La Momie est-il vraiment un horrible flop pour Universal et Tom Cruise ?

Mise à jour : 19/08/2018 19:00 - Créé : 22 juillet 2017 - Geoffrey Crété
Photo Sofia Boutella
261 réactions

La nouvelle version de La Momie, premier épisode du Dark Universe d'Universal, n'a pas été à la hauteur des attentes au box-office.

Environ 390 millions de recettes pour un budget officiel de 125 millions : à première vue, La Momie d'Alex Kurtzman, avec Tom Cruise, n'est pas un grand et affreux échec financier. Le blockbuster censé lancer le Dark Universe du studio Universal est même très loin des scores de flops retentissants de ces dernières années : Green Lantern (200 millions de budget de 219 au box-office), John Carter (250 de budget de 284 au box-office), encore Jupiter : le destin de l'univers (176 de budget et 183 au box-office) ou encore le terrible Roi Arthur : La Légende d'Excalibur (175 de budget de 140 au box-office), qui reste un désastre financier de premier ordre.

Globalement peu apprécié par le public et surtout la critique, La Momie 2017, de retour après les films d'aventure avec Brendan Fraser, a néanmoins ses fans. Certains parce qu'ils aiment un film qui assure la mission du simple divertissement pop corn, d'autres parce qu'ils considèrent que la superproduction a été injustement descendue par la presse dès sa sortie.

Alors que la carrière en salles du film touche à sa fin, l'heure est venue de se pencher sur le cas La Momie, afin de comprendre si c'est bien un flop - et surtout ce que flop signifie dans l'industrie hollywoodienne.

 

Photo  Tom CruiseTom Cruise face au box-office : sa plus grande aventure en 2017

 

LE BUDGET "OFFICIEL"

Pour savoir si un film est un échec financier, il faut savoir combien d'argent a été investi. Difficile d'être précis et affirmer un chiffre précis : le budget annoncé par les studios ne comprend ni les frais marketing (bandes-annonces, affiches, making of, site internet et réseaux sociaux, tournée promo), ni les éventuels réajustements pendant la production (reshoots plus lourds que prévu puisque la plupart des blockbusters planifient d'office quelques jours de tournage supplémentaires, difficultés en post-production).

La Momie a officiellement coûté 125 millions de dollars : un chiffre typique de blockbuster qui ne comprend donc pas une partie des dépenses non négligeables du studio. S'ils restent obscurs, les frais marketing d'un blockbuster s'élèvent généralement à 50 ou 70% du budget officiel, et parfois plus selon de nombreux rapports d'experts et insiders de l'industrie, qui ont mené des enquêtes pour comprendre l'industrie au-delà des communiqués officiels.

 

Photo Tom Cruise, Jake JohnsonRegarder Tom Cruise faire sa pose. Se demander si Tom Cruise était une raison suffisante pour signer.

 

Avec une tournée promo massive très classique pour Tom Cruise, habitué à apparaître aux quatre coins du globe pour accompagner ses sorties, et beaucoup de matériel promo mis à la disposition des médias et du public (bandes-annonces, affiches, spots TV), La Momie a occupé l'espace publicitaire comme un blockbuster classique. Une expérience de réalité virtuelle a été offerte au public du festival SXSW pour la fameuse scène du crash d'avion, des spots TV ont été diffusés pendant des programmes très suivis aux Etats-Unis (avec un coût élevé pour acheter le précieux espace publicitaire), un site internet (avec possibilité de réalité virtuelle) a été créé pour présenter Prodigium, l'organisation qui fera le lien entre toutes les créatures du Dark Universe : Universal n'a pas lésiné.

Difficile d'imaginer donc que le studio n'a pas déboursé bien plus que le budget officiel, comme tous ses concurrents, pour assurer la vie du film sur la scène publique. En juin, Deadline, site hautement respecté à Hollywood, révélait après enquête en coulisses que La Momie aurait réellement coûté 345 millions : environ 195 millions pour la production elle-même (qui a vraisemblablement eu droit à des reshoots pour intégrer le futur Dark Universe), et 150 millions pour le marketing. Un budget conséquent qui n'a cependant rien d'extraordinaire dans l'industrie du blockbuster.

L'article projetait un box-office final à hauteur de 375 millions, avec une perte d'environ 95 millions pour Universal. La Momie s'approche finalement des 390 millions de dollars : c'est mieux, mais pas suffisant. Universal perdra vraisemblablement une jolie somme. Et l'éventuel merchandising ne sera pas une donnée significative, contrairement à de nombreux autres blockbusters capables de vendre des peluces et des mugs.

 

Photo Annabelle WallisAnnabelle Wallis élue poison box-office 2017 avec La Momie et Le Roi Arthur

 

LE BOX-OFFICE INTERNATIONAL

La grande question qui permettrait de nuancer la carrière du film. L'étiquette de flop a été collée au film dès sa sortie aux Etats-Unis, où il a récolté à peine 32 millions : un score supérieur à celui de Jack Reacher : Never Go Back (qui a coûté nettement moins), mais inférieur aux derniers blockbusters de Tom Cruise (47 pour Oblivion, 40 pour Edge of Tomorrow, 79 pour Mission : Impossible - Rogue Nation). La Momie a ainsi démarré en deuxième position, très loin de Wonder Woman qui était sorti la semaine précédente. 

Pourquoi le premier week-end américain est si important ? Parce qu'il témoigne de l'intérêt du public, que la concurrence est rude (en deux ou trois semaines, l'amateur de blockbuster aura d'autres nouveautés), et que la fréquentation ne pourra que chuter par la suite. Celle de La Momie a chuté de près de 53% dès la deuxième semaine, et le box-office américain s'approche difficilement des 80 millions. Aux USA, le film est donc clairement un échec.

A l'international, c'est bien mieux : plus de 390 millions de recettes. De quoi sauver le film ? Non. Première raison : 390 millions au box-office ne signifie aucunement que le studio récupère 390 millions. Deuxième raison : les recettes sur les territoires étrangers ne rapportent pas autant que les recettes américaines aux studios hollywoodiens (d'où l'importance du box-office américain). Même la Chine, considérée comme la bouée de sauvetage des superproductions, est une question complexe : environ 1/4 des recettes récoltées reviendrait au studio. Sachant qu'en plus, La Momie n'y a amassé "que" 92 millions, très loin des 213 de Warcraft - Le commencement, 159 de Resident Evil : Chapitre final ou 164 de xXx : Reactivated, la note n'est pas claire. Avec 27 millions de dollars, le film a néanmoins battu des records en Corée du sud.

En France, La Momie a attiré 1,2 millions d'entrées. C'est très loin des 3,1 du premier épisode avec Brendan Fraser, des 2,2 de la suite et même des 1,5 du troisième film beaucoup moins apprécié.

 

Photo Jake Johnson Si ça vous rappelle Uncharted, c'est pas pour rien

 

LE TOM CRUISE 

Tom Cruise a de toute évidence longuement hésité avant d'accepter le premier rôle de La Momie : fin 2015, la rumeur est tuée, avant que son casting ne soit officialisé en janvier 2016. Alors que la superstar résiste face à l'avènement des super-héros et univers partagés, le Dark Universe a semble t-il été un argument de choc, lui permettant d'entrer dans la nouvelle ère du blockbuster.

Personnalité clivante, objet de fascination à la fois admiré et méprisé, Tom Cruise est surveillé de près. L'attention qu'il a attiré au film, auquel il a offert un boulevard en terme de présence médiatique, est à double tranchant : les premiers chiffres de La Momie au box-office ont donc été décortiqués avec les outils habituels du blockbuster, mais également avec ceux de sa carrière. Cruise est-il fini ? Cruise est-il dépassé ? Cruise est-il encore bankable ? Cruise est-il la vraie Momie du film ?

 

photo Sofia BoutellaSofia Boutella : mieux vaut la voir dans Atomic Blonde

 

Si l'acteur a depuis été accusé d'être en partie responsable des problèmes de production, la faute à une implication extrême qui transforme beaucoup de ses films en "films de Tom Cruise", la chose est à relativiser. La superstar est bien connue pour sa volonté de contrôler, de près ou de loin, tous les aspects des films dans lesquels il s'engage - du scénario à la mise en scène jusqu'au marketing. Il a donc sans surprise repris en main la machine dès son arrivée (l'une des conditions probables à son casting), avec l'aide de Christopher McQuarrie, son allié depuis quelques années (réalisateur de Jack Reacher, Rogue Nation et le prochain Mission : Impossible, également co-scénariste d'Edge of Tomorrow et La Momie donc).

Mais la rumeur dit que Tom Cruise a surtout aidé à redresser la barre face à un réalisateur dépassé. A la tête d'un blockbuster pour son deuxième film, Alex Kurtzman (connu comme producteur et scénariste de gros succès comme Spider-Man, Star Trek ou Transformers) n'aurait pas été la hauteur. Le départ de Roberto Orci, son collaborateur habituel, n'a pas aidé. 

Tom Cruise a t-il sauvé ou enterré le film ? A t-il apporté son expérience pour reprendre la chose en main et limiter la casse, ou a t-il contribué à rendre La Momie plus impersonnel et bancal ? Impossible de le savoir, mais une chose semble certaine : la superstar a été un élément central de l'équation, aussi positif que négatif aux yeux du public ("C'est Mission : Impossible avec une Momie ?") et de la critique.

 

Photo Tom CruiseCruise au milieu des flammes : "Jusque là, tout va bien"

 

LE DARK UNIVERSE

Réunions de crise en perspective pour Universal qui avait annoncé en grande pompe le Dark Universe, un univers partagé à la Marvel où divers personnages iconiques coexisteront avant d'être évidemment réunis. Avant la sortie de La Momie, le studio a ainsi lâché une photo officielle de la petite famille, avec un casting quatre étoiles : Johnny Depp, Javier Bardem, Russell Crowe et Tom Cruise, aux côtés de Sofia Boutella. 

La Fiancée de Frankenstein avec Bardem, réalisé par Bill Condon, est annoncé pour février 2019. Pendant la promo, l'équipe évoque la Créature du lagon noir, Dracula, le Fantôme de l'opéra, le Loup-garou ou encore le Bossu de Notre-Dame, avec des rêves de stars un brin fous (Charlize Theron, Jennifer Lawrence, Michael Fassbender, Channing Tatum ou encore Angelina Jolie, évoquée depuis des mois).

La réalité ? L'accueil réservé à La Momie, côté public et critique, est loin d'être à la hauteur d'un tel pari. Un blockbuster se doit de rapporter des dollars et non de limiter la casse. Mais un blockbuster qui sert d'introduction à une méga-franchise, censée occuper l'espace durant de nombreuses années et fidéliser un public, pour vendre du rêve et créer l'attente, doit nécessairement briller. Encore plus lorsque le studio a réuni une brochette d'acteurs de premier ordre, qui a sans aucun doute négocié de beaux contrats, et de probables retours sur les recettes en cas de succès.

 

Photo Dark UniverseLe casting du Dark Universe : Russell Crowe, Javier Bardem, Tom Cruise, Johnny Depp et Sofia Boutella 

 

C'est d'autant plus problématique que le studio a déjà décidé d'effacer Dracula Untold, censé lancer une franchise en 2014 avant d'être un échec critique et un succès trop peu enthousiasmant (217 millions au box-office dont 56 aux USA, pour un budget de 70). Malgré des moyens titanesques déployés pour façonner un succès, avec notamment de longues négociations pour embarquer Tom Cruise, Universal semble avoir reproduit une erreur similaire. Sauf que l'addition est plus salée, et que les conséquences en terme de publicité seraient bien plus gênantes en cas d'annulation.

Aux dernières nouvelles, Universal ne change pas ses plans : La Fiancée de Frankenstein est toujours prévu, et les producteurs courtiseraient même Channing Tatum pour un film sur Van Helsing. Impossible néanmoins d'imaginer que la carrière compliquée de La Momie n'a pas fait trembler les murs du studio, et que le Dark Universe reste particulièrement fragile.

 

Affiche

 

commentaires

rararara78 25/07/2017 à 22:01

le problème du film c'est que Tom cruise joue le même rôle depuis des années et clairement c’est un frein pour les spectateurs et la ça n'a pas loupé ... De plus au visionnage du film on vois clairement Tom en roue libre il n'est pas convaincue du tout on a l'impression qu'il n'a pas était dirigé par le réalisateur qui d'ailleurs n'en est pas un , mais juste un scénariste ... et puis que dire de russel crowe qui est bouffi par l'alcool et qui n'a guère l'air convaincue lui aussi . bref il serait t'en pour les studios de comprendre que les gens en on assez du recyclage de licence La momie sa fonctionnais à l’époque aujourd'hui le concept parait juste dépasser comme celui de Frankenstein c'est périmé ça n'effraye plus les ados encore moins les adultes ... il est temps d'enterrer leur Dark universe et ses monstres apres les flops dracula la momie et Frankenstein et de miser sur de jeunes réal qui ont une vision artistique de bonne idées mais sur les quelle on ne mise jamais

Galamoth 23/07/2017 à 09:21

Je n'ai pas encore vu le film. Ce qui me freine clairement c'est la présence de Tom Cruise et même de Russell Crowe. Personnellement je trouve que ce film n'aurait pas dû avoir de "tête d'affiche", pour son bien, l'approche aurait peut être paru plus humble et sans doute moins onéreuse. Le titre sur l'affiche est pourtant important mais tout ce que l'on voit c'est le nom de Tom Cruise et l'arrière goût de "regardez la valeur sûre du film est là" reste dans la bouche en la regardant...

Rey 22/07/2017 à 20:31

Rien que l'affiche ne me donne ABSOLUMENT PAS envie de voir le film. Pour 3 raisons :
1) Tom fucking scientology Cruise (c'est la seule et unique règle inviolable pour laquelle je ne vais pas voir un film, c'est quand il est au casting. Mon fric n'ira pas à cette secte de MERDE !).
2) double pupille ??? Ils sortent ça d'où ? On parle bien d'une momie égyptienne là, non ? Pas d'un extra-terrestre !
3) puisque momie égyptienne, donc ancienne Egypte pharaonique. Alors PUTAIN, c'est quoi ces merdes de signes NI hiéroglyphiques, NI démotique, NI copte, sur la gueule de... la... truc là, extra-terrestre ???

Sky Captain 22/07/2017 à 18:24

Il faut surtout rappeler que les recettes exprimées sont brutes. A la louche, seule la moitié des recettes vont vers le distributeur/producteur (ici Universal Studios). L'autre moitié part dans les poches des exploitants : les salles de cinéma. En Chine, c'est pire : un quart pour le producteur, trois quart pour les salles.

Du coup comme il n'y a que le moitié qui revient au producteur et qu'en plus il faut inclure les frais de promo, on multiplie en général par x2,5 le budget du film pour arriver au point de rentabilité. En gros.

Ex : si la Momie a couté 150 millions, le film commencera à faire du bénéf à partir 150x2,5 = 375 millions.

corleone 22/07/2017 à 18:15

Il est écrit nulle part que le budget c'est 345M $ mais il parlent bien de toutes les charges indirectes(promo et autres) liés au budget, lire et comprendre au lieu de feuilleter l'article et écrire n'importe quoi.

Bref cela prouve que la recette Star power est définitivement démodée en cette fin des années 2010, surtout en ce qui concerne les blockbusters. On dirait qu'Universal vit dans le passé, années 90 et 2000 ou des franchises se batissaient sur les noms de stars. En tout cas ça permettra au moins à Tom Cruise de revenir à la raison, de comprendre qu'il vieillit, afin de mieux faire ses choix dorénavant.

KibuK 22/07/2017 à 18:15

La momie ne nécessitait pas de stars.
Le Dark Universe aurait (dû) pu se situer par à une époque lointaine, créant ainsi une ambiance singulière par rapport aux univers étendus.

Reallu 22/07/2017 à 17:45

Budget 345 millions ? J"ai un doute la ,si tout les films avec le marketing couter autant il n"y aurais plus de film au ciné . J"ai vu le film (gratuitement ) et c"est un bon gro navet raté pour moi , mauvais comme le film dracula untold que j"avais vu au ciné . Sinon pirate des caraibe a couter a peu pres 330 millions de dollars et niveau box office meme pas 800 millions , surtout qu"il faut diviser par 2 l"argent gagner pour les distributeur, donc on est pas pres de revoir johnny depp et franchement je menfou je suis pas fan de la saga

Y Boy 22/07/2017 à 17:17

Ce film se réfléchit en termes de box-office, recettes, univers étendu, star bankable, marketing... A aucun moment il n'est question de cinéma. Les producteurs d'Universal pourraient tout aussi bien nous vendre du vomi en boîte, si ça rapportait autant de pognon.
Et si c'était ça le problème ?

votre commentaire