg ne démérite pas à la réalisation.
On est pas au niveau d'absurdité qu'avait atteint Apocalypse. Et c'est déjà ça. Pas une conclusion satisfaisante au vu du Commencement ou de Days of the Future Past. Mais loin d'être déshonorante si on se réfère au précédent.

Tousen
23/06/2019 à 19:32

Il manque 30 mn de développement au film mais il est meilleur que le dernier avengers (oui oui). On sent que Disney l’a quand même charcute par haine. Mais la fin permettra l’arrivée dans le MCU.

Sephiroth
15/06/2019 à 15:48

J'ai vu le film, bon c'était pas mal et surtout je le trouve mieux que l'affrontement final et Apocalypse ,les pires de la franchise. Je suis d'accord pour dire que le film a beaucoup de défauts mais ca se laisse regarder .

Geoffrey Crété - Rédaction
12/06/2019 à 14:30

@Nicool

Notre spécialiste comics a écrit un article sur Dark Phoenix. L'importance de Cyclope y est expliquée, même si ça n'est pas le sujet principal du dossier :)

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1087969-x-men-dark-phoenix-pourquoi-cest-une-adaptation-tristement-ratee-des-magnifiques-comics

Plus

votre commentaire