Lost : la fin n'est pas ratée, explications

Déborah Lechner | 26 avril 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Déborah Lechner | 26 avril 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Il n'est jamais trop tard pour réhabiliter une fin de série, même si le final de Lost, les disparus fait partie des plus controversés du monde du petit écran.

Cela fait pratiquement neuf ans que le dernier épisode de Lost, les disparus a été diffusé sur la chaîne ABC. Pendant six saisons, la série a été un véritable phénomène culturel hystérisant les fans. Malgré tout cet engouement, c’est le 121e et dernier épisode qui a le plus marqué les téléspectateurs, mais pas de la meilleure des manières. Entre colère et déception, La Fin, si sobrement intitulée, a fait passer Lost dans la catégorie des séries coriaces à mater tant elle est devenue incompréhensible.

Même les fans qui ont apprécié ce final sont obligés de le reconnaître, s’il a déplu à autant de personnes, c’est juste qu’il était décevant. Pour autant, cette fin et plus globalement la série, est loin d’être horrible et imbitable comme elle est souvent décriée quand on s’y attarde un peu. L'arrivée des six saisons sur Amazon Prime Video, est l'occasion parfaite !

 

ATTENTION SPOILERS ÉVIDEMMENT ! 

EDIT : dossier publié initialement en juillet 2019, ressortie à l'occasion de l'arrivée de l'intégrale de la série sur Amazon Prime Video en France 

 

photo, Matthew Fox"Ils attendent neuf ans pour laver notre honneur quand même"

 

QUÉSACO ?

Sans s’amuser à résumer le pourquoi du comment, le dernier épisode de Lost se déroule dans deux réalités différentes. La première, qui correspond à la nôtre, se déroule sur l’île. Jack (Matthew Fox), devenu son protecteur, tue l’Homme en noir (Titus Welliver) qui avait pris l’apparence de John Locke (Terry O'Quinn), avant de mourir lui aussi des suites de ses blessures. C’est alors Hurley (Jorge Garcia) qui est désigné comme successeur pour veiller sur l’île avec l’aide de Ben (Michael Emerson).

L’autre partie de l’action se déroule dans une réalité alternative dans laquelle l’avion ne s’est jamais crashé et où tous les personnages mènent une vie différente. Cette réalité alternative est en fait un passage vers l’au-delà où toutes les personnes qui s’y trouvent sont mortes depuis déjà belle lurette.

Donc, l’Homme en noir est mort, Locke et Jack aussi. Hurley et Ben restent sur l’île pour la protéger. Sawyer (Josh Holloway), Richard (Nestor Carbonell), Kate (Evangeline Lilly), Claire (Emilie de Ravin), Lapidus (Jeff Fahey) et Miles (Ken Leung) quittent l’île à bord de l’avion Al Jazeera. Leurs âmes finissent par se retrouver dans l'Église des décennies plus tard pour rejoindre l’au-delà. Jusque-là, ça va.

 

photo, Evangeline Lilly, Terry O'Quinn, Matthew Fox, Jorge Garcia"C'est très simple, vous allez voir"

 

WHAT HAPPENED, HAPPENED

La fin de Lost, c’est comme pour un enfant, même s’il est moche, tant qu’il est désiré, ça va. Le dernier épisode n’est pas incroyable esthétiquement parlant. La luminosité à l’intérieur de l’Eglise et de la Source est à la limite du grotesque comme le principe du bouchon d’évier qui retient l'eau, sans parler du tremblement de terre qui manque de réalisme. Ce n’est cependant pas ce genre de détails qui a attisé la colère des fans, mais plutôt le fait que le final ne se concentre absolument pas sur la résolution des intrigues.

Le co-créateur et coproducteur de la série, Damon Lindelof savait très bien que La Fin laisserait une partie des fans sur leur faim (sans mauvais jeux de mots). Il a précisé que les téléspectateurs qui regardaient la série pour obtenir des réponses ne pourraient pas aimer cette conclusion avant d’ajouter : "Je ne m'excuse pas de ce dénouement, j'ai le sentiment d'avoir réalisé le final que je voulais vraiment."

Et ce qu’il voulait vraiment, ce n’était pas du tout dévoiler que depuis le début tout le monde était mort sur l'île qui était une sorte de purgatoire où il fallait racheter son âme, que tout se passait dans la tête de Jack ou autre élucubration qui aurait en effet été une façon bien médiocre de conclure. Les dernières minutes de l'épisode ont induit pas mal de monde en erreur. Alors qu’il est sur le point de mourir, Jack repasse devant la chaussure abandonnée dans la forêt de bambous du premier épisode. Il meurt dans la même position et à l’endroit exact où il avait rouvert les yeux après le crash.

Certains fans ont alors pensé qu’il ne s’était jamais réveillé. Le dernier plan, après le générique, de l’avion écrasé sur la plage sans aucun passager aux alentours a fini d’ancrer cette théorie dans la tête des téléspectateurs. Mais non, ce qui est arrivé est arrivé.

 

photoLe passage vers l'au-delà ouvert par Christian Shepard (John Terry)

 

NO PAIN, NO GAIN

Dans cet ultime épisode, rien n'explique concrètement à quoi rime tout ce foutoir. Les téléspectateurs s'attendaient à ce qu'un personnage se pose cinq minutes devant la caméra avec un texte du genre : "Ah oui, j'allais oublier, chers rescapés, asseyez-vous, je vais vous dire ce qu'est l'île et répondre aux, approximativement, 4526 énigmes qui l'entourent". Sauf que non, ce serait nous prendre pour des assistés puisque la série avait déjà ouvert pas mal de pistes de réflexion. Il suffit, avec un peu d'effort, de rassembler tous ces éléments de réponse.

La première frustration des fans a été de ne pas savoir précisément ce qu'était l'île à la fin du dernier épisode. D'après tout ce qui a été dit à travers les saisons, on peut tirer la conclusion qu'elle n'a pas réellement de vertus magiques, mais plutôt des propriétés d'ordre physique. L'île serait un gros caillou qui flotte comme les autres si elle n'était pas située en dessous d'une poche électromagnétique d'une rare puissance.

 

photo, Lost, les disparus, Dominic Monaghan"Tu sais ce qu'il y a d'autre d'une rare puissance ?"

 

Cette poche s'appelle aussi la Source et pratiquement toutes les énigmes autour de l'île en découlent, à savoir ses vertus curatives, l'identité de la Fumée noire, la venue du projet Dharma et la présence des Autres, le rôle de la roue géante et de la station de l'Orchidée ou encore le fait que l'île se déplace dans l'espace et le temps tout comme Desmond (Henry Ian Cusick). Il faut juste accepter l'idée que l'électromagnétisme permette tout ça.

D'autres questions reviennent régulièrement, comme le mystère de la statue géante. Cet édifice représente la déesse égyptienne Taouret qui symbolisait la fertilité et l'assurance d'un accouchement sans risque (LOL). Cela nous indique surtout qu'avant la mère adoptive de Jacob et de son frère, c'était un peuple d'origine égyptienne qui protégeait l'île, tout comme il devait y avoir d'autres gens avant eux et ainsi de suite.

Concernant ce fameux ours blanc, il fait juste partie des rescapés du projet Dharma, comme les requins qui attaquent le radeau de Sawyer, Jin (Daniel Dae Kim), Walt (Malcolm David Kelley) et Michael (Harold Perrineau). Il est expliqué, notamment à travers les vidéos d'orientation du docteur Pierre Chang (François Chau), que les scientifiques de Dharma étudiaient la zoologie et que des ours polaires avaient été utilisés pour des expériences génétiques et climatiques. Quand Kate et Sawyer sont kidnappés par les Autres, ils sont d'ailleurs enfermés dans des cages à ours.

 

photo, Evangeline Lilly, Naveen Andrews"Mouais, on aurait pu le deviner aussi, Einstein"

 

4 8 15 16 23 42

Lost, les disparus a su accrocher son public en instaurant dès le départ une ambiance surnaturelle. Accumuler les intrigues pour susciter les spéculations a été la marque de fabrique de la série qui s'est progressivement détournée de ses véritables intentions. Si on prenait la série comme l'histoire d'un groupe de rescapés tentant de s'échapper d'une île mystérieuse après le crash de leur avion, on s'est bien fait avoir.

Lost, c'est d'abord l'histoire de Jacob (Mark Pellegrino), un homme quasi-immortel chargé de veiller sur une île et de se trouver un remplaçant malgré le sabotage de son frère. Les évènements se concentrent sur les passagers du vol Oceanic 815 qui ne sont que des personnes amenées sur l'île parmi d'autres (Le Rocher Noire, l'équipage de Rousseau ...). Ce n'est que vers la fin de la série que l'histoire se recentre brutalement sur Jacob, qui incarne le destin et irrémédiablement la fatalité. En observant le monde extérieur, il a choisi ses candidats, les a liés à une destinée commune et les a laissés évoluer sachant qu'ils seraient tous ramenés vers lui d'une façon ou d'une autre.

Cette notion de destin et donc de foi est le leitmotiv de John dont l'idéologie s'oppose à celle de Jack, un homme de science pour qui rien n'est écrit à l'avance. De leur côté, les rescapés étaient tous perdus et seuls, mais finissent par faire la paix avec leur passé, généralement en se liant à une autre personne sur l'île, comme ils y étaient de toute façon destinés.

 

photo, Matthew Fox"Et pourquoi Jacob est immortel en fait ?"

 

Dans ce sens, le dernier épisode est une conclusion tout ce qu'il y a de plus cohérente. L'Homme en noir a été vaincu, Jacob a trouvé son remplaçant et toutes les âmes des survivants ont trouvé la paix en retrouvant leur "âme soeur" (Jack-Kate/Sawyer-Juliette/Hurley-Libby/Claire-Charlie...). Ceux qui n'y sont pas parvenus et sont restés seuls, comme Ben et Ana Lucia (Michelle Rodriguez) n'ont d'ailleurs pas rejoint l'au-delà.

Là où ça coince, c'est qu'en emboîtant les intrigues comme des poupées russes, Lost s'est noyé dans sa propre mythologie, qu'elle a étirée pour continuer à faire tourner la machine à billets. Certaines questions non résolues n'entachent en rien la compréhension de la série comme savoir pourquoi le sable noir éloigne le Monstre ou pourquoi Libby (Cynthia Watros) s'est rendue en Australie, elle fait ce qu'elle veut encore !

Mais quand un arc narratif sur Walt, qui visiblement est plus important que les autres passagers, s'ouvre et n'aboutit jamais, c'est frustrant. Certaines questions sont volontairement laissées sans réponses explicites (la nature de l'île, la statue, les Autres, le Temple...), mais là c'est difficile de ne pas crier à la paresse d'écriture. Pareil pour la suite de numéros qui ont visiblement une importance majeure, mais qui ont mille significations. Entre l'équation de Valenzetti qui prédit la fin du monde, les numéros de loto maudits, le numéro de série sur la trappe du bunker, le code à entrer dans l'Orchidée et les numéros qui correspondent à la liste de Jacob, c'est l'exemple ultime du serpent qui se mord la queue.

 

photo, Lost, les disparusLa tête des fans quand ils cherchent à comprendre ce que représentent les numéros

 

Tout compte fait, le final de Lost, les disparus a déplu à ses fans parce qu'il représente l'équilibre bancal de la série qui découle des dérives de son business. L'oeuvre sert avant tout un propos spirituel et métaphysique sur la vie après la mort et l'existence du libre arbitre. Mais le succès de son atmosphère surnaturelle et de ses intrigues toujours plus nombreuses a poussé les scénaristes à s'enfoncer dans des tergiversations fantastiques qui ont nui au propos de base.

En cela, le dernier épisode revient brutalement à quelque chose de philosophique beaucoup plus en accord avec l'intention de départ, alors que les précédents épisodes eux s'en étaient éloigné. La Fin n'est pas une conclusion incohérente, ce n'est juste pas celle à laquelle les fans s'attendaient.

Évidemment, cette fin de série critiquée et loin d'être la seule, d'ailleurs la rédaction est revenue sur quelques-unes d'entre elles et c'est de ce côté-ci.

 

Affiche"T'as toujours pas expliqué pourquoi et comment Jacob est immortel"

Tout savoir sur Lost, les disparus

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Jpesc
03/09/2021 à 23:44

Cette série m’a énormément touché et m’interpelle vivement....

Giorgio75
25/08/2021 à 21:48

@Quenta a très bien résumé, je suis du même avis.

Oooo
27/05/2021 à 23:00

Une autre saison 6 et une suite ce serait génial avec les mêmes acteurs bien sûr

Eddy
11/04/2021 à 20:36

Just genial...

quenta
23/11/2020 à 08:45

J'aime bien lorsqu'on laisse la place a l'imagination, mais il ne faut pas que ce soit pour faciliter un scénario bancal.... On a quand même bien l'impression que les scénaristes nous ont balancé des énigmes pendant toutes les saisons, sans trop savoir comment ça allait se terminer, voire se passer tout court. J'ai beaucoup aimé l'idée de Lost et le style était assez sympathique au départ. Mais hormis ça, on voit que c'est un patchwork d'idées, mais qui donne rien a la fin.

Thanos
21/09/2020 à 21:54

"L'avion d'Al-Jazeera"

Really nigga?

beala
21/08/2020 à 22:34

J'ai beaucoup aimé cette série jusqu'à ce que je comprenne que comme la plupart des séries américaines, tout tourne autour de la religion. C'est tellement facile de terminer une super série surnaturelle avec un dénouement religieux. J'aurais aimé un peu plus d'imagination du scénariste.

Ninia
01/08/2020 à 16:06

Je viens de me refaire les 6 saisons et franchement c'est ma série préférée et de loin avant même Fringe qui m'a vraiment plu aussi.
Le fait que l'on explique pas tout nous permet de faire appel à notre imagination. Les personnes cartésiennes comme mon mari ne se retrouvent pas dans cette série.
Moi j'ai adoré.

sauyer
23/07/2020 à 15:46

serie incroyable rien de mieux depuis .Alors refaire une autre saison 6 ou , et, une suite avec les acteurs d origine

sylvinception
01/07/2020 à 15:35

"Cette réalité alternative est en fait un passage vers l’au-delà où toutes les personnes qui s’y trouvent sont mortes depuis déjà belle lurette."

Et même qu'on a mis supra méga longtemps à piger!!
(lolilol)

Plus
votre commentaire