Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 7 mai 2021 - MAJ : 10/05/2021 14:15
La Rédaction | 7 mai 2021 - MAJ : 10/05/2021 14:15

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Jupiter's Legacy saison 1

Ça parle de quoi ? Ils font partie de la première génération de super-héros, mais alors qu'ils passent le relais à leurs enfants, la tension monte et les règles d'antan sont oubliées.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que la série s’annonce comme l’un des événements importants de Netflix. Après tout, le grand N s’est fait plaisir en s’appropriant le Millarworld, c’est-à-dire la plupart des créations de l’auteur de BD Mark Millar (Kick-Ass, Kingsman). Jupiter’s Legacy représente ainsi la première adaptation de ses comics, et une sacrée prise de risque au vu de ses enjeux autour de deux générations de super-héros qui peinent à se succéder.

Passant ainsi après The Boys dans le domaine des séries “adultes” sur nos surhommes en collants adorés, Jupiter’s Legacy a pour elle des icônes en pleine crise identitaire. Malheureusement, le rythme en dents de scie de l’ensemble peine à adapter la richesse d’un comics pourtant court et efficace.  

Notre critique de la série

Notre avis sur les comics à ne surtout pas rater

 

 

Le Monstre

Ça parle de quoi ? Impliqué dans un cambriolage qui s'est soldé par un meurtre, un ado talentueux lutte pour prouver son innocence et son intégrité à un système qui l'a déjà condamné.

Pourquoi il faut le regarder ? Premier long-métrage d’Anthony Mandler, réalisateur de clips pour Rihanna, Taylor Swift ou encore Drake, Le Monstre est une proposition de film de procès hantée par un système judiciaire carnassier, qui plus est lorsqu’il concerne des citoyens afro-américains.

Éminemment politique, le film s’inscrit dans une actualité évidente, bien qu'on espère qu’il ait pu aller au bout de sa démarche. Pour cela, il devrait au moins être épaulé par son casting, qui comprend entre autres Jeffrey Wright, John David Washington, et la révélation de It Comes at Night : Kelvin Harrison

 

affiche

 

Ace Ventura en Afrique

Ça parle de quoi ? Ace s'aventure dans les jungles africaines pour récupérer une chauve-souris blanche sacrée. Si, par malheur, il échoue, les agressifs Wachootoo entreront en guerre...

Pourquoi il faut le regarder ? Le cerveau est-il vraiment un organe vital ? C'est cette épineuse question que s'efforce de trancher la seconde aventure du détective animalier le plus gentiment frappé de l'hémisphère nord. Loin des États-Unis, l'enquêteur va croiser une galerie de sociopathes divers et variés, mais surtout nous envoyer à la figure une tripotée de gags parmi les plus loufoques de sa carrière. On retiendra tout particulièrement une joute oratoire centrée sur le guano, et une naissance très "animale" au coeur de la brousse.

Certes, le film est moins abouti que le premier épisode, son rythme est un peu moins efficace, mais l'abattage de Jim Carrey demeure inégalé. Véritable cartoon sur pattes, il s'efforce d'être plus grimaçant, souple et élastique à chaque séquence. Le résultat est aussi improbable que drôle et imprimera instantanément la rétine des plus petits.

 

Photo Ace Ventura en AfriqueOSS 117 n'a qu'à bien se tenir

 

Mystic River

Ça parle de quoi ? Hantés par un crime monstrueux, trois amis d'enfance se retrouvent à Boston des années plus tard dans le cadre d'une enquête pour meurtre.

Pourquoi il faut le regarder ? Comment le mal imprime-t-il la destinée des hommes, et quelles cicatrices invisibles laisse-t-il dans leur coeur ? Avec ce polar qui tourne petit à petit à la pure descente aux enfers mythologique, où chacun lutte avec ses propres démons, Clint Eastwood livre un de ses récits les plus simples et complexes, une fable minérale, à la dureté vertigineuse. Le cinéaste aura souvent traité de personnages damnés (L'Homme des Hautes Plaines), dévorés par leurs fautes, ou mus par de noirs sentiments, et assujettis à la tragédie.

Jamais ces idées n'auront été aussi fortes et implacables, alors que sous nos yeux, Boston se transforme en un Styx étouffant, dont l'anti-héros interprété par Sean Penn entreprend de remonter le cours, pour échapper à sa condition et appliquer une vengeance aveugle. Au sein de cette équation, les performances habitées de Kevin Bacon et Tim Robbins, achèvent de transformer le requiem poisseux du maître en un récit d'une humanité bouleversante.

 

photo, Sean Penn, Tim RobbinsUne amitié qui ne pourra survivre à un drame monstrueux

 

Piranha 3D

Ça parle de quoi ? Après un tremblement de terre, des centaines de piranhas carnivores (oui c'est le résumé Netflix), jusqu'alors bloqués dans une grotte sous-marine, sont libérés. Attention au bain de sang !

Pourquoi il faut le regarder ? L'expression "bête et méchante" est souvent utilisée pour qualifier les séries B les plus divertissantes. Mais la géniale comédie réalisée par Alexandre Aja est peut-être celle qui l'incarne le mieux. D'une ambition assez inédite, le film est taillé sur mesure pour les soirées pizza-bière, puisque son principe réside dans l'étripage pur et dur d'une bonne centaine d'ados décérébrés en plein Spring Break, sous la supervision de Elisabeth ShueVing Rhames et Christopher Lloyd.

Loin, très loin de la série Z opportuniste espérant rameuter les amateurs de bisseries grâce à son seul pitch, la production se donne les moyens d'orchestrer un gigantesque massacre en bonne et due forme, suintant d'un humour noir irrésistible et composé de millions de trouvailles gorrissimes d'une inventivité folle. Piranha 3D prouve qu'une partouze de tripes et de tétons peut se hisser au panthéon du cinéma populaire, pour peu qu'on lui accorde la générosité dont elle a besoin, et qu'Aja est un véritable amoureux du cinéma de genre, sous toutes ses formes.

 

photoViens, elle est bonne

 

Vampire, vous avez dit vampire ?

Ça parle de quoi ? Lorsqu'il découvre que son nouveau voisin est un vampire, Charley demande de l'aide à Peter Vincent, un acteur connu pour avoir incarné un chasseur de fantômes.

Pourquoi il faut le regarder ? Petit classique de la comédie d'horreur des années 1980, Fright Night (titre original récupéré par l'affreux remake) reste un objet assez atypique, très amusant et bénéficiant même de quelques effets spéciaux marquants sur la fin. Sorte de Fenêtre sur cour vampirique clamant régulièrement son amour pour le cinéma gothique, il symbolise une approche semi-parodique qui n'appartient qu'à son époque.

Aussi drôle que tendu par moments, le film de Tom Holland (le réalisateur de Jeu d'enfant, pas le roi de la promo marvellienne) met en plus en scène les émois de la découverte adolescente de la sexualité avec l'ambiguïté qui manque à ses contemporains, puisqu'il se vautre autant dans des poncifs du teen movie qu'il baigne dans une ambiance homoérotique assez évidente. Fun quoique subtil, il mérite clairement d'être vu par tous les amateurs du genre.

 

photoGrande gueule

 

MILF

Ça parle de quoi ? Trois copines quadragénaires partent en virée dans le Sud pour oublier leurs chagrins... et redécouvrir leur pouvoir de séduction auprès de jeunes hommes charmants.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que même s'il n'est ni très fin ni toujours élégant, MILF (soit Mother I’d like to fuck ou en bon français, une mère que j’aimerais me faire) tente d’exposer le désir féminin à un âge où le monde veut qu’une femme ne pense plus à sa sexualité, mais plutôt à sa vie de famille. Énorme carton sur le Netflix US, le film d’Axelle Laffont est dans la veine dHome Again avec Reese Witherspoon ou de 20 ans d'écart avec Pierre Niney et Virginie Efira

Une comédie (très) légère qui essaye de contrebalancer les préjugés sur l’âge, mais qui cependant n’y arrive pas toujours, car filme avec lourdeur les trois héroïnes incarnées par Virginie LedoyenMarie-Josée Croze et Axelle Laffont. Si le but de MILF est surtout de faire de l’humour parfois vulgaire et souvent superficiel, on peut choisir d’y voir quelque chose de plus libérateur, ce qui est certes une mission en soi. Mais le film pourrait convenir pour une soirée apéro où l’on jette un œil distrait à l’écran entre deux verres.

Notre critique du film

 

Photo Marie-José Croze, Marie-Josée Croze, Axelle Laffont, Virginie LedoyenC'est l'amour à la plage, ah-ouh, cha cha cha

 

Annie

Ça parle de quoi ? Cette adaptation de la célèbre comédie musicale de Broadway suit les aventures d'une petite fille espiègle qui saura gagner l'affection d'un impitoyable homme d'affaires.

Pourquoi il faut le regarder ? Le réalisateur John Huston a une carrière immensément riche. Sa faculté de passer d'un genre de cinéma à l'autre a fait de lui le réalisateur passe-partout du cinéma classique hollywoodien. Ce statut a été une grande qualité chez Huston, mais ne l'a sans doute pas permis d'obtenir la reconnaissance qu'il méritait de son vivant. Si l'histoire du cinéma a principalement retenu Le Faucon Maltais et Les Désaxés, la filmographie de John Huston comporte de nombreux trésors et notamment sa comédie musicale Annie.

Certes, les premiers aperçus du long-métrage enfantin semblent plutôt ressembler à un Mary Poppins sans finesse, mais le casting est le principal point positif du film. En effet, il compte sur la présence d'Albert Finney (Le Crime de l'Orient-ExpressBig Fish), Tim Curry célèbre notamment grâce à la comédie musicale The Rocky Horror Picture Show, mais également la danseuse et chorégraphe Ann Reinking, également apparue dans Que le spectacle commence !.

Enfin, la jeune comédienne Aileen Quinn a tout le talent de Judy Garland et participe grandement au spectacle dansant et chantant de cette comédie musicale faite de la même manière que celles des années 30 et 40.

 

photo, Aileen Quinn"J'aime Netflix."

 

Carlos

Ça parle de quoi ? Carlos le Chacal est un terroriste vénézuélien à l'origine de nombreux meurtres, enlèvements et attentats à la bombe en Europe et au Moyen-Orient.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que l'histoire d'Ilich Ramírez Sánchez est fascinante de par ses nombreux rebondissements. La densité du long-métrage (2h45 quand même) rend parfaitement compte du charisme du bonhomme, mais également de la richesse politique et culturelle des années 70 et 80, durant lesquelles, Carlos le Chacal, effectuera plusieurs attentats à travers le monde.

L'envoûtant esprit rock de l'époque infuse toute l'énergie de la mise en scène d'Olivier Assayas assez doué pour restituer le parfum de liberté de ces années historiques. Le réalisateur français a également mis en avant la fortune historique des événements de mai 68, dans Après Mai. À noter également, la prestation du comédien Édgar Ramírez en Carlos, salué par la profession d'un César du meilleur espoir masculin en 2011. Chapeau le Chacal.

 

photo, Édgar Ramírez"On est sur Netflix ?"

ET AUSSI... 

Resident Evil : DamnationResident Evil : DegenerationGangstaLou ! Journal infime, Les Larmes du soleil...

 

Tout savoir sur Piranha 3D

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Anne
10/05/2021 à 11:45

A quand la suite de Virgin river ?

Christoche
09/05/2021 à 18:50

Tu parles de nouveauté!! Quasiment que des films qui datent et que l'on voit à la télé souvent...
Pfff

Pechaillon
09/05/2021 à 03:18

À quand de vrai films

Fab6
08/05/2021 à 13:06

Piranha est le must en matière de popcorn mobile décérébré jouissif fun et gore, avec potes-bières-pizzas, mais fait avec talent et respect !

PS : pour MILF, il y a un une autre définition plus officieuse qui signifie Mother In Law Fucking...

Glomo
08/05/2021 à 11:23

A quand la suite des Real Housewiwes de Beverly Hills ? Leurs engueulades me manquent ! C'est tellement superficiel qu'il nous faut bien ça en ce moment. Je ne supporte plus un coup de feu ou une scène de violence en ce moment. Allez savoir pourquoi...

Nico
07/05/2021 à 21:54

Fright night, vu à l'époque sur canal +, un classique !
Mystic river un très grand film , le roman de Dennis Lehane est déjà un chef-d'oeuvre en soi, il fallait bien quelqu'un de la trempe de Clint Eastwood pour en réussir une adaptation aussi brillante

Ray Peterson
07/05/2021 à 19:36

Fright night ! Classique 80's avec de beaux effets animatroniques de l'ancien temps et quelques FX optiques old school. Roddy Mc Dowall et Chris Sarandon au top! C'était le bon temps des films de suburb US loué au vidéoclub!
Annie du sieur Huston, pas le meilleur de son réal mais à regarder avec une glace à la vanille et pour la grande classe d'Albert Finney (bien meilleur plus tard dans Au dessus d'un volcan du même Huston). Sans faire la fine bouche mais en complément de ce paragraphe intéressant de l'article, l'histoire du cinéma a quand même retenu de John Huston son trésor de la Sierra Madre (3 oscars dont réal et 2nd rôle pour son père) et The African Queen (oscar pour le Bogart) qui ont été de gros succès critiques et commerciaux.

Kyle Reese
07/05/2021 à 19:10

Ace Ventura en Afrique. La fameuse naissance et les coutumes ancestrales pour se dire bonjour dans la case du chef sont 2 des gags les plus hilarants que j'ai vu dans un film. Carey est un génie.

grand succès de MILF sur le Netflix US ... rien que pour le titre je comprend que beaucoup d'ados américains ont dû visionné en cachette.

Vampire vous avez dit vampire l'original, grand souvenir pour cette petite série b d'horreur et d'humour. A l'époque il ne m'en fallait pas beaucoup mais le film est sympa.

C'est bizarre que je ne sois toujours pas attiré par le Piranha 3D d'Aja. Bizarre vous avez dit bizarre ?

votre commentaire