Scorsese contre Marvel : le réalisateur précise ses propos sur "les parcs d'attractions" mais persiste

Mathieu Jaborska | 14 octobre 2019 - MAJ : 14/10/2019 15:12
Mathieu Jaborska | 14 octobre 2019 - MAJ : 14/10/2019 15:12

Nouvel épisode dans le feuilleton de la rentrée. Martin Scorsese réitère ses propos, mais surtout les explique.

Que serait une bonne journée sans un épisode de la sitcom "Marvel n'est pas du cinéma" ? 

Précédemment, Martin Scorsese, invité partout pour la promotion de The Irishman, a lancé que les films Marvel n'étaient "pas du cinéma" et qu'il les rapprochait plutôt de "parcs d'attractions". Ce fut le début d'une vague de réaction interminable. Tous les grands pontes du studio super-héroïque ont réagi pour défendre leur univers, les uns après les autres.

 

 

Photo Gangs of New YorkLe tournage de Gangs of New York. Du cinéma, donc.

 

C'est James Gunn, réalisateur des Gardiens de la Galaxie, qui a ouvert le bal en se disant attristé par la nouvelle. Joss Whedon et Samuel L. Jackson ont suiviRobert Downey Jr. a fini par enfoncer le clou, reconnaissant cependant une part de vérité dans les propos du réalisateur de Taxi Driver. Mais ce n'était que la première saison de cette série captivante. La saison 2, afin de toujours plus surprendre ses téléspectateurs, a introduit Jennifer Aniston, tenant des propos comparables à ceux de l'instigateur de tout ce raffut.

Désormais, l'intrigue s'étoffe et Scorsese a préparé un sacré cliffhanger. Après la projection de The Irishman au festival du film de Londres, il a fait partie d'un panel de discussion, où est forcément arrivée la question de l'avenir du cinéma, et donc de notre feuilleton, dont voici la réponse :

 

 

photo, Anthony RussoLe tournage de Avengers : Endgame. du non-cinéma, donc.

 

"La valeur d'un film qui est comme un film de parc d'attractions, par exemple, les films Marvel, où le cinéma devient un parc de loisir, c'est une expérience différente. Ce n'est pas du cinéma. C'est quelque chose d'autre. Que vous y alliez ou pas, c'est quelque chose d'autre. On ne devrait pas être envahis par ça."

Heureusement, le cinéaste s'est plus expliqué, cette fois. Le problème semble pour lui bien plus économique qu'autre chose, comme l'avait finalement bien avoué Robert Downey Jr. Il serait capital de remettre sur le devant de la scène ce que le metteur en scène qualifie de "film narratif", c'est-à-dire des films plus centrés sur l'écriture que sur la surenchère spectaculaire :

"... Et du coup, c'est un gros problème. Et nous avons besoin que les propriétaires de salles s'engagent contre ça. De permettre à ces salles de montrer des films qui sont des films narratifs. Un film narratif peut être une longue prise de 3 heures, vous savez ? Il ne doit pas forcément avoir un début, un milieu et une fin conventionnels."

 

photoSpider-Man : Far from home, dernier Marvel en date, dont le sujet est justement l'illusion de l'effet spécial

 

Même si ses propos sont toujours très absolus, il faut avouer qu'il marque un point en ce qui concerne l'exploitation en salles du MCU et consorts. Ces longs-métrages piétinent toute concurrence, et Hollywood s'aligne sur leurs méthodes. Quand on voit les chiffres astronomiques d'Avengers : Endgame, on se demande quelle place est encore allouée au cinéma purement narratif.

Le fait que ce soit Martin Scorsese qui cause cette polémique est à ce propos assez logique. Les services de SVoD sont venus compléter le réseau de distribution, et c'est là qu'échouent beaucoup de fictions narratives. Son The Irishman, projet de longue date, a, pour exister, dû se payer les services de Netflix. Ainsi, cet ambitieux thriller de 3 heures et demie, encensé par la critique depuis son avant-première au NYFF, débarquera le 27 novembre sur la plateforme.

La situation aurait-elle été la même sans le règne des "extended universe" ? La suite au prochain épisode...

 

Affiche françaiseUne sortie sur Netflix pour le prochain grand Scorsese : qui l'eut cru ?

commentaires

Haz
16/10/2019 à 13:20

@Deker

Comment ça la BD ce n'est pas de l'art ! C'est le 9e art ! Allez dire ça aux dessinateurs qui se sont usé les fesses dans les auditoires des écoles d'art! C'est méprisant !

Sur le sujet:

Tout autant que de dire que certains réalisateurs n'ont pas de culture cinématographique car ils font des blockbusters, c'est d'une part dénigrer la culture populaire et d'autre part faire des hypothèses audacieuses! Il ne faut pas croire que ces réals n'ont aucune culture cinéma: ils en ont peut-être une autre qui n'est pas pire ou meilleure, elle est différente. D'ailleurs ces auteurs que certains encensent faisaient les blockbusters de l'époque!

D'ailleurs qu'est-ce qu'un blockbuster si ce n'est un film qui rencontre un succès commercial. Sans ces films "tentpoles", Certains de films, plus personnels diront certains, plus audacieux diront d'autres, ont pu se faire à une époque car les studios avaient de l'argent grâce aux succès commerciaux sachant que ces propositions cinématographiques n'allaient pas forcément permettre de faire autant de bénéfices. Malheureusement ce n'est plus le cas depuis que les décideurs sont des MBA n'y connaissant plus rien au cinéma. D'ailleurs au passage, si les réalisateurs peuvent avoir de l'argent pour leur films c'est quand même parce que leurs films rapportent de l'argent! On n'est pas dans l'altruisme!

Alors oui certains réal' sont des "yes-men" sans réél talent, mais certains qui sont cités ont une vision personnelle, une patte bien à eux! Spielberg a la sienne, de même que James Gunn - qui vient du cinéma indépendant - ou encore Taiki Waititi qui a un ton bien à lui. Snyder est largement surcôté : il a clairement un goût prononcé pour la photo mais il ne sait pas écrire. Si on élargit le spectre, Nolan ne sait pas filmer l'action ni écrire, au contraire de son frère. La réalisation de Kubrik manque généralement d'originalité: on sent trop le photographe qui fait du cinéma (et j'aime beaucoup certains de ces films). Et niveau plans fixes je préfère Stalker par sa dimension philosophique. Mais je vois que je digresse...

Là où la critique contre Disney est juste, c'est l'omniprésence de leurs produits et de ne faire en parallèle aucune autre proposition. Mais Disney, ou n'importe quel autre studio/distributeur, ne fait rien d'autre que du fric depuis ... bah toujours! à toujours régurgiter toujours les mêmes formules (à part quelques pépites).

Le problème n'est pas tant les films de superhéros (après tout le péplum des années 50 avait les mêmes codes finalement, de même que le western ou les films de flics des années 70 ou les films d'actions des années 80-90) que le manque de diversité que l'industrie nous propose (sans parler des remake ou les live version de Disney). En effet, il y a dans les films Marvel/Disney une absence de nouvelles propositions et une absence d'enjeux (mis à part Infinity Wars): au final c'est comme une série des années 80-90, avec un épisode de plus de 2h tous les 6 mois. Espérons que les choses changent (bien que j'aie des doutes).

J'aime certains classiques, tout comme j'en déteste d'autres. J'aime certains blockbusters tout comme j'en déteste d'autres. Je finirai par attaquer le snobisme de certains critiques (et pas que) un peu partout sur le web...

C'est saoulant de voir certains systématiquement se draper dans leur élitisme chaque fois qu'il est question de culture populaire: Victor Hugo était un auteur de feuilletons à succès, Toulouse Lautrec un publicitaire (et même Scorcese a fait de la pub)! Prenez chaque oeuvre pour ce qu'elles sont à part entière. Et punaise... prenez du recul !

corleone
16/10/2019 à 00:51

Il a plus rien à prouver le monsieur, et le 7ème art lui doit beaucoup, qu'on soit d'accord avec lui ou pas il reste droit dans ses bottes et ne cherche pas à caresser qui que ce soit dans le sens du poil, forcément ça force de l'admiration.

Daniel San
16/10/2019 à 00:44

Vu comme on lui tombe dessus parce qu'il aime pas les films marvels, heureusement qu'il s'est pas prononcé sur le voile, quelle génération débile.

Winona
15/10/2019 à 09:13

Bien d'accord avec les propos de colloc1 et alex (et pas mal l'approche du sujet par Birdy ^^)

Sinon pour ma part, bien chanceux d'avoir la possibilité de voir "The Irishman" ce soir dans l'auditorium de Lyon avec la présence de Mr Martin Scorsese.

Je suis reconnaissant à Netflix d'allouer des budgets suffisants pour permettre à de grand metteurs en scènes (comme les Frères Coen ou Alfonso Cuarón par exemple) de faire aboutir leurs projets) mais c'est aussi frustrant, quand on le souhaite, de ne pas pouvoir en profiter sur un écran de cinéma.

Aussi je ne vais pas louper une miette et profiter de chaque instant des 3h30 de pellicule qui m'attendent avec cerise sur le gâteau le formidable trio d'acteurs que sont Al Pacino, Robert De Niro et Joe Pesci.

Birdy
15/10/2019 à 08:39

Je préfère les grands restau, mais de temps en temps, quand on veut faire simple et rapide, un plat décongelé peut faire l'affaire...

alex
14/10/2019 à 21:56

Il a le droit d'avoir son avis et on a le droit de le partager ou non, le débat est stérile ! Il s'agit de deux formes de cinéma différentes, je regarde les deux mais j'ai évidemment pas les mêmes attentes, si l'on applique le même bareme de jugement à un Scorcese ou un Avengers c'est un absurde. Après, on peut pas nier qu'un film de Scorcese a plus de teneur et de consistance qu'un Marvel d'un point de vue héritage cinématographique,

colloc1
14/10/2019 à 20:27

De toute maniére ce débat ne changera rien , vu que la grande majorité ( je dit bien la grande majorité , pas tous hein ! ) de ceux qui se ruent voir les marvel n'ont jamais entendu parler de Martin Scorcese. Ca ne les touche absolument pas et ils continueront d' aller en masse dans les parcs d'attraction.

Nyl
14/10/2019 à 19:53

Episode 3.

Quand l'épisode 4?

MassLunar
14/10/2019 à 19:33

Il est vrai que la remarque sur les Monstres Marvel qui éclaboussent des films plus narratifs aux cinés est une triste réalité, par contre, je ne suis pas d'accord avec Scorsese lorsqu'il déclare que ce n'est pas du cinéma mais un parc d'attractions.
Le cinéma est né dans une foire, il a pour nom Georges Méliés et Scorsese lui rend hommage avec son Hugo Cabret ! C'est un peu maladroit de sa part de juger le MCU alors qu'il offre au final aux masses ce qu'il demande, même si parfois ça bourre !

Numberz
14/10/2019 à 19:26

C'est comme dire que Nigloland et Walliby sont pas des parcs d'attractions... Ah ? Nan

Plus

votre commentaire