Quentin Tarantino reconnaît enfin qu'il savait pour Harvey Weinstein et regrette de n'avoir pas pris ses responsabilités

Christophe Foltzer | 20 octobre 2017 - MAJ : 31/01/2020 11:00
Christophe Foltzer | 20 octobre 2017 - MAJ : 31/01/2020 11:00

Dans la culture populaire américaine, il y a un mot : "Shitstorm" ou "Tempête de merde" dans la langue de Molière. Une métaphore qui se passe de définition plus avancée tant elle est évocatrice. Une notion qu'une bonne partie d'Hollywood se prend dans la tronche depuis quelques semaines et qui n'est pas prête de s'arrêter.

Avec toutes les révélations qu'il y a eu sur Harvey Weinstein ces derniers temps, certains silences devenaient particulièrement gênants. S'il est clairement mal vu de défendre l'ex producteur de Miramax, Dimension et The Weinstein Company, beaucoup de ses collègues, dont certains très proches, font leurs vierges effarouchés et en découvrant le scandale, comme s'ils n'étaient au courant de rien. On pense évidemment à Kevin Smith, qui file donc de la thune à une association féministe pour s'acheter une conscience, mais il y en a plein d'autres, genre  Ben Affleck. Mais surtout, il y a Quentin Tarantino.

 

Extrait interview (screenshot)Harvey Weintein

 

Ami très proche de Weinstein depuis le début de sa carrière, seul réalisateur à n'avoir jamais eu de problème avec lui lors d'un de ses films, Tarantino avait jusqu'ici esquivé la question, se déclarant récemment trop choqué pour s'exprimer et réclamant un temps de réflexion pour pouvoir digérer l'évènement. Sauf qu'à l'heure où 5 comédiennes ont porté plainte contre Weinstein pour viol, que deux enquêtes de police ont été ouvertes et qu'une troisième est apparemment sur le point de commencer, il n'y a pas de meilleur moment pour le réalisateur de Kill Bill pour faire amende honorable et essayer de sauver ce qui peut l'être encore. Donc, oui, le moment est arrivé pour Tarantino d'avouer qu'il était bien au courant de toutes ces histoires, et c'est dans les colonnes du New York Times que ça s'est passé :

"J'en savais suffisamment pour réagir plus que ce que j'ai fait. C'était plus que les rumeurs habituelles, les ragots. Ce n'était pas des "on dit". Je savais qu'il avait fait plusieurs de ces choses. [..] J'aurai aimé avoir agi de façon plus responsable après ce que j'ai entendu. Pour ce faire, il aurait fallu que je ne travaille plus avec lui."

 

PhotoQuentin Tarantino

 

Et nous touchons là au coeur du problème, la raison de cette loi du silence généralisée dans une bonne partie de la profession. Si c'est moins le cas aujourd'hui, forcément, à l'époque où pas mal de ces faits se sont déroulés, Harvey Weinstein était ultra-puissant et pouvait, d'un simple claquement de doigt, créer ou détruire une carrière, ce qu'il ne s'est jamais d'ailleurs privé de faire. C'est donc par la terreur qu'il tenait ses rangs, instaurant ainsi une loi du silence qui a rendu complice une bonne partie de la profession.. 

Tarantino, dans l'interview, fait notamment référence à la comédienne Mira Sorvino, qui lui avait confié, alors qu'elle était sa compagne, combien le comportement de Harvey Weinstein à son endroit était inacceptable. La réaction du cinéaste semble alors, ainsi qu'il le reconnaît, bien légère :

"Je suis avec elle, il est au courant, il ne ferait pas n'importe quoi avec elle, il sait bien que c'est ma copine."

Mais Quentin Tarantino fut également mis au courant des accusations de viol proférées par Rose McGowan à l'encontre du producteur, l'accord financier trouvé par Weinstein afin d'éviter un procès était également connu de l'artiste. Au cours de l'entretien avec le New York Times, il  a par ailleurs résumé en deux phrases particulièrement terrible son aveuglement.

"Ce que j'ai fai fait, c'est marginaliser ces incidents. Quoique je dise à présent aura l'air d'une excuse foireuse."

C'est le moins que l'on puisse dire.

 

Photo Jeremy Northam, MimicMira Sorvino dans Mimic, un film distribué par Miramax

 

Il ne s'agit pas là tant de mettre Tarantino aussi sur le banc des accusés mais surtout de dénouer un système tentaculaire gravitant et qui a fait énormément de mal à beaucoup de monde ces trente dernières années. Avec la chute d'Harvey Weinstein, c'est donc un vrai système crapuleux qui est mis en lumière, ainsi que la destruction de pas mal d'idoles. Et on se dit que c'est une bonne chose, compte-tenu de l'enfer vécu par les victimes. Les masques tombent, les vérités s'accumulent et c'est à nous aussi, en tant que public et journalistes, de prendre position.

Parce qu'il ne s'agit probablement que d'une affaire parmi d'autres et qu'Hollywood n'en est pas à son premier scandale de ce genre depuis sa création. Parce que si nous voulons que cela change et que les mentalités évoluent, c'est aussi notre propre rapport à la célébrité et à Hollywood qui doit être remis en question. Comme beaucoup d'autres, Tarantino a fait son gros lâche en pensant à la poursuite de sa carrière alors que des femmes proches de lui souffraient en silence. Et c'est révoltant. Et impardonnable. Et nous ne sommes pas loin de lancer un bon gros "Va bien te faire foutre" à l'un de nos réalisateurs préférés. Dur, triste, mais encore une fois, nécessaire.

 

Photo Planète Terreur

commentaires

Traxler
23/10/2017 à 07:36

Et un "ENFIN" de plus dans un titre,..

Starfox
21/10/2017 à 20:59

Comme dirait George Abitbol dans son dernier souffle : "monde de merde hhhhaaaaa..."

Lesleeanna
21/10/2017 à 19:20

C'est une mafia, ils se couvrent comme des malades, pensant que, parce que c'est un grand artiste, ou un grand producteur, ça serait différent, plus excusable ou Dieu sait quoi...

Rorov94
21/10/2017 à 10:06

Moi j'ai un pitch du tonnerre avec un titre et slogan:
«WEINSTEIN 2022»
Une île.des artistes salauds dessus.1 seul doit survivre.
Casting:singer,parker,cosby,polanski,allen,weinstein,salva...
Bande-originale:j-l lahay,il était une fois...r kelly...
Photo:david hamilton.
Décors:gauguin
Costumes,montage,:doit bien y en avoir un...
Rajoutons dans l'histoire,un prédator pour le fun,comme ça...

Rorov94
21/10/2017 à 09:56

Ah je rigole!
Ça joue les mecs borderline en public:et je met des «fuck»dans mes phrases et je fait un doigt d'honneur à cannes et je dit merde aux afro-américains en mettant« nigger »dans tous mes films...
Mais pour mettre une tarte dans la gueule de cet enculé de weinstein...y'a plus personnes!
En plus c'était ta régulière,quentin!t'a pas honte?
Je suis déçu,je t'admirai mais un fait t'es un baltringue comme les autres.dommage.je kiffe tes films.
J'espère que ton pote rodriguez à eu plus de couilles...parce que faire des photos avec des bottes de cowboys,chapeau mexicain et guns dans les mains c'est bien beau...

REA
20/10/2017 à 22:23

Booooooooooh l'hypocrisie.

Untel agit ainsi, lui savait, ça se savait, mais ça change quoi ?
Si vous saviez toute la vérité sur vos réals, acteurs, chanteurs, présentateurs, musiciens, sportifs... vous tomberiez de haut, et n'aimeriez plus grand monde.

C'est légitime de ne pas cautionner, mais qui ici n'a pas un(e) pote qui trompait la personne avec laquelle il/elle était, ou qui pouvoir avoir des idées douteuses ou que sais-je . Vous n'avez rien dit, car pas vos affaires, la peur ou que sais-je encore.

Arrêtez/ton l'hypocrisie, chacun à notre échelle nous ne sommes pas mieux.

#LeContratTaciteDesGensQuiDorment

Dirty Harry
20/10/2017 à 20:58

On attends la saison suivante de cette série sur le monde immonde du Cinema avec cette fois les enfants victimes d'abus...

Birdy
20/10/2017 à 20:58

A ceux qui défendent Tarantino qu'il n'avait pas vraiment le choix, je vous demande : seriez vous moins cléments si ça n'était pas un de vos réalisateurs préférés ?
Car de sa position de réalisateur dominant, bankable, et ami d'un serial violeur, comment pouvait il ne serait ce que rester son ami ? Défendre son ami ou son frère, qui a fait une chose horrible, regrette son erreur, et ne pas le dénoncer, je peux le comprendre. Mais lorsque c'est un vrai violeur récidiviste, qui grille la carrière de celles et ceux qui ne se plient pas à ses caprices, souvent d'ordre sexuel, toute personne à la moralité respectable serait outrée, réagirait.
Tarantino se vautre dans le succès, la cocaïne ( j'ai mes sources), et en perdu le sens des réalités.

Marty
20/10/2017 à 20:45

Y'a une bonne solution pour tous les detendre . Je l'applique depuis quelques mois , je ne vais plus au cinéma . Et je m'en porte pas plus mal etant donné la majoritée de bouse qu'on nous sert depuis plus de 10 ans .
Je me repasse mes classiques regulierement en dvd ou Br et ca me va très bien .

doc savage
20/10/2017 à 17:02

la prostitution de la conscience est chose courante à hollywood !!!
sur la photo,ils sont aussi moches qui sont riches !!!

Plus

votre commentaire