MILF : critique qui va niquer ta mère

Simon Riaux | 3 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 3 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Humoriste, comédienne, scénariste et réalisatrice, Axelle Laffont est un des électrons libres de la scène hexagonale dont on pouvait espérer qu’il en vienne un jour à dynamiter une comédie française étouffant sous le poids de ses propres clichés. À bien des égards, l’artiste paraissait une des mieux placées pour retourner et dynamiter les poncifs du « film de nanas » et les stéréotypes accolés au sujet qu’elle s’est choisie pour son premier long-métrage.

 

TAPE AU FOND

Malheureusement, MILF est aussi indigent à l’écran que sur le papier. On y suit donc trois quarantenaires gaulées comme la fin du monde, qui vont découvrir à l’occasion d’un séjour estival que de jeunes types aux hormones bouillonnantes sont tout à fait susceptibles de se masturber dans leur vagin.

De ce point de départ qu’on jurerait sorti du supplément spécial Libido d’un numéro de Biba au prix affiché en francs, la néo-metteuse en scène tire une enfilade de sketch gériatriques qui feraient passer le premier American Pie pour une adaptation de Fragments d’un Discours Amoureux de Barthes.

 

Photo Marie-José Croze, Marie-Josée Croze, Axelle Laffont, Virginie LedoyenSur la plage abandonnée...

 

Ce qui frappe en premier lieu, c’est l’abandon de toute ambition cinématographique. Laffont est pourtant volontiers imprévisible, souvent abrasive et dotée d’une énergie pour le moins impressionnante. Difficile dès lors de comprendre comment et pourquoi elle a rédigé un scénario aussi convenu dans sa structure, paresseux dans le portrait qu’il fait de ses personnages, et limité en matière de pure imagination. Si la crudité de l’ensemble et son désir de revendiquer un humour féminin potache sont légitimes et bienvenus, ces deux intentions paraissent ne jamais se traduire à l’écran.

 

Photo Virginie LedoyenVirginie Ledoyen

 

VIEUX POTS, VIEILLES SOUPES

Plus problématique, non content de recycler mollement un concept usé jusqu’à la corde depuis une quinzaine d’années, MILF le maintient dans un jus symboliquement plutôt rance. De la distinction entre MILF et Cougars (qui voudrait que la femme qui "chasse" soit autrement moins distinguée que celle qu'on traque), en passant par la tendance à faire de ses héroïnes de jolis fruits passifs, attendant d’être cueillis par un trio de bœufs aux hormones, en passant par l’absence d’enjeux concrets et humains, tout concourt à faire de l’ensemble une brochette d’idées reçues au mieux lourdement maladroites, au pire terriblement sexistes.

 

Photo , Axelle LaffontAxelle Laffont

 

Comme si la comédie féminine française de 2018 avait bien du mal à envisager la liberté, voire la libération de ses protagonistes autrement que par le biais d’un bon gros rentrage de poils dans une étagère. Le constat est d’autant plus triste que Virginie LedoyenMarie-Josée Croze et Axelle Laffont font par moment preuve d’une belle complicité et auraient pu doper le postulat de départ, comme le dévoilent en creux une poignée de répliques cruelles et bien senties. Qu'elles sont loin Les Gazelles de Mona Achache et leur écriture douce-amère...

 

Affiche officielle

Résumé

Prévisible et ringard, MILF évoque un vieux numéro de Jeune et Moisie aux pages collées par la crème solaire.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.2)

Votre note ?

commentaires
Wesh wesh
18/05/2021 à 23:08

Vraiment un film de wesh attitude avec des grouilles meufs qui se tartinent de la wesh djeunesse !!

Ciné
11/05/2021 à 14:33

Vous etes tombée bien bas madame laffont, bien en bas de la ceinture ce cinéma.

Le degré 0 du cinéma
11/05/2021 à 14:29

Ce film est affligeant, d’un vide intersidéral. Heureusement, on a retrouvé la gourmette perdue.

Si c’est ça la comedie à la française, celle ci a du souci à se faire.

C’est vraiment, mais vraiment naze.

Max
05/05/2018 à 09:41

C'est une suite de La Plage ? :]

Satan LaTeube
05/05/2018 à 08:51

Ah là là, qu'est-ce que j'ai pur rêver de Virginie Ledoyen dans ma jeunesse. Et elle est encore sacrément jolie.

Sinon je suis content de voir que ma théorie du gogol qui trouve le film bien alors qu'il est tout pourri se vérifie encore avec Ox ci-dessous.

Ox
04/05/2018 à 15:36

Perso je me suis bien fendu à aller voir ce film,
Je recommande vivement.

M'enfin, mais quelle affiche merde !
04/05/2018 à 03:45

@ Starfox

Idem, carrément dingue...j'imagine le graphiste en train de bosser dessus, le brainstorming de ouf de la section marketing, le bordel pour choisir quelle compo sera la plus waow.
Le résultat est juste immonde à l'infini. La honte, purement et simplement.

In Drew Struzan We Trust !

Starfox
03/05/2018 à 21:30

Oh là là l'affiche... Avec les outils modernes et tout, comment on peut encore faire des trucs aussi dégueulasses ??

F4RR4LL
03/05/2018 à 19:21

Y a t'il des scènes de culs au moins dans ce film ? ça serait le seul interet pour se pencher sur cette chose, dans le cadre d'une obsession catégorielle. Sinon rien d'autre à espérer.

Mordhogor
03/05/2018 à 18:33

Ahahaha ! En tous cas, merci, j'ai bien ri à la lecture de cette critique ! Et ça c'est déjà bien. Je m'arrêterai là pour le film sinon. Déjà que j'aime pas les comédies françaises...

Plus
votre commentaire