Tremblez : La Nonne est le plus gros succès de l'univers Conjuring

Créé : 20 janvier 2019 - La Rédaction
Affiche française
658 réactions

Dérivé de Conjuring 2, La Nonne a dépassé tous les précédents films de l'univers.

C'était une apparition très remarquée dans Conjuring 2 : Le cas Enfield, au détour d'une pièce et d'un couloir. C'est désormais le plus gros succès de l'univers étendu lancé par James Wan.

Cinquième film de cet univers ouvert avec Conjuring : les dossiers Warren en 2013, La Nonne de Corin Hardy, avec Taissa Farmiga et Demian Bichir, a surpassé tous les autres au box-office.

Retour sur ce succès.

 

 

 

LE BUDGET

22 millions. C'est un budget similaire à Conjuring : les dossiers Warren (20 millions) et Annabelle : La Création du Mal (15 millions), loin des extrêmes de l'univers : Conjuring 2 : Le cas Enfield a coûté dans les 40 millions, tandis qu'Annabelle n'en avait coûté que 6,5.

A ce budget s'ajoute comme toujours celui du marketing, tenu secret par les studios. A ce stade, le film se vend quasiment seul avec l'étiquette Conjuring. Les coûts sont donc limités, et difficile d'imaginer que la Warner a dépensé des mille et des cents pour vendre un film qui se vendait quasi tout seul.

 

Vera FarmigaLa première apparition de la dame en noir

 

A noter néanmoins que La Nonne aurait eu droit à de gros reshoots. Rien d'extraordinaire en soit, mais étant donné que James Wan lui-même a mis la main à la patte (notamment pour les séquences en extérieur), avec un autre directeur de la photo, il n'est pas impossible que le budget ait grimpé. Le réalisateur des Conjuring a notamment expliqué que le design définitif de Valak est longtemps resté flou durant le tournage. L'ironie étant qu'il a aussi déclaré que la scène avec la nonne dans Conjuring 2 : Le cas Enfield était venue lors des reshoots.

La sortie de La Nonne a d'ailleurs été repoussée de deux mois. A cause des reshoots ou pour un meilleur créneau en salles : là est la question.

 

photo Dans la nuit : le hit

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

365,5 millions. C'est donc plus que tous les autres films de l'univers (hors inflation, quasi impossible à calculer à l'échelle mondiale) : Conjuring 2 : Le cas Enfield (320,3 millions), Conjuring : les dossiers Warren (319,4 millions), Annabelle : La Création du Mal (306,5 millions) et Annabelle (257 millions).

C'est beaucoup plus que les Insidious par exemple, eux aussi signés James Wan et inscrits dans un univers proche, et qui n'ont pas pas été au-delà des 170 millions. Le score est proche du récent carton Sans un bruit de John Krasinski qui a encaissé plus de 340 millions dans le monde. 

La Nonne est ainsi le 24e plus gros succès de l'année 2018 dans le monde, proche de Cinquante nuances plus claires (371 millions) et Solo : A Star Wars Story (392 millions, malgré un budget douze fois supérieur au minimum).

Mais à titre de comparaison, c'est très loin du phénomène Ça qui, avec un budget certes supérieur, a engrangé plus de 700 millions dans le monde.

 

photo, Demian BichirSe préparer à avoir une nonne qui traîne toujours dans un coin désormais

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE 

117,4 millions. Pour le coup, ce n'est pas le plus grand succès de la franchise sur le territoire américain, puisque le premier Conjuring garde cette place, avec 137,4 millions encaissés.

Mais La Nonne atterrit directement en deuxième place, devant Conjuring 2 : Le cas Enfield (102,4 millions), Annabelle : La Création du Mal (102 millions) et Annabelle (84,2 millions).

C'est le 26e plus gros succès de 2018 au BO domestique, après Mamma Mia : Here We Go Again ! (120 millions) et devant Pierre Lapin (115 millions).

 

photo, Taissa FarmigaPrière pour que Conjuring 3 fasse encore mieux

 

LE BOX-OFFICE ÉTRANGER

Là encore, La Nonne remporte la manche. Avec 248,1 millions récoltés dans le reste du monde, le film de Corin Hardy avec Taissa Farmiga fait mieux que Conjuring 2 : Le cas Enfield (217,9 millions), Annabelle : La Création du Mal (204,4 millions), Conjuring : les dossiers Warren (182 millions) et Annabelle (172,7 millions).

La Nonne a surtout attiré au Mexique (22,2 millions), Brésil (20,4 millions), au Royaume-Uni (14,7 millions), en Indonésie (13,8 millions) et en Espagne (12 millions).

 

photo, Jonas Bloquet Eclairer le monde pour encaisser plus

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS 

1,3 million d'entrées. La Nonne se retrouve au milieu de la franchise côté box-office, devant Conjuring : les dossiers Warren (1,1 million de spectateurs) et Annabelle : La Création du Mal (1,2 million), et derrière Conjuring 2 : Le cas Enfield (1,4 million) et Annabelle (qui, pour de mystérieuses et effrayantes raisons, reste en première place avec 1,5 million).

C'est moins que Ça, qui avait attiré plus de 2,2 millions de spectateurs. Mais c'est bien mieux que Sans un bruit qui n'a même pas rassemblé 648 000 curieux, et même Halloween 2018 qui n'a pas atteint les 844 000 entrées.

 

photo, Taissa FarmigaQuand t'éclaires le box-office et que ta Nonne fait la tronche

 

LE BILAN

Avec 22 millions de budget et un coût marketing inconnu (mais limité), un box-office mondial de plus de 365 millions dont environ 117 en domestique, La Nonne a facilement dégagé un bénéfice de 160 millions pour le studio. Sans compter la vidéo et autres.

Une très belle opération donc vu les sommes en jeu, sans parler d'une marque Conjuring universe qui gagne des points de popularité au passage.

 

photo, Demian Bichir Se défendre comme le risque de lassitude

 

LES RAISONS

La première : la formule du film d'horreur. A moins d'être très mauvais ou très mal vendu, un film d'horreur a toutes les chances de rencontrer son public par principe. Plus la recette est simple et le concept clair, et plus il a de chances d'être un carton. Ici, le titre et l'idée d'une nonne avec une tronche de farfadet des enfers ont suffi à vendre le spectacle.

Toute l'imagerie religieuse devenue un fond de commerce pour le cinéma de genre a éduqué des générations d'amateurs d'horreur, imposant des codes et donc, une forme de sécurité et d'assurance pour bien des spectateurs. La Nonne en a clairement bénéficié.

 

photo, Taissa Farmiga "Attention, derrière toi, des décennies de poncifs !"

 

La deuxième : la marque Conjuring et cette promesse d'univers étendu. Le résultat a beau être très paresseux et loin d'être à la hauteur des ambitions selon nous, le public est de plus en plus habitué et réceptif à ces idées de galaxie de films, connectés comme une série. 

Si le film d'horreur est une recette archi-codée, et que le film d'horreur option catho l'est encore plus, l'étiquette Conjuring permet à cette Nonne d'être encore plus claire aux yeux du public. Facile à comprendre, à percevoir, à consommer.

Enfin, comme toujours : la date de sortie. La Warner peut notamment remercier la Fox d'avoir à ce point foutu en l'air The Predator, qui aurait pu être un concurrent sérieux à La Nonne une semaine après sa sortie aux Etats-Unis. A la place, le film de Corin Hardy a eu le champ libre. Et comme le public concerné se contrefiche de la presse (qui a plutôt détesté), rien ne se posait en travers de son chemin.

 

photo Dans la cave des idées moisies

 

LES CONSÉQUENCES

A ce stade, qui serait étonné que La Nonne 2 soit annoncé très vite ? Qu'un spin-off sous forme d'origin story sur la lanterne utilisée dans l'intro soit développé ?

Il est clair que le succès de La Nonne confirme encore que la formule du Conjuring-verse est en or. A ce jour, seuls The Conjuring 3 et Annabelle 3 sont officiels. La poupée reviendra dès l'été 2019, et la suite des aventures des Warren ne tardera pas. Le seul autre projet annoncé est le film consacré au Crooked Man, cette créature très réussie de Conjuring 2.

 

photo Le plastique c'est pas fantastique

 

Mais difficile de croire que l'équipe ne va pas tirer sur la corde pour poser dans le décor divers éléments susceptibles d'ouvrir quantité de portes à des film dérivés. D'autant que James Wan, producteur de la saga et réalisateur des deux premiers Conjuring, est plus que jamais courtisé avec le succès immense d'Aquaman.

Le réalisateur de Fast & Furious 7 et Saw a d'ailleurs déjà déclaré avoir des idées pour le retour de la Nonne, évoquant l'idée de relier tout ça à Lorraine Warren, pour boucler la boucle. En espérant que ce soit plus probant que dans La Nonne.

Guettez donc Annabelle 3 et surtout The Conjuring 3, qui devraient logiquement envoyer des signaux sur la suite des opérations. Et mieux vaut se faire à l'idée que les prochaines années seront conjuguées à la Conjuring-sauce pour tous les amateurs de film de genre. Pas amen.

 

Affiche française

commentaires

hanni_84577 26/01/2019 à 13:38

J'ai franchement trouvé bidon ce Nonne 2, j'avais de grand espoir sur ce film mais très déçu... de la soupe vu mainte fois et pas du tout au niveau des autres conjuring.

qc 25/01/2019 à 15:24

jveut maintenant un films sur le crooked man,sa serais bon!!!

Simon Riaux - Rédaction 22/01/2019 à 10:40

@Rorov94

Au-delà du fait que votre affirmation est partiellement fausse et contient quelques erreurs rigolotes... on passe pas mal de temps à rappeler qu'en effet, l'inflation fausse les données de stricte "actualité" concernant le box-office.

Rorov94 22/01/2019 à 10:36

P'tite piqûre de rappel pour EL qui,à force d'abus d'alcool,de drogue et de stars du X(ont appel ça l'esprit CANAL+,LE CERCLE et LE JOURNAL DU HARD même combat!)
Si ont calcul l'inflation;JAWS,L'EXORCISTE,ÇA,THE RING,THE OMEN,POLTERGEIST...restent les boss!
LA SAGA CONJURING est dans la categorie:FREDDY,JASON,HALLOWEEN,CRITTERS!
Bien mais pas top!

prometheus56 21/01/2019 à 17:22

J'a

Opale 21/01/2019 à 13:43

En tous les cas le petit père Wan est devenu un vrai golden boy, il doit se remplit les fouilles grave! Bien joué mec...

Geoffrey Crété - Rédaction 21/01/2019 à 13:03

@kolby

Simplement parce qu'en France, historiquement, on compte en entrées, pas en dollars. Et qu'aux USA, le succès se compte en dollars. Ce n'est pas notre décision : c'est un fonctionnement en place depuis des décennies.

D'autant que si la conversion en 2018 entre les entrées France/le prix de la place en euros/la conversion en dollar est assez simple, ça devient nettement plus fragile si on se retrouve à comparer avec des films plus vieux, avec l'inflation et les différentes monnaies, au fil des années.

Et d'ailleurs, la comparaison France/USA, même sur un pied d'égalité avec du dollar, serait peu parlante vu la différence entre les deux pays. Il faudrait alors prendre en compte le nombre de salles, les prix des billets, la moyenne de spectateurs par copie...

Parler box-office nécessite déjà beaucoup de chiffres, donc on estime inutile et trop lourd de rentrer dans ces calculs.

Kolby 21/01/2019 à 12:55

@ la redac
Ce que je ne comprend pas, pourquoi ne pas faire cette même conversion concernant celle de la France d'où vous vous limiter qu'au nombre d'entrée. Juste savoir, 1 million d'entrées font combien de dollar?

Geoffrey Crété - Rédaction 21/01/2019 à 08:46

@fhanachi

L'inflation au niveau mondial ne dépend pas juste de l'inflation du dollar. Le prix de la place dans chaque pays, et la valeur de chaque monnaie dans chaque pays, au fil des années par rapport au dollar, est à prendre en compte.

On peut bien sûr calculer l'inflation tout bêtement sur la somme mondiale. Mais c'est un calcul trop simple, qui n'aura qu'une valeur très limitée, absolument pas "juste", comme le prouvent divers calculs sur Box-office-mojo par exemple.

fhanachi 21/01/2019 à 01:10

Quasi impossible à calculer à l’échelle mondiale?? C’est quoi cette affirmation?? Le box office mondial est calculé en dollars, donc l’inflation se calcule par rapport au DOLLAR!!! Qui vous a dit de le faire pays par pays?

Plus

votre commentaire