Green Lantern : le réalisateur assume (presque) entièrement le désastre sans blâmer Warner

Salim Belghache | 16 août 2021 - MAJ : 17/08/2021 10:08
Salim Belghache | 16 août 2021 - MAJ : 17/08/2021 10:08

Le réalisateur de Green Lantern assume en grande partie le désastre, sans pour autant (totalement) blâmer le studio Warner.

En ce qui concerne l’iconique Green Lantern, le plus grand nombre s’accorde à dire qu'il est assez déplorable. En effet, sa réputation n’est plus à faire depuis la sortie en 2011 du film, qui, on peut le dire, a été un échec aux vues des attentes du studio Warner Bros. Le long-métrage mettant en scène le héros bien connu de l’univers DC, Hal Jordan, campé par Ryan Reynolds, n’a pu récolter qu'environ 215 millions de dollars au box-office mondial pour un budget de 200 millions de dollars (hors promotion).

Avec ceci, une critique globalement unanime pour dire que le résultat est absolument pitoyable et un public plus que jamais déçu ont fait le parfait combo pour couper l’herbe sous le pied du studio, qui se voyait déjà faire une trilogie. En soi, ce désastre ne peut complètement s’expliquer, mais plusieurs hypothèses paraissent plausibles, et la major américaine serait en partie responsable de ce four monumental. Comme l'a confié Ryan Reynolds par le passé, le studio américain a précipité les choses au niveau de la production, dont l'écriture du scénario, qui n’était même pas finalisé avant le début du tournage.

 

photo, Ryan ReynoldsUne expérience traumatisante pour tout le monde

 

Car si Martin Campbell, le réalisateur du film, a pris finalement l’entière responsabilité de cet échec, il a tout de même rappelé dans un entretien pour Screenrant que tous les dégâts n’étaient pas de son chef et que les interventions du studio ne l’ont pas aidé. En pleine promotion de son prochain film d’action La protégée, le réalisateur de GoldenEye et Casino Royale a également évoqué la raison pour laquelle il n’aurait jamais dû faire Green Lantern :

“On peut le dire ainsi : j’ai pu faire ma version du film. Le but, c'était que lorsque le film débute, il y ait toute une séquence montrant Hal quand il avait 11 ans. C'est la scène de la mort du père lors un crash d’avion, qui était une bonne séquence. Mais (le chef de la production) à l’époque, il avait décidé que la mort du père devait être entrecoupée par la grosse plongée de Hal en avion, qui s'organisait autour d'une série de flashbacks. C’est quelque chose que je n’ai pas particulièrement aimé.

Mais vous savez quoi ? Le film n’a pas réellement marché et je suis en partie responsable. Je n’aurais jamais dû le faire, car, dans le cas de Bond, j'aimais James Bond et j’ai regardé tous les anciens films. Quant aux films de super-héros, ils ne sont pas ma tasse de thé et c’est pour cette raison qu’il ne fallait pas que je m’en charge. Mais les réalisateurs doivent toujours porter la responsabilité des échecs. Que disent-ils ? Le succès a beaucoup de pères, alors qu’un bide n’en a qu’un. Et c’est moi.”

 

photo, Ryan Reynolds"Je rends les armes devant l'absurdité de cette affaire."

 

Si l’argument défendu par Martin Campbell semble expliquer en partie son manque d’inspiration sur l’univers des Green Lantern, il est tout de même important de se rendre compte que le réalisateur n’a pas été mis dans les bonnes conditions pour travailler correctement. Et on remarque l’élégance de Campbell de ne pas blâmer ses anciens employeurs et d'avoir pris pleinement la responsabilité de cet échec.

À présent, le principal enjeu pour la Warner est de renouveler son univers DC et quoi de mieux pour ça que de relancer le corps des Green Lantern avec une série pour la plateforme HBO Max ? Le recrutement de son casting avance à grands pas, tout comme celui de son équipe technique avec l’ajout récent de Lee Toland Krieger pour ce qui est de la réalisation.

 

photo, Tim RobbinsQuand Warner a vu le résultat

 

Du côté de Ryan Reynolds, tout semble aller dans le meilleur des mondes, puisqu’il a semble-t-il réussi à passer à autre chose. En effet, les deux films Deadpool sont parvenus à réconcilier les fans de super-héros et le comédien américain et en plus de cela, il n’hésite pas à se moquer ouvertement de sa prestation dans Green Lantern. Une autodérision plus qu'appréciable.

En attendant que Warner relève la barre de sa désillusion de 2011, vous pouvez retrouver la critique écrite et vidéo de Free Guy, le dernier film en date de Ryan Reynolds, en salle depuis le 11 août.

Tout savoir sur Green Lantern

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Birdy déçu
17/08/2021 à 19:14

Pas de Dcut du coup ? Zut, j'aurais bien rigolé 20min de plus...

mika
17/08/2021 à 18:20

Je ne comprends pas vraiment pourquoi ce film est aussi descendu. Certes, ça reste du cinéma de bas-étage, mais à ce point là ? Je me suis plus diverti devant ce film que devant beaucoup de me...produit récemment. (marvel-dc-etc..)

Ptijo
17/08/2021 à 03:15

Hal Gardner... serieux sois il faut vous relire ou vous informer avant de mettre en ligne un article... c est Hal Jordan, Guy Gardner c est un autre green lantern.

Hunter Arrow
16/08/2021 à 18:44

Grande classe de Martin Campbell qui s'est malheureusement vu trop vite catalogué dans le rang des réalisateurs tâcherons après l'échec de ce Green Lantern. Malheureux car il s'agit d'un solide faiseur, non dénué d'un sens du spectacle et de la narration efficace. Un peu yes man... sans doute... mais qui me fait pas mal penser à un Mangold. Un réalisateur qui a l'élégance de s'effacer derrière des films qu'il emballe efficacement

clarence bodicker
16/08/2021 à 16:26

belle preuve de modestie et de bon sens, bravo Talentueux Martin

Arnaud (le vrai)
16/08/2021 à 15:27

Des paroles pleines de bon sens je trouve. Oui ce film est un échec total, et il assume sa part

« Le succès a beaucoup de pères, alors qu’un bide n’en a qu’un. Et c’est moi. »

Magnifique phrase

votre commentaire