Disney vs les cinémas : la sortie annulée de Soul énerve l'industrie, après Mulan

Gaël Delachapelle | 13 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Gaël Delachapelle | 13 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

L'Union International des Cinémas est colère face à la décision prise par Disney de ne pas sortir Soul dans les salles, mais sur Disney+, comme Mulan.

Alors que Soul vient d'être encensé par les premières critiques américaines, certaines évoquant le film comme "le meilleur Pixar" depuis longtemps, la dernière oeuvre du studio à la lampe vient de voir sa sortie en salles annulée, après multiples reports. En effet, ce dernier vient d'être relégué, au même titre que Mulan, sur la plateforme Disney+ par la firme aux grandes oreilles.

Et ce au grand dam des salles de cinéma qui attendaient le film comme l'un des derniers blockbusters encore susceptibles de ne pas être repoussés, à l'image du récent report de Mourir peut attendre en 2021. Une décision qui n'a pas manqué, évidemment, de déclencher la colère des exploitants de salles de cinéma, pour qui il s'agit d'un nouveau coup de grâce qui leur est porté par Disney, après Mulan

 

photoUne belle ambiance jazzy... à découvrir sur Disney + 

 

Suite à cette décision, l'Union International des Cinémas (UNIC), qui représente les exploitants de salles de cinémas européennes, a exprimé récemment sa consternation vis-à-vis de cette décision prise par la firme, de sortir directement le dernier Pixar sur leur plateforme de streaming, à travers un communiqué affirmant que cette décision avait "choqué et consterné tous les exploitants de cinémas" : 

"La grande majorité des salles de cinéma à travers l'Europe et, de ce fait, de nombreuses régions du monde, sont désormais ouverts et capables d'offrir un retour sûr et agréable pour le public. Les opérateurs de cinéma ont investi massivement pour offrir l'expérience la plus sûre possible à leur public sur la base d'un calendrier prometteur de nouvelles sorties de films. Encore une fois, cependant, ils trouvent un autre distributeur, et nous portent un autre coup. La décision prise autour de Soul est doublement frustrante pour les exploitants qui comptaient sur la sortie du film, après sa présentation dans plusieurs festivals de cinéma européen.

 

photoUne belle poésie visuelle... qui aurait eu sa place sur un grand écran 

 

Les exploitants de salles sont, en effet, pénalisés par cette décision, le film ayant le droit à des projections sur grand écran dans le cadre des festivals de cinéma, notamment au BFI, le festival du film de Londres, où le film a été vu par la presse le 10 octobre 2020. Le film sera par ailleurs également projeté le 14 octobre 2020 au Festival Lumière, à Lyon. De quoi mettre en colère davantage les exploitants qui n'auront pas le droit à la projection du dernier Pixar dans leurs salles, après les avant-premières dans les festivals de cinéma. 

À travers ce communiqué, l'UNIC lance un appel direct envers la firme aux grandes oreilles, alertant sur les terribles répercussions que pourrait avoir leur décision de contourner la salle pour sortir leurs nouveaux films directement sur leur plateforme de streaming : 

"Il n'est pas exagéré de dire qu'au moment où certains studios décideront qu'il est temps de sortir leurs films en salles, il sera peut-être déjà trop tard pour de nombreux cinémas européens." 

 

photoLa consternation des exploitants...

 

Et la dernière annonce en date de Disney ne devrait pas rassurer les exploitants. Le studio aux grandes oreilles a en effet communiqué sa volonté de changer de cap et de réviser sa stratégie de sortie pour privilégier le streaming et donc le petit écran, et finalement se la jouer un peu comme Netflix.

Pour rappel, Soul de Pete Docter et Kemp Powers, avec notamment les voix de Jamie Foxx et Daveed Diggs, est donc désormais attendu pour une sortie le 25 décembre 2020 sur Disney+. En attendant, on vous a concocté un petit récapitulatif des nombreuses sorties à venir, toujours prévues dans les salles de cinéma, en 2020, avec notre dossier disponible par ici.

Tout savoir sur Soul

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Mr Blabla
15/10/2020 à 05:51

Disney est au cinéma ce que Mcdo est à la restauration, c'est marqué dessus. Ceux qui font les fines bouches avec leurs productions sont à côté de la plaque. Ce sont les mêmes qui bouffent de l'Avengers et du Star Wars et qui osent donner leur avis sur un art qu'ils ont contribué à dévoyer avec leur mauvais goût intégral. Depuis quand vous vous attendiez à du cinéma de la part de Mickey ? Ou même à une démarche cinématographique quelconque ? C'est une industrie du divertissement qui considère le spectateur comme un consommateur, point barre. Mater un Pixar revient à faire un tour de manège dans leur parc d'attraction, ni plus ni moins. Même si avoir 8 ans d'âge mental, c'est tendance aujourd'hui, apprécier leurs productions calibrées et aseptisées devrait relever du plaisir coupable, à l'image d'un menu Maxi Bestof au Mcdo du coin. Bref, pas de quoi s'en vanter. Que les salles (qui se sont bien gavées) chialent aujourd'hui parce qu'elles n'ont plus leur shoot trimestriel de Disney, c'est bien fait pour leur gueule. À trop polluer les écrans, elles ont collaboré activement à la "disneyfication" du monde. Quoi de plus logique que Mickey se barre désormais sur une plateforme de diffusion plus rentable ? Ça reste cohérent avec leur vision marchande des choses. Il n'y a strictement rien d'artistique là-dedans.

saga10
14/10/2020 à 20:26

@ rédaction

A quoi faut il s'attendre de la part de disney pour le futur marché du DVD/Blu Ray. Si les plateformes de streaming prennent le pouvoir, faut il craindre la disparition des formats "physique" ?

Simon Riaux - Rédaction
14/10/2020 à 13:58

@Khalahan

Aucun rapport avec la chronologie des médias.
Tout d'abord, elle ne s'applique qu'en France, pas un marché suffisamment important pour modifier la politique de Disney.
Le délai de 36 mois ne s'applique qu'aux plateformes ne respectant pas les exigences d'investissement propres à la France.
Il ne manquerait plus qu'on adapte la loi et le marché à un acteur qui vient juste de démontrer qu'il était près à écraser le marché pour maximiser ses bénéfices.

Khalahan
14/10/2020 à 13:50

Je suis très déçu de cette nouvelle, et pourtant je la comprend. Tout cela est dû à la chronologie des médias. Si Disney sort son film en salle en ce moment, ils vont se casser la gueule comme Tenet et ils pourront pas le mettre sur Disney+ avant 3 ans ! Voir simplement l'exemple de l'excellent En Avant sorti juste avant le confinement. Carrière en salle trop courte et arrivée impossible sur Disney+. Ça et plus d'intermédiaires.

coco
14/10/2020 à 10:19

@Amaury : Je veux bien que les tarifs de ciné soient cher, mais 15 euro c'est un peu de l'abus, chez moi une séance standard c'est 10~11 euro..

Amaury
14/10/2020 à 09:28

Ils ont bien raison, à 15€ la séance, qui va encore au cinéma...

JoeStaline
14/10/2020 à 09:17

Y en a ici qui idéalisent un peu trop Walt Disney ici ...

lonewolf
14/10/2020 à 09:01

Wait and see
Avec le streaming on trouve rapidement en téléchargement les films en qualité 4k
La multiplication des plateformes et leurs cout vas inéluctablement faire retourné les utilisateurs vers le téléchargement. Phénomène qui avais été réduit par l'apparition des cartes d'abonnement ciné et la mauvaise qualités des captures vidéo en salle.
A un moment donné je pense que Disney vas s'en rendre compte , après Mulan ultra téléchargé cela sera le tour de soul ...

Opale
14/10/2020 à 07:23

Nous sommes bien dans l'ère du chacun pour sa gueule, surtout restons chez nous, ne prenons pas le risque de sortir, ne rencontrons personne et ne partageons rien. C'est vrai, je suis le premier à le dire que les exploitants doivent impérativement faire quelque chose pour que les gens arrêtent de prendre les salles de ciné pour leur salon. Mais je me trompe, il n'y a cas lire la plupart des commentaires, au final c'est exactement ça que veulent les gens: être dans leur salon pour pouvoir bouffer, pisser, boire et discuter et éventuellement regarder le film sur leur plateforme... Donc en gros les exploitants n'ont cas la fermer et crever car au final c'est leur faute. C'est à la fois un raccourci facile et triste.

Sébastien
13/10/2020 à 22:51

Je ne comprends toujours pas comment Disney compte rentabiliser de tels films avec des abonnement à 7 euros pas mois.....
Rien ne peux remplacer le cinéma.
C'est comme si on avait annoncé la fin des concerts au lancement du CD. Ridicule.
En plus, pour pouvoir regarder le film dans des conditions comparables il faut quand même un matos assez onéreux et une connexion fibre pour avoir le 4k, ce qui concerne même pas 10% de la population française par exemple.

Plus
votre commentaire