I Care a Lot : critique qui fait du meuf avec des vieux sur Netflix

Simon Riaux | 19 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 19 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le géant du streaming Netflix nous revient avec les mésaventures d'une criminelle, gérontophile à sa manière. Peut-on vraiment faire du neuf avec des vieux ? C'est le défi de Rosamund Pike, à l'affiche de I Care a Lot, nouveau film du MCU (Monstrueuse Connasse Universe), entamé avec Gone Girl.

UN FILM EN VIAGER

D’aucuns font fortune dans le commerce de bien précieux, bijoux, dorures et minerais rares. D’autres prospèrent en fournissant à leurs semblables d’indispensables matières premières. Marla Grayson, elle, s’est lancée dans le trafic et l’exploitation de vieux. Grâce à un vicieux stratagème légal, elle accumule les biens de ceux dont elle récupère la tutelle légale, jusqu’au jour où elle tente de détrousser une vieille dame liée au crime organisé.

En découvrant l’intrigue et les personnages du nouveau film écrit et réalisé par J Blakeson, on se dit que le monsieur a eu le temps de digérer le Cartel de Ridley Scott, tant on y retrouve le désir de confronter deux formes de criminalité (cols blancs et gangsters), tout en questionnant la place des protagonistes sur l’échelle de la prédation sociale. Il sera donc question ici d’établir qui est désormais le maître étalon du ma : des criminels endurcis, mais finalement assez conventionnels, ou des cyniques détournant le libéralisme américain pour en faire une mécanique de pure perversion.

 

Photo Rosamund PikeQuand elle découvre que la bière s'appelle Ben Affleck

 

Une idée toujours amusante, d’autant plus qu’elle est ici incarnée avec grand plaisir et voracité par un casting investi. Toujours tranchante quand elle prête ses traits à des personnages monstrueux, Rosamund Pike se délecte des horreurs qu’elle commet, et revient enfin à un rôle à sa juste-valeur depuis sa performance ahurissante dans Gone Girl.

De leur côté, Peter DinklageDianne Wiest et Chris Messina semblent également bien s’amuser. Largement aidés par un montage enlevé, ils arrivent même à dynamiser quantité de séquences bavardes, trop fonctionnelles sur le papier.

 

photoLes deux font la paire

 

LA MÉDIOCRITÉ EN HÉRITAGE

Avec son mauvais esprit de façade et sa facture technique maîtrisée, I Care a Lot divertit sans mal et de bout en bout. Sans mal, mais sans génie non plus, tant tout dans le film semble avoir été pensé pour le rendre le plus générique et convenu possible. De la photo acidulée et sur-colorée qui se refuse à laisser la moindre zone d’ombre exister, en passant par le découpage, efficace, mais impersonnel, jamais on n’a le sentiment qu’un auteur est à la barre.

Cette absence de sensibilité, cette non-personnalité envahissante se double d’une série de lacunes dommageables. Plus le récit avance, plus il se déconnecte de ses prémices sociales passionnantes pour simplement narrer la confrontation entre deux criminels. Et cet affrontement n’a rien à nous proposer que nous n’ayons déjà vu. Pire, il est incapable de s’assumer pour l’aventure amorale qu’il se promettait d’être, puisqu’en singeant L'Impasse et Layer Cake dans son dernier tiers, le réalisateur se transforme en moraliste au petit pied. Dès lors, il semble évident qu’en dépit d’un certain savoir-faire Blakeson appauvrit son sujet plus qu’il ne le traite.

I Care a lot est disponible sur Netflix depuis le 19 février 2021 en France

 

Affiche officielle

Résumé

Jamais désagréable, I Care a lot traite son sujet bien trop superficiellement pour en tirer la moelle acide ou proposer mieux qu'un contenu modérément divertissant.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.7)

Votre note ?

commentaires
Hasgarn
18/04/2021 à 23:38

Un film qui n’assume pas son cynisme et change de registre un peu n’importe comment.

Entre une première partie qui pourrait évoquer Jason Reitman et une scène finale trop premier dégrée et frontale, c’est le grand écart de ton.
Certains personnages sont sous-développés, d’autres le sont très bien. Et ce qui est triste, c’est les moins bien écrit sont les protagonistes féminins.

Et ce sont ceux qui payent le plus cher. S’il y a un discours féministe, il s’est fait discret.
Et tout ça malgré un brillant casting qui interprète super bien les rôles.

C’est beau à mort (cette photographie !!) mais jamais les images ne racontent les personnages.

On regarde avec le plaisir des yeux mais c’est vraiment tout…

Cirque
30/03/2021 à 14:12

Un film très enlevé. Une critique inutilement asserbe.
Un très bon trieller

Doug
15/03/2021 à 23:28

La bande annonce donnait vaguement envie d'en voir plus. Ça commence plutôt bien, le premier quart d'heure est sympa, on arrive rapidement à détester le personnage principal et on se dit qu'elle aura tôt ou tard ce qu'elle mérite.
Et là, ça part en couilles (à priori tout l'inverse de ce qui était prévu.)
Incohérences et scènes plus improbables les unes que les autres se succèdent pour arriver à une conclusion moisie que même la scène final ne peut rattraper.
Bref, j'ai encore gâché une soirée avec un film Netflix...
Ps : tous les films Netflix ne sont pas mauvais, Penguin Bloom était chouette

Fitamine
13/03/2021 à 02:14

Ces ca une femme forte et moderne aux cinema ,lesbienne ,dominatrice et pfffffff le cinema part en couille ,l'idiologie netflix est entrain de ruiner la culture mondiale ou comment le feminisme est devenue synonyme de mysogenie de

Avelana
24/02/2021 à 12:27

Belle idée de départ mais comme souvent gâchée par un scénario qui ne tient pas la distance sur la longueur avec une seconde partie totalement improbable.
Malaise aussi avec l’héroïne parfaitement détestable sans qu’on sache si c’est le rôle ou l’actrice elle même qui renvoie ce malaise ( peut être le sommet de l’art ? ) et des méchants dont la stupidité est peu crédible.
En conclusion, pouvait mieux faire.

Joph
23/02/2021 à 10:55

Le début est prometteur, quoique déjà invraisemblable. Puis cela devient de plus en plus incertain et tout-à-fait invraisemblable. Dommage. Du coup on n’arrive pas à s’intéresser à l’intrigue. Le jeu des deux acteurs principaux est outré. Ça aurait pu être un choix de mise en scène, si on avait eu affaire un pastiche. Hélas on a un téléfilm qu’on regarde d’un œil en faisant autre chose...

Celajun
22/02/2021 à 07:08

Film exécrable., au scénario totalement invraisemblable qui aurait dû s'arrêter dès que l'ordure qui sert d'héroïne s'est retrouvée entre les mains de la mafia russe qui l'aurait vite fait avouer et aurait donné ses restes aux chiens. Et ça sera arrivé dès le kidnapping de la vieille. Rosamunf Pike en fait des tonnes et est une actrice exécrable. L'amateur qui a dirigé cette idiotie ne sait pas diriger les acteurs. Un des pires navets que j'ai jamais vu.

Vivi
22/02/2021 à 01:38

Énervée d’avoir eu à supporter une actrice détestable tant son rôle semble le reflet de son être réel!! Aucun recul possible ...

Rafo
21/02/2021 à 23:37

Pas terrible, au vu du casting et du thème vraiment pertinent c est extrêmement décevant... Par ailleurs le film oscille en permanence entre la farce cynique et le film sérieux avec des platitudes en voix off...déprimant

laglae
21/02/2021 à 22:57

Film on ne peut plus prévisible , des mauvais garçons russes plus qu'amateurs !! et super women qui après reçu 1/2 litres de vodka dans l'estomac nage le 100m et 30s..... d'une stupidité à pleurer !!

passer votre chemin un gros navet américain !!

Plus
votre commentaire