Borat 2 : Sacha Baron Cohen donne des détails hilarants sur la suite Amazon

Déborah Lechner | 19 octobre 2020 - MAJ : 19/10/2020 10:54
Déborah Lechner | 19 octobre 2020 - MAJ : 19/10/2020 10:54

Borat 2 sera bientôt disponible sur Amazon Prime Video, mais Sacha Baron Cohen continue de teaser son film qui s'annonce tordant. 

Alors qu'il a récemment brillé au casting des Sept de Chicago, le deuxième long-métrage réalisé par Aaron Sorkin (le scénariste de The Social NetworkSteve Jobs ou encore Le Stratège), Sacha Baron Cohen va très prochainement renfiler le costume du reporter kazakh qui lui a valu le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie en 2007.

Le cinéaste a tourné Borat : le film d'après de Jason Woliner en secret et a récemment dévoilé une bande-annonce et une date de sortie sur la plateforme Amazon Prime Video prévue le 23 octobre 2020, à l'approche de l'élection présidentielle le 3 novembre aux États-Unis, qui verra Donald Trump affronter le démocrate Joe Biden. À cette occasion, Borat devrait dresser un portrait aussi redoutable que cocasse sur les quatre dernières années d'occupation de la Maison-Blanche, si on croit le précédent teaser dévoilé sur Twitter qui reprenait plusieurs faits d'actualité. 

 

photo, Sacha Baron CohenLe monokini a changé, pas Borat

 

Dans une récente interview avec le New York Times, l'acteur qui s'est à nouveau glissé dans la peau et l'esprit tordu de Borat a expliqué que si son film avait toujours pour but de faire rire les gens, il ne dénoncerait pas les mêmes éléments que le précédent :

"En 2005, il fallait un personnage comme Borat qui était misogyne, raciste, antisémite pour amener les gens à révéler leurs préjugés intérieurs. Aujourd'hui, ces préjugés intérieurs sont manifestes. Les racistes sont fiers d'être racistes. Mon but ici n'était pas de dénoncer le racisme et l'antisémitisme. Le but est de faire rire les gens, tout en révélant la dangereuse dérive vers l'autoritarisme."

Et pour amuser son public, Borat ne devrait pas y aller avec le dos de la cuillère. Le média a listé plusieurs scènes ou éléments comiques du film, notamment le fait que le reporter gardera sa fille enfermée dans une cage, cette dernière se demandant si celle de Melania est plus belle que la sienne ou non. Concernant sa fille, il l'emmènera également faire du shopping, demandant à la vendeuse de la diriger vers le rayon "non signifie oui".

 

photo, Sacha Baron CohenPouces en l'air ou majeurs, au choix

 

Pour miser toujours plus sur la provocation à l'encontre de l'actuel président, il est également précisé que Borat utilisera le parterre de fleurs devant l'hôtel de Trump à Colombus Circle comme pissotière, tandis que l'acteur a mouillé la chemise en se déguisant en Trump pour infiltrer une réunion de conservateurs. Comme l'a expliqué l'acteur : "J'ai fini par me cacher dans les toilettes, écoutant les hommes conservateurs aller aux toilettes pendant cinq heures, jusqu'à ce que je fasse irruption dans la pièce. Nous étions alors entourés par les services secrets, la police et la sécurité intérieure."

Même s'il ne s'agira pas du thème principal, le prochain Borat aura malgré tout un mot contre l'antisémitisme, avec un gâteau au chocolat commandé par Borat sur lequel sera écrit "Les Juifs ne nous remplaceront pas", un "slogan" scandé par des suprémacistes à Charlottesville en 2017 d'après le New York Times. Un programme bien chargé pour le reporter débarqué du Kazakhstan qui va devoir conjuguer avec sa nouvelle réputation aux États-Unis. 

En attendant, notre critique des Sept de Chicago est juste ici.

Tout savoir sur Borat : Nouvelle Mission Filmée

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Flo
20/10/2020 à 13:21

...quand vous aurez compris la subtilité de l'auteur, bien cachée derrière la lourdeur...
Un indice ? Dans "Borat", bien qu'antisémite, quand le personnage parle kazakh en fait c'est... De l'hébreu.
https://www.theguardian.com/film/2006/dec/20/israelandthepalestinians

Nick Tamer
20/10/2020 à 10:00

Va t-on avoir une oeuvre qui va dézinguer le monde américain dans sa globalité, les extrémistes de tout poil (extrême droite, Black lives matter, démocrates, républicains...) et le politiquement correct, ou un simple manifeste propagandiste anti-Trump ?
J'espère me tromper mais la réponse semble vraiment pencher plus d'un certain côté que de l'autre.

Flash
19/10/2020 à 18:30

Il me fait rire avec ses conneries, j'en demande pas plus.

RobinDesBois
19/10/2020 à 16:29

Oui c'est mon ressenti, depuis quelque temps il joue aux militants dans la "vie réelle" sans s'abriter derrière ses personnages. On pourrait penser que c'est courageux mais c'est plus hypocrite et facile qu'autre chose, sa croisade contre facebook est assez minable en partie parce qu'il se prend vraiment beaucoup trop au sérieux, qu'il agit comme une sorte d'expert mandaté à cet effet alors qu'il ne fait que dire ce que tout le monde sait déjà et que personne ne lui a rien demandé. On dirait presque un homme politique.

popitna
19/10/2020 à 15:26

@RobinDesBois

Il se prend au sérieux ? Ça reste à prouver mais si c'est le cas ça tombe bien, l'extrême droite américaine est un problème bien plus sérieux qu'en 2005. Les portes qu'il enfonce ne sont pas si ouvertes que ça.

RobinDesBois
19/10/2020 à 13:39

Sacha Baron Cohen, l'homme qui se prend pour un lanceur d'alerte en enfonçant des portes ouvertes. Le problème c'est que s'il était assez lourd en 2005 (mis à part les 10 premières minutes et quelques séquences Borat est hyper répétitif et plus grossier que drôle) il avait au moins le mérite de ne pas trop se prendre au sérieux et d'être à fond dans son personnage. Aujourd'hui le problème c'est qu'il se prend vraiment sérieux.

votre commentaire