Marvel, DC... James Gunn répond aux critiques de Martin Scorsese sur les films de super-héros

Maeva Antoni | 5 août 2021 - MAJ : 05/08/2021 12:16
Maeva Antoni | 5 août 2021 - MAJ : 05/08/2021 12:16

Alors que The Suicide Squad est en salles, James Gunn défend les super-héros face aux propos de Martin Scorsese.

Depuis que le cinéma existe, il y a des cinéastes pour estimer qu’ils produisent du “vrai cinéma” là où d’autres ne font que du divertissement de bas étage. Avec une industrie de plus en plus adepte du blockbuster, les cinéastes défendant ce fameux “vrai cinéma” voient rouge. Notamment Martin Scorsese, qui est loin d’être un fan du genre le plus blockbusters de cette dernière décennie : le film de super-héros.

Iron Man, Avengers ou Justice League ? Très peu pour Martin Scorsese et cela a réussi à agacer un des fers de lance du genre super-héroïque. En effet, James Gunn n’est pas ravi d’entendre les critiques de Scorsese et le fait clairement savoir.

 

Photo Robert De NiroNouveau round

 

Il y a déjà quelque temps, Martin Scorsese ne cachait pas son mépris pour les super-héros et pour le studio Marvel. Une position qui continue d’alimenter les conversations comme récemment avec James Gunn pour le podcast Happy Sad Confused. Le réalisateur qui cumule dans sa filmographie pas moins de quatre films de super-héros (Les Gardiens de la Galaxie et le Vol. 2, The Suicide Squad et Super), n’est pas du genre à laisser les personnages à cape se faire marcher dessus et n'a pas mâché ses mots pour les défendre :

"Je trouve juste que c'est terriblement cynique qu'il continue à s'opposer à Marvel et que ce soit la seule chose qui lui permette d'obtenir de la publicité pour son film. Il a donc continué à s'opposer à Marvel pour avoir de la publicité pour son film. Il crée son film dans l'ombre des films Marvel, et il s'en sert pour attirer l'attention sur quelque chose qui n’en recevait pas autant qu'il le souhaitait."

 

Photo Rainn WilsonJames Gunn, justicier des justiciers

 

C’est pour le moins clair, selon Gunn, Marvel est le soleil qui fait de l’ombre à Scorsese. Une bien belle punchline assez ridicule, mais que Gunn a rapidement nuancée, affirmant être un grand admirateur du cinéaste et abondant même dans son sens d'une certaine manière :

"C'est l'un des plus grands cinéastes qui n'ait jamais existé. J'adore ses films. Je peux regarder ses films sans problème. Et il a dit beaucoup de choses avec lesquelles je suis d'accord. Il y a beaucoup de choses qui sont vraies dans ce qu'il a dit. Il y a beaucoup de films sans cœur, sans âme, à grand spectacle, qui ne reflètent pas ce qui devrait se passer.

Je ne peux pas vous dire le nombre de fois où j'ai parlé à des réalisateurs avant qu'ils ne fassent un grand film, et où je leur ai dit : ‘Hé, nous sommes dans le même bateau, faisons quelque chose de différent avec ces grands films. Faisons-en quelque chose de différent de tout ce qui a été fait avant’. Et puis les voir se plier à tous les caprices des studios et être dégoûtés, franchement."

 

Photo Zoe Saldana, Chris Pratt, Dave BautistaL'équipe qui convertira Scorsese ? Pas sûr...

 

Est-ce que James Gunn en profite pour donner un nouveau petit pied de nez à Suicide Squad, qui est une pure version Warner Bros. (même David Ayer le dit) ? Il semble en tout cas que Gunn est d’accord avec Scorsese sur le manque d’éclat d’une belle partie de la production de films de superhéros, mais qu’il ne faut pas mettre tout le monde (lui quoi) dans le même sac. Le réalisateur a d'ailleurs conclu que Scorsese devrait regarder Les Gardiens de la Galaxie avant d'en parler.

On serait moins radical sur le sujet, c’est plus que le cinéma de Gunn et celui de Scorsese n’ont pas les mêmes qualités, ni forcément le même public et on ne les apprécie pas de la même façon. Le plaisir et l’émotion sont bien différents devant The Irishman ou The Suicide Squad. Il n’empêche que la fracture entre les réalisateurs amateurs et détracteurs de blockbusters continue de grandir. En attendant, The Suicide Squad est en salles et notre critique est en ligne.

Tout savoir sur The Suicide Squad

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Simon Riaux - Rédaction
06/08/2021 à 18:13

@Morcar

Scorsese n'ayant jamais été un grand polémiste, du moins par dans ses entretiens, je ne suis pas du tout certain que le journaliste qui l'a interrogé cherchait une polémique. D'autant plus qu'on parle d'Empire, publication qui cherche tout sauf la polémique, et s'efforce depuis des décennies d'être une surface promotionnelle idéale pour les blockbusters. Pas un endroit où on les tance.

On peut comparer les Super aux western, en tant que mode. Dans la manière dont le public l'envisage. En matière d'usages et de production, c'est en revanche parfaitement incomparable tant les pratiques, techniques, buts, et modes d'exploitation ont radicalement changé.

Morcar
06/08/2021 à 17:25

@Simon : Comme le dit Birdy, je faisais surtout référence à ce journaliste qui, en interrogeant Scorcese sur son avis sur les films de super-héros, espérait bien une réponse qui ferait polémique. D'ailleurs, est-ce que quelqu'un a vraiment été surpris par la réponse de Scorcese ? Je pense que tout le monde la devinait d'avance.
Donc Scorcese, sur ce coup, aurait été plus intelligent de botter en touche plutôt que de tomber dans ce piège, ça lui aurait justement évité de se retrouver au coeur de cette polémique sans intérêt.

Bien des fois on compare le cinéma de super-héros aux western d'autrefois. Je ne pense pas qu'il y ait vraiment eut des changements à Hollywood à ce niveau, ce sont juste les montants qui changent. Et je dis ça en n'étant pas particulièrement amateur des films de super-héros .
J'ai toujours apprécié le personnage de Batman, plus justicier que super-héros, le reste bof... J'ai malgré tout beaucoup aimé la trilogie Spiderman de Sam Raimi. En dehors de ça, j'en ai vu un certain nombre, mais une seule fois et aussi vite oubliés pour la plupart.

Kyle Reese
06/08/2021 à 12:06

J’aime bcp Gunn mais ai été déçu par l’histoire de son Suicide quad, c’est sans doute le matériel d’origine qui n’est peut être pas à mon goût tout simplement. Je comprend ce qu’il veut dire au sujet de Scorsese, mais désolé énormément de films de mister Scorsese ont marqué l’histoire du cinéma et c’est bien compréhensible que ce dernier fasse un peu la gueule devant l’hégémonie des films de super dans le cinéma mondial actuel phagocytant l’ensemble de la production.
Évidement l’argent de prod va là où il a matière à en faire et c’est le public qui décide, mais si l’offre de film à gros budget un peu plus « sérieux » était plus conséquente j’ose espérer que le public y répondrait favorablement ou alors je me fais encore une idée idéaliste du grand public.
Mais alors ? que c’était il passé pendant des décennies avant l’arrivée de nos amies costumés écrans ? J’ai l’impression qu’il y avait un peu plus de diversité au niveau des blockbusters, plus de risques payant ou films à moyen et gros budget avant avec plus de réalisateurs à tendance auteurorisant. Que Scorsese ou Mann aient du mal à trouver des financements ça l’a fou mal.
A quand un nouveau, nouvel Hollywood qui secoue un peu les studios ?

Birdy en noir
05/08/2021 à 20:01

@ Simon R : Morcar parle des journalistes qui cherchent la polémique, espérant une phrase à sortir de son contexte pour faire le buzz, exister, vendre du papier ou faire du click. Bien sur que des journalistes sont intègres, mais d'autres ne valent pas mieux que la presse à scandale, et ne traitent nullement de cinéma, mais de potins.
J'aime me dire que Scorsese est au dessus de ça, et que son opinion n'a rien à voir avec ces polémiques de bas étage. En ça je te rejoins, le débat n'est pas forcément sous la ceinture, il y a un fond. Scorsese peut très légitimement s'inquiéter des choix stratégiques du cinéma américain.

Birdy en noir
05/08/2021 à 19:52

J'apprécie le franc-parler de James Gunn. Mais Scorsese, c'est une encyclopédie vivante, la chapelle Sixtine du cinéma (avec Kurosawa, Ford, Kubrick, Hitchcock, Coppola, Fellini, Fritz Lang... ). Ce gars là, quand il parle, tu écoutes, et si tu es pas d'accord, tu réécoutes encore. Ce n'est pas lui qui a tort, c'est toi qui n'a pas compris. Point.

Arnaud (Le vrai)
05/08/2021 à 16:06

En meme temps je pense que Scorcese l'a eu un peu mauvaise de devoir se tourner vers Netflix pour pouvoir faire son Irishman

Je veux dire, le mec a realisé Taxi Driver, Les Affranchis, Casino, Le Loup De Wall Street, Aviator, Gangs Of New-York, Raging Bull, Shutter Island ... liste non exhaustif de chef d'oeuvres du cinema ni plus ni moins.
Et ce mec ce pointe avec un scenar de film de gangster, un domaine dans lequel on peut dire qu'il n'a non seulement rien a prouvé mais en plus changé ce cinema de genre excusez du peu, et on lui dit non alors qu'on file des milliards de brouzoufs pour realiser des films certes super divertissants et que personnellement j'adore, mais soyons honnete dont 95% n'ont pas d'ame et ne marqueront pas le cinema (le MCU dans sa globalité oui, mais dans ses singularités pas vraiment)

Moi je comprends qu'il l'ait eu mauvaise et se soit laché quand on l'a lancé sur ce sujet.

Simon Riaux - Rédaction
05/08/2021 à 15:50

@Morcar

Mouais. Je ne sais pas trop ce que veut dire "servir la presse". Si les cinéphiles et cinéphages s'en moquaient comme d'une guigne, le sujet n'existerait pas ou peu. Et "la presse" cinéma, elle se compose, comme la foule des spectateurs... de spectateurs, qui comme, ces derniers s'intéressent à des débats sur les sujets qui les passionnent.

Quant à savoir si Scorsese aurait dit la même chose des films de gangsters, je crois que c'est passer à côté de ce qu'il dit. Il ne parle aucunement du cinéma de super héros en tant que genre. Il s'intéresse à son mode de production, qu'il estime radicalement différent de ce que fut le cinéma et le cinéma de divertissement jusqu'alors. Que ce soit pour filmer des super en spandex plutôt que des mafieux en costumes italiens ne me paraît pas du tout son sujet.

?
05/08/2021 à 15:44

Il y a un texte sur Fellini dans le monde diplo de ce mois. Je pense qu'on y sent bien la vision de S. qui ne se limite pas à une recherche d'attention.

Sergio
05/08/2021 à 15:32

Sacré Gunn ! C sure que les films de Sup font plus de cache.
Mais dans 50 ans son nom et ses films seront oubliés quand ceux, aussi peu rentables soient ils, de Scorcese seront dans l'histoire du cinéma.

Morcar
05/08/2021 à 15:14

Birdy en noir, la plupart des gens ont bien compris le fond de cette "polémique" qui sert avant tout la presse. Mais on peut quand même reprocher à Scorcese de l'avoir alimenté. Aurait-il eut le même discours si le genre à la mode aujourd'hui était non pas les films de super-héros mais les films de Mafia.
Qu'aurait-il dit s'il avait sorti par exemple son dernier Irishman au milieu de dizaines d'autres films de mafia, et qu'un type faisait une généralité sur le genre en englobant le film de Scorcese avec tous les autres du genre ? Il se serait sans doute lui aussi défendu.

Donc bon, il aurait sans doute mieux fait de ne pas attraper à deux mains cette perche qui lui a été tendue par un journaliste quand il lui a demandé son avis sur les films de super-héros. Il aurait botté en touche, et il n'y aurait eu aucune polémique.
Pendant ce temps-là, les journaleux se frottent les mains...

Plus
votre commentaire