Mourir peut attendre : Daniel Craig en a marre d'entendre que le prochain James Bond est maudit

Mathieu Jaborska | 10 mars 2020
Mathieu Jaborska | 10 mars 2020

C'est la peur au ventre que nous rédigeons cet article. S'il est fait mention du mot "maudit", l'agent secret viendra nous loger une balle dans la tête. Déjà trop tard.

Le métier de rédacteur cinéma est dangereux, mais bien moins que celui d'acteur sur une franchise aussi titanesque que James BondDaniel Craig l'avait expliqué à plusieurs reprises d'un ton las : le rôle s'avère très fatigant (mais pas maudit). C'est la raison pour laquelle le 25e épisode réalisé par Cary Fukunaga marquera sa dernière apparition dans le costume pare-balle de 007, dernière apparition qui traine par ailleurs la patte.

 

photo, Daniel CraigIl surveille...

 

En effet, la production du long-métrage a été très mouvementée, avec le départ du premier réalisateur Danny Boyle, pour des différends créatifs. Le tournage non plus n'a pas été de tout repos après l'arrivée de Fukunaga derrière la caméra. Daniel Craig s'est par exemple blessé à la cheville sur le plateau, événement qui a précédé une explosion dans les studios Pinewood, touchant également légèrement un technicien. Mais tout ça n'est rien par rapport à l'ultime épreuve qui attendait le film : l'épidémie de coronavirus.

Après une première lettre ouverte de fans et l'aggravation de cette situation toute sauf maudite, la décision a été prise de repousser ce nouvel opus de plusieurs mois, histoire qu'il puisse rencontrer tous les publics et être le carton prévu. Il faudra attendre novembre pour assister à ces nouvelles aventures. Et certains médias n'ayant RIEN À VOIR avec Ecran Large ont donc parlé en toute inconscience d'un film maudit, ce qui est bien sûr totalement faux. Et Daniel Craig, interrogé par GQ, en a marre d'entendre ça.

« Ça m'énerve. Parce que je dis juste : "ne maudissez pas notre film". Et aussi, on fait de notre mieux, ici. »

 

photoUne retraite bien méritée

 

Il faut dire qu'il s'est apparemment bien plus impliqué dans l'écriture de cet épisode, après avoir constaté que "les idées de Danny ne marchaient pas".

"C'est mon dernier film. J'ai fermé ma bouche auparavant et je suis resté en dehors de ça et je l'ai respecté et j'ai regretté de l'avoir fait."

Il fait peut-être référence au scénario de Quantum of Solace, pas vraiment le plus apprécié des Bond. Il aurait donc lui-même poussé à l'engagement de Phoebe Waller-Bridge pendant le tournage pour travailler sur le script. Une chose est sûre, l'acteur est vraiment fatigué de la franchise, et maintenant qu'il n'en fait plus partie, il ne se gêne pas pour le rappeler. Selon lui, faire ces blockbusters revenait à se couper du monde pendant trop longtemps. Le comédien souhaite freiner un peu ce rythme infernal, "peut-être juste vieillir." Mourir ne peut finalement pas attendre. Les malédictions le peuvent.

Mourir peut attendre devrait sortir en novembre en France.

 

Affiche française

Tout savoir sur Mourir peut attendre

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Zanta
10/03/2020 à 19:10

Les Craig impaires sont bons... On croise les doigts pour un scénario du niveau de celui d Au service secret de sa majesté ?

Sébastien
10/03/2020 à 18:32

Les héros sont fatigués dirait-on, et les spectateurs aussi.
Le titre du film évoque d'avantage la franchise elle-même que celle de son personnage.
Qu'il faille 5 ans pour produire un film d'action lambda en dit long sur son avenir.
C'était déjà le cas à la fin des années 80, les Spielbergeries ayant passablement ringardisées l'espion qui nous aimait, mais autant à l'époque le cinéma restait en constant renouvellement, autant depuis 20 ans il tourne en rond.
Mourir un jour, il faudra bien, monsieur Bond. Même votre interprète semble le deviner.

Greta et Moi
10/03/2020 à 16:28

je sens que çà pas trop marcher,j'irai pas voir ce dernier Craig, mais j'ai vu tous les precedents au cinoche, le dernier de 2015,est déjà de trop, Craig en pilotage automatique ...
un film inclusif, féministe, çà fait pas parti du cahier des cahiers, d'un Bond et du MI 6, tous les films dans cet agenda là se sont globalement plantés,celui là ne devrait pas faire exception, ajoutez l'effet Corona
ils auraient pu le sortir pour l'été toutefois, les virus ne fonctionnent par sous ma canicule et sous air sec

votre commentaire