Netflix et EuropaCorp, la société de Luc Besson, sont en discussion pour un partenariat

Lino Cassinat | 31 janvier 2018
Lino Cassinat | 31 janvier 2018

Variety nous en apprend aujourd'hui que Luc Besson et Netflix sont en négociations pour produire ensemble des films, en échange d'un rachat de catalogue.

On vous en parlait récemment : depuis les résultats pas terribles de Valerian et la Cité des mille planètes, globalement, ça va pas très bien chez EuropaCorp, la société fondée et détenue par Luc Besson.

En dehors d'un plan de licenciement drastique, la société est également en ce moment en train de chercher activement des investisseurs pour se recapitaliser en urgence et éviter de crouler sous sa dette de 230 millions d'euros (285 millions de dollars). Et parmis les invesstisseurs intéressés, on trouve, d'après Variety, le producteur et homme d'affaires Tarak Ben Ammar, la société Lionsgate... et surtout Netflix.

 

Photo Luc Besson

Luc Besson sur le tournage de Valerian

 

Concernant ce dernier, Variety relaie une rumeur qui voudrait que le deal consiste pour Europa à produire des films à environ 30 millions pour Netflix, mais labelisés "contenu original Netflix". Cette fourchette de budget était celle prévue par la société pour les années à venir, notamment pour Anna, le film d'action que Besson tourne actuellement.

On peut se risquer à en déduire qu'Europa ne serait donc qu'un exécutant mais n'aurait pas de contrôle créatif absolu. En échange, Netflix devrait racheter une partie du catalogue de la société de Luc Besson (estimé à 150 million d'euros - 186 millions de dollars), qui contient des franchises au potentiel important comme Taken, Taxi ou Le Transporteur.

 

Photo Michelle Yeoh, Luc Besson

Luc Besson sur le tournage de The Lady

 

Évidemment, aucune des deux sociétés n'a souhaité commenter cette rumeur, et on ne sait pas si EuropaCorp est censé produire des films en langue anglaise ou en langue française, ou les deux. Ce qu'on sait en revanche, c'est que si ce marché devait avoir lieu tel qu'il vient d'être exposé, cela représenterait un mouvement inhabituel des deux parties.

Netflix n'a en effet pas pour habitude de racheter des sociétés : elle ne l'a fait qu'une fois dans son histoire en août dernier (Millaworld, la société de publication de Mark Millar). De l'autre côté, la bande de Luc Besson est habituée à des canaux de distribution très différents, s'appuyant notamment sur de forts partenariats avec des sociétés de distributions indépendantes propres à chaque territoire ou régions.

Encore une fois, rien n'est signé et rien n'a été officiellement annoncé, mais on va suire ça de près. De là à espérer/craindre une suite à Valerian et la Cité des mille planètes, sous une forme ou une autre sur Netflix, il n'y a qu'un pas. Luc Besson a pour sa part assuré qu'il était prêt à repartir dans l'espace.

 

Valerian et la Cité des Mille Planètes - Luc Besson

Le film de la décevance

commentaires

tom's
01/02/2018 à 04:13

Pars dans l'espace luc tu ferais plaiSir a beaucoup

Euh!
31/01/2018 à 17:46

Ouais ça peut être que bénéfique si c’est avéré!
Et puis une série de Valerian/Netflix ca pourrait être canon vu la qualité des productions netflix.
Un petit reboot, un nouveaux casting, une direction artistique plus fidèle à la bd et on oublie vite le gros navet de besson.

Manu
31/01/2018 à 16:05

Intéressant ? faudrait déjà savoir concrètement en quoi consiste ce deal, car là on a juste l'impression que Europacorp, en pleine phase de décomposition, va se retrouver aspirer par le géant américain. Tu parles d'un super plan....

Zanta
31/01/2018 à 14:37

En effet, une série Valerian serait une excellente idée.
Depuis l'arrêt de "Sense Eight", la plateforme a besoin d'une série de SF grand public. D'autant que la nouvelle venue "Altered Carbon" s'annonce assez sombre...
...
Bon après, y'a aussi des chances qu'on se retrouve avec une série Colombiana.

Tousen
31/01/2018 à 13:29

AH ce serait good sa...#netflixandchilltoomuch

Thierry
31/01/2018 à 13:24

Intéressants mouvements potentiels ici, avec Netflix encadrant le travail de Luc Besson, et qui sait, un jour et pourquoi pas, une série Valerian : les histoires sont là, les effets spéciaux et objets numériques ont déjà été créés, l'univers Valerian est déjà en place, il "suffira" de le décliner", avec de vrais scénarios et sans dépenser des sommes astronomiques.

L'avenir nous le dira, mais il est possible que Netflix devienne la meilleure chose qui pouvait arriver à Luc Besson pour retrouver un second souffle.

votre commentaire