Films

Mank : le film Netflix de David Fincher sera « comme un film des années 1940 »

Par Gaël Delachapelle
26 octobre 2020
MAJ : 27 octobre 2020
7 commentaires
Photo Gary Oldman

Mank ressemblera vraiment à un film des années 1940 selon David Fincher lui-même.

Long-métrage très attendu par les cinéphiles en cette fin d’année, Mank, le nouveau film de David Fincher, prévu pour une sortie le 4 décembre 2020 sur Netflix, fait décidément beaucoup parler de lui. Après les premières photos inédites, les éloges d’Aaron Sorkin ou une bande-annonce hypnotique parue récemment, le onzième long-métrage du réalisateur de SevenZodiac, ou encore The Social Network, continue de se faire désirer. 

Annoncé comme son film le plus personnel, Mank est basé sur un scénario écrit par Jack Fincher, père de David. Il racontera l’histoire de Herman J. Mankiewicz, le célèbre scénariste derrière le scénario de Citizen Kane d’Orson Welles. Le film retracera donc la conception difficile du film tout en s’attardant sur la relation houleuse entre les deux hommes. Les images ont également confirmé que Mank sera aussi un pur hommage au vieil Hollywood. Le film semble, par ailleurs, reprendre la structure narrative du chef-d’oeuvre de Welles.

 

photo, Gary OldmanGary Oldman est Mank  

 

Mieux encore, dans un entretien avec New York Magazine, le cinéaste est revenu sur son désir de faire un film sur les années 40 avec une texture et une ambiance sonore correspondant à l’époque avec Mank. David Fincher s’est notamment exprimé sur le travail de Ren Klyce, l’ingénieur du son du long-métrage, et sur les résultats passionnants de son travail :

« Ren Klyce, l’ingénieur sonore, et moi avons commencé à discuter, il y a des années, de la façon dont nous voulions donner l’impression que le film avait été trouvé dans les archives de l’UCLA – ou dans le sous-sol de Martin Scorsese, en route vers la restauration. Tout a été compressé et fait pour que ça sonne comme dans les années 1940.

La musique a été enregistrée avec des microphones plus anciens, donc elle a une sorte de grésillement et de respiration sifflante sur les bords – vous l’obtenez à partir de cordes, mais vous l’obtenez principalement à partir de cuivres. Ce que vous entendez est comme le réveil d’une vieille maison – un vieux cinéma projetant un film. C’est amusant parce que j’ai projeté le film à certaines personnes qui m’ont demandé : « Que se passe-t-il avec le son ? C’est tellement agréable ». Et je leur réponds : « Eh bien, ce que vous trouvez agréable, c’est le son d’un vieux film. C’est du son analogique. » […]

 

Photo Arliss Howard, Charles DanceLe monde écoutant Fincher avec attention

 

Nous avons recréé le pop dans la bande-son, comme lorsque l’on change de bobine. C’est un des sons les plus réconfortants de ma vie. Ils sont si petits qu’ils sont vraiment difficiles à entendre, jusqu’à que vous les entendiez. Il y a ce que nous avons fini par appeler de la patine, ces minuscules petits éclats et crépitements qui se produisent, et ils sont très beaux. » 

Dans l’interview, David Fincher a également précisé que le petit rond annonçant les changements de bobine, à l’époque, sera également visible à l’écran, comme il avait déjà pu le faire dans une séquence de Fight Club. Enfin, il a spécifié la manière dont lui et son équipe avaient modifié l’image en post-production pour la vieillir :

 

Photo Amanda SeyfriedAmanda Seyfried 

 

« Visuellement, nous avions pour idée de tourner en ultra-haute-résolution afin de pouvoir dégrader la qualité par la suite. Donc nous avons repris quasiment tout le film et avons atténué [la qualité] à un degré absurde pour tenter de la faire correspondre au mieux à l’aspect de l’époque. Nous avons probablement perdu deux tiers de la résolution afin de lui donner cette même texture, et puis nous avons rajouté des petites égratignures, et des rayures et des brûlures de cigarettes. »

Sans surprise, tout a été méticuleusement pensé par David Fincher pour son nouveau film afin de conférer une atmosphère semblable aux années 40 à son long-métrage tourné près de quatre-vingts ans plus tard. Autant dire qu’on a encore plus hâte de découvrir le résultat, avec ses détails très alléchants.

Mank de David Fincher, avec, au casting, Gary Oldman, Amanda SeyfriedCharles Dance, ou encore Tom Burke, sera disponible le 4 décembre 2020 sur la plateforme Netflix. En attendant, on vous encourage à jeter un oeil à Les Sept de Chicago, second long-métrage d’Aaron Sorkin, le scénariste oscarisé de The Social Network, dont notre critique est disponible par ici.

Rédacteurs :
Tout savoir sur Mank
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 7 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Domo

Alors, je suis un fan hardcore de Fincher, mais pour le moment ce que je vois de Mank, en terme d’image je trouve que c’est vraiment raté. Pour quelqu’un d’aussi méticuleux que lui, je suis désolé mais tout ce qui est avancé dans cette ITV, je ne le vois pas dans la bande annonce en tout cas. On reconnaît clairement une caméra numérique derrière des plate de peloche. Il suffit de voir le rendu de la peau pour griller complètement la RED. Ça parle de dégrader l’image, mais la définition est encore bien trop élevée. Il suffit de regarder le trailer de la version remasterisée de Citizen Kane pour voir qu’on y est pas. L’image de CK est bien plus « molle ».

Bref, j’espère que sur le film final ça sera bien plus flagrant et fidèle aux films de cette époque (rien que le format est du coup assez surprenant).

Pour le son je ne m’y connais pas assez, donc je ne m’avancerai pas.

Actar

Tarantino avait déjà fait plus ou moins la même chose dans le style seventies avec boulevard de la mort en « vieillissant » sa pellicule.

maxleresistant

le film que j’attends le plus pour cette fin d’année.

Alex0482

@sylvinception

Pourtant il me semble que c’est le cas ? Une séquence de FC utilisait bien les « brûlures de cigarettes ». Dans tous les cas ce n’est pas utile d’être si condescendant. 🙂

Meuh!

On retrouve ce qu’il dit aussi pour l’habillage sonore du générique de Mindhunter.
Une merveille autant sonore que visuelle.