Netflix prévoit de racheter encore plein de films prestigieux en 2021 (et après...)

Antoine Desrues | 14 janvier 2021 - MAJ : 14/01/2021 12:32
Antoine Desrues | 14 janvier 2021 - MAJ : 14/01/2021 12:32

Après avoir annoncé un impressionnant line-up pour 2021, le directeur des films Netflix a précisé cette stratégie, et ce qui nous attend.

Si 2020 a été une année unique en son genre pour l’industrie du cinéma, 2021 devrait aisément entériner la nouvelle hégémonie du streaming. Netflix a encore prouvé son avance sur la compétition en annonçant fièrement une stratégie assez folle : sortir un film “original” (ou rachat exclusif) par semaine sur la plateforme, et ce sur l’ensemble de l’année.

Il faut dire qu’avec ces 71 longs-métrages, le grand N a frappé fort, d’autant plus que la liste est composée de projets variés, allant du blockbuster d’action (Red Notice avec Dwayne JohnsonGal Gadot et Ryan Reynolds) à la comédie musicale (Tick, Tick… Boom! de Lin-Manuel Miranda).

Au micro de Variety, Scott Stuber, directeur des films de Netflix, est revenu sur cette ambition qui a impliqué de s’adapter à un public divers, et éparpillé aux quatre coins du globe. Le producteur, à qui l’on doit des films comme La Rupture et Toi et Moi… et Duprée, a d’ailleurs insisté sur l’importance de défendre certains genres, à commencer par la comédie romantique :

 

photo, Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence"Comment ça, on ne sort pas en salles ?"

 

“L’une des choses intéressantes à reconnaître lorsque vous avez un public mondial, c’est que vous essayez d’assimiler et de faire les films qu’ils aiment. Je vois des goûts très différents autour du monde. L’une des choses dont nous sommes le plus fier en tant que société, c’est de reconnaître la comédie romantique, dont les gens adorent les différentes variantes, particulièrement dans l’espace “jeunes adultes”.

Quand le public est là de manière aussi diverse […], vous pouvez faire un line-up comme celui-là. Je repense à l’excitation de faire Un Homme d'exception et Fast & Furious en même temps [Stuber a travaillé quelques années chez Universal, ndlr]. Les goûts sont différents et tout le monde veut quelque chose de bon."

D’après le producteur, Netflix a planché sur cette stratégie depuis plus de trois ans, avant d’être fortement épaulé par la crise sanitaire actuelle. Et si Scott Stuber a su se montrer prudent au vu d’un avenir incertain, sa marque est bien décidée à prendre une place de choix dans l’industrie, notamment au travers d’acquisitions de longs-métrages à l’origine prévus pour la salle, comme La Femme à la Fenêtre, le nouveau bébé de Joe Wright avec Amy Adams, ou encore Wish Dragon, un film d’animation des studios Sony. Mais surtout, malgré la récente bande-annonce sur les sorties de 2021, Netflix aurait encore plein de projets secrets, prêts à pointer le bout de leur nez.

 

Photo Amy Adams"Bonjour Netflix ! Je suis étudiante à la Fémis. Vous pouvez acheter mon court-métrage s'il vous plaît ?"

 

“Je pense qu’il va y avoir plus d’opportunités et de conversations à propos des films que nous avons déjà acquis d’autres studios, pas juste dans les circuits de festivals. Quand ces opportunités surviennent, comme avec La Femme à la fenêtre et des talents comme Joe Wright et Amy Adams avec lesquels nous souhaitons collaborer, on veut être prêts à les étudier au cas par cas. Nous avons également acquis d’autres films cette année, comme la première réalisation d’Halle Berry [Bruised, ndlr] pour lequel je suis très excité. Il y a quelques autres acquisitions en cours de route" a déclaré Stuber.

Clairement, Netflix ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Cette nouvelle stratégie agressive pour gonfler son catalogue devrait lui profiter dans les mois, et surtout dans les années à venir. Si la majorité des services de streaming ont affirmé que la pandémie n’a fait qu’accélérer ce processus de transition de la distribution cinématographique, la plateforme reine n’a rien laissé au hasard pour s’assurer toujours plus d’abonnés, et que les nombreux fidèles trouvent en permanence chaussure à leur pied.

Scott Stuber a par ailleurs précisé que la firme avait bien investi dans la sécurité contre la Covid-19, afin de permettre aux tournages de continuer. Malgré les difficultés de certaines situations (d’autant plus que Netflix est loin de produire des films et séries se tournant exclusivement à Los Angeles), le planning gargantuesque du studio n’a peut-être pas été tant impacté.

En tout cas, Netflix a visiblement bien réagi face à une concurrence décidée à lui damner le pion. La multinationale a encore de bonnes surprises, comme Pieces of a Woman, un fort prétendant aux Oscars pour lequel vous pouvez retrouver notre critique, dans sa besace.

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Joe Buck
20/01/2021 à 12:21

Très sceptique quant à l'avenir du cinéma si les netflix et autres plateformes en deviennent les principaux producteurs.
Netflix a permis à Scorsese de réaliser un film dont il rêvait depuis longtemps avec des moyens que lui refusaient les autres studios... Budget pharaonique, produit d'appel alléchant quelque peu décevant car ce film arrive trop tard, les acteurs même aidés par le numérique sont vieux et ça se voit. L'interprétation, la mise en scène, le scénario restent néanmoins indiscutables.
Et après le produit d'appel ? des tonnes de productions Netflix sans aucune personnalité, resucées, inspirés de films ayant bien marché... domine donc une impression de déjà vu .

Morcar
15/01/2021 à 12:37

@Raptor Je ne dis pas que plus rien ne sort en support physique, j'en achète encore régulièrement, je parle des films qui sont rachetés par les palteforme de VOD. On trouve quand même rarement des films (ou séries) Netflix en BluRay, il me semble. Et c'est logique, puisque leur volonté n'est pas de te vendre 15 € un film que tu payes une fois, mais 12 € par mois un abonnement pour pouvoir le revoir à volonté, et que tu ne pourras plus revoir le jour où tu arrêteras ton abonnement.
Pour le moment, parait-il par exemple que malgré sa sortie directe sur Disney+ "Soul" aura une édition en support physique, mais combien de temps vont-ils encore faire ça ? Je suis malheureusement assez pessimiste à ce sujet.

democrates parry
14/01/2021 à 21:30

Netflix est pour les gauchistes et les macronistes normals qu ils soient en mode gourous et qu ils donnent des tonnes de dollars aux acteurs et s ' il vous plait aux stars les plus démocrates

Raptor
14/01/2021 à 14:47

@Morcar

Faux, je suis toujours étonné du nombre de films qui sortent encore en blu-ray et encore plus du fait que certains films à petit budget et connus uniquement des cinéphiles ont parfois droit à des éditions 4k ! Tu devrais aller consulter le site blu-ray.com de temps à autre.

(The) Aurelio
14/01/2021 à 14:19

Bien joué Netflix. Ils s'adaptent à un monde qui change et vont maintenant pouvoir soigner la qualité.

Morcar
14/01/2021 à 14:16

Ce qui me gène le plus dans ce rachat de films par les plateforme de VOD, en dehors du fait qu'ils n'auront pas de sortie salles, c'est le fait que pour la très large majorité d'entre eux il n'y aura pas non plus de sortie sur support physique.
Bientôt, on ne pourra plus trouver un seul film en BluRay. C'est bien dommage...

Gemini
14/01/2021 à 13:58

Tristesse pour le cinéma. Netflix c'est un peu le Drive des grandes surfaces....j'espère que les films sortiront en BR tout de même.

Sébastien
14/01/2021 à 13:43

Netflix ou le MacDo audiovisuel.
Sans moi.

Ozymandias
14/01/2021 à 13:09

Cool, en espérant que cela soit de la qualité !

Simon Riaux - Rédaction
14/01/2021 à 13:04

@Rayan Montreal

Pourquoi donc ?

Plus

votre commentaire