Dune, Halloween Kills, Netflix, Last Night in Soho... une sélection indécente pour Venise 2021

Raphaël Iggui | 26 juillet 2021 - MAJ : 26/07/2021 18:59
Raphaël Iggui | 26 juillet 2021 - MAJ : 26/07/2021 18:59

La Mostra de Venise vient de dévoiler sa sélection royale pour l'édition 2021, au programme : des vers de sable, Michael Myers, Edgar Wright ou encore Ridley Scott.

L'édition 2021 du Festival de Cannes s'est terminée sur un sacré coup de théâtre et pas uniquement parce que Spike Lee, président du jury, n'a pas su tenir sa langue. La Palme d'or remportée par Julia Ducournau pour Titane est symbolique à plus d'un titre, et résonne comme un geste fort quoiqu'on puisse penser de la qualité du film (notre critique). À peine nous sommes-nous remis de nos émotions que la 78e édition de la Mostra de Venise, qui se tiendra du 1er au 11 septembre, se prépare de l'autre côté des Alpes. Et elle devrait envoyer du lourd notamment. 

Il faut dire que la Mostra est devenue une rampe de lancement dingue pour les films qui prétendent aux Oscars. Ainsi, en 2020, Nomadland a remporté le Lion d'or de la Mostra avant de remporter trois statuettes, dont l'Oscar du meilleur film. En 2019, Marriage Story et Joker étaient tous les deux passés par les canaux avant d'être récompensés aux Oscars 2020. En 2018, c'était La Forme de l'eau qui remportait l'Oscar du meilleur film 2019 et le Lion d'Or au nez et à la barbe de 3 Billboards - Les panneaux de la vengeance, lui-même prix du scénario à ce même Venise et récipiendaire de deux oscars la même année.

 

Photo Benedict CumberbatchThe Power of the Dog, le grand film Netflix de l'année ?

 

Et on pourrait continuer comme ça longtemps puisque RomaLa FavoriteLa La LandJackiePremier contactSpotlightBirdman ou encore Gravity sont passés par Venise ces dernières années. Bref, Hollywood privilégie sans contestation possible la Mostra plutôt que la Croisette depuis une petite décennie. Et cette année 2021 ne fera pas exception. Après une présence rare et assez faible lors de Cannes 2021 entre The French Dispatch (notre avis), StillwaterFlag Day (notre avis) ou Red Rocketl'Amérique (et les anglophones) sera absolument partout sur le Lido.

D'abord en sélection officielle, on retrouvera ainsi Netflix avec The Power of the Dog de la Néo-Zélandaise Jane Campion (film refusé à Cannes selon les rumeurs à cause de la fameuse règle de la sortie en salles), The Lost Daughter de Maggie GyllenhaalSpencer de Pablo Larraín et The Card Counter de Paul Schrader. Mais c'est surtout hors-compétition qu'on retrouve une belle pelletée de projets extrêmement attendus.

On y croise pêle-mêle Halloween Kills de David Gordon GreenLast Night in Soho d'Edgar WrightLe Dernier Duel de Ridley Scott et surtout le Dune de Denis Villeneuve. Des blockbusters d'auteurs croisant des films de genre entre SF, fantastique et horreur, voilà l'audace qu'on aurait aimé croiser dans le hors-compétition cannois plutôt que Fast & Furious 9 au cinéma de la plage ou même Stillwater (notre avis). Par ailleurs, même la série HBO Scenes from a Marriage sera présentée hors-compétition (les 5 premiers épisodes).

 

Photo Matt DamonComte Jason de Bourne

 

Le cinéma hollywoodien sera donc ultra-présent avec des films très attendus dont une partie sera favori des prochains oscars. Toutefois, les Américains ne règneront pas en maître et ne seront pas les seuls à être à l'honneur. La France occupera par exemple une belle place. En sélection officielle, on retrouve ainsi Un autre monde de Stéphane Brizé, L'événement d'Audrey DiwanIllusions perdues de Xavier Giannoli tandis qu'en hors-compétition, on retrouvera notamment Les Choses humaines d'Yvan Attal

Sinon, au niveau des habitués, Pedro Almodóvar, lauréat du Lion d'or en 1988 pour Femmes au bord de la crise de nerfs viendra présenter Madres Paralelas en ouverture. Le Mexicain Michel Franco, déjà lauréat du Grand prix du jury en 2020 pour Nuevo Orden, viendra présenter Sundown. Enfin, Paolo Sorrentino est sélectionné pour The Hand of God,  film Netflix (triplement représenté cette année) sur le Diego Maradona. Le cinéaste italien fait son retour à Venise après être venu présenter sa série The Young Pope en 2016 puis The New Pope en 2019. 

 

photoBong Joon-ho et son jury regardant religieusement les films.

 

Une édition qui s'annonce encore considérablement riche et variée, avec un line-up qui intrigue beaucoup et présage d'une sacrée dose de spectacle en plus d'une salve de films plus indépendants et auteurisants. La liste complète de tous les films sélectionnés est disponible ci-dessous.

En compétition :

Madres Paralelas de Pedro Almodovar
Mona Lisa and the Blood Moon d'Ana Lily Amirpour
Un autre monde de Stéphane Brizé
The Power of the Dog de Jane Campion
America Latina de Fabio d'Innocenzo et Damiano d'Innocenzo
L'événement d'Audrey Diwan
Competiencia Oficial de Gaston Duprat
Il Buco de Michelangelo Frammartino
Sundown de Michel Franco
Illusions perdues de Xavier Giannoli
The Lost Daughter de Maggie Gyllenhaal
Spencer de Pablo Larrain
Freaks Out de Gabriele Mainetti
Qui Rido Io de Mario Martone
On the Job : The Missing 8 d'Erik Matti
Leave No Traces de Jan P. Matuszynski
Captain Volkonogov escaped de Natasha Merkulova
The Card Counter de Paul Shrader
The Hand of God de Paolo Sorrentino
Reflection de Valentyn Vasyanovych
La Caja de Lorenzo Vigas

 

Photo Kristen StewartKristen Stewart sera Lady Diana dans Spencer

 

Orizzonti :

Atlantide de Yuri Ancarani
Miracol de Bogdan George Apetri
Piligrimai de Laurynas Bareisa
Il Paradiso Del Pavone de Laura Bispuri
The Falls de Mong-hong Chung
El Hoyo En La Cerca de Joaquin Alejandro del Paso Puente
Amira de Mohamed Diab
À Plein temps d'Eric Gravel
107 Mothers de Peter Kerekes
Vera Dreams of the Sea de Kaltrina Karsniqi
Les Promesses de Thomas Kruithof
White Building de Kavich Neang
Anatomy of Time de Jakrawal Nilthamrong
El Otro Tom de Rodrigo Pla
El Gran Movimiento de Kiro Russo
Once Upon a Time in Calcutta d'Aditya Vikram Sengupta
Rhino d'Oleh Sentsov
True Things de Harry Wootliff
Inu-Oh de Masaaki Yuasa

 

Hors compétition :

Les fictions :

Il Bambino Nascoto de Roberto Ando
Les Choses humaines d'Yvan Attal,
Ariaferma de Leonardo Di Costanzo
Halloween Kills de David Gordon Green
La Scuola Cattolica de Stefano Mordini
Old Henry de Potsy Poncirolli
The Last Duel de Ridley Scott
Dune de Denis Villeneuve
Last Night in Soho d'Edgar Wright

 

photo, Thomasin McKenzieTout le monde a pris un coup de poing en plein visage devant la sélection

 

Les documentaires :

Life of Crime 1984-2020 de Jon Alpert
Tranchées de Loup Bureau
Viaggo Nel Crepusculo d'Augusto Contento
Republic of Silence de Diana El Jeiroudi
Hallelujah : Leonard Cohen a Journey, a Song de Daniel Geller et Dayna Goldfine
Deandré#Deandré. Storia Di Un Impiegato de Roberta Lena
Django & Django de Luca Rea
Ezio Bosso. Le Cose Che Restano de Giorgio Verdelli

Séances spéciales :

La Biennale Di Venezia : Il Cinema Al Tempo Del Covid d'Andrea Segre
Le 7 Giornate Di Bergamo de Simona Ventura

Tout savoir sur Dune

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Francis Bacon
27/07/2021 à 20:13

@Arriflex
Lol dixit un fan de blockbuster pour enfant j'imagine. Des vrais films de ciné ? Lol tu devais faire partie des gens qui ont repris de volée Scorsese, c'est vrai que Moretti, Audiard, Anderson et les autres ne font pas du vrai cinéma. Regardes les films, après tu pourras dire qu'ils sont nuls. Je ne suis ni parisien ni mangeur de kinoa (beurk) et pourtant Cannes me fait bander tous les ans, il faudrait penser à approfondir vos analyses.

Moi c'est surtout les films de Sorrentino, Almodovar et Brizé que j'ai hâte de découvrir.

Je pense pas que ce soit les américains qui ne veulent plus venir à Cannes, surtout la sélection qui est exigeante.

Hocine
27/07/2021 à 11:37

@Simon Riaux - Rédaction et @Arriflex

Jusqu'à présent, il n'y a que 3 films qui ont remporté à la fois, la Palme d'or et l'Oscar du meilleur film: Le Poison de Billy Wilder en 1946 (à cette époque, c'était le Grand Prix du Festival International du Film et non, la Palme d'or), Marty de Delbert Mann en 1955 et très récemment, Parasite de Bong Joon-ho.

C'est vrai que depuis quelques années, le festival de Venise semble être une vitrine du cinéma américain, ou plutôt une vitrine pour les prétendants aux Oscars.
Le Festival de Cannes qui a traditionnellement lieu au mois de mai, semble arriver trop tôt pour la saison des Oscars, qui ne démarre vraiment qu'à l'automne, ces temps-ci.

@Kyle Reese

Le seul film que j'attends vraiment cette année, c'est Cry Macho de Clint Eastwood.
La bande-annonce devrait logiquement arriver le mois prochain, au moment de la sortie américaine de The Suicide Squad (6 août) ou de celle de Reminiscence (20 août). Pour rappel, Cry Macho sort le 17 septembre aux USA, et le 10 novembre en France.
Il sera peut-être sélectionné au festival de Toronto.

Simon Riaux - Rédaction
27/07/2021 à 09:57

@Arriflex

Non, la preuve que le cinéma américain n'est plus désireux (et pour l'essentiel, plus en état) d'aller à Cannes.

Venise est devenu une succursale des Oscars et des campagnes marketing hollywoodiennes. Ca fait de jolies affiches. Mais ça ne fait pas un festival. Et cette année, Cannes les a littéralement dépouillés. Après, tout le monde a droit d'être fan d'Yvan Attal.

Arriflex
27/07/2021 à 00:27

La preuve que Cannes ne fait plus que bander les Français, ou du moins les pseudos intellos de la rive gauche parisienne mangeur de Quinoa. Venise est "The place to be" avec des vraix films de cinéma

Kyle Reese
26/07/2021 à 21:29

The last duel
Last night in soho
D’une

Bam ! Les 3 films que j’attend le plus pour cette fin d’années. Miam.

T.
26/07/2021 à 21:23

Quand les films hors compet sont largement plus intéressants que les films en compet :')

votre commentaire