Mission : Impossible - Fallout ou comment Tom Cruise a atteint un nouveau sommet de sa carrière hollywoodienne

Mise à jour : 01/12/2018 17:09 - Créé : 1 décembre 2018 - Geoffrey Crété
Affiche
180 réactions

Retour sur la carrière au box-office de Mission : Impossible - Fallout.

Certains disaient la célèbre franchise quasi-morte avec Mission : Impossible 3, avec un succès en demi-teinte et un Tom Cruise écrasé par sa personnalité hors-normes. Une bonne décennie et trois films plus tard, la saga Ethan Hunt est plus populaire que jamais.

Mission : Impossible - Fallout de Christopher McQuarrie, sorti cet été et considéré par beaucoup comme une réussite, a rencontré un succès phénoménal et prouvé la vivacité de plus en plus impressionnante de la série.

C'est L'Heure des comptes, et c'est Mission : Impossible 6.

 

  

LE BUDGET

Mission : Impossible - Fallout a officiellement coûté dans les 180 millions, C'est le plus gros budget de la franchise, devant les 80 millions de Mission : Impossible, les 125 Mission : Impossible 2, les 150 de Mission : Impossible 3, les 145 de Mission : Impossible - Protocole Fantôme, et les 150 de Rogue Nation. Avec l'inflation, c'est le troisième opus le plus cher, avec près de 190 millions de budget.

Un budget officiel de 180 millions auquel il faut ajouter deux choses : le budget marketing et les conséquences financières de la blessure de Tom Cruise sur le tournage.

Le budget marketing est gardé secret mais s'élèverait à 150 millions selon Variety. Un chiffre impressionnant mais à peine étonnant : le coût de la promo des blockbusters a grimpé en flèche ces dernières décennies, et la barre des 100 millions est souvent franchie. Sur Jurassic World : Fallen Kingdom, il aurait même dépassé celui du film lui-même.

La blessure de l'acteur lors d'une cascade à Londres est une autre histoire. L'accident a mis Tom Cruise hors-service, et mis la production en pause pendant deux mois. Un hiatus qui aurait coûté environ 70 millions (pour notamment continuer à payer l'équipe afin de la garder à dispo), et ainsi amené le budget aux alentours de 250 millions. Mais puisque l'accident a eu lieu sur le tournage, les assurances devraient couvrir ces coûts imprévus.

Mission : Impossible 6 aurait donc coûté environ 330 millions.

 

photo, Tom Cruise, Henry Cavill, Rebecca Ferguson Plus de bras, plus de billets

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

791 millions. C'est le plus gros score de toute la saga, devant Mission : Impossible - Protocole Fantôme (694,7 millions) et Mission : Impossible - Rogue Nation (682,7 millions). C'est très au-dessus de Mission : Impossible 3 (397,9 millions), le plus petit succès de la franchise.

Fallout se classe ainsi en sixième plus gros succès mondial de l'année, et le premier sous la barre du milliard après Avengers : Infinity War (2 milliards), Black Panther (1,3 milliard), Jurassic World : Fallen Kingdom (1,3 milliard), Les Indestructibles 2 (1,2 milliard) et Venom (plus de 822 millions, et ça continue).

Calculer l'inflation au niveau mondial relevant de la mission impossible (rires), vu l'évolution du prix du ticket et des taux qui diffèrent selon les pays, difficile d'établir une liste complète de la saga. Mais Box-Office Mojo, qui s'y risque, affirme que les deux premiers Mission : Impossible restent les plus gros succès de la franchise à ce jour, très loin devant les suites. De quoi nuancer clairement le sacre de Fallout.

 

Photo Tom Cruise Le bon vieux Tom ne lâchera pas de sitôt son Ethan

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE 

220,1 millions. C'est le plus gros score au box-office domestique, devant Mission : Impossible 2 (215,4 millions), Protocole Fantôme (209,3 millions), Rogue Nation (195 millions), Mission : Impossible (180,9 millions), et Mission : Impossible 3 (134 millions), encore une fois le mauvais élève.

Bien sûr, avec l'inflation, c'est une autre histoire. Selon Box-Office Mojo, le premier Mission : Impossible est le plus gros succès avec 374 millions, suivi de Mission : Impossible 2 (365,2), Protocole Fantôme (243) et Fallout (227,8), en quatrième position.

Au box-office domestique 2018, c'est le sixième plus gros succès, derrière Black Panther (700 millions), Avengers : Infinity War (678), Les Indestructibles 2 (608), Jurassic World : Fallen Kingdom (416) et Deadpool 2 (318).

Reste qu'en terme de communication, les studios ne prennent pas en compte l'inflation, et peuvent donc brandir le sixième opus comme le plus gros succès de toute la franchise.

 

photo, Tom Cruise En embuscade sur le marché US, après le flop de La Momie

 

LE BOX-OFFICE ÉTRANGER 

570,8 millions. Vraie victoire de ce côté, loin devant Rogue Nation (487,6) et Protocole Fantôme (485,3 millions). Même avec l'inflation hasardeuse, Mission : Impossible 6 resterait sûrement en tête à l'échelle de la saga.

Mission : Impossible - Fallout a surtout rencontré le public en Corée du sud (49,7 millions), au Japon (42,4 millions), au Royaume-Uni (31,6 millions), en France (27 millions), en Allemagne (15,9 millions) et en Inde (15,8 millions). Sans oublier la Chine, qui représente à elle-seule plus d'1/3 du box-office international du film, avec 181,1 millions.

C'est une grosse ascension pour la franchise, Rogue Nation ayant empoché 135,6 millions de dollars trois ans plus tôt en Chine, et Protocole fantôme 101 millions en 2011. La popularité grandissante des aventures d'Ethan Hunt et l'ouverture du marché chinois aux blockbusters américains a pesé lourd dans la balance.

  

photo, Tom Cruise, Henry Cavill Quand tu présentes ton plan en réu et qu'on te croit pas

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS 

Avec environ 3 millions d'entrées, Mission : Impossible - Fallout défend une bonne position au sein de la franchise. Il dépasse ainsi les trois épisodes précédents : Rogue Nation (2,8 millions d'entrées), Protocole fantôme (2,8 millions), et Mission : Impossible 3 (1,9 million).

C'est très loin des plus de 4 millions de spectateurs pour chacun des deux premiers épisodes, mais cette remontée prouve que la saga a encore du carburant dans le réservoir. 

L'effet cocorico a certainement joué en faveur du film : une grosse partie du tournage a eu lieu à Paris, chose très médiatisée et largement utilisée dans la promo. Nul doute qu'une partie du public a été amusée par ce décor, d'autant que le studio a donné le coup d'envoi de la tournée promo dans la capitale parisienne, boostant encore un peu plus le poids dans les médias.

Fallout est ainsi le dixième plus gros succès de l'année, loin derrière les 5,6 millions des Indestructibles 2

 

photo, Vanessa KirbyParis... la Seine... un monument... mystère... trench chic... 

 

LES RAISONS

La première : Tom Cruise. L'acteur a essuyé quelques échecs relatifs ces dernières années (La MomieJack Reacher : Never Go BackBarry Seal : American Traffic), et c'est une tendance de plus en plus claire depuis les années 2000 (Night and DayLions et agneauxRock ForeverWalkyrie et Oblivion, à différentes échelles). De quoi prouver que si le public aime Tom Cruise, il ne l'aime jamais autant que sur sa franchise. 

Les Mission : Impossible sont ainsi devenus un phare dans la carrière de l'acteur. Si la saga a failli couler avec le troisième épisode, Tom Cruise a appris de ses erreurs, et en a redoré l'image. Caster Henry Cavill, et réembaucher Christopher McQuarrie et Rebecca Ferguson (premières fois qu'un réalisateur et une actrice en premier rôle reviennent), témoignent de sa capacité à réagir pour contenter le public. La superstar gère la saga à quasi tous les niveaux, jusqu'aux décisions marketing comme lorsqu'il a fallu dévoiler la nature du personnage de Cavill dans la promo.

Cruise a beau être le visage de la franchise, celle-ci n'existe que pour le public. C'est en tout cas l'argument de vente. Et l'acteur-producteur est un formidable VRP, qui connaît ses points forts. D'où un passage en personne en Corée et au Japon, et un tournage en France, où la saga fonctionne très bien. Il y a donc un système très réfléchi et parfaitement huilé.

 

 

photo, Tom CruiseEn 1996, Cruise plante la graine de son futur succès absolu

 

La deuxième, liée à la première : le spectacle vendu comme plus vrai que vrai. Depuis Mission : Impossible - Protocole Fantôme et le Burj Khalifa, l'image de marque de la saga repose sur un Tom Cruise qui opère lui-même les cascades dans à peu près tous les plans. Cruise a été accroché à un vrai avion et a retenu sa respiration 6 minutes pour Rogue Nation, Cruise a vraiment sauté dans le vide avec un caméraman et piloté l'hélicoptère pour Fallout ; il a même laissé dans le film ce plan où il s'est réellement cassé la cheville lors d'un saut à Londres.

Cruise est un surhomme, un acteur unique, un être humain hors-normes, et ça tombe bien : c'est le sujet de la saga. L'argument est donc utilisé par tout le monde pour définir les films, et grossir le mythe Cruise. Ce storytelling est le motif de la promo, et tout le monde a envie d'y croire et d'y puiser matière à réfléchir sur l'acteur.

C'est en outre une idée qui a un sens énorme en 2018, à l'heure où le public est gavé de fonds verts et doublures numériques, et perd peu à peu le sens de la réalité à l'écran. Avoir casté Henry Cavill alias Superman, et l'entendre dire que le tournage a été particulièrement épique, n'est pas passé inaperçu. Cruise a compris où se placer avec sa franchise pour défendre une place, notamment face aux super-héros numériques.

 

Photo Tom CruiseLe vrai super-héros autoproclamé du cinéma hollywoodien

 

Enfin, la date de sortie, calée entre fin juillet et début août dans la plupart des pays (sauf la Chine, fin août). Ce n'est pas pour rien si l'équipe s'est battue pour ne pas la décaler suite à la blessure de Tom Cruise : c'était un bon créneau. Ant-Man et la Guêpe est sorti plusieurs semaines avant et n'avait rien d'un adversaire colossal comme Avengers : Infinity WarSkyscraper et Equalizer 2 n'étaient a priori pas énormes non plus, et seul En eaux troubles arrivait après, mais avec un programme bien différent.

Fallout a donc pu démarrer fort à une période où le public n'avait pas de choix de ce côté, et avait le temps de résister pendant plusieurs semaines. 

 

photo, Rebecca Ferguson Flinguer la concurrence ou l'éviter, telle est la question

 

LE BILAN

Traînait l'idée que le film devait atteindre les 550, voire 650 millions de dollars, pour réellement être un succès. Avec plus de 791 millions encaissés, c'est donc une réussite. En terme d'image, pour le sixième épisode d'une saga commencée en 1996, c'est un très gros coup.

Mais à y regarder de plus près, il y a quelques nuances à apporter, comme pour beaucoup de blockbusters : le poids du budget marketing qui empiète sur les bénéfices, et la part grandissante de la Chine, où les studios américains récupèrent moins sur les recettes. Fallout a très bien marché en Chine, où il a engrangé presque 1/4 de ses recettes.

Par ailleurs, sur une production de ce type, plusieurs personnalités touchent un pourcentage des recettes, selon différentes négociations - parfois, c'est si le film dépasse un certain cap au box-office. Le producteur J.J. Abrams mais surtout Tom Cruise lui même sont dans cette position, ce qui réduit la part des bénéfices touchée par les studios Paramount et Skydance.

 

photo, Tom Cruise Prends l'argent et tire-toi 

 

Mais tout cela est à inclure dans un écosystème de superproduction, où le film rapporte sur bien des tableaux (notamment en VOD, DVD et Blu-ray) tout en redistribuant une partie des recettes.

Deadline avait rapporté près de 110 millions de profits nets pour Rogue Nation, qui a fait moins que Fallout à tous les niveaux. Malgré un budget plus important, le sixième épisode a donc forcément rapporté plus. Probablement 150 millions minimum.

 

photo, Henry Cavill, Tom Cruise Tant d'argent pour "si peu", really ?

 

LES CONSÉQUENCES

Une évidence : Mission : Impossible 7 sera annoncé tôt ou tard. Impossible d'y échapper après un tel succès. Fallout avait d'ailleurs été officialisé quatre mois après la sortie de Rogue Nation, ce qui laisse imaginer qu'une annonce pourrait vite arriver cet hiver.

Christopher McQuarrie a déjà annoncé qu'il ne comptait pas (encore) revenir une troisième fois, tout en évoquant que la saga allait bien finir par aller dans l'espace vu sa quête de spectaculaire.

Reste à savoir la direction que prendra la franchise. Tom Cruise décidera t-il de revenir à l'idée d'avoir un nouveau cinéaste à chaque volet pour se renouveler ? Ecran Large a quelques idées-fantasmes de ce côté. Ira-t-il piocher parmi ses collaborateurs de confiance, plutôt que des artistes tout frais hors de sa zone de confort ? Gageons que tant qu'il n'aura pas trouvé un nouveau truc à escalader ou auquel s'accrocher pour une folle cascade, ces questions seront secondaires.

 

photo, Christopher McQuarrie, Tom Cruise, Rebecca FergusonTom Cruise, Rebecca Ferguson, et le réalisateur Christopher McQuarrie

 

L'autre conséquence se perçoit déjà dans la filmographie de l'acteur. Si le public préfère ce Ethan Hunt né en 1996 plutôt que de nouveaux personnages, alors Tom Cruise donnera dans cette nostalgie qui gangrène l'industrie. Il tourne ainsi Top Gun : Maverick, suite de Top Gun qui traîne depuis des années. Vivement Entretien avec un vampire 2Cocktail : One More Shot, et La Firme : Las Vegas.

Il retrouve pour cette suite le réalisateur d'OblivionJoseph Kosinski, et a remis son fidèle Christopher McQuarrie au scénario. C'est le deuxième constat : Cruise a tendance à se construire un cercle rapproché de réalisateurs et scénaristes, qui savent entretenir et respecter le mythe. Difficile de lui en tenir rigueur puisque ses dernières "nouvelles" collaborations ont notamment donné Rock Forever et La Momie.

Dans tous les cas, impossible d'imaginer SuperCruise se passer d'Ethan Hunt dans sa carrière.

 

Mission : Impossible - Fallout , disponible en DVD et Blu-ray dès le 5 décembre.

 

affiche , Tom Cruise, Henry Cavill

 

commentaires

Pulsion73 09/12/2018 à 15:20

En apnée 6 mn et en mouvements ? Il est fort Cruise, ok, mais là, 6 mn ou quasi....c'est sûr ? Bref, en terme de qualité pas seulement en chiffres ( le 2 serait un des meilleurs uniquement avec ce critère là), on aurait Protocole Fantôme, Rogue nation et le 1er MI . Fallout est très bien mais c'est encore une fois une bombe à désamorcer et un enchaînement de cascades certes incroyables mais on ne retient quasiment que ça contrairement à Protocole Fantôme. Cavill n'est pas un bad guy si convaincant en plus, mais ce n'est que mon avis .

Maxouzz 03/12/2018 à 10:59

A part la scène finale en hélicoptère (IMAX), rien de bien nouveau sous le soleil. Au final, un film moyen sans grande saveur....

Hocine 03/12/2018 à 01:43

La franchise Mission Impossible permet clairement à Tom Cruise de demeurer une star rentable et de pouvoir tourner des films moins commerciaux.
Parmi ses meilleurs rôles, je citerais ceux qu’il joue dans Né un 4 Juillet, Collateral,
Des Hommes d’Honneur, Eyes Wide Shut, Rain Man.

STEVE 02/12/2018 à 13:59

Il y a une erreur dans la durée de l'interruption du tournage:
Tom Cruise s'est remis plus tôt que prévu.

Steve 02/12/2018 à 11:51

J'ai beaucoup aimé Fallout, mais là où je préfère retrouver Cruise, c'est dans des films de science fiction qui je trouve lui vont très bien. J'ai adoré Oblivion ou encore Edge of tomorrow. C'est dommage d'en arrivé à la conclusion que Cruise n'arrive globalement plus à attirer le public qu'avec une licence telle que Mission Impossible.

corleone 02/12/2018 à 09:15

Tom Cruise acteur avec un grand A!!! Super-perfectionniste qui applique à l'extrême l'adage oyez le meilleur qui que vous soyez. Bravo !

keke 02/12/2018 à 03:46

@pitof
De souvenir, il me semble qu'un film devait rapporter 3 fois le budget du film (hors marketing) pour justement couvrir les autres frais (dont le marketing).
Il y a un article sympa à ce sujet en anglais
https://stephenfollows.com/how-movies-make-money-hollywood-blockbusters/

Geoffrey Crété - Rédaction 02/12/2018 à 02:15

@Pitof

Si ce calcul communément utilisé était si précis et véridique, la saga Mission : Impossible se serait déjà arrêté avant cet épisode. Car dans l'équation, il faut ajouter plein de paramètres au-delà de la sortie salles, par exemple.
Sauf preuve du contraire, Fallout est un succès pour la Paramount. Sur l'échelle du succès de la saga, en comparaison, arrivé au sixième film, c'est très clair.

Pitof 01/12/2018 à 21:42

Pour qu'un film soit considérer rentable par son studio il doit rapporter 2,5 fois le prix de son budget global (production et marketing). 250 millions pour la production et 150 millions pour le marketing ça fait 400 millions dans le budget global , et avec les 791 millions encaissé dans le monde on ne peut pas considéré M:I Fallout comme un film rentable. À la limite c'est succès économique certes, mais pour Paramount le succès est très maigre voir même peut-être inexistant.

Zoom7 01/12/2018 à 20:11

La photo est cruellement photoshopé tom cruise a l air d avoir 25 ans

Plus

votre commentaire