Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 19 février 2021 - MAJ : 19/02/2021 18:49
La Rédaction | 19 février 2021 - MAJ : 19/02/2021 18:49

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Tribes of Europa

Ça parle de quoi ? Dans une Europe post-apocalyptique, fragmentée en micro-Etats belliqueux, trois frères et soeurs luttent pour la survie tandis qu'une nouvelle menace plane.

Pourquoi il faut la regarder ? C'est la nouvelle série teen post-apocalyptique de Netflix et comme c'est fait par des Allemands, on ne peut qu'être curieux. En effet, ce sont les producteurs de l'excellente Dark qui sont derrière Tribes of Europa. De quoi présager, si ce n'est une grande série, une oeuvre qui soigne sa direction artistique et potentiellement s'élève au-dessus du tout venant. Le pilote saura d'ailleurs convaincre les plus réticents avec sa violence graphique et sa mise en scène assez inspirée (notamment par The Revenant de Alejandro González Iñárritu).

Si cette saison 1 se révelera finalement, avec seulement six épisodes au compteur, qu'une longue introduction à la suite probable (aucune saison 2 n'a été officialisée pour le moment), le potentiel est là.

Notre critique de la saison 1

 

 

I Care a Lot

Ça parle de quoi ? Une tutrice nommée par les tribunaux escroque les clients âgés placés sous sa garde en s'emparant de leurs biens. Mais sa dernière proie n'est pas sans défense.

Pourquoi il faut le regarder ? Et si les vrais bandits de grands chemins, les gangsters les plus impitoyables n’étaient plus des malabars patibulaires et surarmés, mais de respectables entrepreneurs libéraux, prêts à tordre le droit pour faire main basse sur les acquis de leurs prochains ? C’est la question que pose le nouveau film de J Blakeson.

Et il a la bonne idée de confier ce duel vicieux à deux remarquables comédiens, Rosamund Pike et Peter Dinklage. Si la confrontation est un peu superficielle et ne révolutionne rien du tout, son tempo dynamique et l’efficacité avec laquelle il emporte le spectateur promet un divertissement respectable.

Notre critique du film

 

Photo Rosamund PikeRosamund pique

 

Mon amie Adèle

Ça parle de quoi ? Une mère célibataire est prise dans un jeu de manipulation après avoir entamé une liaison avec son patron, un psychiatre, et s'être rapprochée de sa mystérieuse épouse.

Pourquoi il faut le regarder ? Qu’est-il advenu du bon vieux trailer sexy des années 80/90 ? Où sont passées ses victimes, ses méchants, leurs liaisons absurdes, les intrigues à tiroir, mélangeant psychologie de comptoir, envolées de sous-vêtements et sourcils froncés ? C'est qu'ils nous manquent les Sliver, Color of Night, Liaison fatale et autres Basic Instinct. Avec Mon Amie Adèle, peut-être ont-ils migré sur Netflix. Ce n’est pas une première, la plateforme se plaisant à accueillir longs-métrages et séries de ce type.

Au-delà de la nostalgie pour un sous-genre pas toujours glorieux mais férocement divertissant, cette série en 6 épisodes a pour elle d’accueillir la brillante Eve Hewson, découverte par beaucoup dans The Knick de Steven Soderbergh. Charismatique, magnétique et particulièrement douée pour incarner des personnages ambigus, elle pourrait bien s’avérer l’atout maître de ce thriller teinté de romance.

 

photo, Eve HewsonUne épouse aiguisée

 

Phantom Thread

Ça parle de quoi ? Un couturier tombe sous le charme d'une serveuse qui devient son modèle, sa muse et son amante. Avec le temps, leur relation devient plus intense, mais aussi dérangeante.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est sans aucun doute un des plus beaux films de ces dernières années. En plus de surfer sur le genre du conte, Paul Thomas Anderson offre une multitude de lectures à son long-métrage. Plus qu'un film sur l'amour, la passion et le désir, Phantom Thread est une réflexion vénéneuse sur la création, l'inspiration et la relation dominé-dominante d'un artiste et sa muse. De quoi donner une richesse et densité somptueuses au film, d'autant plus avec la lecture meta possible à travers l'ultime partition de Daniel Day-Lewis.

Une chose est sûre, le film est un travail d'orfèvre, la haute couture se faisant le miroir du cinéma de PTA : méticuleux, pointilleux et élégant. Et puis quelle musique de Jonny Greenwood !

Notre critique du film

 

Photo Vicky Krieps, Daniel Day-LewisKiss me before i get sick (mais c'est pas dans cette scène)

 

Van Helsing

Ça parle de quoi ? Le chasseur de vampires Van Helsing est envoyé en Transylvanie par le Vatican, pour anéantir le Comte Dracula. Il affrontera aussi des loups-garous et le monstre de Frankenstein, avec l'aide d'Anna Valerious, une guerrière locale.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est super cool (et con). C'était l'époque où Stephen Sommers existait encore, après le bide profondément honteux d'Un cri dans l'océan, et le succès de La Momie et Le Retour de la momie. Où Hugh Jackman venait de décoller avec X-Men et Kate Beckinsale, avec Underworld. Tout ce petit monde était réuni pour un plaisir décomplexé, semblable à un Avengers des Universal Monsters, avec Dracula, Frankenstein, du loup-garou et même le Bossu de Notre-Dame.

Le film a beau avoir pris un coup de vieux côtés effets visuels, avec quelques pelletées de CGI dégoûlinantes, il garde l'énergie irrésistible du vieux film d'aventure old school. Une bonne partie de plaisir donc, largement portée par Hugh Jackman et Kate Beckinsale (qui prouve là qu'elle aurait fait une parfaite Yennefer dans une adaptation de The Witcher).

Notre retour sur le film et son destin raté

 

Photo Kate Beckinsale, Hugh Jackman"Non, aucun problème de virilité"

 

Master and Commander : De l'autre côté du monde

Ça parle de quoi ? Durant les guerres napoléoniennes, le capitaine d'un navire de guerre anglais et son équipage affrontent un corsaire français mieux armé.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que le film de Peter Weir (The Truman Show, Le Cercle des poètes disparus) est tout simplement devenu au fur et à mesure des années la référence ultime du film de bataille navale. Que ce soit pour la précision de ses dialogues au sujet de la stratégie militaire, pour ses scènes de batailles épiques et sa maitrise technique qui lui vaudra une dizaine de nominations aux Oscars, face au Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (il n’en remportera que deux). Et pourtant, en termes de film d’aventures maritimes, il s’agit tout simplement d’un grand film.

Russell Crowe y trouve une de ses meilleures performances après Gladiator, formant un duo fascinant avec Paul Bettany. Un capitaine de navire anglais et un chirurgien irlandais pacifiste, deux idéologies que tout oppose mais qui s’assemblent. Car c’est au final plus les dialogues que les scènes de batailles qui font de Master and Commander un grand film historique et politique, mais pourtant trop peu connu et assez oublié. Et l’arrivée du long-métrage sur la plateforme est l’occasion rêvée pour (re)découvrir le chef d’œuvre de Peter Weir.

 

photo, Russell CroweUn capitaine qui a les Crowe...

 

 

La chute du faucon noir

Ça parle de quoi ? Les forces américaines tentent de capturer deux lieutenants d'un chef de guerre somalien, mais l'opération tourne au cauchemar lorsque leurs hélicoptères sont abattus.

Pourquoi il faut le regarder ? Inspiré par les expérimentations stylistiques de son frère Tony avec Jerry BruckheimerRidley Scott s’est associé avec le fameux producteur de Top Gun pour signer un film de guerre à nul autre pareil. Avec sa caméra à l’épaule immersive, sa photographie cramée à l’acide et son montage aussi éclaté que sa ville en ruines, La Chute du Faucon noir est une pure virée cauchemardesque dans une guérilla urbaine labyrinthique.

En suivant sa troupe de soldats en quête de survie, le film capte avec beaucoup de froideur un échec logistique, détournant les symboles patriotiques d’une Amérique toute-puissante. Jusqu’à son final amer, le long-métrage nous plonge au cœur du chaos, pour un film d’action qui annonce le renouveau du genre au tournant du siècle, notamment supporté par le jeu vidéo. Et en plus, on y voit tout le futur gratin du cinéma hollywoodien, d’Ewan McGregor à Tom Hardy en passant par Nikolaj Coster-Waldau. Rien que pour cette curiosité, La Chute du Faucon noir vaut le détour.  

 

photo, Josh HartnettFaucon et les soldats de l'enfer

   

8 films de Claude Chabrol

Lesquels ? Une Affaire de femmesMadame Bovary, Betty, L'EnferLa CérémonieRien ne va plusMerci pour le chocolat et La Fleur du mal

Pourquoi il faut les regarder ? Parce que Claude Chabrol est l'une des figures centrales de la Nouvelle Vague, qui a réalisé une soixantaine de films au fil d'une carrière étalée sur 50 ans. Il a marqué le paysage du cinéma français, en signant de nombreux films populaires (Docteur Popaul, Les Bonnes Femmes, Que la bête meure, Les Cousins, À double tour, La Fleur du mal, L'ivresse du pouvoir), dirigé les plus grands acteurs et actrices (Jean-Paul Belmondo, Jean Yanne, Isabelle Huppert, Jean-Claude Brialy, Bernadette Lafont, Michel Bouquet, Michel Piccoli, François Cluzet, Emmanuelle Béart, Sandrine Bonnaire, Gérard Depardieu).

Il y a donc là l'occasion de (re)voir quelques classiques de Chabrol. Merci Netflix.

Notre dossier sur Claude Chabrol

 

photo, Isabelle Huppert, Sandrine Bonnaire

 

Jurassic ParkJurassic Park III et Jurassic World

Ça parle de quoi ? Science, sabotage et ADN jurassique sont au coeur de la saga où des dinosaures sont recréées dans un parc top secret.

Pourquoi il faut les regarder ? Il faut bien évidemment les regarder, parce que ces films ont le bon goût de déborder de dinosaures, qui comme chacun sait, démultiplient le potentiel qualitatif de n'importe quel film. Plus sérieusement, il faut revoir Jurassic Park pour mesurer avec quelle génie Steven Spielberg a révolutionné le fond et la technique du blockbuster hollywoodien, avec une précision qui permet au film de survivre aux outrages du temps.

Et puis il faut revoir Jurassic Park III, pour se rappeler que l'excellent artisan Joe Johnson a plutôt fait du bon boulot sur cet opus décrié. Malgré un script familéique et souvent incohérent, sa maîtrise de l'espace, des effets spéciaux et son amour pour le cinéma d'aventure classique permettent au métrage d'emballer quelques belles scènes. Et il faut bien sûr revoir Jurassic World, pour vérifier sa propre tolérance à la douleur.

Notre classement des Jurassic

 

photo, Sam Neill"C'est l'heure du goûter !"

 

ET AUSSI...

Mal de Pierres, Jack Reacher : Never Go BackRetour vers le futur 1, 2 & 3, Ted 2Paul, American Pie 2BattleshipBabe, le cochon devenu berger40 ans, toujours puceau, La ruptureMiss FBI : Divinement armée

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Barnabé Cherèle
25/02/2021 à 09:50

coquille : familéique ;-)

Micju
21/02/2021 à 04:03

Master and commander
Un film parfait.

alulu
20/02/2021 à 13:43

Master and commander, ça va faire minimum 1 mois qu'il est sur netflix. Sinon comme tout le monde ici, ce film est grandiose.

Brady
20/02/2021 à 10:09

Ray Peterson : En effet Peter Weir n'a plus rien réalisé depuis "Les chemins de la liberté" remontant à 2010. Et son âge avançant doucement, il aura 77 ans en août prochain, je pense qu'il est à la retraite à moins qui fait comme Terence Malick et ne tourne plus rien pendant plus de vingt ans avant de revenir.

pith
20/02/2021 à 07:34

Master and Commander est juste un de mes 10 films préférés. On parle des dialogues, excellents, mais il y a des idées de mise en scène tout le temps, et c’est riche et finement documenté (adapté des livres de Patrick O’Brian, auteur de référence du genre). Bref immersion totale, comédiens au sommet, belle place de la musique : oui, chef d’œuvre !

Ray Peterson
20/02/2021 à 00:03

Peter Weir!

Complètement d'accord avec les avis de mes collègues plus bas.
Par contre, je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvais augures mais ça fait au moins 10 ans qu'il n'a plus rien réalisé (au cinéma j'entends). Revu dernièrement Green Card quej'ai trouvé pas si mal pour de la romcom avec Gégé et Andie.
Et pis Fearless (Etat Second) avec un Jeff Bridges bien borderline sur la symphonie N°3 de Górecki

Bref, Euuuuuh, Paul reviens, tu me (nous) manques!

herma
19/02/2021 à 22:13

et pour calibrer une installation home ciné avec le bruit des canons dans le brouillard y a pas eu mieux depuis

Hank Hulé
19/02/2021 à 20:01

Master : chef d'oeuvre ! C'est dit !

Brady
19/02/2021 à 19:09

En effet, "Master and commander", très grand film de Peter Weir, extrêmement réaliste, décrivant l'univers des guerres maritimes de façon quasi documentaire. Et puis les personnages sont attachants, complexes et les acteurs excellents.

votre commentaire