Le Hit Machine de la rédaction : notre playlist musiques de films pour Halloween

La Rédaction | 2 novembre 2018 - MAJ : 02/11/2018 18:48
La Rédaction | 2 novembre 2018 - MAJ : 02/11/2018 18:48

La rédaction partage ses humeurs du moment avec une playlist de musiques de films et séries.

Parce qu'on ne parle pas assez de musiques de films alors qu'on en écoute à peu près tout le temps, on a décidé de faire un peu de place aux bandes originales. Dans l'actualité ou dans nos coeurs d'enfants, célébrées par tous ou sorties des tréfonds de la cinéphilie, elles auront droit à leur petite rubrique.

Cette semaine, spéciale Halloween oblige, parlons angoisse et mystère.

 

photoPensée nostalgique et gratuite pour Hocus Pocus

 

Geoffrey Crété

Une musique géniale de The Box, le très bon film de Richard Kelly où Cameron Diaz et James Marsden affrontent une boîte des enfers. Le morceau est long, entêtant et mystérieux, et balaye à peu près toutes les émotions du film, tiré d'une nouvelle de Richard Matheson. Ah, et c'est composé par Win Butler, Régine Chassagne et Owen Pallett, soit le noyau d'Arcade Fire, un petit groupe que certains connaissent sûrement un peu.

Retrouvez notre critique de The Box par ici.

 

 

Prescilia Correnti 

Une musique à la fois douce, triste et poétique signé Walter Schumann, et qui provient du seul film réalisé par Charles Laughton : La Nuit du chasseur. Alors que les enfants sont en fuite et tentent d'échapper à leur terrible poursuivant (Robert Mitchum), les jeunes bambins parviennent à se hisser dans une barque. Alors qu'ils sont au plus mal, désespérés et appeurés, l'orchestre de Walter Schumann vient sublimer la voix de la jeune Pearl (Sally Jane Bruce) qui se lance dans cette comptine candide, sublime, magistrale.

Retrouvez la critique du film culte par ici.

 

 

Elliot Amor

Sublime morceau symphonique créé par John Williams pour sa seconde collaboration avec Steven Spielberg. Ce dernier dit lui-même que son compositeur réécrit ses films. Si Les Dents de la mer n’a pas pris une ride, il n’en est pas moins de sa bande originale qui continuera de vous faire frissonner (sans doute plus que le film lui-même).

Notre critique du film cultissime, c'est par là.

 

 

Simon Riaux

Peut-on évoquer le vertige total que représente l’apocalypse, la terreur qui saisit l’âme humaine quand pour la première fois elle assiste au néant ? Oui, on peut le faire et on peut le faire avec de gros synthés supra bourrins et des chœurs mal digitalisés. Même que c’est très beau et ça fait franchement peur. Dans L'Au-delà de Lucio Fulci en tout cas, ça fait vraiment très peur.

 

 

Alexandre Janowiak

The Haunting of Hill House est sans aucun doute une des séries de l'année. Au-delà de sa force narrative où les points de vues se croisent et s'entrecroisent au coeur de ce récit horrifique et psychologique, la série de Mike Flanagan jouit d'une mise en scène folle et d'une magnifique bande-originale orchestrée par The Newton Brothers. Aussi anxiogène et angoissante (le thème principal) qu'ensorcelante, à l'image des mystérieux événements qui hantent les personnages, elle recèle de quelques partitions plus douces et poétiques. C'est le cas de Come Home et ses magnifiques touches de piano, le calme avant la tempête.

Notre bilan de The Haunting of Hill House, c'est par ici.

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire