Alita : Battle Angel a t-il vraiment été un désastre financier qui enterre la suite ?

Geoffrey Crété | 14 juillet 2019 - MAJ : 15/07/2019 16:54
Geoffrey Crété | 14 juillet 2019 - MAJ : 15/07/2019 16:54

Retour sur la carrière au box-office d'Alita : Battle Angel.

Dans une année 2019 qui semble particulièrement tiède côté blockbusters, que ce soit niveau créatif ou financier, Alita : Battle Angel est pour beaucoup le rayon de lumière qui éclaire l'obscure médiocrité. 

Produit par James Cameron, réalisé par Robert Rodriguez, adapté des mangas cultes de Yukito Kishiro, le blockbuster porté par Rosa Salazar était l'un des événements de ce début d'année. Mais malgré les ambitions et espoirs, il n'a pas vraiment rencontré son public. Et s'il a évité le flop absolu au terme de sa carrière en salles, il a refroidi bien des envies, au point de sérieusement mettre en danger les projets de suite.

Retour sur la carrière au box-office de Gunnm version Hollywood.

 

 

 

LE BUDGET

170 millions. Un budget typique de blockbuster, qui se situe entre Godzilla II : Roi des Monstres (160 millions) et X-Men : Dark Phoenix (200 millions). C'est la fourchette moyenne des films de super-héros, celle d'un Ant-Man et la GuêpeSuicide SquadSpider-Man : Homecoming ou Captain Marvel.

James Cameron n'a pas caché qu'un tel budget équivaut à beaucoup de pression financière, avec beaucoup d'attente pour le studio. Le budget initial d'environ 200 millions aurait été revu à la baisse grâce à des réductions de taxe avec l'état du Texas et la Nouvelle-Zélande.

À ce budget officiel s'ajoute le budget marketing, farouchement gardé par les studios. À ce niveau, c'est un coût qui se compte en plusieurs dizaines de millions de dollars, pour tout ce qui relève de la promo en elle-même et de la distribution. Ce budget marketing peut exploser (plus de 180 millions sur Jurassic World : Fallen Kingdom, comme expliqué ici), et atteint bien souvent les 100 millions.

Au minimum, Alita aurait donc coûté dans les 250 millions.

 

photo, Rosa Salazar, James Cameron, Robert RodriguezReady to fight

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

404,8 millions récoltés dans le monde. C'est pour l'instant le 9e plus gros succès de 2019, devant Godzilla II : Roi des Monstres (378,5 millions) et Shazam! (364 millions), et derrière Pokémon : Détective Pikachu (427 millions). C'est très loin des leaders, Avengers : Endgame (2,7 milliards) et Captain Marvel (1,1 milliard). A priori, il devrait rester dans le top 20 d'ici la fin de l'année, sauf si la majorité des blockbusters devaient tous être des cartons.

C'est sans surprise le plus gros succès de Robert Rodriguez, qui n'avait jamais manié un budget si énorme. Le premier Sin City avait engrangé dans les 159 millions (environ 210 avec l'inflation), et Spy Kids 3 : Mission 3D dans les 197 millions (environ 275 avec l'inflation);

Pour James Cameron, c'est évidemment loin de ses succès comme réalisateur. Comme producteur, c'est néanmoins beaucoup mieux que Sanctum (à peine 109 millions), qui était un tout petit budget en comparaison. Alita : Battle Angel est donc un cas à part pour les deux hommes.

 

photoTenir tête à la concurrence féroce

 

LE BOX-OFFICE AMÉRICAIN

85,7 millions. C'est pour l'instant le 18e plus gros succès sur le territoire américain en 2019, devant Men in Black : International et X-Men : Dark Phoenix, et derrière Godzilla II : Roi des Monstres notamment. C'est là le plus gros problème d'Alita : le box-office domestique étant important pour les studios (qui y récupèrent plus que partout ailleurs), se planter ici est un gros frein pour les finances.

Alita : Battle Angel a encaissé seulement 28,5 millions pour son premier week-end, prouvant très vite l'engouement trop limité du public américain. Sur un mois de février qui a vu Black Panther décoller avec plus de 200 millions, et Deadpool avec plus de 130 millions, c'est une douche froide.

 

photo, Christoph Waltz, Rosa Salazar Quand tu veux vendre ton bébé aux locaux

 

LE BOX-OFFICE INTERNATIONAL

Alita : Battle Angel a bien plus intéressé dans le reste du monde, et récolté 319,1 millions à l'international. C'est quasiment 80% de son box-office total, et c'est un déséquilibre énorme, quoique courant pour les blockbusters.

Le film a surtout marché en France (17 millions), en Corée du Sud (16 millions), en Russie et au Royaume-Uni (12 millions).

Mais c'est la Chine qui a sauvé la mise avec plus de 133 millions. Un chiffre loin d'un carton fou comme Warcraft, le commencement (213,5 millions en 2016, et seulement 47 millions côté domestique : le déséquilibre était encore plus grand), mais qui rappelle un Pacific Rim : Uprising qui avait encaissé une centaine de millions en Chine et à peine 60 côté domestique. Ready Player One est un autre récent exemple, qui a engrangé plus de 218 millions en Chine, bien plus que les 137 côté domestique. 

Hormis des cas spéciaux de coproduction locale (Venom, ou Godzilla II : Roi des Monstres), un carton en Chine reste à double tranchant : la réglementation très stricte ne ramène qu'environ 1/4 au studio, ce qui nuance grandement les chiffres.

 

photo AlitaLe petit sourire de la presque victoire

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS

2 millions d'entrées. C'est certes loin des 6,7 millions d'Avengers : Endgame et des 6,6 millions de Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? (la France, championne de la schizophrénie), ou même des 3,3 millions de Captain Marvel, mais Alita : Battle Angel est jusque-là le 9e plus gros succès, devant La Mule et derrière Green Book : Sur les routes du Sud.

Pour James Cameron, c'est évidemment loin, très loin de Titanic (21,7 millions d'entrées), et Avatar (14,7 millions). C'est également loin de Terminator 2 : Le Jugement dernier (6,1 millions) et Terminator (3 millions). Mais c'est proche d'Aliens, le retour (1,7 million), Abyss (1,9 million) et True Lies (1,8 million).

Pour Robert Rodriguez, c'est un record, devant The Faculty (1,5 million) et Sin City (1,2 million).

 

photo, Rosa SalazarLa France aime Alita

 

LE BILAN

Environ 250 millions de budget au total, 85 millions et quelques au box-office domestique, 186 millions à l'international et 133 en Chine : le bilan n'est pas glorieux pour Alita.

Le seuil de rentabilité était situé entre 350-400 millions, et 500 millions, selon les sources. Avec à peine 405 millions dans le monde (sans compter les ventes TV, vidéo, et l'éventuel merchandising s'il pèse vraiment), le blockbuster aurait donc évité le désastre. Mais avec une telle importance de la Chine, et un four au box-office domestique, la Fox a probablement perdu de l'argent sur le film. Et au minimum, c'est loin d'être un bon signal pour une franchise en devenir, qui ne cache absolument pas ses ambitions pour au moins une suite.

 

photo, Rosa SalazarDébrancher la machine à franchise

 

LES CAUSES

La première : le matériau n'a pas parlé au grand public. Ghost in the Shell a prouvé en 2017 qu'un manga culte adapté en blockbuster n'est aucunement une garantie de succès. Vendre Gunnm au public, notamment américain, était donc un vrai pari malgré l'univers de SF familier (lutte des classes, robots, etc.).

Les premières images n'ont pas aidé en dévoilant une Alita aux gros yeux, qui a décontenancé pas mal de monde. L'impression d'avoir affaire à un film bizarre, nettement moins "normal" que la plupart des superproductions et franchises devenues familières, n'a probablement pas aidé. Pour le public, il y avait ici un vrai pari : celui de donner sa chance à un film "autre", plutôt qu'un énième épisode d'une saga appréciée. Que le studio ait choisi de ne pas caster d'actrice connue pour incarner l'héroïne n'a pas aidé le public à être rassuré, et identifier la chose. Alita : Battle Angel aura ainsi été perçu comme un film de niche - trop geek pour le grand public, et trop grand public pour les geeks peut-être.

 

photo, Robert RodriguezRobert Rodriguez sur le tournage d'Alita

 

Le studio a pourtant mis les bouchées doubles pour vendre le film. Présentation lors de divers rendez-vous avec le public et le milieu, et soutien très médiatisé de James Cameron qui ne manquait pas une occasion de faire le VRP. Et c'est là la deuxième raison invoquée : la promo et les choix marketing. À qui Alita : Battle Angel devait-il s'adresser ? Insister sur la romance et l'héroïne qui se découvre, pour parler aux fans de young adult et au jeune public ? Mettre en avant l'univers steampunk et les mangas pour séduire les cinéphiles et connaisseurs ?

Miser sur un film non attaché à une franchise avec un tel budget devient de plus en plus risqué et extraordinaire, et avant de blâmer les méchants studios, il faut regarder le box-office chaque année pour comprendre leurs craintes et réticences. Cowboys & envahisseurs, A la poursuite de demain, John Carter ou Jupiter : Le Destin de l'univers sont autant d'exemples parlants.

N'oublions pas que le film devait à l'origine sortir fin décembre, face à Aquaman et Bumblebee. La Fox et James Cameron ont décidé de le repousser (X-Men : Dark Phoenix en a été une victime collatérale) vu les estimations très moyennes du démarrage. Ce n'est pas non plus la critique qui a posé problème, puisqu'elle a globalement été mitigée, mais pas assassine.

 

photoTuer, dépecer, analyser

 

LES CONSÉQUENCES

La première : la suite envisagée et fortement teasée à la fin semble mal partieJames Cameron a bien insisté sur le fait qu'elle ne serait lancée que si le public répondait à l'appel, et le bilan très mitigé semble indiquer que ça n'est pas le cas. Un blockbuster à presque 200 millions n'est pas là pour rentrer à peu près dans ses frais, mais pour rapporter gros. Et une suite n'est pas là pour retester l'intérêt du public, mais pour surfer sur un engouement et au contraire limiter les risques.

Rodriguez et Cameron ont joué le jeu de la promo, en parlant des plans pour une trilogie. Et les mangas de Yukito Kishiro sont d'une richesse folle, donnant beaucoup de matière à exploiter. Mais ça n'a pas suffi.

 

photo, Rosa Salazar, Keean JohnsonAu loin, les rêves évanouis

 

Le rachat de tout l'univers Fox par Disney n'aide pas. Le studio de Mickey a commencé à revoir les priorités, quitte à annuler certains projets. Difficile de prévoir ce que Disney fera d'Alita, mais nul doute que le box-office de Battle Angel ne fera pas de cette franchise potentielle une valeur sûre. Pour beaucoup, la seule issue serait James Cameron : passionné par Alita depuis des années (il a longtemps prévu de réaliser le film), il pourrait utiliser Avatar 2 et Avatar 3 comme levier. Si les deux suites tant attendues (et encore repoussées) rencontrent le succès attendu et explosent encore des records, le cinéaste pourrait gagner un joker chez Disney. Et Alita 2 pourrait alors décoller. Peut-être.

 

Alita : Battle Angel, disponible en DVD et Blu-ray le 24 juillet.

 

Affiche française

commentaires

math
21/07/2019 à 23:18

Après avoir vu furtivement de la promo à l'époque de sa sortie avec ces GROS YEUX j'avais été bien refroidi !!! C'est quoi ce nanar mal fait !!!
Mais je l'ai vu hier soir, j'ai bien apprécié, je m'attendais vraiment à de la daub.
Je me suis arrêté comme un con à ce visage mal proportionné, mais une fois cette erreur oubliée, le film est vraiment sympa, bel univers.

Brain
21/07/2019 à 17:20

y'a des pubs russes dans les commentaires maintenant ?

Chris11
21/07/2019 à 09:17

ATTENTION SPOILERS
Vu hier et plutôt bien aimé, une bonne surprise.
Sur l'adaptation, certains détails m'ont fait tiquer (Zapan qui a l'acier de damas et tue le cyborg désossé, Ido "Dyson" qui n'a plus son emblème, Chiren??...), et d'autres m'ont fait hurler (Nova en médium/hacker, Vector qui a un destin si alambiqué dans le manga réduit à son simple porte voix, et la fin très hollywoodienne) mais l'ensemble reste de bonne facture. Il faut rappeler qu'une adaptation est ce qu'elle est, une adaptation, cad que tout peut ne pas être identique au manga non plus, mais doit s'adapter au format cinéma en restant cohérent. Et de ce point de vue là, je trouve difficile de dire que ça ne remplit pas le job, même si tout n'est pas parfait.
Par contre, deux vrais gros regrets : 1) la disparition quasi totale des motivations des personnages, on en apprend plus sur Ido en 15 pages de manga qu'en 2h de film. Pareil pour Zapan ou Grewischka (je sais plus son nom dans le manga), qui sont tout sauf des êtres unidimensionnels, et ce qui faisait toute la psychologie du manga! et 2) ces PUT*** de gros yeux de M**** mais qu'est ce qui a pris à James Cameron ou Robert Rodriguez??? Qu'on ne me fasse pas croire que ces yeux là n'ont pas rebuté un paquet de monde pour aller voir le film en salles.

Pat
21/07/2019 à 04:53

Trop Top, j'ai adoré le film vivement la suite, on n'aime ou pas le film c'est d'aller au cinéma voilà ! En attendant je vais pas raté la sortie en blu ray.

Life is Hard
19/07/2019 à 18:41

Non mais si Disney a récupéré les droits, il faut simplement oublier, et moi-même qui désire vraiment cette suite, j'en viens à souhaiter qu'elle ne se fasse pas. Car il ne faut pas rêver, avec Tonton Picsou à la barre, rien que le premier film aurait eu une toute autre gueule - et pas une de porte-bonheur.

Reste ce premier film, somme toute superbe, et je crois que c'est plutôt de ce miracle-là qu'il faut se réjouir. Quant à la licence, elle ressurgira bien à un moment ou à un autre, quel que soit le format, je ne me fais donc pas de soucis pour sa continuité.

scarabinou
19/07/2019 à 11:27

l'adaptation est-elle fidèle? en tant que grand fan de gunnm, non. Trop de raccourci et de mélange (Zapan qui a l'épée, jashugan champion en devenir m'ont fait grincer des dents, ainsi que cette décharge bcp trop propre entre autres).
Ai je aimé le film? oui, car il y a quand même beaucoup de bons notamment une superbe lisibilité de l'image dans les scènes d'action qui m'ont fait oublié la purge visuel Venom.

Mouif
18/07/2019 à 20:05

@MaX3nC3
Si GUNNM était ton manga préféré et que tu as vu Alita : Battle Angel, alors comment peux-tu trouver que l'adaptation est "au top" et que "les décors retranscrive très bien le manga" ?

Alita est une version aseptisée et tout public de GUNNM qui, par ce simple fait, dénature grandement l’œuvre d’origine.

Lucky67
17/07/2019 à 23:23

Depuis le début je pensais que c’eta Un film animé avec Alita en gros plan et j’aime pas ces films en plus c’est la fin des acteurs comme les caisses automatiques des supermarchés jusqu’au jour où m’a dit le contraire donc si beaucoup pensent comme moi et que personne leurs dit le contraire c’est normal qu’il a fait un flop en salle...problème de communication

Danyboyyyy
17/07/2019 à 15:15

En general, ce que jai pu voir comme commentaires sur les medias depuis que le film est sorti c'est que 90% des gens l'ont adore, mais pas grand monde a ete le voir (en géneral car il ne connaissais pas les mangas GUNNM - moi compris). Donc si ils sortent une suite, a mon avis ils feraient environ le double de profits maintenant que le film a bien fait parler de lui et que le public a adore. Reste a espérer que la vente au domestique rappporte asser si on veux se rendre a "Alita: Fallen Angel" comme la annonce Cameron dans une entrevue sur ses films.

Gripsou
17/07/2019 à 01:03

C'est simple, l'affiche fait penser à un nanar Bessonien, si ça se trouve le film est génial mais l'affiche ne m'a pas donné envie.

Plus

votre commentaire