Lost, les disparus : comment ABC a gâché la série en faisant pression sur les créateurs

Déborah Lechner | 1 juillet 2020 - MAJ : 02/07/2020 07:46
Déborah Lechner | 1 juillet 2020 - MAJ : 02/07/2020 07:46

Aussi adorée que détestée, Lost, les disparus est une série controversée notamment pour sa conclusion et ses (trop) nombreuses intrigues disséminées sur six saisons.

Il n'a pas fallu attendre la conclusion de Game of Thrones pour se rendre compte qu'il est quasiment impossible de boucler une série aussi populaire sans laisser de nombreux fans sur le carreau. Avant d'apprendre avec déception, voire colère, qui est finalement monté sur le trône de Westeros, le public a dû affronter le final très discuté de Lost, les disparus, qui a largement participé à transformer et moderniser le paysage télévisuel.

Avec ses intrigues délirantes en poupée-russe, son aura mystique, ses personnages complexes et sa narration jouant sur plusieurs temporalités, la série de Damon LindelofJ.J. Abrams et Jeffrey Lieber s'est très rapidement trouvé un public qu'elle a tenu en haleine sur plusieurs saisons, jusqu'à ce que la série décline progressivement, faute d'une mauvaise gestion interne. Si Lindelof a d'abord nié avoir subi de quelconques pressions de la part de ABC pour continuer à traire la vache à lait jusqu'à la sixième et ultime saison, le co-créateur reconnaît maintenant que la chaîne a effectivement poussé la série à retarder son échéance bien au-delà du raisonnable. 

 

photo, Matthew Fox"On aurait pu rentrer chez nous avant ?"

 

Les showrunners avaient pourtant évoqué la fin dès l'épisode pilote, à une époque où les séries étaient pensées différemment, sur un nombre plus conséquent de saisons, jusqu'à ce que le public se lasse et réclame autre chose, ce qui n'était pas un mécanisme viable pour Lost, comme Damon Lindelof l'a expliqué à Collider :

"L'une des notes qu'on a reçue de ABC disait : "Quand est-ce que vous allez résoudre tous ces mystères ? Et une fois que vous l'aurez fait, pourquoi les gens continueraient-ils à regarder la série ?" Ça voulait dire : "Eh bien, on va introduire de nouveaux mystères au fur et à mesure. On espère donc que pour chaque question à laquelle on répondra, on créera un nouveau mystère fascinant. Si on parvient à trouver le bon équilibre, ils ne vont pas s'accumuler". Je pense qu'on peut dire qu'on n'a pas trouvé le bon équilibre".

Mais plutôt que de penser à la qualité et à la cohérence de l'histoire autour des survivants et de l'île sur laquelle ils se sont crashés, ABC a pensé à sa longévité plus qu'autre chose, se refusant visiblement de concevoir que le renouvellement d'une série ne dépend pas forcément et uniquement de ses audiences :

 

photoSavoir sortir par la grande porte

 

"Le principe de Lost, c'était de se demander : "Qu'est-ce qu'il y a dans la trappe ? Qu'est-ce qui se passe avec le monstre ? Qui est le vrai Sawyer ? Pourquoi Locke est-il arrivé sur l'île en fauteuil roulant ? Quelle est la nature de l'île ? Pourquoi semble-t-elle en mouvement ? Qui sont les Autres ?" Il y avait tous ces mystères fascinants et on se disait : "On veut répondre à ces questions avant la fin des saisons 1 et 2 pour que la série se termine au bout de trois saisons". C'était le discours initial, mais ils ne voulaient même pas l'écouter. Ils m'ont simplement demandé : "Comprenez-vous combien il est difficile de faire une série que les gens aiment et veulent regarder ? Alors pourquoi y mettre fin ? On ne met pas fin à une série que les gens regardent".

La série ne s'est donc pas arrêtée au bout de trois saisons comme le voulaient les créateurs, qui ont renégocié leur contrat et trouvé des astuces pour traîner en longueur tout en perdant une partie du public, agacé par la direction empruntée à tâtons. Et si le final correspond à ce que Lindelof et ses collaborateurs avaient en tête, le cinéaste reconnaît que plusieurs éléments n'ont pas fonctionné dans les saisons suivantes :

 

PhotoDésolé les gars, vous allez poireauter là plus longtemps que prévu

 

"ABC pensait être dans une négociation monétaire, comme si on essayait d'obtenir plus d'argent, alors que tout ce qu'on voulait, c'était qu'ils acceptent de mettre fin à la série. [...] Et quand ABC nous disait : "Pourquoi vous voulez y mettre fin ?", on répondait : "Ces flashbacks sont limités, [...] on a l'impression de faire du surplace. Il faut changer de vitesse avec de nouveaux personnages et de nouvelles histoires, mais les gens s'intéressent toujours aux anciens personnages. On a environ huit coups d'avance et ça ne va pas se terminer en beauté". Et ils n'étaient pas d'accord avec nous. [...]  Il est devenu évident qu'on travaillait dur pour garder les personnages sur l'île, et ça commençait à être très frustrant. Les flashbacks n'étaient plus bons, certaines choses fonctionnaient, mais pas toutes."

Finalement, ABC s'est fait une raison et a commencé à planifier la fin de la série, qui devait alors arriver au terme d'une... 10e saison :

"Le président d'ABC nous a dit : "On pense faire 10 saisons. On est à la moitié de la saison 3, alors comment pensez-vous qu'on va arriver à 10 saisons ?" Ça revenait à dire qu'il ne nous laisserait pas terminer la série."

Les négociations ont ensuite convenu que la série comporterait six saisons avant de tirer sa révérence. Et si le final reste une déception pour de nombreux fans tant il a du mal à répondre à tous les mystères empilés au fil des saisons, ce n'est vraiment pas un problème pour nous. On revient d'ailleurs sur le dernier épisode de Lost pour réhabiliter la fin controversée dans le dossier juste ici.

 

Affiche

 

Tout savoir sur Lost, les disparus

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Rudy Mako
03/07/2020 à 21:18

Son trône est évocateur qu'il s'est perdu dès la saison 2

Pingu
01/07/2020 à 17:56

@Nope

Et je rappelais juste que Lost, c'est d'abord né avec deux ou trois autres personnes avant lui, et qu'il n'a finalement qu'une toute partie partie dans la série, surtout dans sa globalité (puisque le sujet était la trajectoire de Lost, le forcing de la chaîne etc).
Je sais qu'Abrams polarise et énerve, mais le placer au centre de l'équation Lost et surtout Westworld, ça me semble très simpliste, et pas très respectueux des vrais maîtres à bord.

Après oui, HBO n'est pas ABC, en terme d'exigence et liberté créative, c'est sûr. Les paroles d'Abrams sur cet article cité vont d'ailleurs dans le sens de l'article Ecran Large : HBO laisse le temps aux créatifs, et tout n'est pas dicté par le business vs ABC avec Lost, comme le redit Lindelof.

Nope
01/07/2020 à 17:48

@pingu
Je dis pas le contraire, je dis juste qu'il (Abrams) a pitché des concepts pas (assez) aboutis.
Des fois ça passe pépouz (Lost), des fois ça passe moins (Westworld) et HBO a attendu de lui (et Joy et Nolan) un travail plus abouti. Dans l'article que j'ai lu, il a reconnu lui-même qu'il ne s'attendait pas à un tel degré d'exigence de la part de la chaîne. Et je pense que ça a joué en sa faveur car la saison 1 de Westworld est globalement bonne (affaire de goût avant que ça s'emballe sur le forum).
Naturellement je ne retrouve plus l'article en question mais on peut en voir les stigmates sur celui-ci : https://screenrant.com/jj-abrams-star-wars-directing-westworld/

Pingu
01/07/2020 à 12:48

Faut arrêter de croire que J.J. Abrams crédité comme producteur = implication créative réelle et sur le long terme. Sinon autant reprocher à Spielberg la qualité de la série Minority Report, Extant, Under the Dome, Falling Skies, Terra Nova et Smash.

Westworld, c'est Jonathan Nolan et Lisa Joy. Abrams est producteur exécutif, ils sont une dizaine. Les réécritures, c'était pas Abrams vs HBO. C'était Nolan et Joy. C'est eux qui tiennent la barre depuis le début, et parlent des directions, décisions et changements depuis le départ.

Lost, c'est différent : il est co-créateur... mais là encore, il a vite été en retrait par rapport à Lindelof. L'idée de base vient d'un autre (Lloyd Braun), Lieber a été le premier à bosser dessus à la demande de producteurs (c'est donc un projet né de ce côté), d'où son crédit de co-créateur. Abrams a tout mis en place avec Lindelof, mais est parti très rapidement quand sa carrière a décollé avec Mission : Impossible 3, et Lindelof était officiellement seul maître à bord avec Carlton Cuse. Abrams est revenu en début de saison 3, mais sur 6 saisons, sa place reste finalement mineure, au-delà des bases de la mythologie, des personnages de base et de la touche fantastique. Sa carrière de réalisateur était de toute façon lancée, et l'occupait bien.

Ici, un des créateurs dit qu'il y avait un plan sur plusieurs saisons, qui a été changé et étiré pour répondre aux demandes de la chaîne. Ça semble plus que cohérent avec tout ce qui a déjà été dit à ce sujet depuis des années, et ça se sent dans la série.
Par ailleurs, avoir un plan entier sur une série, c'est plutôt l'exception. Y'a qu'à voir comment Ronald D. Moore a géré BSG. C'est la loi de cette industrie, la marge de manoeuvre pour s'adapter (au succès, aux échecs, aux problèmes) est indispensable. C'est en partie un business, qui obéit à des lois (nombre d'épisode, créneau diffusion, concurrence, etc).

Nope
01/07/2020 à 12:32

En même temps, JJ Abrams a reconnu avoir vendu cette série sur un coup de poker (enfin sur un Power Point plus précisément) sauf qu'ils n'avaient que le pitch et aucune idée du milieu ni de la fin (ceux qui l'ont vu le savent d'ailleurs). Dire que ABC a contribué au massacre de Lost, c'est pas faux maispas toute l'explication puisque la série a été construite au fur et à mesure des années.
Ca lui a fait tout drôle quand il a pitché West World à HBO qui était nettement plus exigeant que les autres chaînes en terme de consistance de la série sur le long terme (il a d'ailleurs dû sérieusement revoir sa copie, ce qui a expliqué des retards au début du projet). Parce que cette chaîne se spécialise un peu plus sur les programmes TV et un peu moins sur les haricots verts probablement.

Ethan
01/07/2020 à 11:39

La première saison c'était pas mal mais après c'est n'importe quoi.
Un peu comme Sliders.
Ils sont allés trop dans la croyance

jorgio6924
01/07/2020 à 10:51

Bien d'accord avec Florent.
Il y a un énorme décalage entre la vision marketing de la chaine et la vision artistique de son créateur.
ABC, AMC, Fox et consort... Soit ils rongent le concept jusqu'à l’écœurement comme c'est le cas pour Walking Dead. Soit ils détruisent l’œuvre directement dans l’œuf comme la Fox et Firefly (épisodes dans le désordres... bande de salauds !!) ou Dollhouse où Joss Whedon a été obligé de réécrire le premiers épisodes jugés trop nihilistes (et perdre le public d'emblée...).

Pseudo1
01/07/2020 à 10:28

@maxleresistant
Va dire ça à Walking Dead, NCIS, Big Bang Theory, les séries du ArrowVerse, Hawaii 5-0...
Quand ça cartonne, c'est rare que les chaines acceptent de conclure si facilement :)
La différence aujd, c'est qu'il y a tellement de séries et diffuseurs différents qu'il est beaucoup plus dur de séduire un max de spectateurs (sans compter la qualité qui a globalement baissé, à mon avis, à quelques exceptions)

Florent
01/07/2020 à 10:26

Pour les chaînes, produire des séries TV ou vendre des haricots, c'est la même chose, juste un moyen de gagner sa vie.

maxleresistant
01/07/2020 à 09:27

Heureusement les choses ont bien changées ajd. C'est de plus en plus rare de voir les séries durer trop longtemps.

votre commentaire