Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 21 mai 2021 - MAJ : 21/05/2021 18:25
La Rédaction | 21 mai 2021 - MAJ : 21/05/2021 18:25

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Army of the Dead

Ça parle de quoi ? Suite à une épidémie zombie, Las Vegas a été scellée et s'apprête à disparaître sous le feu nucléaire. Une situation catastrophique, qui n'arrêtera pas une bande de mercenaires, envoyés pour récupérer le butin d'un casino abandonné.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'on a longtemps attendu de retrouver Zack Snyder aux commandes d'une création originale, plutôt qu'une énième adaptation de comics. Et cela tombe bien, puisqu'il assure ici l'écriture, la mise en scène, la direction de la photographie et jusqu'au cadrage. L'occasion pour le cinéaste, après la torture que fut la production de Justice League, d'avoir un total contrôle créatif et de nous offrir sa vision. Et à bien des égards, les fans de l'auteur retrouveront beaucoup de ses motifs et de ses tics.

Un programme qui culmine dans le dernier mouvement du film, alors que le braquage vire au carnage et que la caméra capture quantité de délires barbares, de destruction et d'affrontements. Et pour peu que vous appréciiez Ghosts of Mars de John Carpenter, les 2H30 de métrage devraient passer sans trop de difficultés, et vous donner envie de vous dorer la pilule au milieu des morts-vivants.

Notre critique du film

Notre critique vidéo du film

 

photoDave Bautista tire dans le 1000

 

Gladiator

Ça parle de quoi ? Du destin tragique de Maximus, passant de général romain et fidèle soutien de l'empereur Marc-Aurèle, à gladiateur en quête de vengeance.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'on aime voir Russell Crowe massacrer tout ce qui bouge. Son interprétation mythique du général Maximus Decimus lui a valu l'Oscar du meilleur acteur en 2000 et à raison, puisque le comédien a sans doute livré l'une de ses plus grandes performances. Bien servi par une réalisation efficace de la part de Ridley ScottGladiator est une belle réécriture du péplum, genre du cinéma depuis laissé à l'abandon ou alors mal adapté (Troie ?).

Que ce soit la bataille d'ouverture digne des plus grands maîtres, ou bien les combats dans les arènes romaines, Gladiator est un véritable bijou du péplum américain. N'oublions pas évidemment le reste du casting du long-métrage tout aussi remarquable, avec notamment un Joaquin Phoenix aussi fou que pervers, mais aussi Connie Nielsen, qui a depuis repris la tenue antique pour les Wonder Woman de Patty Jenkins.

Notre critique du film

 

photo Joaquin Phoenix, Joaquin PhoenixOn n'est pas sur Facebook Joaquin

  

Unfriended

Ça parle de quoi ? Des jeunes bien teubés se retrouvent sur Skype pour papoter de leur vie chiante... du moins jusqu'à ce que le fantôme d'une ancienne camarade de classe rejoigne leur conversation.

Pourquoi il faut le regarder ? Une unique capture d’écran d’ordinateur faite film ? C’est le pari à la fois malin et casse-gueule d’Unfriended, production du racoleur Timur Bekmambetov, qui a vu dans ce projet une mine d’or. Quelques années plus tard, le bonhomme a d’ailleurs théorisé les possibilités offertes par cette nouvelle écriture filmique qu’il a nommée le “Screen Life”.

 

photoAlors ça les jeunes, ce n'est pas Tik Tok !

 

Or, bien avant Searching ou le prometteur Profile, Unfriended a expérimenté cette forme sous le prisme du slasher. Si on passera outre ses adolescents têtes à claques et sa mythologie peu intéressante, le film réussit un véritable tour de force, en exploitant un outil central de notre quotidien comme vecteur de sens et d’émotions. Avec les multiples onglets sur son écran, l’héroïne construit un collage fascinant, où la conversation par Skype (le plan large) se confronte, entre autres, à un tchat privé sur Messenger (le gros plan) dans un exercice de montage finalement évident dans son lien au septième art.

Par cette approche jusqu’au-boutiste, Unfriended s’empare de l'ergonomie froide de l’informatique pour développer une réflexion captivante sur le voyeurisme et le secret à l’heure des réseaux sociaux. Une curiosité conceptuelle qui transcende largement son postulat opportuniste.

Notre dossier sur le Screen Life

 

photoUne expérience fascinante

 

Zero Dark Thirty

Ça parle de quoi ? La traque d’Oussama Ben Laden à la suite des attaques terroristes du 11 septembre. 

Pourquoi il faut le regarder ? Le film de Kathryn Bigelow est tout d’abord une entrée dans l’horreur et la dure réalité de l’armée américaine en opération à l’étranger sous la présidence sombre de George W. Bush. La torture, presque fil conducteur du film, est exposée avec un regard clinique qui laisse au spectateur le loisir d’y insérer ses propres opinions. Jessica Chastain joue avec habilité une agente de la CIA raide et froide à l’image d’une Amérique meurtrie qui cherche réparationSi le film possède des longueurs, c’est surtout pour son obsession des faits qui donne au film des allures de documentaire fictionnalisé.

Zero Dark Thirty évoque une période sensible de l’histoire des États-Unis et ainsi se blinde par le factuel. Mais le film offre surtout des scènes à la violence glaciale qui ne sont pas sans rappeler l’oscarisé Démineurs. Bien sûr, il faut passer outre le chant à la gloire d’une Amérique toute puissante et les relents de patriotisme, mais Zero Dark Thirty offre, grâce à une mise en scène qui ne joue pas sur le spectaculaire, une plongée tortueuse dans les heures noires de la première puissance mondiale

 

photo, Jessica ChastainLe visage fermé d'une Amérique blessée

 

La Route d'Eldorado

Ça parle de quoi ? Deux charlatans espagnols gagnent une carte indiquant l’emplacement de la légendaire cité d’or. Mais lorsqu’ils atteignent El Dorado, les choses se gâtent.

Pourquoi il faut le regarder ? Car La Route d'Eldorado est le second et dernier film en animation traditionnelle pour Dreamworks après le somptueux Le Prince d'Égypte. Si le film a été un échec complet au box-office forçant le studio à abandonner l’animation 2D, La Route d’Eldorado est un petit bijou. Avec un humour plus adulte, plus sombre, voire mordant, le film s’éloigne de la mièvrerie infantilisante de son concurrent DisneyOffrant pour la première fois des héros qui n’en sont pas avec un duo de losers magnifiques, le film de Eric Bibo BergeronDon Paul et Jeffrey Katzenberg s’éloigne dstéréotype des héros classiques

Avec ce road-movie dingue, Dreamworks glisse des clins d’œil au cinéma entre L'Homme qui voulut être roi de John Huston ou encore Les Dents de la mer de Steven Spielberg (co-créateur du studio). Si ce film n’a pas la superbe du Prince d’Égypte, il possède un charme et une bande-son au poil. Que ce soit en VO avec les voix de Kevin Kline et Kenneth Branagh ou en VF avec celles de José Garcia et Antoine de Caunes, La Route d’Eldorado est son propre trésor. 

 

photo"Écoute, j'ai un plan bien foireux..."

  

Ex Machina

Ça parle de quoi ? Un codeur pour le plus grand moteur de recherche au monde est sélectionné pour rejoindre son grand patron démiurge dans sa maison à la montagne. Mais il découvre qu'il va en réalité participer à une expérience troublante autour d'une intelligence artificielle.

Pourquoi il faut le regarder ? Après avoir scénarisé 28 jours plus tard et Sunshine de Danny BoyleAlex Garland s’est tourné vers la mise en scène avec Ex Machina, coup d’essai qui a propulsé l’auteur comme une nouvelle voix passionnante de la science-fiction, statut entériné par Annihilation et sa série Devs (notre critique).

C’est d’ailleurs pourquoi il est d’autant plus passionnant de replonger dans ce petit bijou d’inventivité, relecture maline du mythe de Pygmalion sous couvert de test de Turing. Avec son casting au poil (Alicia Vikander en tête) et ses effets spéciaux proprement hallucinants (surtout au vu du budget réduit de l’ensemble) qui lui a valu l'Oscar des meilleurs effets spéciaux au nez de Star Wars : Le Réveil de la Force ou Mad Max : Fury Road, Ex Machina impressionne par sa tenue, et son respect du genre qu’il investit.  

Notre critique du film

Notre critique de Annihilation, aussi disponible sur Netflix

 

photo, Alicia VikanderLes yeux avec visages  

 

Mademoiselle de Joncquières

Ça parle de quoi ? Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

Pourquoi il faut le regarder ? Le réalisateur Emmanuel Mouret, spécialiste de la comédie romantique en France, s'essaie aux films de costumes et au badinage amoureux du 18e siècle français avec une grande élégance. Fasciné par les mots, Mouret a recruté le nec plus ultra du cinéma français, notamment, Cécile de FranceEdouard BaerAlice Isaaz et la géniale Laure Calamy.

Ce beau casting joue admirablement ce texte classique adapté de l'histoire de Madame de la Pommeraye, issu du roman Jacques le fataliste de Denis Diderot. S'ajoute à cela la mise en scène soignée et élégante de cette délicieuse mise en lumière du libertinage.

 

photo, Cécile de France, Edouard Baer"On va se balader sur Netlfix"

ET AUSSI... 

Jurassic World : La Colo du Crétacé saison 3, ChoufBabysitting 2Encore heureuxSinbad : La Légende des Sept Mers...

Tout savoir sur Army of the Dead

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
meribald
22/05/2021 à 10:55

et ce sont les légions phénix pas Félix

Alexandre Janowiak - Rédaction
22/05/2021 à 08:46

@Ssnake88

La critique arrive très prochainement ;)

Sinople
22/05/2021 à 00:59

@ Mokuren
Mouais, c'est bien dit mais j'aurais rajouté "commandant en chef des armées du nord, général des légions Félix, fidèle serviteur du vrai empereur Marc Aurel. Père d'un fils assassiné, époux d'une femme assassiné" ;-) et je serais toi, je ferais gaffe parce que si tu oublies tous ses titres il pourrait avoir sa "vengeance dans cette vie ou dans l'autre !".... mais quel p***n de film, n'en déplaise à tous les rageux qui voudraient injustement nous expliquer que c'est du mauvais péplum réalisé par un Ridley Scott prétendument à la dérive

Mokuren
21/05/2021 à 21:04

Alors comme ça, vous oubliez impunément une partie du nom du fabuleux héros de Gladiator! C'est Maximus Decimus Meridius, attention.

Sssnake88
21/05/2021 à 18:39

Pas de critique de la saison 4 de Castlevania (la dernière snif). C'est exceptionnel et épique as hell ! Peut etre bien la meilleure adaptation de JV.

Ssnake88
21/05/2021 à 18:37

Pas de critique sur la saison 4 de Castlevania (la dernière snif) ? C'est exceptionnelle et epique as hell ! Peut etre bien la meilleure adaptation de JV de tout les temps.

votre commentaire