Batman v Superman : la version très noire avec Joker qu'on ne verra jamais

La Rédaction | 13 mai 2020
La Rédaction | 13 mai 2020

Avant que Zack Snyder ne soit sur le coup, Batman v Superman devait être réalisé par Wolfgang Petersen, avec Colin Farrell et Jude Law en super-héros.

Du Superman de Tim Burton avec Nicolas Cage au Justice League de George Miller, en passant par le Spider-Man de James Cameron ou le Luke Cage de Tarantino, la galaxie des super-héros à Hollywood déborde de projets abandonnés, à des stades plus ou moins avancés. Parmi eux, il y a une version de Batman v Superman peu discutée, et qui devait voir le jour des années avant que Zack Snyder n'entre dans la danse DC avec Man of Steel en 2013.

C'est dans une interview avec Collider qu'Akiva Goldsman est revenu sur ce projet abandonné. Akiva Goldsman, c'est un nom qui résonne depuis des années dans l'industrie, pour le meilleur et surtout le pire : scénariste sur Batman Forever, Batman & Robin, I, Robot ou encore Da Vinci Code, il est crédité producteur sur quantité de films, et a même réalisé un navet intergalactique avec Un amour d'hiver. Et il avait été engagé pour reprendre le scénario de ce Batman v Superman, qui aurait été bien plus sombre selon lui.

 

Photo Ben Affleck, Henry CavillBien avant ce fameux DCEU

 

C'était au début des années 2000, et alors que Warner Bros. cherchait un moyen de ramener Superman (ce qui amène à Superman Returns : on était revenus sur la naissance compliquée de ce film dans un dossier), Batman v Superman était lui aussi mis en chantier, en parallèle. Wolfgang Petersen, réalisateur de L'Histoire sans fin alors propulsé par les succès d'Air Force One et En pleine tempête, était sur le coup. Andrew Kevin Walker (Seven) a été engagé pour écrire un premier scénario, et Akiva Goldsman est arrivé dans un second temps, pour le retravailler.

A Collider, il explique :

"J'ai travaillé sur cette version de Batman v Superman vers 2001 ou 2002. Quand Colin Farrell était casté en Batman et Jude Law en Superman et Wolfgang Petersen allait le réaliser On était en prépa et c'était la chose la plus noire que vous ayiez jamais vue. Tout commençait avec les funérailles d'Alfred et Bruce était tombé amoureux, et avait renoncé à être Batman. Le Joker tue sa femme, et après on découvre que tout ça était faux. Que cet amour avait été construit par le Joker pour briser Bruce."

 

photo, Mark HamillNe manquons jamais une occasion de reparler des jeux Arkham

 

Selon des informations collectées depuis, notamment par Den of Geek, l'intrigue se déroulait cinq ans après la mort de Robin et la retraite de Batman. Après l'assassinat de sa femme, l'homme chauve-souris s'en prenait à Superman, qu'il estimait responsable puisqu'il l'avait empêché de tuer le Joker. Batman se lançait alors dans une quête de violence dans Gotham City, si bien que Superman en venait à essayer de le stopper.

Lex Luthor était aussi de la partie : il avait mis au point ce plan entier, ramené le Joker pour qu'il mette en scène le grand amour de Bruce, afin de mieux le détruire. Le film voyait finalement les deux héros réunis au-dessus du Joker, à la merci de Batman ; Superman laissait alors Bruce décider d'achever ou non son ennemi, et d'en assurer l'entière responsabilité en tant qu'homme, en retirant son masque - et il l'épargnait, bien sûr.

Une version au final pas très éloignée de celle de Zack Snyder, sans Joker (même si la mort de Robin était évoquée, et a depuis été confirmée par le réalisateur), mais avec Lex Luthor derrière un plan diabolique.

 

photo, Colin FarrellColin Farrell était apparemment Batman

 

Goldsman explique que le projet n'a jamais été suffisamment solide pour être lancé, malgré des ambitions qui étaient parvenues à exciter tous les gens impliqués. Il revendique aussi une inspiration directement liée à World's Finest Comics, une série DC publiée entre les années 40 et 80 et centrée sur Superman et Batman, et tacle au passage le projet de Tim Burton avec Nicolas Cage :

"C'était vraiment The World's Finest, d'une manière noire et intéressante. Je pense que ça aurait pu être très bien. Mais d'un autre côté, rien en moi ne regrette que le Superman avec Nicolas Cage n'ait pas pu se faire. Donc j'imagine que sur cette période, il y a eu des victoires et des défaites !"

Ce Batman v Superman tombera finalement à l'eau et la Warner changera de stratégie. Superman Returns sera lancé avec Bryan Singer et Brandon Routh, et Batman reviendra quelques années après, avec Christian Bale et Christopher Nolan dans Batman Begins. Depuis, chacun aura eu droit à un lifting, avec Henry Cavill en homme d'acier et Ben Affleck en chauve-souris, réunis dans un Batman v Superman : L’Aube de la justice qui a largement divisé à sa sortie.

Et l'avenir appartient à nouveau à d'autres, puisque Robert Pattinson sera The Batman (en salles en septembre 2021), tandis que le retour de Superman est encore incertain. Par ailleurs, si Colin Farrell n'aura finalement pas incarné le Chevalier Noir, il sera dans The Batman dans la peau du Pingouin.

 

photo, Brandon RouthVers l'infini du néant et au-delà du énième reboot

Tout savoir sur Batman v Superman : L’Aube de la justice

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Mich24
24/05/2020 à 07:51

Fan de Batman

J'ai déjà du mal à imaginer Colin Farell en Batman.
Mais Jude Law en Superman c'est a ce tordre de rire.

Vivement Synder cut, curieux de voir sa.

RobinDesBois
14/05/2020 à 15:43

@Geoffrey et c’est pour ça que je trouve pas ça terrible. Le Joker est trop imprévisible pour être utilisé. Ça dénaturerait le personnage d’en faire la marionnette de Luthor. Il y a un épisode de la série d’animation des années 90 où Luthor fait équipe avec le Joker pour vaincre Superman et Batman (ils s’échangent leur ennemi) j’ai oublié l’histoire mais dans mes vagues souvenirs le Joker était plutôt ingérable.

Geoffrey Crété - Rédaction
13/05/2020 à 17:38

@Olvers974

Comme on l'écrit, c'est bien un plan de Lex Luthor, qui a utilisé le Joker justement.

Olvers974
13/05/2020 à 17:29

ça ne me donnait pas du tout envie, je préfère de loin BvS

Ridicule à mon sens ... Genre Batman qui est ultra intelligent ne s'est pas renseigné sur la femme qui partage sa vie lol Le joker c'est la bouffonnerie , c'est l'acte immédiat, ce genre de plan ça ressemble plus à du Lex Luthor !

A Collider, il explique :

"J'ai travaillé sur cette version de Batman v Superman vers 2001 ou 2002. Quand Colin Farrell était casté en Batman et Jude Law en Superman et Wolfgang Petersen allait le réaliser On était en prépa et c'était la chose la plus noire que vous ayiez jamais vue. Tout commençait avec les funérailles d'Alfred et Bruce était tombé amoureux, et avait renoncé à être Batman. Le Joker tue sa femme, et après on découvre que tout ça était faux. Que cet amour avait été construit par le Joker pour briser Bruce."

Emynoduesp
13/05/2020 à 15:20

#ReleaseThePetersenCut...

Non, en fait le Snyder cut m ira deja tres bien. Si en plus on pouvait nous sortir le Ayer cut, ca ferait ma journee. Sauf si c est de la bouse, la je hairais les deux gus jusqu a la fin des temps pour nous avoir fait miroiter le Graal et nous servir une soupe de l armee du salut dans un gobelet du macdo.

corleone
13/05/2020 à 15:03

Excellente histoire comme beaucoup d'autres jetées à la poubelle, juste le casting des 02 héros qui craint.

RobinDesBois
13/05/2020 à 14:03

Intéressant mais alors Jude Law en Superman même avec une perruque et des séances intensives de muscu ça passe pas :o

Je trouve quand même l'histoire un peu trop extrême, à ce stade de noirceur ça devient absurde c'est du mélodrame qui vire presque à la tragicomédie voir au grand guignol.

Dirty Harry
13/05/2020 à 12:20

C'est tout de même inouï : il y a plus d'idée forte dramatiquement dans ce court Pitch que ce qu'on subit en films de super héros dans leur entière globalité (à croire que les projets avortés le sont trop or, la qualité dérange toujours les médiocres qui préfèrent rejeter que de valider cette même qualité)....du coup à la fin on se retrouve avec un super héros dont le seul but est de neutraliser une némésis plutôt costaud, comme dans un vague épisode de Power Ranger...la manipulation du Joker est ici perverse et vicieusement maléfique, les sentiments auraient pu être exarcerbés mais au lieu de ça on assiste à un banal match de boxe en CGI contre Doomsday (random gros costaud) comme enjeu narratif !

votre commentaire