Netflix vs cinéma : le boss de la plateforme est très heureux des conséquences de la Covid

Gael Delachapelle | 21 janvier 2021 - MAJ : 21/01/2021 12:43
Gael Delachapelle | 21 janvier 2021 - MAJ : 21/01/2021 12:43

Le boss de la plateforme au N rouge a partagé son enthousiasme à l'idée que les films ne soient plus exclusifs aux salles.

2020 aura été une année pleine de bouleversements pour le cinéma, qui a vu son terrain miné par la pandémie mondiale de Covid-19, tandis que de son côté, le marché du streaming en a profité pour faire perdurer son hégémonie dans l’industrie cinématographique actuelle. Ainsi, le N rouge a continué de régner sur le marché de la SVoD, en conservant sa suprématie autant au niveau des chiffres que de la qualité de son contenu, alors que l’on s’attendait à voir Mickey et sa plateforme Disney+ dominer le monde avec sa série phare The Mandalorian.

Pourtant, Netflix continue de gagner en puissance, la plateforme ayant dépassé les 200 millions d’abonnés. En plus de ses résultats, la plateforme a également dévoilé un impressionnant line-up pour 2021. Ajoutez à cela le fait que le N rouge détient dans ses rangs de sérieux concurrents pour tout rafler aux prochains Oscars, notamment Mank, Pieces of a Woman, Malcolm & Marie, Le Blues de Ma Rainey et Les Sept de Chicago, et on peut se dire que Netflix n’est pas près de s’arrêter de briller en 2021 au sein de l’industrie.

 

Photo Yahya Abdul-Mateen II, Ben Shenkman, Mark Rylance, Eddie Redmayne, Alex SharpÇa sent les Oscars chez Netflix... 

 

Et apparemment, cela semble ravir au plus haut point les PDG de la plateforme, à savoir Reed Hastings et Ted Sarandos. En effet, durant une conférence d’investisseurs, les deux hommes d’affaires ont évoqué la récente stratégie de Warner Bros. qui a fait couler tant d’encre, consistant à sortir simultanément les films de son catalogue dans les salles et sur la plateforme HBO Max. Une stratégie qui concerne des films comme Dune, Godzilla vs. Kong, ou encore Matrix 4. Et sans grande surprise, ces derniers sont plutôt enthousiastes à l’idée de voir les salles perdre leur exclusivité sur les films, puisque cela arrange plus ou moins leurs affaires, selon les propos de Sarandos relayés par Deadline :

« Nous n’avons jamais eu de problème avec les films sortant en salles, c’est juste que vous deviez vous engager dans cette très longue fenêtre d’exclusivité pour avoir accès aux salles. Cela a été le plus grand défi. Donc, si ces fenêtres venaient à s’effondrer et que nous avons un accès plus facile pour montrer nos films dans les salles, j’aimerais que les consommateurs puissent faire ce choix d’être dehors ou de le voir à la maison, ce qui est devenu la norme pendant la Covid. […]

 

Photo Amy AdamsNetflix qui guette de loin la situation des salles durant la pandémie de Covid-19...

 

Espérons qu’avec l’espèce de changement de Warner Bros. lié au Covid, ce que nous verrons après la Covid, comme le second semestre de l’année, c’est que les gens vont au cinéma en grand nombre, et regardent leurs films et qu’ils soient présentés en premium simultanément sur HBO Max, et cela va vraiment ouvrir la voie à la simultanéité ; c’est bon pour le film, et ça aide à la fois le streaming en ligne et aussi les salles de cinéma. Mais nous devons attendre l’après-Covid pour avoir une lecture claire de tout cela. »

Un tournant dans l’industrie cinématographique qui pourrait bien tourner en faveur de Netflix, dont les films rencontrent notamment régulièrement des problèmes en France dans leur exploitation, la chronologie des médias ne leur permettant pas de sortir en salles et sur la plateforme au même moment. En France, si les films Netflix sortaient au cinéma, il faudrait que la plateforme attende 36 mois avant de les proposer dans son catalogue.

À l'inverse, aux États-Unis, des films prestigieux taillés pour la saison des récompenses, comme The Irishman de Martin Scorsese ou encore Roma d’Alfonso Cuarón, sortent avec une exploitation réduite dans les salles américaines pour pouvoir concourir aux Oscars, comme l’exige l’académie, avant d'être disponible sur la plateforme dès le mois suivant. En attendant de voir comment la situation va évoluer dans la guerre cinéma vs streaming, vous pouvez découvrir la bande-annonce explosive révélée récemment par Netflix pour son line-up 2021.

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
cronologie
21/01/2021 à 21:05

@ Simon :
Je me suis mal exprimer.
Je voulais dire que le problème en France est que des qu’un film sort au cinéma celui-ci doit attendre x temps pour pouvoir aller sur Netfix, Disney+ etc.
Mais si le film sort le 15 septembre au cinéma en France.
Ce même film pourrait très bien sortir le 14 septembre sur Netflix voir le 10 septembre et être exploiter quelques jours.
Apres celui-ci pourrait tres bien sortir donc au cinéma et quelques mois après ou semaine revenir sur Netflix.
Un peux ce que fais HBO Max mais en sortant le film avant pour bypasser cette loi.
Un peut comme il a été fait avec l’interdiction de passer des trailers sur les chaines de tv mais par contre des films peuvent présenter des séries. Genre Tenet vous présente TPMP ahahah

Simon Riaux - Rédaction
21/01/2021 à 15:53

@T.

Malheureusement, la situation que vous décrivez n'a absolument aucune chance d'advenir.

Tout d'abord, parce que les propriétaires des plateformes les ont créés spécifiquement pour se passer des cinémas. Pas pour y remettre leurs productions et devoir à nouveau partager les recettes avec un exploitant de salle.

De même, la "liberté" en matière de chronologie aurait un effet immédiat, le même qu'elle a partout : donner de la liberté aux très gros, capables de rester indéfiniment à l'affiche, capable de saturer les écrans, et écraser les moyens et les petits, instantanément privés d'oxygène. Il n'y aurait pas "tous les films", mais quasiment plus aucun, pour des tarifs prohibitifs.

T.
21/01/2021 à 15:38

Point de vue intéressant et finalement si on y réfléchit ça me paraît être très bon pour tout le monde.
Les exploitants craignent qu'une sortie simultanée leur soit défavorable mais en vérité si la chronologie des média saute et que les films sortent en simultané, le cinéma deviendrait le lieu ou tous les films sortiraient. Netflix, Disney +, Apple TV ou amazon sortiraient leurs films au ciné en simultané et le cinéma deviendrait un peu le lieu ou voir tous les films (avec un abonnement qui deviendrait ultra rentable du coup).

Bon après ça reste une hypothèse, pas sur que les plateformes sortent leurs blockbos aussi au ciné mais Netflix me parait partant depuis longtemps mais fait face à une opposition qui ne cherche même pas à discuter.

Simon Riaux - Rédaction
21/01/2021 à 15:31

@cronologie

Je ne suis pas certain de comprendre ce que vous voulez dire.

En gros, vous demandez si les cinés ne pourraient pas avancer leurs sorties pour avoir un meilleur temps d'exploitation ?

Si c'est bien votre question, je pense qu'il n'y a pas beaucoup d'espoir ou d'intérêt de ce côté là. D'abord parce que la disponibilité d'un écran, ce n'est pas l'exploitant seul qui en décide. S'il avance une sortie, c'est forcément au détriment du film qui occupait cet écran précédemment. Film pour lequel il s'est engagé auprès d'un distributeur.
Ensuite, une journée ou une semaine d'exploitation, ça ne rapporterait clairement pas assez pour justifier une manoeuvre illégale.

Ensuite, je ne vois pas en quoi ça changerait grand-chose à la chronologie des médias.

Et pour finir, avec la numérisation des salles, une grande partie aujourd'hui ne reçoit pas de copies physiques et n'est donc pas en mesure de "lancer" un film, comme ça, de son propre chef. Si vous allez dans les coulisses d'un multiplex, il n'y a quasiment plus, voire plus du tout de bobines, mais des serveurs, fréquemment automatisés, qui lancent le film sur une fenêtre de tir bien précise. Aucune chance de faire des projos "pirates", si c'est ce que vous sous-entendez.

cronologie
21/01/2021 à 15:21

@EL
les exploitant ne peuvent pas mettre le films une semaine ou même 1 jour avant la sortie ciné pour bypasser la chronologie des médiats ?

Opale
21/01/2021 à 15:12

Le titre de l'article est un peu exagéré et caricatural, le gars est bien plus modéré dans ses propos même si la situation actuelle booste les plateformes, toutes les plateformes, il reste plus nuancé et parie sur une distribution hybride des films, ce qui à mon avis va devenir la norme...

the riddler
21/01/2021 à 14:51

Aucun scrupule à telecharger leurs merdes gatuitement sur ZT du coup

Morcar
21/01/2021 à 14:48

Autant j'avoue que j'ai regardé sur Netflix des films pour lesquels je n'aurais jamais payé une entrée de cinéma, autant si, il existe sur la plateforme des films qui auraient amplement mérité une sortie en salles. Le dernier en date que j'ai vu est "Les 7 de Chicago". Il ne s'agit évidemment pas d'un film qui aurait battu des records d'affluence en salles, mais j'aurais aimé pouvoir le découvrir sur grand écran.
Mais tout ça est forcément très subjectif, car d'autres diront qu'ils n'auraient pas payé une place de cinéma pour ce film, et à l'inverse des films pour lesquels je n'aurais pas payé une place auraient pour d'autres mérité une sortie en salles.

Pour ce qui est de la particularité française, il faut bien comprendre le mécanisme de chronologie des Médias. Simon l'a parfaitement expliqué dans une récente vidéo Ecran Large, mais je pense aussi aux vidéos de Victor Bonnefoi qui l'a déjà expliqué plusieurs fois.

Lolo
21/01/2021 à 13:50

En suisse également, certains films Netflix sortent en salle, en même temps que sur Netflix, j’ai pu voir The Irishman par exemple. Je crois que c’est également le cas en Belgique.

djoik
21/01/2021 à 13:12

Quel batard. Raison de plus de boycotter

Plus
votre commentaire