Robert Rodriguez avoue avoir engagé Rose McGowan sur Planète Terreur pour se venger d'Harvey Weinstein

Christophe Foltzer | 29 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 29 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Depuis l'éclatement de l'affaire, grâce à Rose McGowan, les révélations autour d'Harvey Weinstein ébranlent sérieusement Hollywood. Mais il nous manquait encore l'avis de quelques personnalités importantes du milieu.

Et en premier lieu, Robert Rodriguez. Pourquoi ? Tout simplement parce que le réalisateur mexicain, en tant que proche de Quentin Tarantino, devait forcément en avoir entendu parler. D'autant qu'il était en couple avec Rose McGowan pendant un petit moment et qu'il s'était fait produire par Harvey Weinstein. Donc, forcément, il était au carrefour idéal pour savoir des choses et son avis nous semblait extrêmement important.

 

Photo , Robert Rodriguez

Robert Rodriguez

 

Alors que Tarantino vient probablement de perdre pas mal de fans en révélant il y a quelques temps qu'il savait très bien ce qui se passait pendant tout ce temps, Robert Rodriguez, lui, restait bien silencieux sur le sujet et on se demandait bien pourquoi. C'est donc dans une lettre ouverte adressée au journal Variety que le réalisateur de Planète Terreur a enfin brisé la loi du silence en révélant tout ce qu'il sait ainsi que les circonstances exactes dans lesquelles il a appris ce drame terrible.

C'est donc en 2005 que Rodriguez et McGowan se rencontrent pour la première fois, juste après la sortie de Sin City. La comédienne lui fait part de son regret de ne pas être dans le film parce qu'elle est une grande fan de films noir. Lorsque Rodriguez lui demande pourquoi elle n'a pas passée le casting, elle lui répond qu'elle était probablement blacklistée des productions Weinstein. Lorsqu'il a voulu savoir pourquoi, elle lui a raconté toute l'histoire :

"Ma première réaction fut d'être choqué. Je me rappelle lui avoir demandé pourquoi elle n'en n'avait jamais parlé à personne. Que les gens auraient dû la défendre ! Je lui ai aussi demandé ce qu'avait fait son petit ami de l'époque parce que si ça avait été moi, je serai allé lui casser la gueule. Rose m'a répondu qu'ils ne savaient pas quoi faire. Une avocate lui avait dit que parce qu'elle était apparue nue dans certains films, aucun jury ne la croirait et que ce serait sa parole contre celle d'Harvey.

 

 

Elle m'a ensuite confié qu'elle avait réussi à lui faire donner de l'argent à des associations pour femmes maltraitées, en échange d'un contrat de confidentialité entre eux. Elle ne pouvait donc pas en parler publiquement et, pour empirer les choses, cela la blacklistait de toutes les auditions des productions Weinstein."

Forcément, en entendant cela, Rodriguez est plus que révolté. Et, contrairement à pas mal de monde dans le milieu, il décide de ne pas enterrer l'affaire mais de la jouer plus finement qu'une simple confrontation. C'est à cette époque qu'il commençait à travailler sur le projet Grindhouse, produit par Weinstein, et qu'il a promis à McGowan de lui écrire un "rôle badass", précisant qu'elle ne serait pas blacklistée de son film.

 

Photo Robert Rodriguez, Planète Terreur

Le réalisateur et Rose McGowan

 

"A peine avais-je terminé d'en parler avec Rose que j'ai croisé dans la même fête Harvey. A peine nous a-t-il rejoint à notre table, suite à mon invitation, qu'il a vu que j'étais en compagnie de Rose et il est devenu tout pâle. Je lui ai dit "Salut Harvey, je te présente Rose McGowan, je la trouve très talentueuse et je vais la caster pour mon prochain film." Harvey a saisi la balle au bond dans un numéro de comédien parmi les plus exagéré que j'aie vu : "Oh oui, elle est fantastique, elle est incroyable, elle a tellement de talent, vous devriez vraiment travailler ensemble !" Et puis il s'est barré. C'est à ce moment-là que j'ai su que tout ce qu'elle m'avait dit était vrai, cela pouvait se voir sur son visage."

C'est donc ainsi que Rose McGowan s'est retrouvée dans l'excellent Planète Terreurdans un rôle qui, à la lumière de ces révélations prend une toute autre saveur. Pourtant, on pourrait néanmoins se demander pourquoi ils n'en ont pas parlé aux médias à l'époque. La réponse est simple : en parler aurait tué le film. 

 

Photo Planète Terreur

 

"On ne pouvait pas lui envoyer ça au visage pendant que nous faisions le film  parce qu'il l'aurait enterré, mal vendu et tout le monde aurait perdu. De toute façon, il l'a quand même enterré et, parce que nous ne voulions pas risquer un procès, nous n'en n'avons pas parlé publiquement."

Heureusement, la roue a bien tourné depuis et grâce à Rose McGowan, partie en guerre contre le système, et son geste courageux les dossiers et les masques tombent. Et c'est une très bonne chose encore une fois.

 

Photo Planète Terreur

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
pseudo
12/11/2017 à 21:07

FAUX !!

WEINSTEIN a produit ce film. producteur délégué (executive producer)

Ggggrrrrrrr
30/10/2017 à 07:56

Voilà peut-etre pourquoi Planete Terreur n'a pas été a Cannes...

Alan Smithee
29/10/2017 à 17:07

L'occasion de rappeler que de Grindhouse, Planète terror est bien meilleur que Death Proof.

Okay
29/10/2017 à 12:31

Tu parles... il a fait comme tous les autres, il a fermé sa gueule! Et protégé son petit film et sa carrière.

Zumbi
29/10/2017 à 11:22

Rodriguez a eu plus de couilles que Tarantino

Pseudo
29/10/2017 à 11:22

Mais arrêtez de nous saouler avec cette histoire, les défenseurs de Polanski vont vous dire que c'est pas bien grave et qu'il mérite une seconde chance...

votre commentaire