Les nouveautés films et séries à voir sur Amazon en juillet

La Rédaction | 4 juillet 2020
La Rédaction | 4 juillet 2020

Parce qu'il n'y a pas que Netflix dans ce monde et que d'autres plateformes voient leur catalogue grandir chaque jour, chaque semaine et chaque mois, on a décidé de faire le point sur les nouveautés prévues sur Amazon Prime Video. Chaque début de mois, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Amazon Prime Video dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer sur la plateforme de streaming en ce mois de juillet ?

Retrouvez aussi notre liste des meilleurs films d'horreur présents sur Amazon.

Retrouvez aussi nos listes sur les films de science-fiction et d'action disponibles sur la plateforme.

Et si vous êtes plutôt série, retrouvez notre liste des dix séries cultes à (re)voir sur Amazon.

 

logo

 

DÉJÀ DISPONIBLE

SWAMP THING SAISON 1

Ça parle de quoi ? Swamp Thing suit le Dr Abby Arcane dans son enquête sur un virus mortel né dans un marais d'une petite ville de Louisiane. Elle va alors rencontrer le biologiste Alec Holland qui pense que cette étrange maladie pourrait être liée à son travail scientifique dans les marais pour le puissant homme d'affaires Avery Sunderland. Mais lorsqu'une mystérieuse créature émerge du marais sombre, Abby se retrouve face à un monde surnaturel où personne n'est à l'abri du danger...

Pourquoi il faut la regarder ?  La vie est injuste, notamment pour les franchises maudites. C’est le cas de Swamp Thing qui ne sera jamais parvenu, sur grand ou petit écran, à concilier réussite artistique et succès public. Nombreux sont les créateurs (notamment Wes Craven) à s’être cassé les dents sur cet univers rappelant les frissons des comics horrifiques E.C.. Mais, malgré quantité d’échecs et de projets abandonnés, on pouvait espérer que ce show épaulé par James Wan rompe ce cercle infernal. 

Las, malgré une réussite esthétique impeccable, quantité de bonnes idées et une atmosphère réussie, un développement cauchemardesque, des audiences ridicules et un soutien de la presse finalement faiblard auront eu raison du projet, qui a viré au cataclysme, jusqu’à menacer sa diffusion. Faites donc un tour dans ce bayou, aussi salissant que séduisant. 

Notre avis sur les premiers épisodes

 

photoUn échec qui nous rend verts de rage 

 

LA BEUZE et LES 11 COMMANDEMENTS

Ça parle de quoi ? D'un possible fils caché de James Brown d'un côté et de la rentabilité d'un gros pillage de l'émission américaine Jackass de l'autre.

Pourquoi il faut les regarder ? Quand l’humanité aura totalement détruit son biotope, versé dans le cannibalisme, puis disparu, il y a fort à parier qu’une civilisation extraterrestre quelconque viendra enquêter sur les raisons de ce ratage dans l'évolution. Et si ces visiteurs tombent sur les vestiges de la comédie française, peut-être tomberont-ils sur ces deux films qui permirent à Michael Youn d’accéder à une forme de gloire nationale, ou tout du moins de franche réussite. 

Accolées aux grandes figures de style de la comédie américaine (que Les 11 Commandements siphonne comme il faut), ces deux productions demeurent un témoignage générationnel assez unique, qui a moins vieilli qu’on pouvait le redouter.   

 

photo, Michaël YounSpectateur demandant des comptes

 

LA VIE D'ADÈLE - CHAPITRES 1 & 2

Ça parle de quoi ? À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte.

Pourquoi il faut le regarder ? Filmé essentiellement en plans serrés, pas toujours évident à regarder, il est indéniable que c'est un objet artistique très intéressant. Sacré à Cannes en 2013, le film a été entouré à sa sortie d'un nuage de polémiques, principalement dirigées contre Abdellatif Kechiche, son réalisateur. Le résultat final n'en est pas moins une oeuvre d'art majeure de ce début de XXIe siècle.

Il offre à Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos une performance complexe et impressionnante. C'est d'ailleurs avec ce film que la dernière parvient à s'émanciper de son image d'enfant actrice (héritée des Enfants de Timpelbach et de La Rafle) pour devenir une des coqueluches du cinéma indépendant français. La bande originale aussi est monstrueuse.

Le bleu est une couleur chaude, la bande-dessinée de Julie Maroh, dont s'inspire le film est absolument géniale (bien que pas tout à fait identique). N'hésitez pas non plus à y jeter un coup d'oeil.

 

Photo Adèle Exarchopoulos, Léa SeydouxUne oeuvre majeure... sauf si les plans serrés vous donnent la migraine, ou que vous êtes Christine Boutin !

 

THE VAST OF NIGHT

Ça parle de quoi ? À la fin des années 1950, au Nouveau-Mexique. Une jeune opératrice téléphonique, Fay, et un animateur radio, Everett, découvrent une étrange fréquence sonore qui pourrait changer leur petite ville et l'avenir à tout jamais.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que le tout premier film d'Andrew Patterson est précédé par une réputation très impressionnante. Affichant une note moyenne de 92% sur Rotten Tomatoes et 84/100 sur Metacritic, il a assurément su convaincre la critique outre-Atlantique, et on ne parle pas d'une bande de blogueurs : le texte de Variety ne tarit pas d'éloges envers cette histoire de science-fiction à l'ambition théoriquement spectaculaire, et qui, selon ses fans tout neufs, magnifie un maigre budget avec une inventivité de tous les instants.

 

photoVideo killed the radio stars

 

C'est d'autant plus intrigant que son réalisateur n'avait réalisé que quelques publicités auparavant, qu'il a auto-produit son essai et qu'il a su se faire un nom grâce à des projections en festival. C'est peut-être donc, si le succès est au rendez-vous à l'international, la première pierre d'une carrière à suivre, et on sera clairement là pour voir ça.

Le sujet du film, lié à l'imaginaire complotiste et extraterrestre des années 1950, laisse présager un hommage sincère aux séries B d'époque, bien trop souvent oubliées au profit des post-Star Wars des années 1980. Mais aux vues de ce qu'on perçoit ici et là à son propos, il est évident que l'intrigue ira bien plus loin que la simple référence thématique et esthétique. Une vraie curiosité en perspective pour laquelle tous les feux sont au vert. 

 

photoBandes magnétiques > format MP3 

 

ET AUSSI...

Glee saison 1 à 6, Hanna saison 2, DivergenteDivergente 2 : L’InsurrectionDivergente 3 : Au-delà du murTerminal, The IntruderGoldFast & Furious 6, Fast & Furious 7, Selma, Le GuépardMad Men saison 1 à 7, AlexandreLe FondateurMr. Nobody, The HomesmanEnemy, Florence Foster JenkinsLolitaLock Out (Sécurité maximale)La Dame de ferThe Bling RingBright StarLa Grande BellezzaI Love You Phillip Morris, Largo Winch 2Deux frères, Saint LaurentLoin des hommes, Les Cowboys, The LadyZuluTout ce qui brilleVolver, La Mauvaise éducationLes Amants passagersBlack BookTout sur ma mèreParle avec elleLa Piel que habito, The Ghost Writer, Banlieue 13, Showgirls...

 

photo, Shailene Woodley, Theo JamesVous serez bien partants pour un peu de young adult non ?

  

BIENTÔT DISPONIBLE

X-FILES SAISON 1 À 11

Ça parle de quoi ? Les enquêtes de Fox Mulder et Dana Scully, deux agents du FBI chargés des X-Files, des affaires bien étranges, pleines de monstres, mystères et hommes en costume.

À partir de quand ? 7 juillet

Pourquoi il faut la regarder ? Il y a eu un avant et un après X-Files. Lancée en 1994, la création de Chris Carter a largement participé, avec notamment Twin Peaks, à donner ses lettres de noblesse à la série, longtemps considérée comme une sous-création. Avec une formule tellement simple, pure et efficace qu'elle est encore copiée 25 ans après, X-Files s'est imposé comme un modèle du genre, entre policier, science-fiction et fantastique, sans oublier bien sûr l'histoire d'amour contrarié entre les deux héros.

 

X-Files S1I WANT TO BELIEVE édition 94

 

Menée par David Duchovny et Gillian Anderson, impeccables, la série est arrangée en deux mouvements : des épisodes indépendants (surnommés "monster of the week"), centrés sur une enquête lancée et généralement résolue ; et des épisodes sur la mythologie, liés aux complots, aux ficelles tirées dans l'ombre par le gouvernement et à l'homme à la cigarette, parmi d'autres (plus rares dans les saisons, mais majeurs pour l'intrigue globale).

Chacun aura ses préférences dans tout ça, mais X-Files a longtemps su tenir un cap passionnant autour de cette formule parfois répétitive, avec quantité de créatures et mystères fantastiques. L'hommage à  The Thing dans Projet Arctique, l'inoubliable Tooms, les rednecks de La Meute, l'immonde parasite de L'Hôte, les créatures de la forêt type Predator dans Détour, les lucioles des enfers de Quand vient la nuit, le Frankenstein de Prométhée post-moderne... c'est une mine d'or pour l'imaginaire, et un plaisir à revoir, des années après.

Reste que la série s'est trop étirée pour son propre bien, avec notamment le départ puis le retour de Mulder, et le comeback inespéré (et exaspérant) de la saison 11. Mieux vaut revoir les longs-métrages, The X-Files, le film (gros plaisir pour les fans de la mythologie, avec un concentré irrésistible d'aliens, abeilles et compagnie), et X-Files : Regéneration (qui mérite d'être réévalué).

 

Photo Gillian Anderson, David Duchovny, X-Files saison 11I WANT TO BELIEVE édition de trop

 

MALCOLM SAISON 1 À 7

Ça parle de quoi ? Petit génie malgré lui, Malcolm vit dans une famille hors du commun. Le jeune surdoué n'hésite pas à se servir de son intelligence pour faire les 400 coups avec ses frères. Et les parents tentent tant bien que mal de canaliser l'énergie de ces petits démons.

À partir de quand ? 15 juillet

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que c'est génial, tout simplement. Digne descendant de Mariés, deux enfants, autre exploration de l'Amérique white trash, la série créée par Linwood Boomer a repris le flambeau type lance-flamme pour raconter les joies de l'horreur d'une famille presque ordinaire.

Le QI anormalement élevé de Malcolm n'est qu'un prétexte pour mieux mettre en valeur la douce et touchante débilité de ses parents, ses frères, et son monde, sur une formule de sitcom classique particulièrement bien utilisée. La série regorge ainsi de scènes hilarantes, avec un amour du burlesque extrême. Lois en pleine crise d'hystérie sur le parking d'un supermarché pour une place volée par une autre mère de famille, Hal qui se lance avec passion dans la peinture, le patinage ou la marche rapide, Dewey qui hurle... c'est un festival de moments géniaux, à redécouvrir sans aucune hésitation.

Et bien sûr, c'est l'occasion de se souvenir qu'avant Walter White dans Breaking Bad, Bryan Cranston était ce père de famille débilos. Mais n'oublions pas Jane Kaczmarek, qui tire, elle aussi, son épingle du jeu.

 

photo, Frankie Muniz, Jane Kaczmarek, Justin Berfield, Erik Per Sullivan, Bryan Cranston, Christopher MastersonL'enfer, c'est les autres qui portent le même nom de famille que moi

 

SEBERG

Ça parle de quoi ? La vie de Jean Seberg, coqueluche de la Nouvelle Vague et star d'À bout de souffle, qui, à la fin des années 1960, s'est retrouvée la cible du FBI à cause de son soutien au mouvement de défense des droits civiques et de sa liaison avec Hakim Jamal, entre autres. 

À partir de quand ? 24 juillet

Pourquoi il faut le regarder ? Alors que le mouvement Black Lives Matter secoue Hollywood à son coeur, ce biopic sur l'actrice Jean Seberg tombe à point nommé. Une des premières actrices à soutenir ouvertement les Black Panthers (la frange radicale de la révolte pour les droits civils aux États-Unis), le gouvernement américain la considérait comme une menace et l'a prise au piège.

Si Kristen Stewart peut parfois sembler un peu tiède et timorée dans certains de ses rôles (Sils MariaCafé Society et l'ennuyeuse saga Twilight qui l'a lancée), la bande-annonce révèle un jeu à la fois vulnérable et très puissant. L'intéressante mise en abyme de l'actrice jouant l'actrice et l'actualité du sujet rend le visionnage de ce film absolument évident.

Alors que de gigantesques manifestations antiracistes animent le monde entier, ce film semble être le meilleur moyen de s'interroger sur la white guilt (culpabilité blanche) qui anime le mouvement et ses conséquences pour affronter efficacement le racisme systémique.

 

photo, Kristen StewartKristen Stewart a une allure folle dans ce rôle d'actrice qui affronte le FBI

 

DISPATCHES FROM ELSEWHERE

Ça parle de quoi ? Alors qu’ils sentent que quelque chose manque à leurs vies, quatre personnes au quotidien ordinaire tombent sur un puzzle dissimulé sous le voile de la vie quotidienne. Tous vont être amenés à découvrir que le mystère remonte bien plus loin et plus en profondeur que tout ce qu'ils auraient pu imaginer...

À partir de quand ? 24 juillet

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que c'est la série qui a retourné les cerveaux des spectateurs américains en début d'année avec son univers totalement dingue. Ambiance bizarre, intrigue étrange, personnages loufoques et WTF assumé, Dispatches From Elsewhere est sans aucun doute possible un OSNI (Objet Seriel Non Identifié) dans le paysage actuel. Il est clair que la série AMC (diffusée sur Amazon Prime chez nous donc) ne plaira pas à tout le monde tant elle dépasse les limites, s'immisce sur des terrains vierges et innove quitte à décontenancer.

Une chose est sûre, elle est portée par un casting prestigieux ; Sally FieldAndré BenjaminEve LindleyRichard E. GrantTara Lynne Barr et bien sûr Jason Segel. L'ancien interprète de Marshall dans How I Met Your Mother est également le créateur de cette anthologie délirante. À ne pas rater.

 

Photo Jason Segel, Eve LindleyUne bien belle bizarrerie

 

ET AUSSI...

Bienvenue à bord dès le 15 juillet, xXx : Reactivated dès le 18 juilllet,

 

Affiche XxX 3

commentaires

RobinDesBois
06/07/2020 à 21:20

Enchanté qu'ils mettent X-Files !

Mais quel est l'intérêt de Disney (la Fox) dans tout ça ? Pourquoi ils ne le diffusent pas eux même directement ? Parce que ça cadre mal avec "l'esprit" Disney + ? Peuvent pas créer une division "Disney Dark" ou un truc dans le genre pour diffuser leur catalogue plus sombre et adulte ? Enfin moi ça me va très bien comme ça puisque je suis abonné à Prime :)

votre commentaire