La télévision recommence à recadrer les films de cinéma !

Francis Moury | 26 février 2010
Francis Moury | 26 février 2010

Ca recommence !

À cause d'une absurde directive technique (*) autorisant les chaînes du service public (toutes les chaînes de la T.N.T. sont en réalité concernées par le problème : chaînes publiques comme privées) à recadrer en 1.55 les films au format original 2.35 (**) et 1.85, les télévisions recommencent à recadrer régulièrement l'image des films de cinéma !

Depuis des mois on assiste au massacre : il est temps de réagir en le dénonçant !

Il y a quelques semaines sur M6, le Alien de Ridley Scott qui est un 2.35 Panavision d'origine se retrouve télédiffusé en 1.55 (14/9). Plus récemment, samedi soir 13 février dernier, France 3 présente Délivrance de John Boorman en 1.55 (14/9)  alors que c'est également un 2.35 Panavision d'origine. Enfin jeudi 25 février M6 diffusait L'empire contre attaque en 1.77. (idem pour les autres films de la saga et mêmes remarques donc que pour Alien). Dans tous les cas c'est avec les mêmes conséquences : couleurs délavées, cadrages originaux tronqués, non respectés, mutilés. Irregardables, si on connaît ou si on possède déjà les films au format correct : on se souvient qu'Arte avait, il y a presque vingt ans, télédiffusé un master somptueux de Délivrance en 2.35 compatible 16/9 qui était magnifique. Sic transit gloria mundi...

La T.N.T. est d'ailleurs une chose succulente : certaines chaînes présentent, simultanément à ce genre de massacre, des masters vidéo de films en format d'origine 2.35, parfaitement respecté... mais seulement compatibles 4/3 ! C'est ainsi qu'on vu, il y a quelques soirs, télédiffusé Jarhead - la fin de l'innocence ! Il vaut encore nettement mieux un 2.35 intégralement respecté et compatible 4/3 qu'un 2.35 moins respecté compatible 16/9. Et les deux options valent mieux, à elles deux, qu'un 2.35 recadré en 1.55 !

On dit « Les télévisions » mais on précise que la vidéo n'a jamais été épargnée par le phénomène de ses origines à nos jours, il faut donc toujours être vigilant car les éditions VHS puis DVD recadrées côtoient les éditions correctes. On souhaite que le Blue-ray soit un meilleur élève : pour l'instant il semble vierge de ce genre d'erreurs, à notre connaissance qui n'est pas encyclopédique. D'ailleurs, on parle de télévision, de vidéo mais le problème a commencé... au cinéma lui-même !

 

 

1) Petite histoire du recadrage au cinéma

Le problème a donc commencé au cinéma, et très précisément dans les salles de cinéma. On se souvient de cette amusante séquence du Made in U.S.A. (Fr. 1966) de Jean-Luc Godard, dans laquelle un jeune homme interprété par Jean-Pierre Léaud prend un malin plaisir à lire à un projectionniste les paragraphes rédigés par les  juristes du Centre National du Cinéma, relatifs aux formats originaux qui doivent être strictement respectés par les salles de projection. Ce dernier, entre deux cabines à surveiller, et sa cigarette ou son quart de vin rouge, écoute distraitement les recommandations lues d'une voix passionnée. On se dit que si Godard a éprouvé le besoin de tourner une telle séquence, c'est que tout n'était déjà pas rose en la matière.

 

 

De fait, le problème s'est aggravé dix ans plus tard car en 1976 paraît le plus virulent mais aussi le plus remarquable article jamais écrit sur le problème des formats non respectés à la projection par les salles de cinéma. Cet article technique mais clair marque une date (comme nous le faisait très justement remarquer le fervent cinéphile Georges Loisel, il y a quelques années) et s'intitule Copie non conformes, signé par l'ingénieur Jean-Pierre Frouard, chaleureusement préfacé par Gérard Lenne dans Écran 76 n°43, pp.27 à 41.

Vers cette même époque, j'avais rencontré un jeune Breton cinéphile qui montait dans la cabine du cinéma parisien Le Brady pour régler lui-même la fenêtre de l'appareil de projection de manière à respecter le format du film correctement, à une époque où le projectionniste dudit Brady ne semblait guère compétent pour le faire lui-même ! Inutile de dire que l'écran du Brady n'était d'ailleurs pas vraiment adapté à tous les formats : lorsqu'on lisait au générique « Panavision » dans cette salle, un de mes amis s'exclamait : « Panavision, Panavision... j'aurais bien aimé la voir la Panavision ! ». Bref : entre les copies en mauvais état chimique, farcies de rayures et de brûlures de cigarettes, les films en 70mm d'origine qu'on nous resservait tirés en 35mm ou anamorphosés, les films en 1.85 qu'on nous montrait en 1.65 (la mode actuelle est de dire 1.66) ou en 1.75 (la mode actuelle est de dire 1.77 ou 1.78) et les films en 2.35 qu'on nous montrait sur des écrans incapables de projeter davantage que du 1.85, on avait assurément pas mal de raison de s'inquiéter. Sans parler des problèmes de son...

 

 

 

2) Petite histoire du recadrage en vidéo magnétique : les VHS

Vers 1980, lorsque la VHS est arrivée timidement avant de s'imposer vraiment entre 1985 et 1990, le format standard des télévisions était 4/3. Idéal pour les films muets standards 1.33 et les films parlants standards en 1.37 mais nettement moins adapté aux films dotés d'un format écran large tels que le 1.66, le 1.78, le 1.85, le 2.35. On « faisait avec » mais la vidéo magnétique influença fâcheusement la télévision à moins que ce ne fût l'inverse : on vit apparaître aussi bien en VHS qu'à la télévision des films écran large d'origine qui étaient atrocement mutilés, recadrés. Pire, le « Pan&scan » se répandit. Vous en trouverez, si vous l'ignorez, la définition technique facilement sur Internet : le procédé était si répugnant qu'il ne mérite pas qu'on s'en souvienne. Un jour des années 1990, par hasard de passage au laboratoire C.M.C., nous avions assisté en direct au recadrage de Hard Times [Le Bagarreur] (USA 1975 scope-couleurs 2.35 Panavision) de Walter Hill avec Charles Bronson : les techniciens honteux m'avaient avoué qu'ils honoraient une commande de TF1 pour une prochaine diffusion en « prime time » : l'image du film se répartissait sur différents moniteurs mais son format se modifiait en passant d'un moniteur à l'autre : on passait du 2.35 d'origine pour aboutir à du 1.33 ! Cauchemar...

 

 

3) Petite histoire du recadrage en vidéo numérique : les DVD

Les premiers DVD datent de 1997 à peu près, au moment où la majorité des TV étaient encore 4/3 mais où les TV 16/9 commençaient à les remplacer. Le changement de format des télévisions détermina celui des DVD. On suivait cela en temps réel en lisant le verso de jaquette. Alors que Warner vendait en 1999 un zone 1 NTSC du Dead Bang (USA 1989) de John Frankenheimer recadré plein cadre 1.37 (« Standard version formatted from its original version to fit your screen » ... sous entendu « your screen being an old 4/3 TV » !), le même Warner vendait en 2000 un zone 2 PAL du Dead Calm [Calme blanc] (Australie 1988) de Philip Noyce au format 2.35 Panavision compatible 16/9. Le progrès était spectaculaire. Mais on demeurait sans cesse sur le qui-vive : le 2.35 compatible 16/9 recouvrait bien des choses variables en qualité et en respect original. Et bien des films 2.35 étaient aussi offerts en 4/3 seulement, ce qui parfois valait presque mieux si le 2.35 était strictement respecté ! Même les formats 1.66 n'étaient pas systématiquement offerts compatibles 16/9 : on avait même des cas où le film était compatible 4/3 alors que ses extraits étaient présentés compatible 16/9 dans les suppléments du DVD ! Nous en avons testé un dans ces colonnes : on vous laisse retrouver lequel. Sans oublier qu'on ne parle que de « l'aspect ratio », mais qu'il faut aussi tenir compte du format de la pellicule, du fait que le son soit optique ou magnétique, etc.

Autre phénomène : le recadrage du 1.85 en 1.78. La plupart des films 1.85 d'origine qui sont édités par Warner sont ainsi recadrés en 1.78. : Bullitt (USA 1968) de Peter Yates, par exemple. Procédé sans doute économique : un seul réglage à faire pour deux formats différents au prix d'une petite amputation ! Amputation qui n'est jamais sans conséquence sur la définition et les couleurs, on s'en doute. Enfin Le format 1.66 est un de ceux sur lequel les éditeurs américains comme français économisent le plus : il est assez souvent laissé en 4/3 sur les DVD (par exemple, Jack le tueur de géants de Nathan Juran, L'Oeuf du serpent de Ingmar Bergman, etc.) mais il est pourtant compatible 16/9 si on a pris soin de le mastériser correctement. Et sinon le 1.66 4/3 peut tout de même être visionné en écran large sur une télévision 16/9 en sélectionnant la position 14/9 qui correspond littéralement au 1.55. : l'anamorphose est invisible et le gain remarquable.

 

 

4) Petite histoire du recadrage à la télévision

La télévision 4/3 des années 1960-1970 respectait les films en écran large car elle ne pouvait pas faire autrement : on les projetait directement en télécinéma. Il arrivait d'ailleurs pour cette raison que le film soit interrompu parce que la bobine de pellicule se cassait en temps réel. Le temps qu'on trouve une colleuse, un technicien - on avait droit aux célèbres écrans d'interlude et à leurs propositions objectivement comiques : « À la suite d'une interruption indépendante de notre volonté, etc... ». Dès que la technique vidéo permit le « Pan&scan » et le recadrage, alors la télévision vampirisa assez souvent les films écran large de manière à les rapetisser ou à les décomposer. Certains dialogues entre deux acteurs d'un western en CinemaScope 2.35 ou autre format Scope sous licence se résumait à deux pointes de nez sans visage bavardant ensemble sur le fond bleu qui les séparait ! TF1 présentait un film catastrophe grand spectacle qui était (au moins !) du 2.35 d'origine comme Grey Lady Down [Sauvez le Neptune] (USA 1977) de David Greene, recadré plein cadre 1.37 et « pan&scanné » à la fois !

 

Lorsqu'on téléphonait pour se plaindre du recadrage en question, le préposé de TF1 aux communications téléphoniques vous répondait froidement :

-          « Monsieur, vous pensez qu'un tel film doit être vu à la télévision ? Personnellement, je préfère le voir en salle de cinéma ».

Il oubliait de préciser que le film en question passait le dimanche soir, en « prime time » à 20H45 et qu'il assurait un pourcentage non négligeable de « l'audimat » hebdomadaire de la chaîne ! Mauvaise foi si patente que son cynisme en était presque comique.

Lorsque la télévision 16/9 arriva, on poussa un soupir de soulagement... de courte durée. Une télévision 16/9 devait permettre de visionner enfin les films en écran large sans risque de recadrage, tout en étant équipée d'un sélecteur permettant de sélectionner le 4/3 pour visionner les films standards 1.33 et 1.37. Le problème du recadrage pouvait être considéré comme apparemment résolu. En fait, il refait surface sur de nouvelles bases !

Et c'est d'autant plus incroyable que les masters 2.35 compatibles 16/9 VF comme VOSTF existent depuis dix ans, sur le marché vidéo en DVD. Ce sont ces masters qu'on trouve dans les éditions correctes DVD zone 1 comme zone 2. Ce qui signifie que les télévisions refont faire de nouveaux masters 14/9, en laboratoire : on ne voit pas le profit qu'elles en retirent ni celui qu'en retire le distributeur ! Peu nous importe, au demeurant.

 

Nous réclamons la suppression de cette directive aberrante !

 

On ne doit pas laisser aux télévisions la possibilité de mutiler à nouveau les films de cinéma sous prétexte de ramener la diversité à une artificielle unité.

 

 

NOTES

(*) Directive dénoncée (à l'occasion du massacre visuel du film classique de René Clément, Paris brûle-t-il ?) dans une lettre ouverte par François Ede, réalisateur, chef opérateur (notamment restaurateur des films de Jacques Tati et Pierre Étaix) consultable intégralement depuis plusieurs mois en bas de la page d'accueil « éditos » du site Le Coin de l'œil auquel nous collaborons aussi.

 

(**) Petit rappel très schématique (la réalité est bien plus compliquée encore) des formats principaux de l'image cinéma des origines à nos jours :

-          Le 1.33 est le format standard 4/3 du cinéma muet puis le 1.37 le format standard parlant,

-          le 1.55 correspond à la position 14/9 d'une télévision 16/9,

-          Le 1.66 pour sa part est visible sur 14/9 avec des bandes noires à droite et à gauche, au prix d'une invisible anamorphose,

-          le 1.75, le 1.77, le 1.78 correspondent globalement à la position 16/9,

-          le 1.85 est compatible 16/9 avec une fine bande noire (invisible sur grand écran mais visible sur moniteur),

-          le 2.0, le 2.20, le 2.35, le 2.40 sont compatibles 16/9 avec des caches noirs visibles en haut et en bas de l'image et ils sont compatibles 4/3 avec des caches noirs beaucoup plus importants.

 


 

commentaires

Allo
25/07/2017 à 17:58

Étant du métier, je peux vous certifier que mes dire sont juste.

francis moury
08/05/2016 à 18:34

http://www.widescreenmuseum.com/widescreen/evolution.htm

Désolé de vous retirer vos illusions mais les Américains ont au moins tourné un film en 1.66 et pas tout à fait n'importe lequel : SHANE [L'Homme des vallées perdues] de George Stevens. Vous le trouverez dans le lien ci-dessus.

Par ailleurs je n'ai mentionné que quelques aspect ratio (ceux que le lecteur retrouve le plus souvent mentionnés au verso des boîtiers) et que quelques formats mais il y en d'autres connus par l'histoire du cinéma. Vous en trouvez un certain nombre illustrés et expliqués dans le lien ci-dessus. L'article paru dans ECRAN 76 était beaucoup plus long et précis que ce site américain mais moins bien illustré, naturellement.

PS je vous pardonne vos fautes de frappe.

francis moury
08/05/2016 à 18:20

La seule faute est dans la liste finale : c'est en 16/9 que le 1.66 est visible avec bandes noires latérales verticales à gauche et à droite de l'image (sur moniteur) alors qu'en 14/9 les bandes noires disparaissent mais le 1.66 est légèrement anamorphosé.

Sur le 1.66 aux USA, voir le site Widescreen Museum... je vous retrouve le lien direct tout à l'heure.

Le 2.35 et le 2.40 ont un aspect ratio vidéo identiques, leur compatibilité 16/9 et 4/3 est identique à l'oeil en vidéo. Les films tournés en 65 et 70mm ont souvent été exploité en 2.40 vidéo mais pratiquement, à l'oeil devant une TV 16/9 mêmes bandes noires de la même épaisseur en haut et en bas de l'image.

Le 1.85 n'est pas le 1.37 ni d'origine ni par destination, comme vous le croyez. La véritable image de PSYCHO {Psychose] (USA 1960) d'Alfred Hitchcock, est l'image cinéma 1.85, pas l'image TV 1.37 parfois exploitée en vidéo. Lisez mon test de l'édition Universal collector blu-ray (au format cinéma 1.85, évidemment) parue ici... elle récapitule toute l'histoire du film au cinéma, à la TV et en vidéo, dans la section image du test technique.

Allo
25/03/2016 à 01:18

Désolé pour les fautes de frappes. Trop tard. :-)

Allo
25/03/2016 à 01:16

Beaucoup d'erreurs. Le format était bien 1.66 (1.65 c'est en Super 16 et non en 35mm) par contre les américains n'ont JAMAIS tourné en 1.66! En suite les films filmé en 1.85 (maintenant 1.89) ont souvent été filmés sans cache aux USA donc en 1.37 (compatible 4/3). Quand au 2.35 il a été remplacer depuis plus de 20 ans par le 2.39.

votre commentaire