Les nouveautés films et séries à voir sur Disney+ en mai

La Rédaction | 5 mai 2021 - MAJ : 05/05/2021 12:21
La Rédaction | 5 mai 2021 - MAJ : 05/05/2021 12:21

Parce qu'il n'y a pas que Netflix ou Amazon Prime Video dans ce monde et que d'autres plateformes voient leur catalogue grandir chaque jour, chaque semaine et chaque mois, on a décidé de faire le point sur les nouveautés prévues sur Disney+Chaque début de mois, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Disney+ dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer sur la plateforme de streaming en ce mois de mai ?

 

photo Star

 

déjà disponible

Star Wars: The Bad Batch

Ça parle de quoi ? L’escouade Bad Batch - une troupe d’élite de clones expérimentaux génétiquement différente de ceux constituant la grande armée de la République - trouve ses marques dans une galaxie en pleine transformation à l’issue de la Guerre des Clones. 

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que c’est le spin-off de Star Wars : The Clone Wars. Avec sa dernière saison pétaradante, la série de Dave Filoni a eu l’occasion d’introduire la Bad Batch, un escadron de clones génétiquement modifiés. Définis comme des personnages jouissifs de jeux vidéo, les membres de cette joyeuse bande ont tous une spécialité, de l’informatique au tir de précision en passant par la force brute.

Dès lors, si Clone Wars a su transcender ses scènes d’action avec cette escouade de choc, on est très curieux de voir ce que The Bad Batch aura sous le capot. Après l’Ordre 66 et l’avènement de l’Empire, nos héros vont devoir trouver un nouveau but à leur existence, après une vie intégralement dédiée à la guerre. Avec son épisode introductif de 70 minutes, autant dire qu’on espère faire face à des dilemmes moraux travaillés, et une nouvelle expansion passionnante de la mythologie Star Wars comme Filoni en a le secret.

Notre critique du premier épisode

Les dix meilleurs moments de The Clone Wars

 

affiche française

 

BIENTÔT DISPONIBLE

Monuments Men - le 7 mai 

Ça parle de quoi ? En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. 

Pourquoi il faut le regarder ? Monuments Men est un film du play-boy d'Hollywood George Clooney. Le Cary Grant des temps modernes s'est plusieurs fois exercé à la mise en scène et a notamment réalisé Good Night, and Good LuckLes Marches du pouvoir et Minuit dans l'univers, son dernier film en date disponible directement sur Netflix

La grande force de l'adaptation d'un fait réel est son efficacité. À la mesure d'une production hollywoodienne classique, l'écriture est aux petits oignons et George Clooney utilise tous ses talents d'acteur pour les mettre au service de sa direction d'acteur. Chaque comédien a sa gamme et a un rôle parfaitement défini. Monuments Men tire également sa singularité de son humanisme. La conviction tenue par ses sympathiques soldats, qui n'en sont pas, rend ce portrait de héros de la Seconde Guerre mondiale, extrêmement touchant.

À noter, le casting cinq étoiles très savoureux du long-métrage : Cate Blanchett, John Goodman, Bill Murray, Bob Balaban et bien sûr George Clooney, sans oublier notre espion OSS 117, Jean Dujardin, et Matt Damon qui parle très mal français.

 

photo, George Clooney, Bill Murray, Bob Balaban, Dimitri LeonidasOn a retrouvé les oeuvres sur Amazon

 

Ma Famille d'abord SAISONs 1 À 5 - SEMAINE DU 7 mai

Ça parle de quoi ? Michael Kyle est un mari aimant et un père de famille comblé. Mais il n'est pas toujours facile d'élever trois enfants. Entre un fils passionné de musique rap, une fille adolescente qui lui cause bien des soucis et la benjamine qui veut toujours avoir le dernier mot, la famille Kyle part souvent en vrille. 

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que la série se veut héritière du Cosby Show de Bill Cosby et du Prince de Bel-Air d’Andy Borowitz. Si elle n’est pas aussi fine que ces deux illustres inspirations, Ma Famille d'abord est devenue rapidement devenue culte en France alors que le succès était mitigé aux États-Unis. La famille Kyle avec à sa tête Damon Wayans expose avec humour le quotidien souvent foutraque d’une famille nombreuse. Créée par les frères Wayans à qui l’on doit Scary Movie ou Fausses Blondes Infiltrées, il n’est pas étonnant que Ma Famille d’abord distille un humour un peu potache et lourd.  

Mais la série sait également se montrer touchante et profonde pour aborder divers sujets de la vie de couple ou adolescente. Bien sûr comme beaucoup de sitcom de cette époque, Ma Famille d’abord tient bon nombre de propos problématiques qui font friser les oreilles. Mais les fans de Friends, de Malcolm ou d’Une nounou d'enfer trouveront leur bonheur dans cette péripétie familiale déjantée.  

 

photo, Damon WayansUne famille un peu azimutée

 

Predators - SEMAINE DU 14 mai

Ça parle de quoi ? Royce, un mercenaire, se retrouve obligé de mener un groupe de combattants d’élite sur une planète étrangère. Ils vont vite comprendre qu’ils ont été rassemblés pour servir de gibier.

Pourquoi il faut le regarder ? Évidemment, s'il emprunte le "s" du titre d'Aliens, le retour, Predators n'a pas grand-chose à voir avec le classique de James Cameron. Pourtant, il aimerait prétendre à son ampleur en délocalisant l'intrigue sur la planète des monstres éponymes. Mais la caméra de Nimród Antal est bien trop sage pour transformer la saga de la même façon.

Reste que le film, assassiné par une majeure partie des cinéphiles, n'est pas désagréable à regarder, si tant soit peu qu'on s'abstienne de le comparer aux aventures de Ripley, ou au récit guerrier de John McTiernan. Un plaisir qui tient surtout à son concept, à l'énergie générale et au casting. Adrien BrodyAlice BragaTopher Grace et un Mahershala Ali en début de carrière y côtoient de vieilles ganaches comme Laurence FishburneWalton Goggins et même un Danny Trejo dans son élément. De quoi faire oublier un scénario rigolo, mais infiniment bête.

 

photoPredator VS Predator

 

Les Chariots de Feu - le 21 MAI 

Ça parle de quoi ? Dans les années vingt, deux athlètes britanniques prédisposés pour la course à pied se servent de leur don, l'un pour combattre les préjugés xénophobes, l'autre pour affirmer sa foi religieuse.

Pourquoi il faut la regarder ? Tiré d'une histoire vraie, Les Chariots de Feu compte à son palmarès quatre Oscars obtenus en 1982, dont celui du meilleur film. Une performance rare pour un film anglais. Si une grande partie des spectateurs se souviennent du film, c'est grâce à son thème musical composé par Vangelis. Également récompensé d'un Oscar, le compositeur grec de la bande-originale de Blade Runner livre une première copie parfaite.

Le film, en lui-même, parvient à parfaitement nous raconter l'affirmation de deux sportifs à travers la course, l'un contre l'antisémitisme et l'autre pour affirmer sa foi chrétienne. Aucune fausse note au niveau de la mise en scène, tout est là pour servir la restitution historique des Jeux olympiques de Paris en 1924 et l'ambiance universitaire de Cambridge. Son réalisateur Hugh Hudson réussit son entrée en matière avec ce premier film sportif. Son travail sera de nouveau salué dans sa réécriture du mythe de Tarzan, Greystoke, la légende de Tarzan, avec Christophe Lambert dans le rôle principal.

 

photoLa bonne idée de courir en blanc sur la plage

 

Marvel's M.O.D.O.K - le 21 mai

Ça parle de quoi ? Une série (parodique) consacrée à l'emblématique super-vilain Marvel doté d’une intelligence supérieure et d’une cruauté sans bornes. 

Pourquoi il faut la regarder ? Si Marvel Studios a bien commencé à investir le champ des séries sur Disney+, le studio s’est décidé à sortir de la contrainte de sa chronologie avec M.O.D.O.K., une proposition en stop-motion orientée vers la parodie méchante (voire sanglante). Si Disney profite de sa plateforme Hulu pour distribuer la chose, la France peut se reposer sur la branche Star de Disney+ pour découvrir la création de Jordan Blum et de Patton Oswalt, ce dernier prêtant au passage sa voix au célèbre antagoniste).

À mi-chemin entre Megamind et Robot Chicken, M.O.D.O.K. devrait aborder avec une certaine ironie les codes inhérents aux comics Marvel, tout en prenant les traits d’une sitcom où le protagoniste peine à jongler entre sa vie professionnelle et intime. Si le tempo comique des bandes-annonces s'est montré convaincant, on est surtout curieux de découvrir la série au vu de son casting vocal hallucinant, réunissant Jon Hamm, Nathan Fillion, Bill HaderAimee Garcia ou encore Melissa Fumero

 

 

De l'eau pour les éléphants - SEMAINE DU 21 MAI

Ça parle de quoi ? Comme l’indique le titre du film, il sera bel et bien ici question de ces animaux qui trompent énormément, mais aussi d’une romance contrariée au cœur d’un cirque, entre un jeune homme et une écuyère mariée à un dresseur violent.

Pourquoi il faut le regarder ? La hype Twilight était alors encore surpuissante, et Robert Pattinson un jeune premier, plutôt que l’icône masturbatoire du cinéma d’auteur américain. D’où sa participation à ce récit très balisé et classique, où la grande histoire, les belles images et l’amour sont convoqués pour un spectacle hollywoodien à l’ancienne. 

C’est d’ailleurs ce qui fait la relative réussite de l’entreprise. Ne sortant jamais de son programme classique, De L’eau pour les éléphants se veut un hommage appliqué aux grandes heures de l’âge d’or d’Hollywood, situé dans un décor cinématographique en diable. Et force est de constater que cette recette antédiluvienne est ici parfaitement exécutée. C'est avec un certain bonheur qu'on retrouve l'atmosphère de Sous le plus grand chapiteau du monde ou encore Le grand cirque ou encore Le Cirque de Chaplin.

Notre vidéo sur Robert Pattinson

 

photo, Robert Pattinson"Tu as déjà vu le plus grand chapiteau du monde ?"

 

Deadpool 2 - SEMAINE DU 21 MAI 

Ça parle de quoi ?  Deadpool se voit contraint de rejoindre les X-Men : après une tentative ratée de sauver un jeune mutant au pouvoir destructeur, il est jeté en prison anti-mutants. Arrive Cable, un soldat venant du futur et ayant pour cible le jeune mutant, en quête de vengeance. Deadpool décide de s’interposer. 

Pourquoi il faut le regarder ? Si Deadpool 2 est encore moins prenant que le premier volet car la surprise du super-héros obscène et ultra-violent est passée, Ryan Reynolds continue de s’amuser comme un fou devant la caméra de David Leitch. La brochette d’acteurs qui entoure Reynolds est également motivée et si la rupture du quatrième mur n’a plus le même effet, les fans du héros de Deadpool adepte de masturbation et de licornes retrouveront le même humour potache. Si Deapool 2 n’est pas toujours très raffiné, son action reste rythmée et apporte son lot de surprises par un renouvellement de casting.

De plus, c’est le retour de Josh Brolin chez Marvel dans la peau d’un Cable plutôt classe même si sous-exploité. Si le premier film abordait en sous-texte la maladie, celui-ci offre un questionnement sur le deuil entre deux explosions d’hémoglobine et blagues scatophiles. Une réflexion en filigrane qui apporte de la profondeur à un film qui semble parfois être la parodie de lui-même. Mais avec des scènes d’actions toujours aussi bourrues et délirantes, les fans de Deadpool ne seront pas déçus. Et si vous vous ennuyez un peu, vous pouvez toujours chercher le caméo de Brad Pitt en plus de celui de Stan Lee.  

Notre critique du film 

 

photo, Ryan Reynolds"Oops, I did it again !"

 

Rebel saison 1 - le 28 mai

Ça parle de quoi ? Annie Bello alias Rebel, est une consultante juridique... qui n'a pas de diplôme de droit. Rien qui ne l'empêche de défendre les causes qui lui sont chères et de s'engager corps et âme dans des combats pour les remporter.

Pourquoi il faut la regarder ? Plus que pourquoi il faut la regarder (parce qu'en vrai ce n’est pas foufou), il est plus simple de dire à qui elle peut plaire. Et forcément, avec Krista Vernoff à la barre, les fans de Grey's Anatomy et Grey's Anatomy : Station 19 sont appelés à témoigner leur enthousiasme puisqu'il s'agit bel et bien de la nouvelle série de la showrunneuse actuelle des deux séries médicales. La scénariste a aussi travaillé il y a quelques années sur les épisodes de Charmed et Shamelesselle est donc capable de contenter pas mal de monde.

Rebel est aussi l'occasion pour les fans de Touche pas à mes filles et Sons of Anarchy de retrouver Katey Sagal dans le rôle principal, elle qui est bien trop rare sur les écrans. Et puis, la série s'inspire surtout de la vie actuelle de Erin Brockovich à qui Steven Soderbergh avait consacré son Erin Brockovich, seule contre tous porté par Julia Roberts. Bref, si un de ses éléments vous a interpellé, Rebel est peut-être fait pur vous. Ah et on oubliait, il y a Andy Garcia.

 

Photo Katey Sagal, Adam ArkinKatey Sagal avec le bon vieux Adam Arkin

 

Solo : A Star Wars Story - le 28 MAI

Ça parle de quoi ? Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian…

Pourquoi il faut le regarder ? Pour la science. Solo : A Star Wars story est une véritable catastrophe artistique, puisque les deux cinéastes originellement prévus à la réalisation, Phil Lord et Chris Miller ont quitté le projet à cause des traditionnels "différends artistiques", laissant à Ron Howard la responsabilité de recoller les morceaux sous l'oeil inquisiteur de la souris aux grandes oreilles. 

Forcément, le résultat en a pâti, et c'est là que le jeu commence. Il y a quelque chose de fascinant dans ce monstre de Frankenstein filmique, navigant entre idées démentes (le Cthulhu de l'espace !) et polissages improvisés, au détriment du rythme et du sens. On se perd entre cabotinages étranges et raccords douteux, entre restes d'une inventivité certaine et maladresses de dernière minute. François Truffaut adorait les "grands films malades". Le blockbuster moderne nous offre désormais de grands films zombies.

Notre critique du film

 

photo, Alden EhrenreichDisney après le départ de Lord et Miller

 

The Full Monty - semaine du 28 MAI

Ça parle de quoi ? Une bande de travailleurs britanniques doit trouver un moyen de survivre, en pleine crise industrielle. Monter un spectacle de striptease pourrait bien être la solution. 

Pourquoi il faut le regarder ? Ce n’est pas pour rien que la comédie sociale à l’anglaise est considérée comme un genre à part entière, tant les réalisateurs du Royaume-Uni se sont fait une spécialité de prendre le pouls d’un pays mis à genoux par le Thatchérisme. Dans le sillage d’une cinématographie nationale qui forgea ses armes du côté du documentaire et d’ambassadeur en matière de fiction de la trempe d’un Ken Loach, l’Angleterre a régulièrement proposé aux Européens des comédies romantiques très réussies. 

Et The Full Monty demeure, presque un quart de siècle après sa sortie, incroyablement juste, attachant et porteur d’une énergie singulière. Plus belle réussite du réalisateur Peter Cattaneo, le film bénéficie également d’un très beau casting, où brillent Robert Carlyle, Tom Wilkinson et quelques glorieux seconds couteaux du cinéma britannique.

 

photoDes hommes et un nain de jardin (à droite)

 

Mais aussi...

Les chemins de la dignitéBoule & Bill 2Grey's Anatomy : Station 19 saison 1 à 3, American Dad! saison 11 et 12, Angel saison 1 à 5, High School Musical : la Comédie musicale - la Série saison 2, Monsieur papaLes Voyages de GulliverMélodie Cocktail...

Tout savoir sur Star Wars: The Bad Batch

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
lolipop
05/05/2021 à 17:49

A quand Dick Tracy?

Galt
05/05/2021 à 15:53

Mr Bifle :

Ne cherche pas la qualité, EL est sponsorisé par Disney afin de vendre leurs m**des.
Ça se voit comme le nez au milieu de la figure, lol.

Geoffrey Crété - Rédaction
05/05/2021 à 14:40

@Mr Bifle

Ne blâmons pas la pandémie à tout va. On nous reprochait déjà depuis des années d'avoir des goûts douteux dès qu'on osait avoir un avis différent d'un lecteur, donc rien n'a changé. Dieu soit loué.

Mr Bifle
05/05/2021 à 14:34

Monuments Men, absolument risible, une honte, le covid est sûrement passé par là, vous avez perdu le goût EL

Madolic
05/05/2021 à 14:00

Je retiens surtout Angel perso !

votre commentaire