Army of the Dead : Zack Snyder encense Netflix (et tacle Warner en passant)

Salim Belghache | 15 avril 2021 - MAJ : 16/04/2021 16:19
Salim Belghache | 15 avril 2021 - MAJ : 16/04/2021 16:19

Après le Snyder Cut, place à présent à Army of the Dead et au retour de la promotion version Snyder. C'est encore mieux quand ça envoie une pique à Warner.

Bien que le Zack Snyder's Justice League profite à présent d’une belle exploitation sur HBO Max aux États-Unis, Zack Snyder est toujours en service promotion. Dix-sept ans après son remake du Zombie de George A. Romero, L'Armée des morts, le réalisateur s’est remis dans le grand bain de l’horreur zombiesque avec son prochain film, Army of the Dead.

 


 

Grâce à l’appui de la plateforme Netflix, Zack Snyder continue donc de capter les lumières du cinéma, entamé depuis la promotion démesurée de son Snyder Cut. En effet, on s’est rendu compte de la grande facilité qu’avait Zack Snyder à s’exprimer sur son œuvre. Par ailleurs, il n’a jamais caché les nombreuses divergences en interne avec le studio Warner lors de la production de son Justice League. Malgré son investissement de 70 millions de dollars pour les reshoots du film, la major n’a pas toujours réellement soutenu le réalisateur sur ses choix, notamment sur la présence de Green Lantern dans sa version.

 

Photo Omari HardwickJe te passe mon arme Zack

 

Et visiblement, le cinéaste a conservé un peu de rancœur de son expérience avec Warner et n’a pas hésité à leur envoyer une pique en louant un de ses gros concurrents : Netflix. Le logo N rouge a effectivement été valorisé par le réalisateur lors d’un live Q&A, le mardi 13 avril 2021 :

"Je n’ai pas eu à les combattre. C’était le contraire [en parlant de Netflix]. […] Mon équipe n’a été rien d’autre que soutien et coopération et j’en suis très heureux. C’est très probablement l’une des plus gratifiantes expériences que j’ai connues à la réalisation. [...] Si vous voulez, Army of the dead, c'est la director's cut. Vous n’aurez pas à voir une version trafiquée. Vous pouvez seulement voir la géniale première version. » 

Une liberté créative dont semble avoir profité Zack Snyder et qui n'est pas spécialement étonnante vu les louanges de nombreux réalisateurs sur le plaisir de travailler avec Netflix, puisque la plateforme n'interfère quasiment pas avec leur vision. Et puis, il faut dire ici que Netflix a aussi laissé Snyder faire ce qu'il voulait, car elle sait qu'il y a un véritable univers à en tirer.

 

photo, Ezra Miller, Jason Momoa, Ray FisherZack ne va pas les épargner

 

Une opportunité à la fois pour Netflix, mais aussi pour le cinéaste de pérenniser sa création après le refus de la Warner de produire les suites de Justice League :

"Je voulais réellement faire un film avec un univers sur lequel je conserverais une autorité et où le public pourrait profiter de ma conception."

À présent, Netflix semble bien miser sur les zombies pour attirer de nouveaux abonnés, dont les fans de Snyder très attachés à son travail. Le studio compte faire un prequel en série animée sur les origines du personnage incarné par Dave Bautista, mais va également mettre en scène un spin-off du film, avec Matthias Schweighöfer à la réalisation.

En attendant la prochaine déclaration de Zack Snyder et Army of The dead le 21 mai 2021 sur Netflix, vous pouvez retrouver notre article qui dévoile la toute nouvelle bande-annonce du long-métrage.

Tout savoir sur Army of the Dead

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
GTB
16/04/2021 à 12:52

@RobinDesBois> Ah et j'oubliais, concernant leur "cahiers des charges en amont": ça ne s'appelle pas un cahier des charges du coup, mais de la sélection. Ce que font absolument tous les producteurs/distributeurs (ce qui est parfaitement logique), et bien évidemment par rapport à leurs valeurs et ligne éditoriale. Étrangement la plupart mettront leur argent ailleurs que dans un film raciste. Étrangement A24 ne produiraient pas de films super-héros, étrangement Disney Animation ne produiraient pas Pinnochio version Dark etc...
Que Netflix décide de soutenir des auteurs qui souhaitent parler des minorités par exemple, ça n'en fait pas un cahier des charges pour autant, c'est simplement laisser un espace d'expression parmi d'autres.

De tous les plannings annoncés 2021-2022, celui de Netflix est parmi les plus variés et "risqués". Surtout comparativement à ceux de Disney+, Paramout+, Warner qui sont composé au minimum à 90% d'exploitation de leurs licences existantes.
Est-ce réellement étonnant de voir les réal, scénaristes et artistes divers faire part de leur satisfaction à faire le plus librement possible ce qu'ils veulent faire? Alors que pour certains (dont des Scorsese, Cuaron, Fincher, Del Toro) ça bataille depuis des années pour les faire par le réseau traditionnel.
Et vous noterez dans les quelques exemples Originals 2021, qu'il n'y a absolument pas que de gros réal populaires. Revoir Selick (dont le nom n'évoque absolument rien pour le grand public) 12ans après Coraline m'enthousiasme. Nora Twomey & Tomm Moore ne sont pas non plus des noms connus et cette adaptation de My Father's Dragon est LEUR souhait. Netflix aide et laisse libre bien d'autres auteurs que les gros réals populaires.

GTB
16/04/2021 à 12:16

@RobinDesBois > Non. Ce que vous dites est une partie de la réalité, et le raccourci que vous en faites vers une généralité est aussi peu pertinent que de dire qu'au cinéma il n'y a que des blockbusters fades et uniformisés.
La ligne éditoriale de Netflix ne s'arrête pas à leurs productions. Les films qu'ils rachètent, et les films tiers pour lesquels ils louent les droits sont aussi issu de choix éditoriaux. Je vous souhaite bien du courage pour extirper une uniformisation de l'ensemble.
Quelques Originals 2021: Pieces of a Woman, The White Tiger, The Dig, News of The World, Malcolm & Marie, I Care a Lot, Night in Paradise, Stoaway, Oxygen, The Power of the Dog (Jane Campion), Don't Look Up (McKay), Pinnochio en animation dark de Del Toro, Blonde biopic de Marilyn Monroe par A. Dominik, Army of the Dead, Apollo 10 1/2 (R. Linklater), Tik Tik...Boom comédie musicale de Miranda, Munich (C. Schowchow), Last Letter From Your Lover (A. Frizzell), Born To Be Murdured (F. Cito Filomarino), My Father's Dragon film d'animation 2d par Nora Twomey & Tomm Moore, Wendell & Wild film stop-mo d'H. Selick, The Hand of God (P. Sorrentino), Spiderhead (J. Kosinski), The Guilty remake d'A. Fuquua.
Films tiers récemment ajoutés: Moneyball, Master & Commander, Allied, Blade Runner 2049, The Post, A Ghost Story, Hacker, Phantom Thread, Sine Nombre, Black Hawk Down, Sleepers...

Où est cette prétendue uniformisation? Et je n'évoque là que des films anglosaxons. Netflix produit et distribue bien d'autres choses.

Loulou48
16/04/2021 à 07:12

@Bubble Ghost : quel Prequel ?

Bubble Ghost
16/04/2021 à 03:03

Je n'arrive toujours pas à croire que Jonathan Cohen a un rôle dans le préquel ^^

Deny
16/04/2021 à 01:55

Love Netflix

Szalem
16/04/2021 à 00:59

@GTB tout à fait d'accord avec toi!

RobinDesBois
16/04/2021 à 00:55

@GTB à l'exception de quelques gros réal qu'ils signent de temps en temps et de rares séries leurs productions anglosaxonnes ne cessent de s'uniformiser.

RobinDesBois
16/04/2021 à 00:51

@Tuk tout à fait, ils interviennent tout simplement en amont. Il y a un cahier des charges tacite, s'il n'est pas respecté la série ou le film n'a casi aucune chance d'être produite à moins qu'un réal de renommée soit derrière comme Scorsese qu'ils ne vont évidemment pas refuser pour leur image. Au final leurs productions anglosaxonnes sont très homogènes. C'est toujours le même délire médiocre transposé dans un univers différent.

Jayjay
16/04/2021 à 00:10

Au vu des images j'aurais recadré Snyder après lecture du scénario.
Si ça plaît aux gamers, ma foi...

Sanchez
16/04/2021 à 00:04

Au secours

Plus
votre commentaire