Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 17 avril 2020 - MAJ : 17/04/2020 18:28
La Rédaction | 17 avril 2020 - MAJ : 17/04/2020 18:28

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

Si vous aimez le cinéma d'action, voici le meilleur du genre sur Netlflix.

Les meilleurs films et séries d'horreur Netflix, c'est par ici.

Et le meilleur de la science-fiction Netflix, c'est dans ce dossier.

Vous pouvez aussi voir la liste des meilleures séries Netflix sur Cinetrafic.

 

Logo Netflix

 

DRAGON ROUGE

Ça parle de quoi ? L'ancien agent du FBI Will Graham reprend du service pour démasquer un nouveau tueur en série, mais il va avoir besoin de l'aide de son vieil ennemi, Hannibal Lecter...

Pourquoi il faut le regarder ?  Bien sûr Brett Ratner n'est pas Jonathan DemmeRidley Scott ou Michael Mann, mais à défaut de faire preuve du génie des trois auteurs à avoir si brillamment porté les romans de Tomas Harris à l'écran, il sait s'entourer. Porté par un casting aux petits oignons, il propose une relecture scolaire mais soignée de Le Sixième sens (non pas celui avec Bruce Willis). Pour Anthony Hopkins, c'est la dernière occasion de laisser sa marque dans le rôle du redoutable psychiatre cannibal et on sent bien que le comédien s'en donne à coeur joie.

C'est d'ailleurs la principale attraction de ce long-métrage, tant le charisme de l'artiste est ici évident, et particulièrement mis en valeur par Edward Norton. Ce dernier compose un Will Graham bien loin de celui de la série Hannibal, mais on se délecte, à raison, du duel tendu qui le rapproche de son mentor fin gourmet.

 

photoQuelqu'un veut des fèves au beurre ?

  

OUTER BANKS

Ça parle de quoi ? Sur une île où les inégalités sont accentuées, John B recrute ses trois meilleurs amis pour partir à la recherche d'un trésor légendaire lié à la disparition de son père.

Pourquoi il faut le regarder ? Cette création originale de Netflix revient aux fondamentaux : du soleil, du beau gosse, de l'amour, des potes et une intrigue avec plein de fric à la clef. Présenté comme un divertissement frais, ce drame adolescent s'arrête sur des thèmes comme le deuil, la construction de soi, l'héritage et les écarts sociaux. Situé à Outer Banks en Caroline du Nord, la narration pointe les inégalités sociales à l'oeuvre, dans un lieu où "soit on a deux maisons, soit on a deux boulots".

Le personnage principal, John B (Chase Stokes), il est accompagné par sa bande de copains, des marlous qui ne pensent qu'à faire la fête. Cependant, un rebondissement intervient lorsqu'ils découvrent le bateau coulé du père de Josh, sa mort certaine et des millions de dollars qu'il aurait cachés. Créée par Josh Pate, Jonas Pate et Shannon Burke, cette série se consomme à l'apéro le week-end.

 

photo, Chase Stokes, Rudy PankowLa BG attitude

 

CODE 8

Ça parle de quoi ? Dans une ville où une minorité dotée de super-pouvoirs se retrouve stigmatisée, un travailleur désespéré décide de monnayer ses facultés pour sauver sa mère malade.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que c'est un film de super-héros un peu particulier. Ne jouant pas sur la carte costumes grandiloquents et slip couleur, ce thriller SF ancre son personnage dans une écriture réaliste. Menacé par l'Etat à cause de ses dispositions surnaturelles, Connor Reed (Robbie Amell) perd tout sens moral et décide de se mettre au service de malfrats. Bastons, contrôle des forces, pouvoirs à découvrir, belle gueule de l'acteur, toutes les cases sont cochées pour un bon divertissement.

Mais derrière le brigandage et la marchandisation de ses capacités, le héros est mu par un objectif plus noble : sauver sa mère, qui croule sous les dettes. Eh oui, on peut être un gentil Super et ne pas pouvoir payer ses factures. Dans ce cas, la solution est de tordre un peu les valeurs pour sauver ceux qu'on aime.

 

photoLa vie dehors avant le confinement

 

LA TERRE ET LE SANG

Ça parle de quoi ? Le gérant d'une scierie et sa fille se retrouvent au beau milieu d'une guerre de gangs lorsqu'un trafiquant choisit leur propriété isolée pour y cacher de la cocaïne.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que Julien Leclercq est le réalisateur français qui dynamite le cinéma d'action dans l'Hexagone. Derrière L'AssautGibraltarBraqueurs (et dernièrement Lukas qu'on a préféré oublié en revanche), le cinéaste est capable de créer des univers arides aux mises en scène impactantes et aux découpages percutants, se faisant l'espoir du genre dans nos contrées ou en tout cas se démarquant des créations aseptisées que la France a l'habitude de nous donner.

Avec La Terre et le sang, on peut donc s'attendre à un bon gros uppercut dans la face au coeur de cette intrigue qui promet un feu d'artifice d'action lorsque les enjeux auront été mis en place et que les affrontements ne pourront plus reculer. En collaborant avec Netflix, le Français a d'ailleurs sans doute eu un budget et une liberté créatrice opportune. On demande à voir.

 

Affiche officielle

 

LOVE WEDDING REPEAT

Ça parle de quoi ? Au mariage de sa soeur, Jack jongle avec des invités pénibles, un chaos insensé, et une jeune histoire d'amour... Si la même journée se répètent, les versions diffèrent.

Pourquoi il faut la regarder ? La comédie de Dean Craig (scénariste de Joyeuses funérailles) est vendue sur son côté Un jour sans fin, devenu de moins en moins rassurant à mesure que ce coup de baguette magique temporelle a été recyclé dans tous les sens, du film d'horreur (Happy Birthdead) au pur navet (Naked, aussi sur Netflix). Prudence donc, sachant que le mix entre cette formule et le décor du mariage, où l'hystérie et le romantisme cohabitent, peut donner des nausées.

Mais Love Wedding Repeat a quelques atouts dans son casting, avec Sam Claflin et Olivia Munn, deux acteurs particulièrement charistmatiques, capables de faire des étincelles dans des niaiseries insupportables (petite pensée pour Avant toi). Il y a aussi la curiosité de voir que Freida Pinto fait encore des films, apparemment. Mais c'est surtout ce duo de charme et de talent qui donne envie d'aller au mariage.

 

photo, Olivia MunnLes deux principales raisons d'y croire, soyons honnêtes

 

DE CHAIR ET D'OS 

Ça parle de quoi ? Un an après avoir résolu une série de meurtres dans la vallée du Baztan, l'inspectrice Amaia est touchée de près par un mystère lié à sa précédente enquête.

Pourquoi il faut la regarder ? Profitant de l’actuel renouveau du polar espagnol, Netflix accueille un nouveau long-métrage, deuxième chapitre de la trilogie du Baztan, après Le Gardien invisible. Le film entend capitaliser sur la curiosité du public envers le genre et ses itérations ibériques. 

Il faut dire qu’avec son corps social encore marqué par le franquisme, ses personnages hantés par la question de la transmission et moult secrets inavouables, le film se situe pile-poil au carrefour d’influences multiples, qui l’inscrivent dans une grande tradition de récits noirs et baroques. 

 

photoUne équipe de choc

 

HAPPY FEET 1 ET 2

Ça parle de quoi ? Mumble le jeune pingouin n'est pas chanteur pour un sou et n'arrive pas à trouver de partenaire, mais il a un incroyable talent : il est le roi des claquettes !

Pourquoi il faut la regarder ? Il est des réalisateurs qui métamorphosent tout ce que leur caméra enregistre. George Miller est de ceux-là. Il avait déjà sidéré les cinéphiles du monde entier avec Lorenzo et ses deux Babe, films imprévisibles, iconoclastes et réceptables inattendus à un génie dramaturgique surpuissant. Mais ce qu'il accomplit avec les deux Happy feet est sans doute encore plus dément.

En effet, la comédie musicale d'animation, à fortiori depuis l'avènement de la 3D et des longs-métrages intégralement numériques, est devenu un genre totalement industriel, favorisant les recettes au détriment des artisans. De même la liberté apparente des caméras virtuelles a pu laisser croire que le premier réalisateur venu pouvait oser des délires visuels incroyables. Un rapide coup d'oeil au travail de Miller rappelle qu'il n'en est rien, et qu'avec un sens du cadre, du rythme et de l'espace incroyable, il peut transformer un divertissement enfantin classique en grand spectacle virtuose, atteignant un niveau d'ambition visuelle que seul Ready Player One aura su émuler depuis. 

 

photoLe groove de l'empereur

  

ET AUSSI...

SergioMoi, moche et méchantMoi, moche et méchant 2Les Schtroumpfs et le Village perdu...

 

RETROUVEZ LE RECAP COMPLET DES NOUVEAUTÉS NETFLIX CHAQUE SEMAINE ICI.

 

Affiche officielle

commentaires

D@rk
18/04/2020 à 19:30

En tout cas, lundi 20 sur France 5, je révise mes classiques. Je regarde "Bullitt" de Peter Yates.

Pabol
18/04/2020 à 17:18

Julien Leclercq est vraiment un réal vraiment tout pourri, son nouveau film le prouve une nouvelle fois. Il s'est perdu en chemin: même si c'était chiant Chrysalis avait du style et on ne le retrouvera jamais dans sa filmo. Au moins il a le mérite d'être constant dans la nullité.

mada
18/04/2020 à 15:04

code 8 franchement ca vaut pas un marvel malgré la présence de notre regretté green Arrow

Chris
18/04/2020 à 13:01

J'ai vu La terre et le sang hier soir et c'etait pénible, très mou comme film, pas de rythme, et le final qui se veut intense est en fait plutôt soporifique, j'ai faillit m'endormir, pourtant le film ne dure que 1h20. Un autre film Netflix très très moyen.

Ssssss
18/04/2020 à 12:21

"si la journée se répètent".......

Guéguette
18/04/2020 à 12:18

Nouveau sur Netflix.
C'est toujours aussi fréquent les films moins récents pas dispo en HD malgré le bon abonnement??
Un truc de dingue, tu as les évadés en HD mais pas spiderman de raimi, matrix, le batman de nolan,...Plein de trucs!

Gemini
17/04/2020 à 21:35

Cette tristesse... heureusement que j'ai mes dvd/br

Adam
17/04/2020 à 20:36

code 8 se retrouve dans les top quotidiens de la plateforme. Ca m'intrigue vu le pitch pas folichon

Castaniette le petit chef
17/04/2020 à 19:29

Des vieilleries Comme d hab

votre commentaire