Cannes 2021 : Titane, Benedetta, Annette... les dix films les plus attendus

La Rédaction | 3 juin 2021 - MAJ : 04/06/2021 14:16
La Rédaction | 3 juin 2021 - MAJ : 04/06/2021 14:16

Entre les grands noms, l'horreur, les fusillades, le sexe ou les virus, ce Cannes 2021 s'annonce passionnant. On fait le point sur 10 films à ne pas manquer.

Après tant d'attente et de teasing, Thierry Frémaux, le délégué général du festival, a enfin révélé les films qui seront présents sur la Croisette pour cette édition historique. En tout, 64 films seront présents (avant de possibles rajouts de dernière minute), dont vingt réalisés par des femmes (un record). Pour la course à la Palme d'or, ils seront vingt-quatre longs-métrages à se tirer la bourre.

 


 

On peut évidemment regretter l'absence de grands noms attendus ou plutôt espérés : Dune de Denis VilleneuveWest Side Story de Steven SpielbergMourir peut attendre de Cary Fukunaga, Les Éternels de Chloé Zhao ou Last Night in Soho de Edgar Wright. Rien qui n'empêche toutefois cette sélection de créer une grande impatience au sein d'Ecran Large.

On s'est donc amusé à lister dix films qu'on ne voudra surtout pas manquer dans cette édition 2021. Et évidemment avec dix films, on a dû faire des choix cornéliens, tant et si bien qu'on aurait pu en rajouter facilement une bonne vingtaine. Ne nous en voulez donc pas de ne pas forcément voir vos chouchous. C'est parti.

 

photo, Timothée Chalamet, Rebecca FergusonDune a le regard définitivement porté vers Venise

 

Benedetta

Après avoir attendu patiemment durant un an (deux ans ? Trois ans ?), Benedetta se livrera bien à la compétition du Festival de Cannes 2021. Dans la liste depuis un long moment, le nouveau projet 100% français de Paul Verhoeven, dont la réputation n’est plus à prouver, sera sans un aucun doute l’un des candidats sérieux pour la Palme d’or. Le réalisateur des sulfureux Basic Instinct et Showgirls revient donc au festival français, cinq ans après Elle, et met en scène Virginie Efira (déjà présente au casting du film Elle) en nonne italienne accusée d’homosexualité.

Inspiré d’une histoire vraie, le récit tournera autour de Benedetta Carlini et ses nombreux miracles promettent d’être aussi provocants que les précédents films du cinéaste, tout en s’attaquant à ses thèmes fétiches tels que la religion ou la sexualité. En tout cas, le film est très attendu à la rédaction et la bande-annonce diffusée récemment ne fait que décupler notre impatience de le découvrir à partir du 9 juillet 2021.

 

 

Annette

Tout comme Benedetta ou The French DispatchAnnette faisait partie des forces en présence assurées d’avoir leur billet pour Cannes 2021. Le nouveau film de l’artiste poétique du cinéma français, Leos Carax, annonce un retour tambour battant neuf ans après Holy Motors, son dernier film en date. En effet, en collaboration avec le groupe de rock Sparks, le réalisateur de Boy Meets Girl et de Mauvais sang s’est attelé à la comédie musicale et compte dans ses rangs un casting de premier plan.

Marion Cotillard et Adam Driver seront sous les feux des projecteurs à Los Angeles et auront un premier enfant un peu particulier. Cette plongée dans l’imaginaire de Carax aura la lourde tâche d’assurer l’ouverture du festival, mais la bande-annonce dévoilée dernièrement promet un triomphe à Cannes et dans les salles de cinéma (le film sortira le 6 juillet, en même temps que sa diffusion au festival).

 

 

THE FRENCH DISPATCH

Ce n'est pas une surprise de découvrir le nouveau film de Wes Anderson dans cette sélection officielle puisqu'il était déjà présent Label Cannes 2020 depuis l'année dernière. Et si les négociations ont été rudes entre Disney et le festival pour le réintégrer dans l'édition 2021, elles ont été concluantes. Après ses deux passages berlinois avec The Grand Budapest Hotel (Grand Prix du Jury 2015) et L'île aux chiens (Ours d'argent du meilleur réalisateur 2018), l'Américain revient donc à Cannes, neuf ans après Moonrise Kingdomet met en scène un recueil d’histoires tirées du dernier numéro d’un magazine américain publié dans une ville française fictive du 20e siècle.

Tourné à Angoulême avec un casting de rêve, le film de Wes Anderson est un des films les plus attendus de la rédaction. La bande-annonce diffusée il y a plus d'un an désormais nous avait conquis et les paroles de Frémaux lors de l'annonce de Cannes 2020, décrivaient le film comme "unique, entre la BD, le cinéma d'animation, le cinéma réel dans un style tout aussi précis". De quoi nous convaincre définitivement qu'il faudra être devant le film le 27 octobre 2021.

 

 

Titane

En 2016, Julia Ducournau avait fait une entrée fracassante dans la cour des grandes avec son film Grave. Grand prix du jury et prix de la critique au festival de Gerardmer, récompensé à la Semaine de la critique au Festival de Cannes 2016... le film avait reçu une pelletée de louanges. Mélangeant adroitement métaphore du passage à l'âge adulte et petite chronique horrifique, le film parvenait intelligemment à renouveler l'approche du cinéma de genre français.  Cinq ans après, autant vous dire que les attentes autour de Titane sont colossales.

Le pitch est encore assez mystérieux : un jeune homme au visage tuméfié est retrouvé dans un aéroport par des agents de douane. Il clame être Adrien Legrand, un enfant disparu il y a 10 ans et se voit restituer à son père. En parallèle, une hôtesse dans un salon de l'auto est accusée d'être l'auteure d'une série de meurtres sordides dans la région.

L'hôtesse sera incarnée par la nouvelle venue Agathe Rousselle, le jeune homme par Rahim-Silvioli Mehdi et le père du garçon disparu par notre Vincent Lindon national. Le casting est aussi intrigant que le synopsis. Une chose est sûre, on est aussi affamé que Garance Marillier dans une école vétérinaire et les estomacs devraient gronder devant ce film (qui lorgnerait du côté du slasher gore d'après les premiers échos) jusqu'à sa sortie en France, toujours pas fixée. 

 

photoFini le décrochage, place au raccrochage scolaire

 

Oranges sanguines 

Un délicieux fumet de Les Nouveaux sauvages franchouillard se dégage du long-métrage réalisé par Jean-Christophe Meurisse. Metteur en scène de théâtre, il avait déjà fréquenté la Croisette en 2016 avec Apnée, transposition à l'écran de son travail avec sa troupe Les Chiens de Navarre. Le premier film mettait en scène un trio de deux hommes et une femme qui partaient sillonner la France, tout en dézinguant toutes les normes possibles et imaginables. 

Cette fois, le pitch est clairement défini : "Au même moment en France, un couple de retraités surendettés tente de remporter un concours de rock, un ministre est soupçonné de fraude fiscale, une jeune adolescente rencontre un détraqué sexuel". Le casting est un beau patchwork, avec Alexandre Steiger (EiffelGrâce à Dieu)Christophe Paou (L'Inconnu du Lac), ainsi que Denis Podalydès et Blanche Gardin. On espère que le film saura enchaîner les saynètes non-sensiques et les séquences poétiques avec la même énergie foutraque qu'Apnée sans toutefois s'égarer dans les mêmes travers. Aucune date de sortie n'a encore été fixée pour l'instant. 

 

PhotoUne colocation des plus complémentaires 

 

Flag Day

On avait laissé Sean Penn s'égarer dans son navet romantico-humanitaire The Last Face coupé à l'eau de rose la plus insipide et la bien-pensance la plus rance. Le voilà qui revient à des plates-bandes plus familières, dans une histoire de liens familiaux tordus par les circonstances du destin. Basé sur une histoire vraie, Flag Day raconte l'histoire de Jennifer Vogel (Dylan Penn), journaliste qui doit enquêter sur l'une des plus grandes opérations de fausse monnaie de l'histoire des États-Unis, orchestrée par son propre père, John Vogel (Sean Penn). 

Une histoire d'héritage lourd à porter, de rapports que la vie peut distendre ou renforcer au sein d'une intrigue plus vaste : bienvenue chez le Sean Penn des grands jours, celui qui sait scruter les failles, les errances et les non-dits. En tout cas, on espère. Les présences de Dylan Penn, sa fille, mais également de son fils, Hopper Penn ajoutent une dimension mise en abyme à cette histoire hors du commun. Le casting sera également composé de Josh BrolinMiles TellerDale DickeyEddie Marsan, et Katheryn Winnick. Une sacrée distribution pour un film qui devrait permettre à Sean Penn de renouer avec l'intensité de The Pledge ou Crossing GuardLe film n'a pas encore de date de sortie sous nos latitudes. 

.

photo, Sean Penn"Je vous dis que je l'ai trouvé cet argent" 

 

Nitram

Après s’être complètement emmêlé les pinceaux dans Assassin's Creed et avoir fait son retour en Australie dans The True History of the Kelly Gang, le réalisateur australien Justin Kurzel va de nouveau nous étonner au cœur des contrées océaniennes. À la manière d’un Elephant de Gus Van Sant, le réalisateur de Macbeth s’est consacré à la tuerie de Port-Arthur en Tasmanie perpétrée en 1996 par Martin Bryant, soit l’une des plus meurtrières de l’histoire australienne.

La promesse d’être transporté dans une tuerie de masse comme nous ne l’avons jamais vu se fera avec un casting des plus intéressants. En effet, Justin Kurzel a de nouveau fait appel à sa femme comédienne Essie Davis, mais a également fait confiance aux talentueux Caleb Landry Jones (The Florida Project, The Dead Don't Die) et aux expérimentés Judy Davis (Celebrity, Marie-Antoinette) et Anthony LaPaglia (FBI : Portés disparusAnnabelle 2 : La Création du Mal). Pas de date de sortie pour l’instant, mais on a hâte de le découvrir.

 

Photo Michael Fassbender, MacbethLa bataille de Cannes

 

Emergency Declaration

Alors que le trafic aérien reprend doucement, voilà déjà que des terroristes viennent mettre le bazar dans le film de Han Jae-rim (The King). Porté par les excellents Song Kang-ho (Parasite, Memories of Murder) et  Lee Byeong-Hun (L'Homme du président), Emergency Declaration s’annonce comme une version bien musclée de Flight avec un avion à faire atterrir d'urgence après une attaque terroriste. Basé sur une histoire vraie, le film de Han Jae-rim annonce de l’action mouvementée et étouffante dans le huis-clos microscopique d’une cabine d’avion.

Remettant au goût du jour le genre catastrophe aérienneEmegency Declaration risque de mettre la Croisette en chute libre avec, on l’imagine aisément, des scènes qui vont nous rendre bien moins pressés de reprendre l’avion. Emergency Declaration est l’un des deux représentants du cinéma coréen avec In Front of Your Face de Hong Sang-soo. Alors que Parasite a propulsé la Corée du Sud sur le devant de la scène cinématographique, peut-être que ces deux films connaitront un avenir radieux à l'international. Pas de date de sortie pour ce film catastrophe, mais on a hâte d'embarquer.

 

photoSong Kang-Ho dans The Host

 

JFK Revisited: Through The Looking Glass

Le cinéaste Oliver Stone parait obsédé par l’assassinat nébuleux du président américain John Fitzgerald Kennedy. Après avoir réalisé un film de trois heures (tout de même) sur le sujet avec JFK, Oliver Stone revient à la charge avec un documentaire qui cette fois avoisine les quatre heures. Se basant sur les répercussions que son film a eues sur l’investigation, à savoir la réouverture du comité d’écoute des enregistrements de l’assassinat, JFK Revisited : Through The Looking Glass risque de ne pas être un morceau facile à avaler.

Un vaste labyrinthe d’enquêtes qui s’annonce toutefois passionnant et probablement méticuleux dans le détail quand on connait la ferveur du cinéaste pour le sujet. En s’emparant du genre documentaire, Oliver Stone n’a plus à faire l’effort de la narration et de la rythmique pour plonger à corps perdu dans le dur de l’investigation.

Une nouvelle incursion dans un des événements les plus sombres de l'Amérique qui s’annonce tout sauf politiquement correct puisque Netflix et National Géographique ont refusé le documentaire à cause des sujets sensibles évoqués. Oliver Stone replonge au cœur de Dallas, le vendredi 22 novembre 1963 pour remuer le linge sale de l’Amérique comme avec son dernier film Snowden sur le célèbre lanceur d'alerte. Aucune date de diffusion pour le moment, alors il faut prendre son mal en patience.

 

photo, Kevin CostnerLe politique correct dans la ligne de mire d'Oliver Stone

 

Evolution 

Après avoir fait sensation sur Netflix avec l’adaptation de sa pièce de théâtre pour Pieces of a Woman et son regard aussi froid que prenant sur le deuil et la reconstruction, Kornél Mundruczó est de retour avec Evolution. Si le matériel de base est également une pièce de théâtre de Mundruczó, selon  le Festival de Cannes sera donc l'occasion de présenter le film adapté de celle-ci. Le cinéaste fera donc son grand retour à Cannes après avoir remporté le Prix Un Certain Regard pour White God .en 2014 et avoir concourru pour la Palme d'or en 2017 avec La Lune de Jupiter.

Evolution s’attaque à l’Holocauste et le ressentie de cette période sombre autour de trois générations. Abordant la mémoire et le temps qui passe, le film s’annonce comme un nouveau récit intimiste dont Kornél Mundruczó semble avoir la maîtrise délicateSi l’intrigue est bien vague et le casting inconnu, on est curieux de voir comment le réalisateur-dramaturge va prendre à bras le corps un autre sujet bien difficile et douloureux. Aucune date pour le moment, mais on trépigne déjà. 

 

photo, Vanessa Kirby, Molly ParkerL'accouchement d'un nouveau récit de toute beauté ? 

 

QUELQUES AUTRES POUR LE PLAISIR

On est également très curieux du nouveau film de Sean BakerRed Rocket, qui suivra le retour d'une ex-star du porno dans sa ville natale du Texas, mais également de Les Olympiades de Jacques AudiardLes Petrov, la grippe, etc. de Kirill SerebrennikovBergman Island de Mia Hansen-LøveThe Story of My Wife de Ildikó EnyediUn héros de Asghar FarhadiDrive my car de Ryūsuke Hamaguchi ou encore de Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier.

On est par ailleurs très curieux de voir ce que donnera Matt Damon en Américain prêt à faire péter Marseille pour sauver sa fille dans Stillwater de Tom McCarthy ou du documentaire Val du duo Ting Poo-Leo Scott consacré à Val Kilmer, qu'on aime beaucoup. Et puis juste parce que c'est Andrea Arnold aux commandes, on se demande ce que peut bien donner Cowportrait du quotidien de deux vaches.

En voilà un beau programme déjà bien chargé et qui prendra encore plus de couleurs d'ici quelques jours de l'annonce des films de la Quinzaine des réalisateurs, de la Semaine de la critique et l'ACID.

Tout savoir sur Benedetta

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Francis Bacon
04/06/2021 à 17:15

En effet ça promet. Emergency Declaration à l'air top, film catastrophe dans un avion surtout si il y a Song Kang-ho, cet acteur m'accroche littéralement, quel charisme.
Annette aussi, Carax qui fait une comédie musicale ça peut matcher, et Cotillard-Driver c'est un sacré couple de cinéma.
Titane aussi à l'air bien cool, j'ai vu Grave récemment, Ducourneau semble devenir la représentante Fr de l'elevated horror, en plus avec Lindon que j'adore.
Les films que j'attends le plus moi c'est Tre piani et Tromperies.

votre commentaire