Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 5 février 2021 - MAJ : 05/02/2021 19:07
La Rédaction | 5 février 2021 - MAJ : 05/02/2021 19:07

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Malcolm & Marie

Ça parle de quoi ? Il est sur le point de percer à Hollywood, mais une nuit tumultueuse avec sa compagne teste les limites de leur amour.

Pourquoi il faut le regarder ? Avec Assassination Nation et EuphoriaSam Levinson est devenu un nouvel espoir passionnant du cinéma américain. Ne pouvant lancer la suite de sa série HBO à cause de la Covid-19, le cinéaste en a profité pour réaliser un huis-clos sur un couple incarné par les charismatiques Zendaya et John David Washington.

Dès lors, Malcolm & Marie profite de ses contraintes évidentes pour se rendre encore plus créatif. Grâce à une mise en scène au cordeau, le réalisateur et scénariste filme avec tension et passion un amour aux fondations brinquebalantes, jusqu’à ce qu’une engueulade amène ses deux protagonistes à dévoiler le pire qui sommeille en eux.

Si l’ensemble souffre par instants d’une structure un peu rigide et de jointures pas toujours bien amorcées, l’unité de temps et de lieu aident Malcolm & Marie à devenir un pur récit d’autodestruction fascinant, pensé comme une bombe à retardement dont on attend désemparés l’explosion. 

Notre critique du film et notre avis en vidéo

 

 

Space Sweepers

Ça parle de quoi ? En 2092, à la poursuite des débris spatiaux et de rêves évasifs, quatre outsiders découvrent de lourds secrets en tentant de monnayer une petite humanoïde aux grands yeux.

Pourquoi il faut le regarder ? Après avoir récupéré les droits du giga-carton The Wandering Earth, Netflix continue de se tourner vers les blockbusters asiatiques. Cette fois-ci, direction la Corée avec Space Sweepers, et sa bande de misfits de l’espace à la recherche de débris de vaisseaux. Si le film réalisé par Jo Sung-hee se présente comme un melting-pot d’inspirations, il semble assumer pleinement sa dimension de space opera démesuré.

Outre sa production design inspirée et ses effets spéciaux spectaculaires (surtout que l’un des membres d’équipage est un robot en CGI), le long-métrage coche toutes les cases du film d’action léger et héroïque. Piochant autant dans Star Wars que Les Gardiens de la Galaxie, Space Sweepers ne promet pas une grande originalité, mais pourrait bien avoir le cœur et l’ambition d’un divertissement de luxe.  

Notre critique du film

 

 

 

Tous mes amis sont morts

Ça parle de quoi ? Lors d'une fête du Nouvel An, un groupe d'amis traverse un tourbillon d'événements qui révèle des secrets, brise des coeurs, et conduit à un dénouement choquant.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'en cette période morne où faire la fête revient à commettre un crime contre l'humanité, rien n'est plus jouissif que de voir une tripotée de gosses se faire étriper en pleine bamboche. Et si en plus, ils doivent leur sort funeste à leur propre bêtise, c'est encore mieux.

Exactement le programme de Tous mes amis sont morts, qui ne s'encombre d'aucun excès, mais qui joue avec méchanceté de l'ironie dramatique pour occire toute une génération, voire plus. Plus qu'un divertissement simple et efficace, c'est un petit monument de cynisme et de misanthropie. À consommer sans modération quand votre dernier passage sur un groupe complotiste Facebook vous aura donné envie de passer au lance-flamme une portion non négligeable de vos congénères.

Notre critique du film

 

photo, Julia Wieniawa-NarkiewiczMortel réveillon

 

Toujours là pour toi

Ça parle de quoi ? Tully et Kate, meilleures amies du monde, traversent les hauts et les bas de l'existence en se soutenant l'une l'autre, unies par des liens noués à l'adolescence.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que... si Emily in Paris a cartonné, peut-être que Toujours pour là pour toi sera le prochain gros phénomène Netflix ?

En réalité, il y a certainement deux raisons d'être curieux : Katherine Heigl et Sarah Chalke. La première a d'abord été vue dans Roswell avant de décoller grâce à Grey's Anatomy, et enchaîner au cinéma avec les succès de En cloque, mode d'emploi, 27 robes ou encore L'Abominable vérité. Puis, sa carrière a été ralentie, et cette petite soeur de Jennifer Aniston ou Meg Ryan a un peu disparu des radars du grand public. Son (énième) retour est donc intrigant.

Sarah Chalke, elle, est l'inoubliable Elliot Reid de Scrubs (et la voix incontournable de Beth dans Rick et Morty).

Le duo des deux actrices est donc un argument en soi, un peu comme la rencontre entre Christina Applegate et Linda Cardellini dans Dead to Me.

 

photo, Katherine Heigl, Sarah ChalkeRéfléchir à sa carrière, et trembler

   

Cinquante nuances plus claires

Ça parle de quoi ? Anastasia et Christian commencent à peine à savourer les plaisirs du mariage quand leur passé se rappelle à leur mauvais souvenir et perturbe l'enchantement.

Pourquoi il faut le regarder ? Après le succès planétaire du livre et la réussite au box-office du premier épisode de son adaptation, puis du second, la franchise 50 Nuances se devait de prolonger le cauchemar du spectateur. On aura bien du mal à vous faire croire que ce spectacle aussi sexy que l'infection d'une verrue s'impose comme un accomplissement cinématographique, mais au second degré, le film de James Foley a tout d'un ravissement. À nouveau, on retrouve les pauvres Dakota Johnson et Jamie Dornan, qui se détestent manifestement et doivent jouer une irrésistible passion.

Dès lors, le film se métamorphose en improbable chemin de croix pour ses protagonistes, obligés d'interpréter comme un pub pour dentifrice ce surréaliste mode d'emploi de l'abus domestique. Au moins ont-ils la politesse de vivre cette expérience dans un catalogue d'ameublement pensé par une intelligence artificielle, ce qui achève de nous rappeler combien les êtres humains du début du XXIe siècle sont passés près de l'extinction.

Notre critique du film

 

Photo Dakota JohnsonDe la difficulté de jouer la passion quand on ne peut pas se sentir

 

Mandy

Ça parle de quoi ? L'invasion de son paradis au fond des bois par une secte hippie brise sa vie et ses rêves, et le met sur le chemin sans retour de la vengeance.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que le deuxième film de Panos Cosmatos marque un véritable tournant dans le revirement de carrière méta de son acteur Nicolas Cage. Après s’être forgé une légende digne de ce nom dans la catégorie nanar, l’acteur revient par la voie du trip halluciné et expérimental avec Mandy, qui se veut autant un hommage à la contre-culture hippie qu’un délire méta autour de la filmographie de son performeur.

Nicolas Cage rejoue tous les rôles emblématiques de la période Z de sa carrière, jouant de son image de meme vivant ancré dans la pop-culture, en traversant ce raid filmique déjanté qui convoque autant Ghost Rider 2 : L'Esprit de vengeance que Joe de David Gordon Green dans la performance de son acteur fou. Amateurs de la Cage Mania, Mandy est le trip idéal pour votre vendredi soir.

 

photo, Nicolas CageOserez-vous ouvrir la Cage ?

 

La crème de la crème

Ça parle de quoi ? Trois étudiants en école de commerce appliquent la théorie de l'offre et de la demande à la sexualité sur le campus, et créent ainsi un business insolite au succès fou.

Pourquoi il faut le regarder ? Le réalisateur Kim Chapiron a été révélé par Sheitan, et n'a pas chômé depuis, avec Dog Pound, la série Guyane, et bien sûr kourtrajmé. Mais il y a aussi eu La Crème de la crème, passé relativement inaperçu en salles, mais qui mérite mieux.

Grand écart entre la romance tordue et la peinture au vitriol de ce qu'on appellerait joyeusement (ou pas) la start up nation, cette histoire d'étudiants en école de commerce a de quoi faire rire et trembler. Appliquer les règles du business à la vie, aux relations et surtout au sexe, c'est la recette du succès et/ou du désastre.

Les excellents Alice Isaaz, Thomas Blumenthal et Jean-Baptiste Lafarge sont pour beaucoup dans la réussite étonnante du film. Et rien que la fin, sur L'amour et la violence de Sebastien Tellier, mérite le détour.

 

photo, Alice Isaaz, Jean-Baptiste Lafarge, Thomas Blumenthal Trio pas très chic, mais très choc

 

Shaun le mouton

Ça parle de quoi ? Lorsque le fermier perd la mémoire dans la grande ville, Shaun et toute la bande se lancent à sa rescousse. Mais le redoutable responsable de la fourrière s'en mêle.

Pourquoi il faut le regarder ? Silhouette bien connue des spectateurs familiers des créations du studio Ardman, le mouton a enfin droit à son propre long-métrage. Et peu importe que ce ne soit pas le grand Nick Park lui-même qui mette en scène cette aventure, réalisée à l'ancienne (en stop motion, c'est à dire en animation image par image), ses héritiers Richard Goleszowski et Mark Burton accomplissent ici un travail remarquable. Grâce à une direction artistique éprouvée, ils trouvent rapidement leurs marques et nous proposent une aventure qui déborde de charme.

Sur le papier, c'était un beau défi de narrer les aventures d'un personnage intégralement muet, mais les deux metteurs en scène y parviennent admirablement, créant un récit où chaque protagoniste s'avère invraisemblablement expressif, un déluge de rebondissements colorés qui réjouit et fascine souvent. Comme quoi, c'est avec la vieille pâte à modeler qu'on fait les meilleurs films.

 

photoLa laine, un problème de mouton

 

ET AUSSI...

Legend, La guerre est déclarée3 Cœurs, Transformers 3 : La Face cachée de la LuneDélire ExpressStardust, le mystère de l'étoileTrop belle !...

Tout savoir sur Malcolm & Marie

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Vieux Cong
11/02/2021 à 13:55

Mandy... J'ai vu ce film et depuis j'y repense régulièrement. Ce film déclenche un malaise certain, il évoque ce que nous avons tous en nous et que nous refoulons car nous nous croyons meilleurs ainsi.
C'est sombre, c'est atroce, c'est brutal, c'est cruel. A réserver aux adultes intelligents, les autres ne comprendraient rien.

Ankytos
06/02/2021 à 10:52

Oui, Mandy est un trip un peu particulier mais perso, j'ai adoré. C'est halluciné, barbare et esthétique à la fois. Mais pas pour tout le monde. Nicolas Cage y fait à nouveau la preuve de son talent.

Bob
06/02/2021 à 04:18

"World Remit, Sent Money To Ghana"
Sérieusement Écran Large pourrait faire un peu plus attention à ses choix publicitaires sur le site.

zetagundam
05/02/2021 à 22:40

si l'on a la chance d'entrer dans l'envoutant trip qu'est Mandy, on passe un excellent moment avec un Nicolas Cage des grands jours avec en prime une scène dont lui seul a le secret

votre commentaire