Star Wars : The Clone Wars, The Mandalorian... on a classé les séries, de la pire à la meilleure

La Rédaction | 24 juin 2022
La Rédaction | 24 juin 2022

Star Wars c’est aussi une petite dizaine de séries disponibles sur Disney+ qui explorent l’univers de George Lucas, et qu’on a décidé de classer de la pire à la meilleure.

Quand Star Wars : Episode IV - Un nouvel espoir est projeté en salles pour la première fois en 1977, personne n’aurait pu imaginer l’avalanche culturelle qui découlerait du film encore 45 ans après. Sous l’égide de Disney, la franchise a pris en taille, comprenant désormais onze films (dont deux spin-off) et huit séries (dont une en cours). Et la galaxie aux Jedi n’a pas fini de s’étendre comme en témoigne un calendrier des futures productions prévues sur des années.

Si les films tournent essentiellement autour de la famille Skywalker, les séries ont pu développer le lore de la saga, ou le réécrire avec Visions. Ainsi, The Clone Wars traite du conflit qui anime la prélogie, tandis que Rebels aborde les prémices de la guerre contre l’Empire de la trilogie originale. The Bad Batch explore justement la période de transition entre ces deux ères, alors que Resistance, The Mandalorian et Le Livre de Boba Fett font suite à l'Episode VI. Disney continue de remplir les blancs de la chronologie Star Wars, puisque Obi-Wan Kenobi précède Un Nouvel Espoir, tout comme Andor. The Acolyte se situera quant à elle 100 ans avant l'Episode I, et Ahsoka devrait se dérouler après Le Retour du Jedi.

Après notre recommandation des épisodes de The Clone Wars et Rebels à voir avant Obi-Wan Kenobi, on a fait un classement des séries Star Wars de Disney+, de la pire à la meilleure.

 

 

photo vidéo

 

8. Star Wars : Resistance

Sortie : 2018-2020 – Durée : 2 saisons, soit 41 épisodes

 

Star Wars Resistance : photo, Star Wars ResistanceBB-8, l'argument pour attirer le public

 

Ça parle de quoi déjà ? Tandis que la Résistance n’en est qu’à ses débuts, Poe Dameron recrute le jeune Kazuda Xiono pour espionner le Premier Ordre. Sa mission l’amène à infiltrer la base marine Colossus où il devient pilote de course. La lutte contre le Premier Ordre deviendra de plus en plus intense jusqu’à obliger Kazuda et ses amis à fuir dans la seconde saison, l’armée du général Hux étant sur leurs traces.

Pourquoi c’est le fond du panier ? Après The Clone Wars et Rebels qui ont mis la barre haute, Star Wars Resistance se place dans la continuité de films largement critiqués et sans vision globale de ce qu'ils racontent. Et c’est la plus grosse épine dans le pied de la série - dont la première saison sort peu de temps après l'Episode VIII, la seconde faisant suite à la diffusion de l'Episode IX - la postlogie développant une intrigue comme un cadavre exquis, Resistance se retrouve emprisonnée dans un brouillard se levant petit à petit. Ainsi, elle est contrainte de limiter son histoire à, non pas une planète, mais une station au milieu d’une planète aquatique. Niveau dépaysement, on repassera.

 

Star Wars Resistance : photoLes "méchants" de la série

 

Bridée par le lore étriqué de la nouvelle trilogie, la série ne décolle jamais et plante ses héros et antagonistes ennuyeux dans des couloirs métalliques sans âme. Star Wars : Resistance patauge dans le peu d'éléments qu'elle a et ne respecte aucun des trois mots de son titre, il n'y a ni étoiles, ni guerre, ni combat à mener (et aucun sabre laser). Ce qui termine d'enterrer la série est son ton humoristique très enfantin qui n’évolue pas vers plus de maturité. Le héros est bête à manger une salade de vis et annihile tout sentiment de danger.

Ce n’est pas l’esthétique qui sauvera le vaisseau en perdition, Resistance est juste laide. Ses animations exagérées de cartoon et ses textures plates n’accrochent pas l’œil et lui donnent des airs de programmes Gulli. Heureusement qu’il y a les courses de vaisseaux à la réalisation dynamique (mais toujours dans le même décor) qui sont l’un des rares points positifs de la série, voir le seul.

 

7. le livre de Boba Fett

Sortie : 2021 - Durée : 1 saison, soit 7 épisodes

 

 

Ça raconte quoi ? Après avoir croisé la route du Mandalorian, Boba Fett a envie de retrouver sa place sous les projecteurs de Tatooine. Pour ça, il décide de reprendre en main le pouvoir de Jabba en tant que seigneur du crime, mais pas de bol, il est attaqué de toutes parts par des flashbacks.

Pourquoi c'est une honte ? A priori, mettre la plupart de l'équipe créative de The Mandalorian à la tête d'une série spin-off sur Boba Fett ne pouvait que rassurer. Malheureusement, Lucasfilm a eu l'idée bien moisie de mettre en producteur exécutif et réalisateur principal Robert Rodriguez, qui prouve plus que jamais ici son incompétence.

 

Le Livre de Boba Fett : photo, Temuera MorrisonAttention Boba, derrière toi, un flashback !

 

Si le réalisateur de Spy Kids s'est toujours caché derrière ses pseudo-inspirations gonzo, Le Livre de Boba Fett ne peut plus dissimuler la fainéantise d'un cinéaste capable de créer la poursuite en pétrolette de l'espace la plus molle du monde. Cette stagnation de l'action et de la mise en scène est à l'avenant d'un récit platement construit sur des à-coups et des flashbacks indigents, où l'on passe son temps à se dire "tout ça pour ça ?". À vouloir déconstruire la figure de Boba Fett pour lui créer un avenir, Lucasfilm se prend les pieds dans le tapis, et ne raconte strictement rien que l'on ne connaisse déjà.

Mais le pire là-dedans, c'est que la série assume cet aveu d'échec en transitant à mi-parcours vers une orgie de fan-service qui oblitère complètement son personnage principal. Mando, Ahsoka, Bébé Yoda, Luke et même Cad Bane se retrouvent pour vivre de bien meilleures aventures. Si Le Livre de Boba Fett n'essayait pas aussi vulgairement d'exploiter son univers comme un cache-misère, on serait presque tenté de pardonner cette sortie de route. Mais entre ses arcs narratifs inconsistants, la menace jamais palpable des Pykes, et un final qui essaie piteusement de raccrocher les wagons tout en teasant la suite de The Mandalorian, l'indigestion est totale, et l'ennui intolérable.

 

6. Star Wars : Visions

Sortie : 2021 - Durée : 1 saison, soit 9 épisodes

 

Star Wars: Visions : photoTrop de bras, trop de chocolat

 

Ça raconte quoi ? Vous voyez Love, Death and Robots ? Mettez ça tendance anime et avec du Star Wars, et paf, ça fait des Chocapic.

Pourquoi c'est encourageant ? Avec le succès des séries anthologiques, il était plus que logique de voir Lucasfilm confier l'univers de Star Wars à différents créateurs sous cette forme. En offrant à des pointures de l'animation japonaise la possibilité de se réapproprier un monde aussi fondateur de la pop-culture, il est passionnant de voir les connexions stylistiques qui se tissent.

 

Star Wars: Visions : photoRetour aux inspirations de la saga

 

La merveilleuse idée de Star Wars : Visions, c'est d'assumer cet héritage pour l'investir explicitement. Si la mise en scène de George Lucas a puisé dans le cinéma d'Akira Kurosawa, le premier épisode de la série fait de son personnage de Jedi un guerrier justicier en noir et blanc dans la trempe de Yojimbo.

Le problème, c'est que Star Wars : Visions en arrive parfois à enfoncer des portes ouvertes, et ne peut pas s'empêcher de se rattacher aux mêmes artéfacts de la saga (on regrettera beaucoup trop de récits autour des Jedi et des Sith). C'est d'autant plus dommage que la qualité de l'animation et l'inventivité globale des épisodes font rudement plaisir. On saluera notamment l'énergie folle du studio Trigger (Promare), qu'on retrouve dans leur court-métrage The Twins. En bref, la proposition est hautement enthousiasmante, mais il faudra attendre une nouvelle salve d'épisodes pour être pleinement convaincu. La vision est là, juste un peu étriquée. 

 

5. Obi-Wan Kenobi

Sortie : 2022 - Durée : 1 saison, soit 6 épisodes

 

Ça raconte quoi ? Notre clochard de l'espace préféré reprend du service lorsqu'un personnage important de Star Wars se fait kidnapper.

Pourquoi c'est loin d'être mauvais ? Avec son lancement laborieux, recyclant les premières étapes du monomythe campbellien sur plus d'une heure, Obi-Wan Kenobi peut effrayer. Ajoutez à ça une course-poursuite dans la forêt d'un ridicule sans nom, et il n'en a pas fallu plus pour que certains fans assassinent la série sans même avoir vu la suite.

Pourtant, la proposition de Deborah Chow a pour elle son regard tendre (et malin) sur sa véritable attraction : le retour d'Ewan McGregor et d'Hayden Christensen dans le rôle d'Obi-Wan et Anakin. En appuyant la corporalité des icônes de la prélogie (notamment dans une séquence de flash-back fantastique), la réalisatrice investit tous les non-dits et les traumatismes de personnages voués à s'affronter de nouveau, alors que leurs rides montrent que le temps a passé.

 

Obi-Wan Kenobi : photoBeau gosse since 1999

 

Certes, cette épure se transforme souvent en manque cruel d'ambition, mais la série a le mérite de construire un crescendo jusqu'à son final grisant et émotionnellement chargé. A vrai dire, les six épisodes répartissent quelques belles idées, en particulier dès qu'il s'agit de mettre en scène un Dark Vador obsédé par son ancien maître.

La nostalgie est bien sûr de mise, et même si la "revanche du siècle" promise par Kathleen Kennedy est loin d'être totalement satisfaisante, elle est un bien bel objet méta pour des acteurs qui reviennent en fanfare après une prélogie froidement reçue à sa sortie. Au milieu de tous les effets numériques et autres studios recouverts d'écrans LED, il reste l'organique, et la performance habitée d'un Ewan McGregor toujours inspiré.

 

4. The Bad Batch

Sortie : 2021 - Durée : 1 saison, soit 16 épisodes

 

Star Wars: The Bad Batch : photoExpendaclones

 

Ça raconte quoi ? Les aventures de l'escouade 99, une troupe de clones génétiquement modifiés. Après l'Ordre 66, les voilà face à l'avènement de l'Empire, qu'ils ne peuvent décemment supporter. Traquée, toute la bande fuit et offre ses services aux quatre coins de la galaxie, avec la jeune Oméga sous le bras.

Pourquoi c'est cool ? Parce qu'implémenter L'Agence tous risques au coeur de Star Wars, il fallait y penser. Dans la continuité de The Clone Wars, Dave Filoni fait de sa bande de héros loufoques des personnages naïfs, perdus dans l'immensité d'un univers en pleine mutation. De cette façon, The Bad Batch est surtout un brillant coup de projecteur mis sur le trouble politique qui clôture La Revanche des Sith. La série rend hommage à la démarche initiale de George Lucas, qui auscultait au travers de la prélogie la montée des fascismes en reprenant les modèles du XXe siècle.

 

Star Wars: The Bad Batch : photoJohn Rambo

 

Dès lors, au-delà de son épisode inaugural tétanisant, où le point de vue des clones se retrouve confronté aux dérives totalitaires de leur hiérarchie, The Bad Batch trouve ses plus beaux moments lorsqu'on observe le changement de paradigme insidieux d'une galaxie qui accepte son sort, voire l'embrasse, après avoir supporté des années de guerre. 

Néanmoins, par le regard d'Oméga, la série n'en oublie pas un certain sens du merveilleux, épaulé par une mise en scène qui profite de l'expérience acquise par les équipes de Filoni pour offrir de jolis moments de spectacle. Forcément, il est décevant que toute cette inventivité et ce savoir-faire soient parfois sacrifiés sur l'autel d'un fan-service qui ne peut pas s'empêcher de rameuter les personnages des autres séries. La galaxie paraît étriquée alors qu'elle devrait toujours plus engloutir ses héros dans les tréfonds d'un Empire qui ne laisse plus aucune alternative. 

 

3. Star Wars : Rebels

Sortie : 2014-2018 - Durée : 4 saisons, soit 75 épisodes

 

Star Wars: Rebels : photoNew Luke, New Kenobi et New Han Solo

 

Ça parle de quoi déjà ? Ezra Bridger se découvre des talents de Jedi et rejoint un groupe de héros vaillants osant défier l’Empire. Au sein de l’équipe, il est initié à la Force et ses mystères par Kanan Jarrus, un ancien padawan Jedi qui a survécu à la Purge orchestrée par l’Empereur. Au début faites de petites missions de sabotage, les ambitions des premiers Rebelles grandissent jusqu’à faire d'eux les ennemis publics numéro un de l’Empire.

Pourquoi c’est presque la meilleure série Star Wars ? Délaissant les intrigues politiques et la guerre de The Clone Wars propre à l’ambiance de la prélogie, Rebels se concentre sur ce qui a fait le coeur de la trilogie originale : suivre un groupe de héros atypiques dans leurs aventures pulp. Chacun des membres du Ghost (leur Faucon Millenium à eux) est un remodelage des archétypes de Star Wars IV, V et VI donnant lieu à de nouveaux protagonistes riches aussi réussis qu’attachants. Toujours dans l'idée de recycler, le créateur de la série Dave Filoni va déterrer des concepts arts inutilisés de Ralph McQuarrie, l'artiste derrière l’identité visuelle de la saga, pour retrouver l'atmosphère de la trilogie sans bêtement la copier.

 

Grand amiral ThrawnGames of Thrawn

 

Dave Filoni renoue également avec le mysticisme propre aux premiers films, allant en profondeur dans le concept de la Force et explorant des horizons nouveaux tout en apportant des entités inédites, tel que le Bendu. Au fil des saisons, Ezra et Kanan s’éloignent des combats du reste de l’équipe pour se tourner complètement vers leur quête de la Force. Deux ambiances radicalement différentes se construisent en même temps, l'une prenant malheureusement le pas sur l'autre en termes d'émotions et d'épique. La lutte contre l'Empire passe à l'arrière-plan face à la seconde intrigue plus empreinte de grandeur avec son voyage initiatique dans les secrets de la Force.

Enfin, Rebels a plusieurs actes de bravoure qui en font un parfait carrefour de l'univers Star Wars, aussi bien qu'un prolongement des films et de The Clone Wars. En exemple on peut mentionner le final de la saison 2 à couper le souffle qui réunit dans une lutte poignante Ahsoka face à Dark Vador qu'elle ignore être son ancien maître. Ou la présence de l'implacable stratège Thrawn qui va mettre en déroute la Rébellion. Enfin, impossible de ne pas évoquer le duel le plus symbolique de toute la saga, celui qui conclut un long chapitre débuté dans La Menace Fantôme : l'ultime affrontement entre un Dark Maul aliéné et un Ben Kenobi vieillissant au milieu du désert.

 

2. The Mandalorian

Sortie : 2019 - Durée : 2 saisons, soit 16 épisodes

 

 

Ça parle de quoi déjà ? D'un chasseur de primes solitaire et taciturne surnommé le Mandalorien qui traverse la galaxie et différentes contrées pour remplir plusieurs missions pour quelques crédits ou pour son honneur en compagnie d'une petite créature verte mignonne que le Premier Ordre traque sans relâche.

Pourquoi ça aurait pu être la meilleure série Star Wars ? Parce qu'elle a compris que les choses les plus simples sont parfois les meilleures : un anti-héros avec la plus belle armure de Star Wars, une jolie mascotte inspirée d'un des personnages les plus connus de la saga et un format court avec un traitement purement épisodique.

 

The Mandalorian : photoN'aie pas peur, Mando est là

 

Malgré quelques maladresses et menus détails, The Mandalorian varie les styles, les genres, les influences et les tons avec autant de plaisir que d'audace (d'Akira Kurosawa au western spaghetti en passant par Le Salaire de la Peur ou le film de braquages) pour proposer une aventure palpitante à chaque épisode entre humour, drame, légèreté et action. Un spectacle qui ressuscite l'esprit pulp de la trilogie originale avec un amour sincère pour l'univers créé par George Lucas, dont les ambitions visuelles et narratives (aussi impressionnantes soient-elles) restent quand même modestes et toujours tournées vers le parcours du Mandalorien et de Grogu.

Avec ou sans casque sur la tête, Pedro Pascal est impeccable, parvenant à donner de la profondeur au personnage tout en restant effacé, discret et sombre par moments. À l'image du chasseur de primes, Jon Favreau et Dave Filoni ont récupéré le bébé de George Lucas et lui ont redonné cette fraîcheur, cette envie et cet amour que tout le monde pensait perdu après Star Wars IX : l'Ascension de Skywalker.

 

1. The Clone Wars

Sortie : 2008-2020 - Durée : 7 saisons soit 133 épisodes

 

Clone WarsLe meilleur personnage de Star Wars

 

Ça parle de quoi déjà ? La guerre entre la Confédération des Systèmes Indépendants et la République fait rage, les Jedi sont éparpillés dans la galaxie pour résoudre les conflits, négocier la paix et affronter le Côté Obscur grandissant. Au milieu de ce chaos, Anakin Skywalker doit former une apprentie, Ahsoka Tano, aussi têtue et douée que lui. Mais la République et les Jedi ne sont pas éternels et The Clone Wars explore autant le début de la guerre que sa fin fatidique.

Pourquoi c’est ce que Star Wars a fait de mieux ? The Clone Wars est la première série Star Wars développée par Dave Filoni, fan ultime de la saga, sous le regard exigeant de George Lucas. Le projet est donc le fruit de l'enseignement de Lucas qui délègue la lourde tâche d'étendre son oeuvre à son padawan Filoni. Ainsi, The Clone Wars part comme une série au ton léger, visant un public de l’âge de son héroïne enfant Ahsoka Tano, comme l'avait fait Un Nouvel Espoir avec Luke, emmenant ensuite son récit vers des thématiques plus adultes et une noirceur mélancolique proche de l’Episode III.

 

Star Wars : The Clone Wars : photoBand of Clones
 

La galaxie Star Wars est abondante de vies, de cultures et d'histoires dans The Clone Wars. On ne compte plus les dizaines de planètes visitées, les nombreux conflits traités et la multitude de personnages introduits et développés, souvent des seconds rôles ou des figurants des films que la série met en lumière. Les membres du Conseil des Jedi ne sont plus des silhouettes, décrits autant comme des guerriers œuvrant pour la paix que des moines de la Force aveugles et trop confiants. Et surtout, les clones troopers bénéficient de nombreux arcs narratifs passionnants et empathiques leur donnant visages et noms bien qu'ils soient conçus comme du bétail sans identité et sacrifiable.

Alors que la prélogie était mal-aimée par la vieille garde, The Clone Wars vient apporter tous les détails et intrigues supplémentaires qui vont enrichir grandement les films de George Lucas pour en faire une oeuvre essentielle pour un fan de la saga. La série de Dave Filoni fait même mieux que la prélogie sans jamais la dénigrer. Les dernières saisons - que les années ont séparé lorsque Disney arrêta la série pour ensuite lui accorder une conclusion - se terminent dans un flot d’actions et d’émotions qui avancent de pair avec La Revanche des Sith, laissant héros et amis séparés dans une galaxie sous le joug de l’Empire. The Clone Wars est assurément du pur space opera et le mètre étalon des séries Star Wars.

 

Star Wars: Clone Wars : photoEt bien sûr...

 

NB : On a mis de côté Clone Wars, le chef d'oeuvre de Genndy Tartakovsky, car plus considéré comme canon par Disney. Mais ça reste sans nul doute une merveille incontournable de l'univers.

 

 

Tout savoir sur Star Wars : The Clone Wars

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
qsdfghjkmouybgiol iuy i
25/07/2022 à 21:41

Je comprend pas du tout ce que vous avez contre le livre de Boba Fett ,personnellement c'est une de mes séries star wars préférées.

MoiLeVrai
25/06/2022 à 23:13

globalement ok avec votre classement, même si perso j’aurai mis clone wars et rebels en 1 ex-aequo. En terme d’histoire, Clone wars est un parfait complément à la prélogie, et est de qualité bien supérieure. Rebels apporte de nouveaux personnages et développe de manière très interessante l’univers Star Wars (et mention spéciale pour Chopper).

Jajatte 117
25/06/2022 à 00:52

Effectivement, votre classement est assez juste, j’aurais souligné l’écart énorme qui existe entre le 1er et le 5e, c'est peu dire sur ce que l’on nous sert comme soupe..

Mathieu
04/06/2022 à 10:42

Pas mal d'accord sur ce top ! Mention spéciale a mes 2 séries préférées clone wars et rebels , rebels qui m'a agréablement surpris car j'étais bloqué au début à cause du côté enfantin ou de l'animation mais j'ai fait abstraction et c'est vraiment une merveille cette série

TofVW
03/06/2022 à 10:27

Globalement d'accord avec le classement, sauf pour The Mandalorian, que j'aurais déplacé pour mettre derrière The Bad Batch.

The Clone Wars reste un incontournable, suivi de près par Rebels. Ces 2 séries sont incroyables, et pourtant ça ne commençait pas très bien (dans les 2 cas).
The Bad Batch, par contre, commence très fort ; en espérant que ça continue sur la même lancée, et que ça ne dure pas trop longtemps.

José La Raclure
03/06/2022 à 09:54

Le Livre de Boba Fett a certes des épisodes avec des séquences ridicules et puériles, notamment ceux réalisés par Rodriguez, mais d'autres sont d'excellentes qualités. J'ai particulièrement apprécié le fait que soient approfondies les intrigues politiques et les jeux de pouvoirs de la planète Tatooine, des aspects qui étaient souvent traités de manière plus simplistes dans The Mandalorian. Les saisons 1 et 2 de The Mandalorian étaient également tout aussi inégales et dépendaient beaucoup des réalisateurs en charge de chaque épisode. Une partie des réalisateurs de Boba Fett sont les même que ceux de The Mandalorian.

Pieriku
02/06/2022 à 23:02

Clone Wars et Rebels aux 2 premières positions pour moi. Dans les deux cas, les séries ont débuté avec un ton "bon enfant" avant de s'orienter vers des thèmes beaucoup plus profonds.
Mandalorian est sympa mais on est loin du niveau de ces deux séries pour moi.

Nyl
02/06/2022 à 17:24

@Emperorkouado

Je te trouve assez indulgent avec The Mandalorian. Pour avoir vu les 2 saisons , je ne suis pas vraiment du même avis. La saison 1 est sympa, se regardant sans prise de tête ( à part la fin où ça commence à avancer). La saison est bien en dessous, car on plonge dans le fan service. Certes, c'est mieux amené que la T.O 2.0, mais les 2/3 de la saison n'est que ça. Je te sors Boo-Kartan , la sœur de Satine (te teasant au passage mandalore) après je te mets Ahsoka , ensuite Boba Fett et après je te conclue avec Luke Skywalker (entrée classe, je l´admets). Mais si on prend du recul, l'intrigue est faible et ne sert que d´excuse pour permettre de mettre ces personnages avec leurs séquences de gloire .
L'univers n'est pas vraiment développé ( c'est du post Retour du Jedi avec les débuts de la Nouvelle République et des groupuscules impériaux disséminés ici et là ( avec des petits extrémistes au passage ) . Mais on ne sait rien d'autre de plus), les planètes restent tout de même assez basiques. Aucune ne m´a vraiment marqué.

Je trouve que Rebels et The clone Wars ont parfaitement leurs places, tellement ils apportent des choses à SW et au récit. Mandalorian n'apporte quasiment rien , pour sa part. C'est sympa, mais sans plus.

Emperorkouado NM
02/06/2022 à 15:53

Pour moi, la meilleure c'est the mandalorian
C'est excellent, pas grand reproche à faire. Un western intergalactique avec souvent de grands espaces perdus sur différentes planètes. Ce sont de petites histoires distinctes d'un épisode avec un fil rouge (la mission de l'enfant). Le personnage Mando est très charismatique, il fait le succès de la série. Il se la joue dans l'action mais avec une certaine réserve, ce qui nous donne le temps de bien s'imprégner des dialogues, des décors et de ce qui s'y passe (cela s'appelle la maitrise). La saison 1 comme la saison 2 sont du même très haut niveau. Et puis ce final à la fin de la 2è saison : nous avons tous été surpris ! A voir sans détour.

kaamelott7
02/06/2022 à 14:55

Personnellement, j'aurai plutot misé sur "Rebels" en 1 et Clone Wars en "2". Si la saison 1 de Rebels est poussive, rien à redire sur les 3 autres saisons. Alors que Clone Wars a parfois un gros problême de longueur avec de nombreux épisodes moyens voir mauvais dans ses 5 premières saisons.

Plus
votre commentaire