X-Men : Dark Phoenix - critique cosmicocrash

Geoffrey Crété | 5 juin 2019 - MAJ : 12/06/2019 09:50
Geoffrey Crété | 5 juin 2019 - MAJ : 12/06/2019 09:50

Coincé entre remake de X-Men : L'Affrontement final sorti en 2006, et fin forcée de cette saga avec le rachat de la licence par DisneyX-Men : Dark Phoenix tient une position difficile. Premier film de Simon Kinberg qui officie sur la franchise comme scénariste et producteur depuis le troisième opus, il a la lourde tâche d'adapter un arc majeur et riche des comics, tout en refermant au mieux l'histoire globale des six films (notre classement de la saga, du pire au meilleur, par ici). Mission absolument pas accomplie tant ce Dark Phoenix marque les heures sombres de la saga.

X-MEN : LA FIN DU COMMENCEMENT FINAL

Un coup d'œil sur la franchise X-Men depuis ses débuts en 2000 permet de voir la gestion bizarroïde de la franchise, entre rétropédalage, prequel et réécriture. Si bien que malgré des dizaines d'arcs majeurs à tirer des comics, ce X-Men : Dark Phoenix se pose en remake de X-Men : L'Affrontement final sorti en 2006, preuve ultime d'une lutte contre soi-même. Que le rachat de la licence par Disney soit arrivé avant la sortie n'aide pas, tout comme les ressemblances avec un autre film de super-héros qui ont incité à retourner entièrement la fin du film.

Mais ce Dark Phoenix n'a pas besoin de ça pour être médiocre. A tous les niveaux, ce blockbuster à 200 millions de dollars est un ratage, terriblement insipide, fade, plat et en pilotage automatique. Tout est accéléré, emballé à la hâte et traité en quatrième vitesse, avec une incapacité absolument effarante à créer la moindre émotion. X-Men : Dark Phoenix a le même panache dans les scènes d'action que dans la tragédie de Jean Grey, c'est à dire aucun. Pourtant pétri de défauts, X-Men : Apocalypse ressemble à un vrai film à côté de cet épisode sans queue ni tête, aussi ringard que creux.

 

photo, Sophie TurnerSophie Turner, le trône d'enfer

 

JEAN BRÊLE

L'ascension de Jean Grey vers le Dark Phoenix était annoncée dans X-Men : Apocalypse, où la jeune femme incarnée par Sophie Turner se laissait finalement submerger par ses pouvoirs pour sauver la situation, sous les yeux d'un gros Apocalypse légèrement ravi d'apercevoir ce futur désastre. Tout comme dans X-Men : L'Affrontement final, les libertés prises ici avec le matériau d'origine sont énormes, mais logiques : l'arc dans les comics est riche, mettant en jeu beaucoup de personnages et de facettes cosmiques de l'univers. Il nécessite une construction type Avengers mais le problème n'est pas là.

Il est dans la facilité avec laquelle Simon Kinberg, réalisateur et scénariste (il avait aussi écrit Days of Future Past et Apocalypse), simplifie grossièrement les enjeux. Jean vrille beaucoup trop vite, et son basculement est traité comme la crise d'une adulescente qui pleure sous la pluie comme dans un mauvais clip des années 90. Centrale dans les comics, son histoire d'amour avec Scott subit le même traitement et encore une fois, le super-héros si charismatique dans les comics est un faire-valoir sans profondeur. L'évolution de Jean semble trop artificielle, jamais bien ancrée.

 

photo, Sophie TurnerScène d'exposition grossière #3

 

La saga a toujours eu du mal à servir tous les personnages, et en aura maltraité dans chaque épisode en arrière-plan. Dans Dark Phoenix, c'est pire. Il n'y a qu'à voir comment Quicksilver est éjecté du récit après être devenu un X-Men à la fin d'Apocalypse pour comprendre que le film est un bulldozer qui avance sans réflexion. Magneto est bloqué dans une boucle ridicule à ce stade, et sa présence dans l'intrigue (il est absent dans ces comics) n'a aucun autre sens que celui d'avoir Michael Fassbender. Même chose pour Mystique, présente pour les mauvaises raisons, et utilisée de manière honteuse : en plus d'avoir été lâchée dans la promo, sa grande scène est tristement ratée. 

Seuls Charles Xavier et Hank McCoy ont quelque chose à jouer, mais l'arc du professeur étant un écho à Days of Future Past (avec Jean à la place de Mystique), le sentiment de surplace est tenace.

 

photoQuand tu fais la queue pour dire tes 3 répliques médiocres

 

DARK FAINÉANTS

Du côté de la pseudo-antagoniste incarnée par Jessica Chastain, c'est encore pire. La présence d'une telle actrice dans ce foutoir est le plus gros enjeu du film, tant cette ennemie est un machin générique, vulgaire outil de scénariste pour expliciter et extérioriser les conflits. Transformée en espèce de Die Antwoord version en talons aiguilles, servie par quelques pages de dialogues type fond de tiroir de blockbuster, remplacée par une doublure numérique pour quelques maigres cascades, Jessica Chastain est la vraie alien de cette production.

Si la première apparition de cette menace lorgne vers l'horreur, le reste sera tristement vain. Les X-Men vont donc affronter une armée de banquiers et VRP bien habillés, qui sautent comme des yamakazis, résistent à toutes les balles sauf les grosses, et forment une nuée impersonnelle et bête.

C'est particulièrement grotesque dans le climax, passé lors des reshoots d'un décor spatial à un pauvre train lancé dans la nuit vers une destination inconnue, avant que Jean ne pète tout pour occuper le terrain préféré des superproductions récentes : le terrain vague semi-urbain, avec option piliers en béton pour donner un peu de vie. 

Jean, de son côté, est lancée à toute vitesse vers la ligne d'arrivée, sans passer par la case psychologie - alors que c'est pourtant tout l'enjeu de l'histoire. Difficile d'être entraîné ou touché donc, et trop facile de blâmer Sophie Turner : elle n'a peut-être pas la force de Famke Janssen, mais elle est surtout desservie par des dialogues, des situations et des costumes souvent ridicules.

 

photo, Jessica Chastain, Sophie Turner"JPP Sophie"

 

X-TRÊME VIDE

Savoir que X-Men : Dark Phoenix a coûté dans les 200 millions (fourchette haute du budget des films de super-héros) est l'autre gros mystère, tant le film est d'une mollesse exceptionnelle. Le démarrage est pourtant solide, et l'intro jusqu'à l'événement cosmique est même simple, sobre, découpée avec un certain savoir-faire et sans perte d'énergie - peut-être parce que c'est l'un des seuls gros morceaux absolument pas reshootés ? Par ailleurs, la musique de Hans Zimmer est belle et prenante.

Mais plus le film avance, et pire c'est. Les scènes d'action se comptent sur les doigts d'une seule main, et donnent envie de se péter une phallange à chaque fois. En plus de rappeler X-Men : L'Affrontement final vu le décor, la première confrontation tragique est théâtrale de la pire des manières, et réussit l'exploit de rater le grand moment de l'intrigue - que ce soit dans l'écriture, le découpage ou le montage. Un grand affrontement dans une rue révèle une incapacité monumentale à filmer les pouvoirs et actions des mutants, offrant ainsi l'une des pires scènes de toute la saga qui ferait passer le premier X-Men pour Mad max :Fury Road

 

photo, Sophie TurnerFoutre le feu et partir

 

Inutile de s'attarder sur le climax, digne d'un mauvais jeu vidéo, où des ennemis générés par ordinateur attaquent par vague quelques héros, qui ont une rare occasion d'utiliser leurs pouvoirs pour créer virtuellement de l'excitation. Du principe même de cette virée en train au moment où un anti-Jean Grey passe subitement de son côté, jusqu'à un déferlement de CGI dans les airs qui n'a aucun autre but que celui de déplacer le décor et capter le regard avec des explosions, rien ne va dans ce troisième acte.

X-Men : L'Affrontement final avait beau être truffé de problèmes, et souffrir lui aussi de problèmes de production (elle avait été lancée à la hâte pour tenir une date de sortie), il avait au moins la décence d'offrir un semblant d'émotion, entre Jean et Wolverine, et également du côté de Charles Xavier. Dark Phoenix échoue lamentablement à ce niveau comme à tous les autres, et occupe l'écran avec de bons acteurs et du mauvais cinéma hollywoodien pendant moins de deux heures. L'ultime image, d'une candeur tellement ridicule qu'elle donne envie de rire, achève l'entreprise comme un triste point final à l'ère X-Men chez la Fox.

 

Affiche

Résumé

Au mieux, X-Men : Dark Phoenix est un blockbuster pâle de seconde zone, sans aucune force ni émotion, qui manque cruellement d'ampleur et d'idée. Au pire, c'est une petite catastrophe industrielle, hâchée en post-production, vidée de toute substance. Dans tous les cas, c'est l'un des plus mauvais films X-Men.

Autre avis Christophe Foltzer
Intrigue en carton, gros manques de rythme et d'enjeux, décisions de production faites en dépit du bon sens, acteurs en état de mort cérébrale, ce Dark Phoenix n'atteint aucun de ses objectifs. De quoi ne pas trop pleurer le rachat de la Fox par Disney finalement.
Autre avis Simon Riaux
Doté d'un excellent casting et de thématiques passionnantes, ce phénix demeure à l'état de cendres tant il carbonise précipitamment toutes les pistes et possibilités qu'il se ménage. La grande saga chorale rejoint ainsi la moyenne basse des productions Marvel.
Autre avis Lino Cassinat
Un épisode particulièrement neuneu ou fumiste dramatiquement, et dont le soupçon de souffle épique s'effondre au bout de 30 minutes. La suite est une espèce de machin visqueux sans aucun rythme ni aucune tenue. On en regrette presque le punch du super-cut promotionnel présenté à la presse. À ranger quelque part entre X-Men 3 et Apocalypse.

commentaires

Sephiroth
15/06/2019 à 15:48

J'ai vu le film, bon c'était pas mal et surtout je le trouve mieux que l'affrontement final et Apocalypse ,les pires de la franchise. Je suis d'accord pour dire que le film a beaucoup de défauts mais ca se laisse regarder .

Geoffrey Crété - Rédaction
12/06/2019 à 14:30

@Nicool

Notre spécialiste comics a écrit un article sur Dark Phoenix. L'importance de Cyclope y est expliquée, même si ça n'est pas le sujet principal du dossier :)

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1087969-x-men-dark-phoenix-pourquoi-cest-une-adaptation-tristement-ratee-des-magnifiques-comics

Nicool
12/06/2019 à 13:51

Je connaissais pas du tout ce site, j'y suis allé tout récemment pour comprendre ce que j'avais pas tout compris dans Dark phénix car je l'ai vu en anglais sans sous titrage et je ne suis pas très bon en anglais, je me depatouille, donc j'avais besoin de voir les critiques et surtout résumé du film sur certains passages.

J'avais deja posté mon avis sur le film sur autre article le concernant mais cet article là est vraiment excellent. Il est du meme avis que ce que j'avais posté en commentaire.
Je pense donc exactement la meme chose de Dark phénix que l'auteur.

Par contre il serait bon que l'auteur nous fasse un article sur Cyclope.
Je dois dire que je suis maintenant à la limite de la rupture totale tellement ce personnage qui censé etre le leader des X-Men dans le comics et les jeux vidéos de la franchise, se retrouve bizarrement dans les films etre plus insignifiant que tout.
Juste bon à répéter comme un disque rayé deux mots 'Jean' et 'Non' qu'il alterne dans un sens ou dans l'autre et puis à servir de canon laser d'appoint pour ouvrir des portes blindées ou de percer des ouvertures.
Quand on voit Captain America super bien mis en avant dans son rôle de leader des Avengers, idem pour Mr Fantastic, Cyclope lui c'est le leader des X-Men ...une fois que Wolverine, Professeur Xavier, Jean Greg, Mystique, Tornade, le Fauve et Rogue ne sont plus en état. Meme Magneto lui prend son rôle de leader quand il s'allie avec les X-Men.

Cyclope le symbole des X-Men, celui de la bravoure, du leadership, de la loyauté, de la rigueur et de la stratégie devenue dans les film le toutou de Jean Grey qui veut son os, son bisou pour remuer la queue. Tristesse.

tbib76
12/06/2019 à 09:57

J'avoue ne pas comprendre pourquoi le film subit de telles critiques. Je suis allé le voir après avoir lu et vu beaucoup de critique, et j'ai trouvé le film plutot bon. Alors oui, il y a beaucoup de défaut, des incohérences, et des trames completement passées à la trappe. Mais j'ai trouvé, qu'au milieu de toute cette vague de film MCU aseptisé à souhait où faut pas être trop violent, faut pas que ca soit trop sombre, faut de l'humour etc, pour que le film plaise aux 4 ans comme aux 40 ans, moi j'ai vu une proposition de cinéma, alors certes maladroite, mais ca fait du bien de voir un film de super hero avec un peu de violence, du sang, des questions plus profondes pyschologiquement que ce que le MCU peut nous balancer, qui passe pas son temps a desamorcer les moments dramatiques par des blagues. Il y avait mieux a faire c'est sur, quand on voit Logan, First Class ou Days of Future Past. Mais à l'ère où on tend de plus en plus a des films tout public où il faut froisser personne, ca fait du bien de voir qu'il y en a (avec le support Comics) qui essaient de proposer quelques chose d'honnête.
Pour ma part, au final, je chiale le rachat de la Fox. Car même si ils ont produit des films bien pourri (Wolverine, Xmen 3 pour ne pas les citer), ils ont quand même produit des grands films. Je vois mal Disney nous pondre un Logan

souleater34
12/06/2019 à 09:34

Excellente critique argumentée qui ne cire pas les pompes...J'aurais quand même mis deux étoiles et demie parce qu'il est meilleur qu'Apocalypse pour moi. Par contre, quand dans le résumé,Simon Riaux parle d'un casting excellent, je ne suis pas du tout d'accord, tant il semble dans l'ensemble à la ramasse,à commencer par Sophie Turner!

Andrew Van
11/06/2019 à 14:10

Xd votre critique m'a fait bine rire.
Cependant j'ai plutôt apprécié ce film (tout comme cette franchise, aussi imparfaite soit elle).
J'ai saisi de l'émotion dans tout ces personnages (malgré des acteurs sans envergure : allo cyclope ???) et j'ai apprécié le rendu des scènes d'action notamment le climax dans le train.

Bref on verra ce que le futur reboot proposera, mais j'ai beaucoup d'affection pour cette franchise dont les premiers films ont réinventé quelque chose dans le sérieux et la crédibilité des adaptations de comics à l'écran (en plus de ses aspects socio et politiques relativement absents chez Marvel).

Simon Riaux - Rédaction
10/06/2019 à 16:39

@GuillaumeMT

Hello,

M'y connaissant à peu près autant en programmation et web-design qu'en recyclage des pelures d'orange, je suis bien incapable de vous répondre, mais c'est bien noté en tout cas.

GuillaumeMT
10/06/2019 à 15:44

Equipe Ecran large, que cela fait plaisir de retrouver plusieurs avis différents ! Cela rappelle le site il y a quelque année !

Petite question, serait t'il possible d'avoir une notification sur notre compte quand on poste un message et que vous y répondais ou d'autre personne répondent ? Par ce que, je ne souviens pas forcément de l'article et donc je ne sais jamais si vous répondez ou pas.

En tout cas, merci pour cette article bon courage !

Marina...
10/06/2019 à 14:19

J'aimais bien les X-Men avant, mais depuis apocalypse beaucoup moins . Magnéto veut tuer, puis être gentil puis veut tuer, puis être gentil, et c'est lassant. Le film met totalement des personnages de côté comme Quicksilver alors qu'on venait d'apprendre dans Apocalypse que c'était le fils de Magnéto. Le personnage de Mystique non plus n'a pas été bien utilisé. Le speech dun personnage qui ne contrôle pas ses pouvoir ça a été fait et refait. Le "je l'ai fait pour te protéger " du professeur X on la déjà entenduit dans beaucoup d'autres films (comme dans Days of future past dailleurs ). Les méchants insistants sans profondeur c'est lourd . En plus ils arrivent mais on sait pas d'où car dans le 1er plan du train vu de l'extérieur, on en voit clairement pas autant qu'à l'intérieur du train. La transformation de jean Grey en dark phoenix est mal faite et trop rapide. Lintrigue avec son père est pas ouf non plus. Bref , j'ai pas beaucoup aimé...

Pika
10/06/2019 à 07:08

Personnellement, sans Famke, il n'y a pas de Jean Grey. Sophie Turner est une très mauvaise actrice, peut-être la pire de sa génération. Elle a l'expressivité d'un morceau de carton et la classe d'un balais à chiottes. Elle fait petite fille jolie sortie du fin fond d'un Texas ou d'un Connecticut : jolie, mais grossière et pataude. Quant à son CV, jouer les mutiques à qui il arrive des trucs tristes, on ne peut pas dire que ça l'ait entraîné à jouer les émotions d'un personnage complexe et parfois franchement Dark. Famke maîtrise parfaitement les rôles sombres et ambivalents (The L World, Hemlock Grove, Nip Tuck en séries, Trouble Jeu ou Hansel et Gretel, sans parler de Jean au cinéma. Qu'on aime ou pas, en Jean, elle faisait l'unanimité.
Dès lors, avoir placer Sophie pour l'effet de mode au lieu de garder le rôle à son actrice historique présageait du massacre scénaristique ...L'état d'esprit est de faire du vieux avec du neuf, du mou, du policé, et on peut dire qu'en cela, ils ont tenu la promesse ...

Plus

votre commentaire