Knight of Cups, le nouveau Terrence Malick, présenté au prochain festival de Berlin

Simon Riaux | 15 décembre 2014
Simon Riaux | 15 décembre 2014

Lancé en production quelques semaines seulement après la projection de Tree of Life, Knight of Cups de Terrence Malick sera présenté à la prochaine Berlinale.

Il était un des metteurs en scène les plus rares de son temps, il est en passe de devenir l’un des plus productifs. Quatre ans après la Palme d’Or remportée par Tree of Life, deux ans après avoir présenté To The Wonder au Festival de Venise, Terrence Malick s’apprête à embarquer pour Berlin afin d’y dévoiler son nouveau film.

On ne sait rien du scénario de Knight of Cups (qui a été tourné simultanément avec un second long-métrage, anciennement intitulé Lawless), à part son casting. Nous retrouverons donc devant la caméra du maître Christian Bale, Natalie Portman, Cate Blanchett, Freida Pinto, ou encore Isabel Lucas.

Le mois de février 2015 devrait donc être particulièrement suivi des cinéphiles, nombreux à penser que Malick est un des plus importants cinéastes en activité. Le Festival de Berlin accueillera également le Cendrillon de Kenneth Branagh (qui a dit « on s’en fout » ?)

commentaires

Francisco
16/12/2014 à 08:04

Merci Inderweltsein !!!

drocmerej
16/12/2014 à 01:31

Effectivement je me trompe peut-être : "...plusieurs photos du cinéaste sont prises par des paparazzis en 2011 lors du tournage de Knight of Cups." (wikipédia)

drocmerej
16/12/2014 à 01:23

La photo que vous publiez est je pense un gros fake. On n' a pas vu de nouvelles photos ni même d'apparition publique de Malick depuis ... longtemps. Je peux me tromper cela dit...

Florian Descamps - Rédaction
15/12/2014 à 18:48

Je plussoie totalement sur ami Francisco.

Francisco
15/12/2014 à 18:31

Un des plus importants effectivement. Et nécessaire également. À l'heure ou le cinéma dit "d'auteur" se fait de plus en plus prévisible et poseur dans ses formes et contenus. Malick à eu l'intelligence de s'affranchir du récit pour s'abandonner à la sensation. Et son cinéma, flux de conscience d'une poésie de plus en plus sombre, s'ouvre à tous les horizons. On y respire le grand air. Celui d'un esprit libre. Loin au dessus des modes et critiques qui auront toujours un train de retard sur ses poèmes...
Merci pour l'info!

votre commentaire